auteur
Alex Lagazette

Du même auteur

> déconnerie

Ligue 1 Judorange

> article suivant

L'année de Marco Asensio

> article précédent

Euro 2016 : le milliard des stades

> article précédent

Top 10 : les rois d'Écosse

Ligue 1 / Journée 24 : la Gazette

Partager


Le Classement en relief



Retrouvez tous les Classements en relief (Ligue 2, Premier League, Bundesliga, Liga, Serie A et même le classement de ta mère), ainsi que le générateur de classements.


Les résultats de la journée

AS Saint-Etienne 4 - 0 Stade Rennais FC
Dijon FCO 3 - 0 OGC Nice
Girondins de Bordeaux 1 - 0 Olympique Lyonnais
SM Caen 2 - 2 Evian Thonon-Gaillard
Paris Saint-Germain 2 - 2 Montpellier Hérault SC
Marseille 1 - 1 Valenciennes FC
AC Ajaccio 0 - 0 Stade Brestois 29
FC Sochaux Montbéliard 0 - 0 AJ Auxerre
AS Nancy Lorraine 0 - 3 Toulouse FC
FC Lorient 0 - 1 Lille OSC





Les bienfaits du Qatar : on n'y pense pas, mais le PSG a aussi dû embaucher 8 comptables pour éditer la feuille de paie de Javier Pastore.


Les gestes de la journée


Le slalom Sammytraoré© de Frau qui élimine à peu près toute l’équipe Danone avant d’obtenir un penalty – qu’il transforme, fait rare cette année en Ligue 1. 

 

La remise en aile de pigeon acrobatique de Nicolita qui trouve Aubameyang (dommage que la reprise de volée du Gabonais passe à côté du poteau de Costil, l’action a été coupée au montage du résumé du CFC).

 

Le centre de Danzé dévié par une aile de pigeon inspirée de Kembo, que Pajot reprend hélas sur la transversale stéphanoise. De toute façon, jamais personne n’aurait voté pour un Rennais au but de l'année.

 

Montpellier ressort le ballon proprement en enchaînant cinq échanges en une touche, Belhanda fait la différence en éliminant trois joueurs au milieu avant de servir Bédimo seul sur l'aile gauche qui centre sur Utaka: une contre-attaque parfaite que seul le talent de Sirigu empêche de se conclure par un but.

 

Le lob du plat du pied de Koné qui clôture la prestation de haut vol de Dijon.

 

Le contrôle-orienté de Kakuta, suivi d'un coup de rein à faire pâlir Rocco Siffredi: il laisse ainsi tout le loisir à son vis-à-vis d'apprécier la passe millimétrée livrée avec la notice à Brice Jovial, lequel ne se fait pas prier pour transformer l'offrande en un petit piqué filet opposé que les défenseurs ont cru jusqu'au bout pouvoir sauver.

 

Le pas de deux de Ménez dans la surface adverse et sa petite remise latérale en aveugle qui désintègre trois joueurs montpelliérains, dont le gardien, tout en permettant à Hoarau de rappeler à Gameiro comment mettre en pratique le guide du petit Pauleta illustré: on va au premier poteau pour couper les passes d'un plat du pied en extension.





Corrosif, le déo sous les aisselles.

 

 

 

 

Les minutes

La minute “C’est pas juste” de Cyril Linette
“Je dois gérer l’arrivée d’un nouvel entrant très agressif, aux poches pleines et à la communication très puissante (...) On subit une attaque d’une agressivité et d’une violence absolument inouïes, c’est une forme d’impérialisme qui semble presque surnaturelle.” (L'Équipe)
Un peu comme celle qu’a asséné la chaîne cryptée à l’opérateur TPS, il y a quelques années.

 

La minute chère à Laurent Wauquiez de Jacques Rousselot
“Les joueurs se croient au Club Med, ils pensent sans doute que cela va continuer éternellement, comme les allocations ou les contributions.” (Canal+)

 

la minute presque d’autocritique de Marc Planus
“Les hommes ont peut être changé.(...) Tous les systèmes peuvent marcher pourvu que les joueurs le comprennent et y mettent de la bonne volonté.” (Foot+)
Jean Tigana et, à un degré moindre Raymond Domenech, apprécieront la petite précision finale.

 

La minute diplomate d’Alex
“C’était toujours un plaisir de regarder Robinho et Nene. C’était souvent soit l’un, soit l’autre qui jouait. Celui qui patientait sur le banc n’avait qu’une hâte: entrer et marquer.” (L'Équipe)
C’était quand même plus souvent l’un que l’autre: du temps où ils jouaient tous les trois à Santos, Robinho était un titulaire indiscutable alors que Nene était le joueur qui entrait souvent à l’heure de jeu.

 

La minute “pas content” de Bruno Roger-Petit
“Quant à Pierre Ménès, l’homme qui pense que jouer comme le Barça doit être l’objectif unique de toute équipe de football et qui plaide derechef en permanence pour un football mondialisé, dévirilisé, aseptisé et métrosexualisé, il décréta que ce PSG-Montpellier était le révélateur de la nature profonde de l’entraineur Carlo Ancelotti : «C’est qu’un bétonneur et pis c’est tout. »” (sport24.com)
C’est bien résumé. Entre son blog sur Sport 24 et celui sur le Nouvel Obs, BRP règle ses comptes avec la droite française. 

 

 



L'équipe-type mystère




Sur quel critère ce onze a-t-il été composé?

  

 



L'extrait gratuit

Le Camp des Loges s’est animé mardi. Des biscuits apéritifs de second plan, du cidre doux et des pistaches avaient été déposés sur la grande table de la pièce dite “de vie”, là où les joueurs du PSG se retrouvaient après l’entraînement pour échanger ; les numéros de téléphone de leurs conquêtes féminines, principalement. L’un des employés fêtait son pot de départ. Medhi et moi le surprenions en plein discours. ”Je suis triste de vous quitter, les gamins, mais mon temps est révolu. Après toutes ces années au contact des mauvaises herbes, je vais enfin pouvoir déraciner celles de mon jardin. Je souhaite bonne chance à mon successeur, Jacques Dessange.” C’était René, le jardinier. Sans lui, les terrains d’entraînement n’auront plus le même vert.

 

 

Kevin Kohler a gagné l'écoute de Leonardo, qui le charge d'une mission de recrutement un peu particulière...

 

 



Tiens, Emile Louis a changé de tactique d'approche.

 

 

 

 

Les stats futiles

Lyon et Evian-Thonon-Gaillard comptent chacun 9 défaites en championnat. Lyon est à 3 points du podium, Evian à 24.

 

Après Toulouse, Nice et Ajaccio, Evian-Thonon-Gaillard est la quatrième équipe de la saison à arracher un point au Stade Malherbe de Caen dans les dernières minutes de jeu, ce qui fait un total de 7 points perdus sur le finish.

 

Depuis la 10e journée, c’est à dire le 16 octobre 2011, Sochaux n'a marqué que 3 buts sur action de jeu en 14 matches, série en cours. La dernière équipe à avoir subi un tel trou noir offensif s'est maintenue. C’était l’AJA en 2008-2009, qui n'avait marqué que trois fois dans le jeu entre la 8e et la 22e journée, soit 15 rencontres. Il reste quatre rencontres aux Doubistes pour ne pas rejoindre l'AC Ajaccio millésime 2005-2006, qui n'avait marqué que deux petits buts dans le jeu entre la 4e et la 22e journée, une sacrée disette.

 

Brest vient de rejoindre le TFC au palmarès des 0-0, avec son quatrième match nul et vierge, tous réalisés en déplacement. Ce match constitue aussi leur quatorzième résultat nul et les rapproche du record bordelais, qui est de 20 nuls lors de la saison 2004-2005.

 

 

 

 


Dans son nouveau spectacle, Guignol, faisant semblant de ne pas le voir, demande encore aux enfants de lui dire où se trouve Gnafron.

 

 

 


L'extrait gratuit

 

34e Traoré passe la ligne médiane. Pour aller chercher à boire.

40e Sauvetage de Nkoulou en couverture de Traoré, tranquillement crocheté par Kadir. Être en couverture de Traoré c’est quand même un coup à mourir jeune.

43e Bonne combinaison entre Valbuena et Jordan Ayew qui se conclut par une frappe à droite des cages. Il a du pot, Penneteau. Valbuena en profite pour se recoiffer.

45e La défense de Valenciennes est tellement amorphe que Valbuena vient de prendre une balle de la tête.

Mi-temps Un bon centre de Fanni et un but de Diarra, l’Inter Milan doit trembler.

 

Bob-Loulou n'a rien manqué de Marseille-Valenciennes, lui. C'est sur Marseille vu du ciel.

 

 



Pour la campagne de 2012, Nicolas Sarkozy se prépare encore une fois à piquer Léon Blum.

 

 

 

 

Les observations en vrac

 

Seul le Dijon Football Côte d’or peut vous offrir des frappes fines et fortes à la fois. 

 

Tout le monde s'en fiche mais Saint-Étienne est revenu à 3 points du podium et Bordeaux à 6.

 

Bordeaux et Lyon pouvaient jouer dans leurs couleurs traditionnelles sans que cela gêne les téléspectateurs. Au lieu de ça, les deux équipes ont joué avec leur troisième maillot, qui correspondait quasiment aux couleurs traditionnelles de leur adversaire respectif.

 

En fait, Germain le lynx affiche un grand sourire pour équilibrer avec Jérémy Ménez qui tire toujours la tronche.

 

Francis Gillot n'avait pas tort, finalement, quand il disait que Lyon allait lâcher le match. Il s’est juste trompé de compétition.

 

Saint-Étienne peut se retrouver quatrième en milieu de semaine, avec une tribune en moins. Il suffisait donc de réduire la température du chaudron pour réussir la recette.

 

Nenê doit énerver beaucoup de monde, même les ramasseurs de balle tentent de le blesser.

 

Il est temps que le CSA se penche sur le cas du Canal Football Club, afin que chaque équipe de L1 obtienne un temps d'antenne relativement équivalent.

 

Pierre Alain Frau, Sidney Govou, Cédric Barbosa... La journée de L1 a un peu ressemblé à un film de zombies.

 

Bordeaux vient de refiler son mauvais karma à Lyon qui, en une journée, vient de décrocher de la course à la Ligue des champions, de s’offrir un quart de finale de coupe de France à Paris, et de voir les Stéphanois revenir sur leurs talons. Précisons à Pierre Ménès que “karma” n’est pas le surnom de Yoann Gourcuff.

 

Le “bétonneur” Carlo Ancelotti cher à Pierre Ménès, c’est bien le gars qui a perdu une finale de Ligue des champions en 2005 alors que son équipe menait 3-0 à la mi-temps?

 

 

 



Sosies Osbourne

Même sens du lainage rustique, même modernité Optic 2000: c'est à se demander si Gérard Bourgoin n'a pas lui aussi participé à L'Amour est dans le pré, et si un speed dating manqué n'est pas la cause de tous les malheurs de l'AJA.

 

 




Le coin fraîcheur 

Sidney Govou apprend avec surprise qu’il vient de marquer son cinquantième but en Ligue 1 : “Ah oui... ça faisait longtemps que je l’attendais celui-là” (Canal+). L’attente fut tellement longue qu’apparemment, il avait mis le projet en stand-by. 

 

Cédric Carrasso reste fidèle : “J’ai prolongé en sachant où j’allais. J’ai un devoir vis-à-vis de Bordeaux, celui d’apporter quelque chose à ce club qui s’est fait dépouiller. Mais ce n’est pas encore assez.” (L'Équipe) C’est sympa, un international qui ne pose pas une qualification en Ligue des champions en condition sine qua non pour rester à Bordeaux.

 

Hervé Mathoux à Pierre Ménès : “Ça vous écorcherait de dire du bien de Brandao” (...) “Tout le monde sait que vous aimez bien tailler les gardiens de Ligue 1” (...) “Il n’y a pas que les gardiens que vous taillez d’ailleurs” (Canal+). Si dans les semaines qui viennent, Hervé Mathoux se met d’accord avec Al Jazira, ce serait sympa qu’il ose dire tout ce qu’il pense de son consultant vedette.

 

Le match Lorient-Lille a été témoin d’un double heureux événement: Christian Gourcuff s’est enfin concentré sur la prestation de ses joueurs et a laissé tranquille les arbitres alors même que Frank Béria reconnaissait une faute commise dans sa propre surface.

 

Omar Daf n’en rajoute pas après avoir reçu un gobelet plein dans le visage et reprend la partie quelques minutes après l’incident. Alors qu'on a un exemple de joueur qu'une cannette vide avait plongé dans le coma.

 

 

 



"On fait un tennis-ballon ?
– On peut sans filet ?
– Vous voulez pas faire un tennis-ballon, d'abord ?"

 

 

 

Le classement alternatif

 

Le classement à la moyenne, qui dans certains championnats décide des futurs relégués, prend en compte les points de la saison en cours et des deux saisons précédentes, rapportés au nombre de matches joués dans l’élite. Ce système a pour caractéristique de protéger les gros et d'obliger les promus à faire une saison de feu pour se maintenir.

 

 

1. Lille 1,8990 (188 points en 99 matches)
2. Marseille 1,8687 (185 points en 99 matches)
3. Lyon 1,75 (175 points en 100 matches)
4. Montpellier 1,66 (166 points en 100 matches)
5. Paris 1,58 (158 points en 100 matches)
6. Bordeaux 1,51 (151 points en 100 matches)
7. Rennes 1,48 (148 points en 100 matches)
8. Auxerre 1,4242 (141 points en 99 matches)
9. Lorient 1,3535 (134 points en 99 matches)
10. Toulouse 1,34 (134 points en 100 matches)
11. Saint-Etienne 1,2929 (128 points en 99 matches)
12. Valenciennes 1,27 (127 points en 100 matches)
13. Sochaux 1,2020 (119 points en 99 matches)
14. Nancy 1,19 (119 points en 100 matches)
15. Caen 1,1639 (71 points en 61 matches)
16. Brest 1,1613 (72 points en 62 matches)
17. Nice 1,1 (110 points en 100 matches)
18. Dijon 1,0833 (26 points en 24 matches)
19.. Evian-Thonon-Gaillard 1,0435 (24 points en 23 matches)
20. Ajaccio 0,9583 (23 points en 24 matches)

 

Les trois promus en Ligue 1 seraient tous trois relégables actuellement, alors que Sochaux et Auxerre seraient tranquillement blottis au cœur du peloton. La 17e place de Nice n’étonnera personne, même si elle peut faire enrager quelques Caennais. En termes de régularité sur les trois dernières saisons, on observe que Montpellier est devant Paris, Bordeaux devant Rennes et que Toulouse, l'équipe la plus moche du championnat dixit certains médias, est juste derrière "les apôtres du beau jeu" lorientais.

 

 



Combien on l'a payé Payet ? Combien ?

 

 

 

Micro de Plomb : The Race

Daniel Bravo vient chasser sur les terres du Xav : “Tous les feux sont ouverts à Saint-Étienne.” (Canal+)

 

Discussion de podologues sur le plateau du CFC :
"- Élie Baup : Oui c'est très fort parce qu'Alex frappe de l'extérieur du pied.
- Hevé Mathoux : Non non, il frappe cou-de-pied.
- Élie Baup : Oui il frappe cou-de-pied, mais de l'extérieur."

 

Christophe Dugarry en pleine démonstration de parti pris : “Les Parisiens ont récupéré le ballon beaucoup trop bas, à 39 mètres, alors que Montpellier a pressé très haut en récupérant à... 41 mètres.” (Canal+)

 

 



Nouvelle directive de la Ligue afin d'éviter un report lorsque les supporters se sont déplacés. Désormais, en cas d'intempéries, les matches auront lieu sous la bâche chauffante.

 

 

 

Le championnat à l’envers

 

Sochaux et Auxerre s’étant neutralisés (0-0), les Doubistes ayant un match en retard à jouer, c’est Nice qui prend les commandes grâce à un très beau succès à Dijon (3-0). Patrice Carteron avait tenté un pari au mercato: recruter Gaël Kakuta sur la foi de ses prestations à Bolton. Pari visiblement perdu: la relation technique de l’ex-Lensois avec Brice Jovial ne fonctionne pas.

 

 

Si Ajaccio a dû accepter un point de Brest (0-0), Nancy repart de l’avant et s’impose à domicile face à Toulouse (0-3). Le frisson a eu lieu à Caen: les Normands sont passés en cinq minutes de l’abattement à l’espoir. L’arbitrage à l’envers leur a refusé le but qu’ils craignaient d’avoir inscrit, juste avant que Sidney Govou ne commette le geste qui empêche le retour d’ETGFC. Au final, les onze premiers du classement se tiennent toujours en huit points.

 

 

 

 

Vu du forum

Fil : Gerland à la détente

=>> balashov22 19/02/2012 à 17h43
Pénible, cette ouverture du score contre le cours du jeu. Mais vu que de toute façon, on ne fait que réagir depuis des semaines (sauf contre l'Apoel), eh bien allons-y maintenant.
=>> Gouff à 17h52
"Contre le cours du jeu", faut le dire vite quand même.
=>> Hyoga à 17h53
Je suis assez d'accord, il n'y avait pas de cours du jeu du tout. Donc c'était difficile d'aller contre.

 

=>> Hyoga 19/02/2012 à 18h21
Umtiti, le marquage sur coup de pied arrêté c'est pas sa tasse de thé, visiblement.
=>> Charterhouse11  à 18h21
Dabo, le football c'est pas son truc visiblement non plus.
=>> Charterhouse11 à 18h43
Johann Micoud: "Dabo qui est tout seul, Ederson qui hésite..." Tu m'étonnes.


 

 



La bonne enseigne

 


 

Quand on n'a pas le profil Qatari SG, qui sait où votre carrière peut ensuite vous envoyer? Si le latéral parisien suivait ce panneau indicateur, il se retrouverait en tout cas dans la région de Huy, en Wallonnie (photo envoyée par Lagwiff).

 

Merci à Cébrik Jécluse, Gouffran Direct, gurney, Licha sauvage, Lucho Gonzealaise, Marius T, Ô Mexico, Rhônealpinho, Yoop2804 pour leurs contributions. Les lucarnes sont issues du Diaporama des lecteurs et leurs auteurs sont lemeu, Cris Tiago Rool Naldo, Pascal Amateur, Rhônealpinho, Tonton Danijel et Il m harcèle de saillies.

Partager
>> dernière réaction : «Preums.» / 01/03/2012 à 12h39
>> voir les 33 réactions

> sur le même thème

Ligue 1 / Journée 22 : la Gazette

Le championnat de France


La rédaction
2017-08-16

Vu du banc : Saison 3, Episode 2 - Ligue 1, Supercopa et reprise à l'étranger

De la Ligue 1 bien sûr, mais aussi un Clasico vu du stade, de la Premier League et les projections sur la saison à venir. Jeu, joueurs et politique sportive: un épisode riche et long au programme.


Alex Lagazette
2017-08-14

La Gazette de la L1 : 2e journée

Un retour en fanfare. • Les gestes • Les antigestes • Le match qu'il ne fallait pas rater • Le onze • Les observations • Le trophée • Le bâton de Bourbotte • Le coin fraîcheur • Le texte • Les mots croisés • Le championnat à l'envers • La zone mixte • Vu de Twitter


La rédaction
2017-08-07

Vu du banc : Saison 3, Episode 1 - Retour sur la première journée de Ligue 1

À l'occasion du retour de la Ligue 1, Vu du Banc lance sa troisième saison.


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Ni buts ni soumises

Ni buts ni soumises

Rêve orange

Classement en relief

classement en relief

Le générateur de classements

Sur le fil

RT @LucarneOpposee: 20 août 2016, le Brésil remporte l'or olympique. Retour sur l'histoire d'une longue malédiction enfin vaincue 🇧🇷🥇 https…

RT @remidupre: Les ambitions retrouvées du Milan AC à l’heure chinoise https://t.co/nIO6RQktyJ

Pas mal, ce festival de la patate au Parc OL.

Les Cahiers sur Twitter