auteur
Jamel Attal

Du même auteur

Avaler les sifflets

Les pros de l'indignation et le gouvernement disputent aux siffleurs de France-Tunisie la palme de la bêtise.

Monsieur Jo

16/10/2008 à 12h25

Certes, que l'on soit comdamné à de la prison ferme pour avoir sifflé est une stupidité. Mais un truc m'interesse, Edji. Qu'est ce qui t'as fait rigoler au juste, dans ces sifflets?

Loul

16/10/2008 à 12h30

Troglodyt "Le risque de l'évacuation du stade est, effectivement, terrible. C'est ce qui mesure le plus mon avis. Toutefois, nous sommes en droit d'attendre de l'Etat qu'il puisse assurer la sécurité en toute circonstance." C'est quand même énorme, tant un tel propos est en décalage par rapport à la réalité de la vie quotidienne dans notre pays. Combien de manifestations politique ou sportive finissent avec des violences policières ? Quant on pense aux centaines de blessés AVANT la dernière finale de coupe de la Ligue dans un contexte autrement plus apaisé... On est en droit d'attendre dans mon monde idéal alors c'est comme ça que cela se passera ? Allo ? "Peu importe [...] Peu importe tout cela," Hop le revers de main commode, on écarte toute l'argumentation contradictoire. "la République ne peut pas supporter cet affront." Hop la petite formule définitive balancée en guise de vérité érigée en absolu. Que nombreux soient tes concitoyens qui estiment que l'affront le plus cuisant dans ce genre d'affaire pour la chose républicaine est constitué par la lithanie de réactions non informées, idiotes voire pire de décisions inapropriées d'élus de la République qui attisent des tensions nocives, et qui ce faisant déconsidèrent la République ne t'incite donc toujours pas à prendre le moindre millimètre de recul ? J'en veux autrement plus aux citoyens comme toi qui réclamaient à corps et à cris une ACTION (même complètement déplacée comme cela est bien détaillé dans l'article) qu'aux siffleurs sur le compte desquels il semble plaisant de perdre toute mesure, puisqu'ils sont projetés dans l'imaginaire fantasmé comme la lie du pays, une nouvelle sorte de barbare (imaginez j'ai même entendu un flash d'information qui déplaçaient les sifflets au Parc des Princes, la lie on vous dit). A votre avis, quelle mesure la plus simple et la plus pragmatique pour éviter les sifflets outrageant les SYMBOLES ? Peut-être tout simplement qu'en ne dévoyant pas ces SYMBOLES (ce qui occasionne une récupération pathétique pour profiter, par exemple, d'une confusion entre la République et ses idéaux et une rencontre sportive avec des types qui tapent dans un ballon ) en les exhibant à n'importe quelle occasion on se rapprocherait de la solution ? Qu'on arrête donc de jouer les hymnes avant les rencontres sportives dans les stades et on réglera la question sans envoyer personne en prison, sans déranger les chatouilleux outragés devant leur poste et sans occasionner un surcroit d'activité pour le législateur, la justice et la police. Et puis ça permettra aux journalistes de parler de sujets un peu plus importants... ou pas.

vendek1

16/10/2008 à 12h30

Symptomatique aussi de la tendance d’un Etat et de ses gouvernants a voir la France partout, dans tout, et donc a voir se multiplier les possibilites d’agression contre la mere-patrie et la necessite de la defendre en toutes circonstances. C’est (toute proportion gardee) un processus profondement totalitaire qui consiste a eliminer peu a peu l’espace de debat, de confrontation caracteristique d’une democratie. _________________ Pas mieux, Scarbo. Pour autant que je m'en souvienne, ce n'est pas d'aujourd'hui que ponctuellement des hymnes sont sifflés ... ça n'est pas que ce soit glorieux, c'est à la base l'oeuvre d' émetteurs bas de plafond , mais enfin ça n'a rien de bien nouveau. Ce qui est nouveau, c'est ce processus identitaire démago qui tend à s'en émouvoir systématiquement , et qui rappelle furieusement quelques passes d'armes de la campagne présidentielle, tant du côté de Sarko que de celui de Royal, av ces histoires de drapeau, d'hymne et de je ne sais quoi d'autre (n'avais pas bien suivi, écoeuré par le niveau puéril). Franchement, il ne manque plus que notre bon Général Boulanger ... Qqun parlait de symboles. On est en train de les dévoyer en les servant à toutes les sauces. En même temps, cette "démago identitaire", si on peut l'appeler ainsi, n'est pas l'apanage de l'hexagone. La tendance est hélas plus générale... et puis, elle a toujours existé. Y a des pics. En ce moment , c'est une recrudescence.

Edji

16/10/2008 à 12h31

Le côté frondeur de la foule, le fait que ça ne colle pas vraiment avec le decorum de fraternité ambiant, les réactions politiques ultra-prévisibles à venir... Entre autres.

vendek1

16/10/2008 à 12h32

Loul jeudi 16 octobre 2008 - 12h30 Peut-être tout simplement qu'en ne dévoyant pas ces SYMBOLES ______________ M**** ! Un point ! Y avait longtemps !

Edji

16/10/2008 à 12h33

(je répondais bien entendu à Jo, en espérant avoir satisfait sa curiosité)

Troglodyt

16/10/2008 à 12h38

Edji, comme je l'ai déjà dit, je connais trop bien la prison pour vouloir l'éviter à tous ceux à qui elle n'est pas strictement nécessaire. Mais dans les réactions de tout le monde, ce qui me sidère est qu'on ne parle que des réactions (excessives et tout et tout, je suis d'accord, je l'ai dit), sans que personne, pas même la Rédac (avec l'article de laquelle je suis globalement d'accord, si ce n'est cet oubli), ne dise que siffler l'hymne est scandaleux. Quels que soient les motivations, l'absence de motivation, les auteurs, le lieu. La République, c'est nécessairement quelque chose de déconnecté de la réalité, parce que ça dépasse la réalité. C'est un idéal, qui ne tient qu'à ses symboles. L'Etat français (pas Vichy, hein) n'a pas toujours (voire a rarement) été fidèle à cet idéal, mais cette idéal doit être une main courante de laquelle il ne faut pas trop s'éloigner lorsque vous et moi construisons chaque jour l'histoire de la France. L'inimitié générale, voire lé dégoût, envers les pouvoirs publics en place - sentiment que je partage grandement -, ne doit pas suffir à légitimer des atteintes manifestes à la République. Car la République, c'est vous, ce n'est pas Sarkozy. Il n'y a aucun lien, si ce n'est la place relative et momentanée de Sarkozy au pouvoir. Confusion regrettable, et qui empêche le débat. Comme vous je suis tous les jours confronté à la réalité, et je sais bien que les symboles ne nourrissent ni ne logent personne. Moins en encore que ces horribles politicards - tous confondus. Mais mince, et peu m'importe que vous puissiez trouvé ce sentiment irrationnel, j'ai un idéal de la France - qui n'est pas celle dans laquelle je vis aujourd'hui - qui m'impose une certaine position vis-à-vis de la République et de ces symboles. C'est une "religion" qui a fait des morts, mais moins que les autres (les "vraies" religions), et souvent pour la bonne cause. Maintenant, réduisez moi à un fanatique, un chevènementiste, voire à tout autre qualificatif extrémiste qui vous brûlent les lèvres. Nous ne sommes pas d'accord et ce n'est pas grave. Je trouve juste cela un peu triste. Juste pour en terminer, je trouve ma position moins totalitaire que la relecture que certains font de mon message, personne ne lisant que ce que je défend, ce n'est pas la réaction des politiques, mais le fait que beaucoup d'entre vous ne condamnent pas ces sifflets. Symptomatiquement, la réponse de Loul, qui me cite en supprimant la partie de mon message où je dis que justement, toutefois, mieux vaut peut-etre laisser la Marseillaise se faire siffler (tout en le regrettant fermement) que d'offrir l'occasion d'un nouvel affrontement police/supporter, qui n'a pas besoin de cela pour avoir lieu.

Monsieur Jo

16/10/2008 à 12h40

je peux comprendre Edji. Moi, le coté pseudo frondeur ne m'a pas fait rire. Il m'a navré. C'etait lache et stupide. Quand à anticiper les réactions qui ont suivi, je dois avouer que je n'ai pas assez d'imagination pour prévoir la crasse imbécillité des propositions faites. Je ne sais plus qui a dit que même au café du commerce, le dernier des poivrots n'aurait pas osé. La qualité de nos gouvernants est affligeante, mais sans doute avons nous ce que nous méritons. Enfin, un dernier regret. Il est pour ceux qui sont allé au stade pour faire la fête. Parce que c'est rudement sympa un stade qui communie au dela de l'opposition sportive.

Monsieur Jo

16/10/2008 à 12h42

Je précise juste que je suis d'accord avec chaque mot de Troglodyt. Viens mon Troglo! On va se... siffler une bière tous les deux.

Facile à shooter

16/10/2008 à 12h47

Ah, je suis content que quelqu'un partage mon avis sur le fait que jouer ce genre de matchs en province pourrait être une idée à creuser... L'argument de Laporte est que son expérience de la même situation dans le rugby montre qu'un déplacement de l'équipe nationale dans une ville qui n'a pas l'habitude de la recevoir créé une atmosphère de fête considérablement plus élevé qu'à Saint Denis, où un match de l'équipe de France est relativement banal. Je ne vois pas en quoi c'est idiot de dire/penser ça. Après, ça déplace le problème plus que cela ne le résoud. Mais est-ce que c'est le football qui doit prendre en charge des problématiques aussi importantes que les symboles de la République, le sentiment d'intégration (ou non) ou la représentation de la classe politique dans les couches populaires ? Non, je ne crois pas.

 

thibs

16/10/2008 à 12h47

Tout pareil que Jo sur Troglo. Les réponses qu'on te donne ne semblent pas à la hauteur de tes posts.

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)