auteur
Sylvain Zorzin

 

Incapable d’admettre qu’il a donné vie à Pierre Minus, il fuit l’opprobre en publiant de vraies histoires pour les vrais enfants dans les magazines Pomme d’api, Les Belles Histoires, Tralalire et Mes Premiers J’aime Lire.


Du même auteur

Le foot étranger n'a pas d'avenir : l'Italie

ITALIE [materazzurra] n.f. En remportant en 2006 sa quatrième Coupe du monde, la nation qui a développé lecatenaccio, soit "verrou" en italien, est entrée dans un club très fermé. C’est typiquement le genre d’énigme rhétorique que je ne supporte pas. 

 


zouhire

07/09/2007 à 16h32

Dans le contentieux footballistique franco-allemand, j'oubliais aussi l'épisode du gendarme Nivel à Lens en 1998. Par une de ces curieuses pirouettes dont l'Histoire a le secret, il se trouve que le général qui commandait la fameuse et de sinistre mémoire offensive du Chemin des Dames lors de la guerre 14-18 était le général...Nivelle. Décidément.

Croco

07/09/2007 à 16h40

zouhire vendredi 7 septembre 2007 - 16h29 Ben je vis à Francfort qui est quand même assez multi-culturel comme ville. Ok tous les noirs que j'y vois sont pas allemands et la ville est peut être pas représentative de toute l'Allemagne mais ça m'étonne, surtout quand on voit qu'aujourd'hui il y a Odonkor et Asamoah.

Croco

07/09/2007 à 16h41

C'est leur nombre relativement faible qui me choque zouhire (en relisant j'ai capté ce que tu voulais dire).

zouhire

07/09/2007 à 16h46

L'Allemagne étant pas vraiment dans la tradition du droit du sol (quoique un peu plus depuis Schroeder) mais plutôt du droit du sanget n'ayant pas de vraie histoire coloniale avec l'Afrique, ça ne me parait pas aberrant qu'il y ait peu de blacks en équipe d'Allemagne.

vendek1

07/09/2007 à 20h25

Croco vendredi 7 septembre 2007 - 16h21 Le gars en question était bien Jimmy Hartwig mais le premier joueur noir a avoir intégré pour la Nationalmansschaft était Erwin Kostedde (soucr wikipédia). Puis il a fallu attendre Asamoah soit une bonne vingtaine d'année, énorme non??? _____________ Hartwig qui avait déclenché l'avalanche stéphanoise à Hambourg en marquant ... contre son camp au bout de qq minutes de jeu ! Sinon, l'immense Erwin Kostedde allait faire un malheur av le stade Lavallois alors qu'il était arrivé ds l'hexagone relativement méconnu. Plus tard Les Tango(s) allaient réactiver la filière en engageant le non moins prolifique Krause. Enfin, du Hambourg de cette époque, et pour compléter , me souviens de Nogly, de Buljan, un Yougo dont je me demande s'il n'avait déjà pas subi une 1ere déroute contre les verts av Split, ainsi que de Jakobs et de Caspar (le gentil fantôme) Memmering, futur girondin. Donc , pour résumer (héhéhéhé, rire narquois) , tout le monde connait Holger Hieronymus, et Dame Redac se voit dorénavant marquée du sceau de l'infamie. J'ai dit.

 

axgtd

15/06/2014 à 01h04

Bien sûr que tout le monde connaît Hieronymus. C'est le Boche qui a peint "le jardin d'Eydelie".