auteur
Sylvain Zorzin

 

Incapable d’admettre qu’il a donné vie à Pierre Minus, il fuit l’opprobre en publiant de vraies histoires pour les vrais enfants dans les magazines Pomme d’api, Les Belles Histoires, Tralalire et Mes Premiers J’aime Lire.


Du même auteur

Le foot étranger n'a pas d'avenir : la Géorgie

GÉORGIE [joueurdyatzé] n.f. Aussi étonnant que cela puisse paraître, la sélection nationale de Géorgie possède un point commun avec le Brésil, l’Allemagne et l’Italie: elle n’a aucun avenir. Toutefois, à la différence des trois équipes précédentes, elle n’a pas non plus le moindre passé. Incapable de se qualifier pour une phase finale de Coupe du monde ou de Championnat d’Europe, elle ressemble à ces joueurs de quinze ans qui rejoignent l’Angleterre pour gâcher leur carrière alors qu’ils auraient pu croupir en France sur un banc de CFA.

 


jcm

08/06/2007 à 01h09

D'ailleurs en parlant de Klaus Toppmöller, avez-vous remarqué mercredi soir, à la sortie des vestiaires géorgiens, juste avant le match, que l'entraineur à la chevelure blanche inquiétante, tel un shaman en transe , tapotant le cou ou les fesses à chacun de ses joueurs qui sortaient de l'antre, une fois ses bénédictions galvanisantes terminées, se mit dos à la caméra aventureuse de TF1 et nous dévoila qu'un de ses poulains lui avait collé la feuille de match au dos de sa veste tel un poisson d'avril. Tel un seigneur du football respecté de toute la Géorgie, il pouvait entrer sous les projecteurs de l'Abbé Deschamps.

pavlovitch

08/06/2007 à 11h20

"Toppmöller prend en février 2006 les rênes de l’équipe de Géorgie. Au bout de quelques heures à peine, il éprouve une indécrottable nostalgie que Johann Wolfgang von Goethe nommait Sehnsucht pour tomber les filles." Excellent, ça m'a bien fait tripper ce passage!

Raspou

08/06/2007 à 11h32

Moi c'est la fin que j'adore: "Le moins célèbre est probablement Georgiou Murtaz, qui s’est déjà endormi deux fois sur le banc du Lokomotivi Tbilisi, et qui regarde parfois le ciel gris de nuages en attendant qu’un jour, enfin, on en termine une bonne fois pour toutes avec cette URSS mangeuse d’hommes et de rêves."

Didier_F

08/06/2007 à 18h55

C'était drôlement bon, et je m'ai bien régalé.

 

pavlovitch

08/06/2007 à 19h10

T'as bouffé des hommes et des rêves?

Sur le fil

RT @Horsjeu: "Alors quand on vous critique sur twitter, bloquez. Quand on vous critique en vrai, dites à l'autre qu'il n'y connaît rien et…

RT @labo_CesamS: Retrouvez @lestrelin sur @franceculture dans la Fabrique de l’Histoire. L’émission s’intitule «  Les innombrables visages…

RT @footalitaire: Pour la #JourneeMondialeDuLivre, les quatre livres que j'emporterai dans ma tombe quand je me ferai exécuter après un éni…

Les Cahiers sur Twitter