auteur
Mollows

Du même auteur

Touche (pas touche)

Une pièce de théâtre rejoue la tragi-comédie du football avec le regard d'un footballeur.

Loul

09/05/2007 à 00h31

Ah super copinage mais super tardif ! Demain y a match (oui, on ne se refait pas) ça ne laisse que 3 jours pourvu qu'il y ait encore des places ! Bon ba on va tenter l'affaire, mais si ça ne passe pas on viendra mordiller du mollet virtuel en retour ! ;-)

mollows

09/05/2007 à 07h49

OK pour le caractère très tardif (ouch les mollets)... modulo l'annonce faite dans le #34 ;-)

 

Loul

13/05/2007 à 02h54

J'ai finalement pu voir la dernière. Etonnante performance scénique de la part de Fabio Alessandrini ! Lorsque l'on pénètre dans la salle on le distingue à peine dans la pénombre en train de s'échauffer vivement. Cet acteur dégage une présence d'athlète, on voit ses veines gonflées, on perçoit le mouvement de sa cage thoracique pour emplir ses poumons... et il est là devant vous à moins de 2 mètres et il vous fixe dans les yeux. Parfois il vient s'assoir à vos côtés pour dialoguer un instant, il cherche un mot français qui lui échappe et vous lui rafraichissez la mémoire... nouvel et étrange rapport entre spectateur et acteur à 10 000 lieues de celui qui unit le supporter et l'objet de ses vivats en short toutes les deux semaines. Une mise en scène affranchie et dynamique. Amusant jeux de scènes avec le musicien dont le rôle et la présence pourrait peut-être gagnés à être un petit peu étoffé... Quant à la pièce elle même, bien documentée, elle expose cliniquement les turpitudes, les vices, les dangers, certains non-dits qui gangrènent le football... Evidemment rien de très nouveau pour qui aura lu un peu sur les sujets de la corruption et du dopage dans le football (et dans d'autres sports) mais une possible découverte totale pour ceux qui ne connaissent notre sport favori qu'au travers des retransmissions télévisées, voire un choc frontal pour les béotiens du ballon. Un bon moment, autrement plus plaisant que ce que pourrait en laisser penser les quelques critiques d'internautes lues ça et là sur le web. A voir donc si la pièce donne lieu à une reprise. (oui sinon la bonne lecture du #34 a énormément souffert de l'actualité politique de ce printemps et des lectures et débats qu'il a engendrés ;-) )