auteur
Christophe Zemmour

Du même auteur

> article suivant

Kuyt, le repos du guerrier

> article précédent

Et pour quelques journées de plus

> article précédent

Paris ouvre sa marque

Marchisio, prince de Turin

Juventino invétéré, Claudio Marchisio est devenu un joueur essentiel à Turin, où il a mis ses pas dans ceux de ses idoles.

Partager


Vendredi, San Paolo accueillait un duel au sommet de la Serie A entre le second, Naples, crédité de 51 points, et le leader, la Juventus Turin, placé six unités plus loin. Le résultat nul (1-1) constitue donc une nouvelle occasion ratée pour le club campanien de se rapprocher de la Vieille Dame. Le duel avait en fait déjà commencé en coulisses, bien avant le coup d’envoi: en janvier, Claudio Marchisio a déclaré, en réponse à une question de Style (“Y a-t-il un joueur qui t'est antipathique?”): “Personne en particulier, mais une équipe, surtout après les finales de Coupe et Supercoupe d'Italie: le Napoli. Quand je me trouve en face d’elle, il se passe quelque chose.”
 

Le Napoli s’est offensé et a demandé des éclaircissements de la part de la Juve, qui a parlé d’une “polémique inexistante”. Certains ont même développé une application smartphone intitulée “Picchiamo Marchisio”, en français “Frappons Marchisio”, qui porte bien son nom car elle permet de se défouler et d’amocher le portrait du Bianconero. Maladroits sont probablement à la fois ces interprétations et les propos en eux-mêmes de ce joueur pourtant exemplaire, parmi les meilleurs à son poste à l’heure actuelle.

 



 


Turin dans la peau

Claudio Marchisio nait le 19 janvier 1986 à Turin. Il grandit dans le culte de la Juventus, laquelle lui permet de fouler la pelouse du Stadio Delle Alpi en tant que ramasseur de balle. Surtout, elle le compte au sein de ses équipes de jeunes dès... 1993. Le gamin se prend à adorer Alessandro Del Piero, arrivé au club la même année que lui, en senior. Comme lui, il joue en tant que trequartista avant de devenir milieu à tout faire. Fabio Capello le fait s’entrainer quelques fois avec l’équipe A lors des saisons 2004/05 et 2005/06, tandis qu’il porte le brassard de la Primavera qui remporte son premier championnat depuis douze ans.
 

Le Calciopoli passe par là et la Juventus doit descendre en Serie B. Marchisio fait alors ses débuts en équipe première sous les ordres de Didier Deschamps. Il remplace David Trezeguet le 28 octobre 2006 face à Frosinone. C’est dans la même situation qu’il porte pour la première fois le brassard noir et blanc, face à Fulham en Coupe de l’UEFA le 11 mars 2010. Entre-temps, Marchisio aura connu une saison en prêt à Empoli où il a pu faire ses premières armes en Serie A et sur la scène continentale. Le club toscan est relégué en fin d’exercice et Claudio retourne à la Juve, où il commence à s’imposer.
 

Son premier but, il l’inscrit face à la Fiorentina, équipe contre laquelle il a débuté dans l’élite transalpine. Il a surtout la bonne idée de marquer face aux rivaux milanais, d’abord un très joli face à Júlio César, puis son premier doublé face au Milan. Marchisio, à l’image de la Juve, progresse, connait la Ligue des champions, est nommé parmi les meilleurs joueurs de la Botte et remporte son premier Scudetto en 2011/12, saison pendant laquelle lui et ses coéquipiers restent invaincus. Il est désormais un membre essentiel de son club de cœur – même si l’ironie du sort veut qu’il soit marié à une supportrice du Torino – qu’il avait gratifié d’une passe décisive pour Del Piero lors du match qui assura la montée en Serie A.
 


L’homme du milieu

Mais quand le Pinturicchio quitte la Vieille dame l’an dernier, Claudio refuse de porter le numéro 10, arguant qu’il s’est habitué au 8 et qu’il est plus milieu que buteur. Son rendement et ses statistiques ne le contrediront pas sur ce dernier point. Marchisio marque peu: 23 buts avec la Juve, un seul en sélection et zéro lors de son passage à Empoli. Il peut donc paraitre facile de faire son top 10, comme sur la vidéo ci-dessous. Ce qui est sûr, c’est que ces réalisations témoignent des qualités de Marchisio: celles d’un milieu aimant partir de loin et se faufiler entre les lignes, cherchant le geste efficace. Il est un joueur vif, travailleur, vaillant, généreux, endurant, accélérateur plus qu’organisateur bien que doté d’une vision du jeu qui lui permet de décider et d’agir vite.
 

 


 

Ce n’est donc pas pour rien qu’il est l’un des meilleurs joueurs italiens actuels, un membre important de deux des milieux de terrain les plus stylés et les plus performants du moment, ceux de la Juventus et de la Squadra Azzurra. Marchisio est sobre, hargneux, polyvalent, très régulier dans la performance. Il est, à la droite du dieu Pirlo, un peu le pendant de De Rossi à gauche, avec une touche offensive en plus. Lors de l’Euro 2012, les deux compères ont bien rempli leurs rôles de compensateurs des montées des latéraux et de gardes du maitre à jouer.
 

Grâce à son gabarit filiforme et longiligne, Marchisio donne l'mpression d'une stature plus importante que ce que suggère sa taille réelle (1,79 m). Stefano Borgonovo ne s’y trompe pas quand il dit qu’il lui rappelle Marco Tardelli. Gageons que les tifosi bianconeri et azzurri souhaitent la même carrière et le même palmarès que le champion du monde 1982 à celui qui est surnommé Il Principino. Il faudra pour cela notamment que Marchisio retrouve une meilleure condition physique qu’en ce début d’année 2013, tant son rendement, et celui de la Juve, semblent en dépendre.
 

Partager

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


La rédaction
2017-05-24

Vu du Banc : Saison 2, Episode 42 - le bilan de la Ligue 1

La saison du foot français terminée (aux barrages près), c'est l'heure de faire le bilan de l'édition 2016/17 de la L1. Retour sur les performances des clubs français et projections sur la saison prochaine, avec l'appui de Julien Assuncao.


Christophe Zemmour
2017-05-23

Kuyt, le repos du guerrier

Passe en retraite – Le soldat Dirk Kuyt a enfin rendu les armes, à trente-six printemps. Non sans offrir un dernier titre de champion au Feyenoord, et non sans laisser l’image d’un guerrier valeureux apprécié de tous.


Richard N
2017-05-16

Houchen 1987, le soleil de Coventry

Un jour, un but – Le 16 mai 1987, sous le soleil de Wembley, l'Anglais Keith Houchen inscrit d'une tête plongeante acrobatique un but qui lance le club de Coventry vers le seul grand titre de son histoire, la FA Cup.


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Sur le fil

RT @AFPSport: Football Leaks: perquisitions au PSG et chez ses stars argentines https://t.co/TwNGI6QFdl #AFPSports https://t.co/uW76JpTtIa

[passe en retraite] Kuyt, le repos du guerrier - https://t.co/LGcRBBIMNL Par @Ba_Zenga https://t.co/IYH8Fgzvnp

RT @VuduBancPodcast: Nouvel épisode ! Avec @Birdace, on fait le Grand Bilan de la #Ligue1 2016-17. Plus de 2h d'émission ! 📻 🎙 🎧 >> https:…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 07h48 - Sens de la dérision : Easy Sider 23/05/2017 à 22h23 Ou alors en fait on vote de plus en plus en fonction des sondages,... >>


L2, National, CFA... le championnat des petits

aujourd'hui à 07h30 - JeanBen : manuFoU 23/05/2017 à 23h15 Scandale, rien que ça ? Décidément, la capacité... >>


Les stats, levant pire

aujourd'hui à 07h09 - Toni Turek : Au classement du Soulier d'Or, je découvre que le coefficient appliqué à la Ligue 1 est de 1,5,... >>


Le Palet des Glaces

aujourd'hui à 05h23 - Gouffran direct : On finit de tailler la statue de marbre pour Anderson. On se fait livrer le socle jeudi aprem'. >>


Le Ch'ti forum

aujourd'hui à 04h47 - blafafoire : Bon ben il n'est pas si loco en fait... Démission !!! >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 04h31 - Gouffran direct : Énorme faute sur Crowder à 3 points, non sifflée. Tout le monde l'a vue sauf tous les... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 03h36 - Yapéno : C'est un grand Noir (c'est toujours un grand Noir qui commence, de toute façon). >>


MLS, c'est l'Amérique

aujourd'hui à 03h31 - Gouffran direct : But pour Ottawa! La défense passoire de Toronto (Bouh!) fait n'importe-quoi. Sito golaço!... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 02h23 - Gouffran direct : 7 miyons pour Sabaly? Oh? Sérieux? 3 ou 4 mais pas plus. Faut pas déconner quand-même. À 7... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 02h13 - Gouffran direct : Mako, 450 watts c'est fort. It's a bit strong. A bit Armstrong I might say! >>


Les brèves

Wayne Ruiné

"Rooney perd 500 000 £ en deux heures au casino." (sofoot.com)

Eden Lazare

“Gomis : ‘J'ai vu l'OM mourir et ressusciter’." (lephoceen.fr)

J'y suis Giresse

"Mali : Giresse va rester." (sofoot.com)

Roland Tournevissé

"Red Star : Courbis ne les lâche plus." (lequipe.fr)

Dégoupillage

"Mauvaise opération pour Grenade." (lequipe.fr)