auteur
Pierre Martini

Du même auteur

> déconnerie

Les lucarnes refusées

> article précédent

L'OM glisse sur son savon

L'amour ne paye pas

Christian Karembeu se résout à quitter le Real Madrid à la fin de la saison. Fin de l'histoire avec le club de ses rêves. Que certains dirigeants ne viennent pas déplorer la mentalité de mercenaires des joueurs...
Partager
"Cette décision est la plus pénible que j'ai prise de ma vie" a déclaré le joueur, pas habitué à rester sur un constat d'échec, surtout de son choix d'aller au Real. On se souvient en effet du bras de fer engagé en 1997 avec son club de l'époque, la Sampdoria de Gênes, et qui avait hypothéqué ses chances de participation à la Coupe du monde. Le transfert était en outre compromis par la guerre de couloir menée à son sujet par le Barça. Privé de compétition par son club, puis exclu de fait, le Kanak avait tenu bon et le pari avait réussi, puisqu'il avait rejoint son ami Seedorf à temps pour remporter la Ligue des Champions puis devenir champion du monde dans la foulée. Nourri de buts européens décisifs sous le maillot blanc, le conte de fée se présentait sous les meilleures auspices. Mais les réalités madrilènes, de déboires sportifs en changements d'entraîneurs, ont ramené le joueur à un destin plus prosaïque, celui de remplaçant ou de sparring-partner de luxe. 45 matches de Liga seulement, rarement en intégralité, Seedorf parti à l'Inter, Karembeu voit ses chances de rejoindre le groupe France pour l'Euro très réduites.
Triste épilogue à une fable dont la morale suggère qu'on peut regretter que les joueurs perdent "l'amour du maillot", mais pas s'en étonner.
Karembeu pourra se consoler en réalisant que le Real n'est pas le club le plus en harmonie avec ses valeurs: autrefois symbole du franquisme, aujourd'hui d'une gestion calamiteuse associée à des prétentions politico-financières insupportables (via le G14 avec lequel il partage son président)...
Partager
>> aucune réaction

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Philippe Rodier
2019-10-10

Real, OL : quel est le bon moment pour arriver sur un banc ?

S'il veut que son banc soit un fauteuil et non un siège éjectable, un entraîneur a intérêt à s'y installer dans le bon timing. Soit, pour le futur coach de l'OL, plutôt celui de Zidane que de Benitez à Madrid.


Les Dé-Managers
2019-10-08

“L’Odyssée du 10”, un livre au cœur du jeu

Troisième ouvrage des Dé-Managers, L’Odyssée du 10 (sortie le 24/10) propose une plongée dans le mythe et l'histoire technico-tactique du numéro 10.


Gilles Juan
2019-09-30

Qui a l’orgueil mal placé ?

Les polémiques récentes concernant Neymar, Cristiano Ronaldo et Areola ont posé cette question: un joueur est-il dans son bon droit en célébrant un souvenir qui blesse ses nouveaux supporters? 


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)