auteur
Pierre Martini

Du même auteur

> article précédent

L'OM glisse sur son savon

L'amour ne paye pas

Christian Karembeu se résout à quitter le Real Madrid à la fin de la saison. Fin de l'histoire avec le club de ses rêves. Que certains dirigeants ne viennent pas déplorer la mentalité de mercenaires des joueurs...
Partager
"Cette décision est la plus pénible que j'ai prise de ma vie" a déclaré le joueur, pas habitué à rester sur un constat d'échec, surtout de son choix d'aller au Real. On se souvient en effet du bras de fer engagé en 1997 avec son club de l'époque, la Sampdoria de Gênes, et qui avait hypothéqué ses chances de participation à la Coupe du monde. Le transfert était en outre compromis par la guerre de couloir menée à son sujet par le Barça. Privé de compétition par son club, puis exclu de fait, le Kanak avait tenu bon et le pari avait réussi, puisqu'il avait rejoint son ami Seedorf à temps pour remporter la Ligue des Champions puis devenir champion du monde dans la foulée. Nourri de buts européens décisifs sous le maillot blanc, le conte de fée se présentait sous les meilleures auspices. Mais les réalités madrilènes, de déboires sportifs en changements d'entraîneurs, ont ramené le joueur à un destin plus prosaïque, celui de remplaçant ou de sparring-partner de luxe. 45 matches de Liga seulement, rarement en intégralité, Seedorf parti à l'Inter, Karembeu voit ses chances de rejoindre le groupe France pour l'Euro très réduites.
Triste épilogue à une fable dont la morale suggère qu'on peut regretter que les joueurs perdent "l'amour du maillot", mais pas s'en étonner.
Karembeu pourra se consoler en réalisant que le Real n'est pas le club le plus en harmonie avec ses valeurs: autrefois symbole du franquisme, aujourd'hui d'une gestion calamiteuse associée à des prétentions politico-financières insupportables (via le G14 avec lequel il partage son président)...
Partager
>> aucune réaction

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Christophe Zemmour
2019-05-14

Reds ahead redemption

La saison de Premier League s’est achevée sur une note frustrante pour Liverpool, dauphin de City malgré 97 points. Il ne faut pourtant pas oublier à quel point cette campagne fut brillante et qu’elle ne marque peut-être qu’une étape.


Philippe Rodier
2019-05-10

Diego Simeone et Claudio Ranieri, influences oubliées ?

De tout temps, les exploits ont existé dans le football. Essayons tout de même de remonter l’horloge pour comprendre comment la machine s’est emballée.


Sean Cole
2019-03-28

Ashley Cole, la mauvaise réputation

When Saturday Comes – Malgré plus de cent sélections en équipe d'Angleterre et une vitrine pleine de trophées, l'arrière gauche, injustement mésestimé, n'a jamais pu se débarrasser de son image de mercenaire.


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Sur le fil

Sinon, en Ligue 1, on en est là. La Gazette: https://t.co/kZ2ru58Etc https://t.co/3D3KsFdCFX

[Un jour, un but] Solskjær 1999, le miracle du Camp Nou - https://t.co/yZKiyN86wl Par @richardcoudrais et @Ba_Zenga https://t.co/6SOiQk0Wvg

Surdimensionnement, accessibilité insuffisante, PPP toxiques, charges trop lourdes: on avait pourtant prévenu :) https://t.co/q05MFDvN9N

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Alliance Arena

"Quand un arbitre assistant demande sa collègue en mariage." (lequipe.fr)

Prendre les shots les uns après les autres

"Hugo Lloris, le mister penalties de Tottenham." (lequipe.fr)

Milieu de tableau

"Rembrandt s'invite sur le ballon du Championnat des Pays-Bas." (lequipe.fr)

Trafic de coquines

“Football : la Colombie rattrapée par le mouvement ‘Me too’.” (ouest-france.fr)

Veuvage

"Pepe cherche à trouver la solution en solitaire." (lequipe.fr)