auteur
Christophe Kuchly


Dé-Manager, qui parle dans Vu du Banc et écrit pour l'AFP et dans La Voix du Nord.


Du même auteur

> article suivant

Les demoiselles de Reims

> article suivant

Les footballeuses de Preston

> article précédent

Stades : big is beautiful ?

Toutes les occasions sont bonnes

Pour gagner, il vaut mieux avoir des occasions que la possession, selon le coach norvégien Egil Olsen, à rebours de la philosophie "barcelonaise". Alors, c'est quoi une occasion, et comment s'en créer?

Partager

L'auteur parle également tactique et philosophie de jeu sous l'identité de L'apprenti Footballologue chez horsjeu.net.

* * *

 

Avec ses succès et ses échecs, Egil Olsen est un personnage différemment perçu selon les endroits du globe. Son expérience à Wimbledon en a fait un entraîneur moqué mais, habillé du costume de sélectionneur, il a permis à son pays de vivre quelques uns de ses plus beaux moments avec deux qualifications pour les Mondiaux 1994 et 1998, et des résultats en progrès depuis son retour en 2009. Mais, plus que le jugement que l’on porte sur son travail ou sa capacité à citer le point culminant de chaque pays du monde, Egil Olsen est atypique par son approche du football.

 

 

Dans une longue interview dans le numéro 3 de la revue The Blizzard, il assure ne pas voir de différence entre mettre la balle dans le paquet pendant quatre-vingt-dix minutes et se créer quinze occasions, et transpercer la défense pour se procurer deux occasions en face à face avec le gardien. Il avancera également la statistique de 75% concernant le nombre de fois où l’équipe se procurant le plus d’opportunités finit par emporter le match, chiffre reposant sur des études personnelles et non sur une estimation. Au fond, et puisque 75% est un nombre qui donne envie de tenter le coup, Olsen explique que le chemin le plus court vers la victoire est la création d’occasions de but, peu importe leur nature.

Et, quand on lui signale que l’on compte toujours le nombre d’occasions mais jamais leur degré de dangerosité, il répond: "C’est vrai, et il serait possible de créer des niveaux un, deux et trois correspondant à grand, moyen ou faible. Mais il s’avère que ceux d’entre-nous qui comptent selon cette méthode arrivent généralement au même résultat: il pourrait y avoir quelques variations car c’est sujet subjectif, mais je pense que c’est le meilleur indicateur de la nature d’un match de football. La possession, bon…"

 


Qu’est-ce qu’une occasion ?

Olsen n’explique pas réellement à partir de quel niveau intervient l’opportunité de marquer. On peut toutefois la situer juste après la "situation dangereuse", définie comme une action créant un danger encore potentiel. En gros, un ballon pas trop loin du but, dans les pieds de l’attaquant et avec une défense un tant soit peu hors de position. Ou alors un coup de pied arrêté. Un corner par exemple, surtout pour Christian Jeanpierre. La situation ne devient une occasion qu'à partir du moment où il y a une frappe ou une passe pouvant être décisive.

 

Pour qu’il y ait occasion, il faut évidemment qu’il y ait espace, donc déséquilibre. Celui-ci peut être créé ou exploité. On peut ainsi distinguer deux types d’opportunités offensives: celles qui sont le fruit d’une volonté, et celles qui sont surtout dues à une erreur de l’adversaire. Et, bien entendu, beaucoup d’autres à mi-chemin. Un exemple permet d’illustrer toutes les distinctions: le but de Benzema lors du Clasico en tout début de rencontre. La volonté du Real est de presser très haut sur Valdés pour le faire paniquer. Cela provoque une passe mal assurée qui retombe dans les pieds des attaquants madrilènes, chose tout à fait évitable compte tenu de l’éventail de possibilités qui s’offraient alors au portier. Erreur ensuite parfaitement exploitée pour marquer. Plutôt que de créer une occasion, en misant sur un surnombre offensif via la montée des latéraux par exemple, Mourinho veut provoquer une erreur, ou tout du moins lui donner la possibilité d’être commise.

 

 

 

À long terme, ou plus simplement au-delà de la vérité d’une rencontre, une équipe ne faisant que profiter des erreurs de l’adversaire sera vite limitée dans son nombre de chances de marquer. Bien sûr, il y aura toujours ça et là un Queudrue pour marquer contre son camp du milieu de terrain, mais il suffira de tomber face à une formation disciplinée pour voir son nombre d’opportunités considérablement réduit. C’est pour cela qu’il faut mettre en place un dispositif pour se procurer des occasions, si possible indépendant des qualités de l'adversaire pour pouvoir être reproduit avec succès. L’illustration est évidente, mais l’opposition entre le Barcelone de Guardiola et le Madrid de Mourinho est le parfait reflet de cette dualité entre une équipe qui veut imposer sa volonté et une autre qui oppose un contre-modèle basé sur les faiblesses de l’autre au moins autant que sur ses propres forces. Bien entendu, ce n’est que la vérité d’une rencontre, et le Real se trouve dans la position inverse pendant les 36 autres matches de Liga.

 


Comment interpréter une occasion ?

Il n’y a pas de lien entre possession de balle et nombre de tirs au but par rencontre. Bien entendu, la possession est le reflet de la qualité technique et de conservation de balle d’une équipe, ce qui veut dire que le ballon passera en moyenne plus de temps dans les pieds du favori, a priori plus apte à marquer. Pour autant, l’action de tirer est un abandon du ballon, un acte qui marque la fin d’une séquence offensive. On estime être dans la meilleure position possible pour tromper l’adversaire, et on se lance dans un quitte ou double: soit il y a but ou récupération du ballon via une touche ou un corner, soit la possession est perdue. C’est ainsi que Barcelone, bien entendu, mais aussi Bilbao et son pourcentage de près de 80% de possession en Ligue Europa, tentent finalement rarement leur chance. On est dans une forme de totalitarisme, de conservatisme par l’attaque.

 

À l’inverse, une équipe très repliée et qui refuse la bataille pour le contrôle du jeu sera obligée de rentabiliser au maximum ses rares possibilités. Il n’est pas nécessairement question de refus de jeu mais bien de refus de bataille, se replier pour mieux éclater ensuite. Parmi les exemples les plus marquants, bien que dans un contexte un peu particulier, on peut citer le match de la fucking disgrace entre Chelsea et Barcelone en 2009, où les Anglais n’ont même pas eu 30% de possession mais se sont procurés bien plus d’occasions, "légères" comme dangereuses, que les Espagnols.

Une occasion n’est finalement que ce qui arrive quand l’équipe qui attaque sent qu’elle s’est mise dans la situation la plus favorable possible dans un contexte précis et selon ses capacités. Son seuil de compétence en quelque sorte. Pour certaines, ce seront des têtes sur des ballons dans le paquet et des tirs lointains, pour d’autres des tirs dans les six mètres après avoir éliminé le gardien. Leur fréquence ne dépend que de la capacité à se mettre dans cette situation favorable.

 


Quels systèmes de jeux ?

Cela peut paraître évident, mais pour se procurer des occasions il faut limiter le superflu. Les redoublements dans la surface et autres tentatives pour en augmenter sa dangerosité – passer du niveau moyen à élevé pour reprendre la rhétorique d’Egil Olsen – sont autant de risques de perdre tout le bénéfice du travail fait en amont et de rester à l’état de situation dangereuse. C’est ainsi que Barcelone, équipe référence à l’échelle européenne, effectue en moyenne trois tirs de moins par match que le Real en championnat (16,9 contre 19,6), et se place juste au-dessus de Séville ou l’Atlético. Bien plus dangereux en moyenne, ils sont près d’une moitié à être cadrés, un ratio largement supérieur à toutes les autres équipes de Liga (qui cadrent entre 30 et 40% du temps, ce qui est d’ailleurs mieux qu’en Serie A ou Premier League).

 

 

Comme on le voit sur ce graphique, basé sur des chiffres à mi-saison mais qui ont peu évolué, les Anglais tirent significativement plus que les autres. Une raison principale: le tempo très élevé. Des phases préparatoires raccourcies avec des passes très directes, des joueurs capables d’artiller de loin, mais aussi d’être dangereux sur coups de pied arrêtés. Le relatif manque de rigueur tactique et le nombre parfois élevé d’absences défensives résultent de ce jeu basé en majorité sur des phases de contre-attaque perpétuelles, où une équipe sort de sa réserve avant d’être prise à revers car hors de position – et ainsi de suite tant que personne ne ralentit.

 

Une statistique résume assez bien le rôle de l’adversaire dans la propension qu’ont les clubs de Premier League à beaucoup tirer au but: l’équivalent sur la scène européenne. Cette saison, le premier Anglais est Chelsea, neuvième derrière des équipes comme Lille ou Valence, Arsenal étant… avant-dernier, juste devant Nicosie. Voilà qui nuance l’idée de l’ami Olsen. Quant à la saison 2010-2011, seul Chelsea était dans les quinze premiers. Autrement dit, quand l’adversaire refuse d’entrer dans une logique de surenchère de jeu, le déséquilibre est plus difficile à provoquer.

 


Jouer pour l’occasion, une stratégie viable ?

Si l'on poussait à l’extrême la logique d’Egil Olsen, qui postule qu’une équipe ayant plus d’occasions remporte son match 75% du temps, on pourrait tenter de bâtir une équipe presque invincible. Sauf que l’adversaire joue un rôle certain, et que certaines qualités nécessaires dans un cas (vitesse, jeu rapide) ne le seront pas forcément dans l’autre (décalages, tirs de loin).

 

 

Sur le papier, la tactique pour tirer au but, puisque cela reste la meilleure chance de marquer, serait de multiplier les milieux à la polyvalence offensive en supprimant les récupérateurs, de posséder des latéraux offensifs et centraux athlétiques – ailiers capables de repiquer dans l’axe pour se procurer leurs propres occasions – et enfin d'aligner un joueur de pointe athlétique. La composition d'une telle équipe pourrait être celle ci-dessus. Équipe digne de Fantasy football, et pas forcément impériale sur le terrain. Car, contrairement à ce qu’en dit ce bon Egil Olsen, l’occasion ne fait pas nécessairement le football. Elle est une conséquence, mais ses causes peuvent être multiples. Impossible d'espérer toutes les maîtriser et de faire de la création d'occasions un leitmotiv. La possession ne fait pas gagner les matches, les occasions le peuvent. Mais on peut apprendre à avoir le contrôle de la première, et ainsi choisir quand se procurer ces fameuses occasions.

 


Sources
thompsontalkstactics – "Football in Europe, the stats so far. Part 3 Shooting and defending"
whocored.com – statistiques de tirs : Liga et Ligue des champions.

Partager

> sur le même thème

Ben Arfa, footballeur inachevé

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Christophe Zemmour
2019-05-14

Reds ahead redemption

La saison de Premier League s’est achevée sur une note frustrante pour Liverpool, dauphin de City malgré 97 points. Il ne faut pourtant pas oublier à quel point cette campagne fut brillante et qu’elle ne marque peut-être qu’une étape.


Philippe Rodier
2019-05-10

Diego Simeone et Claudio Ranieri, influences oubliées ?

De tout temps, les exploits ont existé dans le football. Essayons tout de même de remonter l’horloge pour comprendre comment la machine s’est emballée.


Sean Cole
2019-03-28

Ashley Cole, la mauvaise réputation

When Saturday Comes – Malgré plus de cent sélections en équipe d'Angleterre et une vitrine pleine de trophées, l'arrière gauche, injustement mésestimé, n'a jamais pu se débarrasser de son image de mercenaire.


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Sur le fil

C'est extraordinaire: la nouvelle règle sur la position des gardien(ne)s lors des penalties est plus souple, mais l… https://t.co/cEPFxxCkt0

RT @Anthony_Alyce: Merci les @cahiersdufoot pour ce nouveau numéro au top ! L’interview croisée de @doucetphilippe2, @lucas_hervouet & @Flo…

RT @TANG_Foot: .@jomicoud dans les @cahiersdufoot : « C’est difficile de faire mieux que Van Halen au Vélodrome. Pour moi, la connexion en…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Bréviaire

aujourd'hui à 06h44 - De Gaulle Volant : Carence Seedorf« Seedorf: ''Choupo-Moting, notre leader technique''» (football.fr) >>


Libertadores / foot sud-américain

aujourd'hui à 05h22 - rivaldo maccione : leoaujourd'hui à 04h51J'ai compris la même chose que toi. Par contre, j'ai eu le droit à deux... >>


Espoirs, des bleus et des verts

aujourd'hui à 05h20 - Gouffran direct : N'empêche qu'en district il doit bien y avoir des bouchers qui commettent des tacles de... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 04h50 - Gouffran direct : Tricky,tu le veux en quelle taille ton maillot des Raptors 2019-2020 floqué Kawhi?Ils taillent... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 01h31 - leo : Un superbe article, dans le Journal du CNRS, sur les charpentes gothiques, leur techiques de... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 01h30 - Flo Riant Sans Son : fabrafaujourd'hui à 00h28En dehors de Paris, Monaco et Lyon, tu verrais qui en début de saison... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 01h27 - Run : Mais la, c'est comme si vous jugiez un joueur a la premiere journee de championnat en vous disant... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 01h16 - Flo Riant Sans Son : Ma 4g langue un peu... >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 00h59 - Milan de solitude : La traduction récente de Jean-Raymond Fanlo, dans laquelle je l'ai lu, est, je crois, unanimement... >>


Marinette et ses copines

aujourd'hui à 00h55 - CHR$ : "CELTIC BHOY19/06/2019 à 22h24Le deuxième but écossais a été marqué par Jenny Beattie, fille... >>


Les brèves

Alliance Arena

"Quand un arbitre assistant demande sa collègue en mariage." (lequipe.fr)

Prendre les shots les uns après les autres

"Hugo Lloris, le mister penalties de Tottenham." (lequipe.fr)

Milieu de tableau

"Rembrandt s'invite sur le ballon du Championnat des Pays-Bas." (lequipe.fr)

Trafic de coquines

“Football : la Colombie rattrapée par le mouvement ‘Me too’.” (ouest-france.fr)

Veuvage

"Pepe cherche à trouver la solution en solitaire." (lequipe.fr)