auteur
Pierre Martini

Du même auteur

Une petite chute pour Fiorèse, un grand pas pour l'arbitrage?

Les trois matches de suspension infligés à Fabrice Fiorèse en raison d'un abus de pantomime pourraient marquer le début de l'utilisation rétroactive de la vidéo pour sanctionner les tricheurs, soit une petite révolution…


Vamos Playa

23/01/2003 à 05h40

Mouais... En même temps, l'argument du PSG qui est de dire qu'une simulation vue par l'arbitre, c'est un jaune, et qu'une simulation non vue par l'arbitre, c'est 3 matches, et que donc, c'est un peu bizarre, ça tient debout aussi... Quant au recours à la vidéo a posteriori pour tout et n'importe quoi, ça risque de donner des matches à rejouer toutes les semaines... Et puis, parfois, la vidéo se plante... Brésil-Norvège en 98... Tout le monde criait "Haro Haro Haro" sur le baudet-arbitre... La vidéo ne montre pas tout... Elle est à mon sens juste utile lorsqu'il y a une blessure d'un joueur( donc une faute avérée) et que l'on doit sanctionner l'auteur d'un geste barbare...

taivince

23/01/2003 à 06h08

-c'est pas parce qu'un joueur s'est blesse qu'il y a forcement faute, tu peux demander a Ronaldo il est au courant... -Brésil-Norvège en 98 c'etait il y a presque 5 ans, c'est LE cas ou la video se plante qu'on nous ressert comme argument regulierement. Il y aurait forcement des injustices avec une video apres les matchs, evidemment, mais plus au moins que maintenant? -la difference entre une simulation vue et sanctionnee par l'arbitre et une simulation sanctionnee apres-coup, c'est un penalty, et c'est deja pas mal. L'arbitre pourrait donner un rouge pour simulation a la place du jaune, mais si l'arbitre se trompe, c'est encore pire. Donc une sanction apres revision des images me semble davantage appropriee. Pour finir une grosse generalite bateau que j'ecris quand meme: Comme disait Jesus, la justice n'est pas de ce monde, et quels que soient les procedes ou les moyens mis en oeuvre, il y aura TOUJOURS des erreurs, des injustices irreparables, des tricheurs qui gagnent et des innocents punis (sniff). Ce qui serait bien, c'est qu'il y en ait moins, que la norme soit l'honnetete, et que la tricherie soit montree du doigt comme c'est le cas dans "l'affaire Fiorese". Pour une fois qu'une action ferme et probablement efficace (les plongeurs ont une sacree pression maintenant) est menee, ne faisons pas la fine bouche.

Vamos Playa

23/01/2003 à 06h39

Peut-être sont-ce toujours les mêmes arguments, mais je trouve que ça a du poids... Si la vidéo manque (elle aussi) des trucs dans les matches avec une réal' à 25 caméras comme dans une coupe du Monde, comment faire dans des rencontres avec 6 caméras... Par ailleurs, je ne suis pas pour la vidéo, car cela entraînera un nombre de recours hallucinant (moi, l'acharnement juridique, ça me saoûle...). Des erreurs d'arbitrage, ça existe, c'est auourd'hui à la mode de dire qu'il y en a plein... Mais (je suis peut-être complétement con) j'avoue que moi, je suis plutôt en admiration devant les arbitres... Par rapport au nombre de décisions qu'ils prennent, le pourcentage d'erreur est ridiculement petit. Et si erreur il doit y avoir (entre celles des arbitres et celles de la vidéo), je préfère le statu quo, car c'est moins chiant à comprendre dans les journaux... ;-) On peut tenter des trucs (genre le double arbitrage ou le faisceau pour savoir si le ballon a franchi la ligne). Mais la vidéo pendant le match, je suis persuadé que ça va faire perdre du temps (et où s'arrête-t-on? Regarde-t-on tous les hors-jeu?), et la vidéo a posteriori ne résoud pas tout. Mais en même temps, hein, bon.

Vamos Playa

23/01/2003 à 06h40

Pour ce qui est de la blessure et de Ronaldo, tu fais preuve de mauvais esprit, au fait !!!!! ;-) Evidemment que des joueurs se blessent tout seul et que certaines fois, le contact n'est pas volontaire, etc.

taivince

23/01/2003 à 06h58

Pareil, je suis pas forcement pour la video pendant les matchs, tout simplement parce que je suis un basketteur dans l'ame incapable de suivre un match de basket a cause des coupures a tout-va...et je voudrais pas de ca pour le foot. Pour ce qui est des erreurs des arbitres je suis aussi d'accord, a condition qu' elles ne soient pas provoquees par le joueur qui plonge. Se tromper ca va, mais tricher n'est pas jouer, et pour moi ce genre de faute ne fait clairement pas partie des aleas du sport ou de sa glorieuse incertitude comme on dit. Bon pour Ronaldo, c'est vrai que je titille un peu ;-)

peterelephanto

23/01/2003 à 08h03

Comme l'écrit Monsieur Martini, le traitement de l'"affaire Fiorèse" aura permis de sanctionner un joueur qui a triché, et dont par surcroit la conception de son propre sport était assez sinistre, et aussi de clarifier un peu (et en cela l'appel de perpère a été utile) les domaines de compétence respectifs des diverses commissions (-sauras tu les retrouver?), même si ,en passant, la commission d'appel et de l'éthique a fondé sa compétence exclusive dans ledit cas sur l'article 172 des règlements lfp qui pourtant n'a apparemment pas grand rapport avec la choucroute. Sur la vidéo je trouve que les réactions de vamos et taivince ont démarré sur les chapeaux de roue avec une thèse et une antithèse de toute beauté. Il me semble déjà que l'utilisation a posteriori pour fiorèse a abouti à un progrès. Ensuite, dans la volonté d'éviter les dérives possibles évoquées par vamos , plusieurs points paraissent importants, qu'il s'agirait de définir au préalable: le mode de saisine de l'instance qui sera amenée à utiliser la vidéo: effectivement si les clubs ont un droit de saisine très important, le contentieux va se multiplier; le moment auquel la vidéo est utilisée: si on laisse entrer la vidéo pendant le match de manière précipitée, le loup sera dans la bergerie (c'est une image) les cas d'utilisation: simulation dans la surface, but de la main pour sanctionner le fautif (qui aura la main tranchée en place publique, coup ayant engendré une incapacité de travail contrôlée par le médecin-conseil... sachant que s'il est un point noir où la vidéo ne sera d'aucun secours, c'est à mon sens le hors jeu, dont la règle elle -même recèle la difficulté de son application, puisqu'un attaquant qui veut être efficace cherche toujours à partir "à la limite" le mode d'emploi de la vidéo, sur la foi de laquelle il ne s'agira de se prononcer que si, comme dans le cas de Fiorèse, son interprétation est claire et univoque. la coopération avec les arbitres, afin de définir avec eux en quoi la vidéo peut aider leur action et à partir de quand elle risque de la saper. Enfin , comme le dit Vamos, on ne parviendra à faire progresser l'équité, le fair play et le jeu qu' en manifestant du respect et de la confiance aux arbitres. Le foot est la proie d'importants enjeux financiers qui ne se préoccupent pas d'éthique . Les arbitres sont les garants des lois du jeu, de l'équité du résultat et de la santé des jouors et des joueuses, et ce serait une fameuse révolution culturelle que de cesser d'imputer aux arbitres les défaites de nos équipes chéries, en leur manifestant du soutien , parce qu'ils défendent l'intérêt de ce sport face à des intérêts particuliers. La difficulté de cette évolution des mentalités me parait un peu comparable à celle nécessaire dans le regard qu'on porte sur nos comportements routiers. Mais c'est possible ! Amen-)

peterelephanto

23/01/2003 à 08h08

correction: il fallait bien entendu lire "les défaites de VOS équipes chéries ", puisque la mienne ne perd pour ainsi dire jamais.

Positive vibes

23/01/2003 à 09h49

Mouais………. J’aimerais partager votre optimisme, mais bon je n’y crois pas trop. La sanction contre Fiorese sera positive si elle est suivie d’effets vis a vis des autres simulations. Et je suis prêt a parier que la commission ne se saisira pas systematiquement de tous ces cas. Autant dire que la sanction sera selective et donc soulevera d’autres polemiques. Et puis, qd on voit des aggressions moins sanctionnees et l’amende a Paris pour les banderolles, c’est clair qu’il ne faut pas attendre la moindre coherence sur les sanctions. Tout cela a ete fait sur l’emotion du moment et retombera comme un soufflet et parce que ca a ete bien mediatise. J’espere me tromper, mais je ne reve plus depuis longtemps. Il me semble que hier un attaquant s’est pris un jaune pour simulation ds la surface (un rennais, non?). Et je suis tres tres tres tres curieux de voir la suite de cette affaire…..

TheFlyingMoustache

23/01/2003 à 10h13

>Positive Vibes, tout système de type pénal (cad qui édicte des règlements et met en place des structures chargées de vérifier leur respect et de sanctionner les contrevenants) est sujet à des incohérences. On sait très bien qu'avec le même code pénal, les tribunaux du nord et du sud de la France n'appliquent pas les mêmes (échelles de) peines pour des faits pourtant similaires (amis nordistes et sudistes, vous l'aurez compris, ceci est une formule pratique, pas une description exacte) ; ça n'enlève évidemment rien à leur nécessité, ni à leur légitimité. >Vamos, rien n'empêche la commission de se saisir des cas où un (supposé) simulateur s'est pris un jaune pendant le match pour lui infliger par la suite une suspension. Si la simulation est confirmée par la commission, qui utilise les moyens qu'elle s'autorise (vidéo, rapport de l'arbitre, etc..) on punit, s'il n'y avait finalement pas simulation, on "relaxe". Il y a bien une suspension automatique d'un match pour carton rouge, même s'il est avéré que le rouge n'était pas justifié...A mon avis, l'argument du PSG que tu reprends ne tient pas. Globalement, le début d'amorce d'évolution que l'on sent se profiler à l'horizon me semble très prometteur, et je crois qu'il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain.

Vamos Playa

23/01/2003 à 10h20

C'est pas con, l'argument de la commission qui se saisit directement du cas de simulation, même en cas de jaune. Mais en fait, le principal problème vient du fait que beaucoup d'équipes, de dirigeants et de supprteurs ne savent pas perdre et se la fermer. Les recours, appels, contre-appels et tutti quanti (j'aime cette expression) sont super chiants et rendent le football illisible dans certains cas. Ce n'est qu'un sport après tout... Je comprends que l'on se plaigne et que l'on attaque lorsqu'un mec est blessé et que l'auteur volontaire de la blessure(quand c'est le cas...) n'est pas sanctionné. Mais dans le cas d'une injustice sur le terrain, bof, je trouve que ça prend des proportions incomparables avec ce qu'elles méritent... Le recours à la justice permanent, c'est saoûlant. Oui, Fiorèse est un simulateur. Oui, c'est chiant. Oui, s'il fait semblant dans la surface contre le LOSC, ça me fait chier dix minutes. Mais non, ce n'est pas grave et ça ne mérite pas trois matches. Et non, ça ne doit pas faire toute une affaire si ça empêche le championnat d'être lisible. Et puis bon, hein, euh (argument que j'espère imparable).

 

TheFlyingMoustache

23/01/2003 à 10h29

Ah ben là, j'avoue, ton dernier argument est effectivement imparable. Je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi tu ne l'as pas utilisé tout de suite, on aurait gagné un temps précieux ! ;-)))))) D'accord avec toi, les recours systématiques et permanents sont hyper-chiants, mais c'est un comportement qu'une plus grande sévérité, comme par exemple l'augmentation d'une peine par la commission d'appel, devrait pouvoir éradiquer. Enfin, bon, cela étant, hein (argument solide, non ?) :))