auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

> article suivant

Revue de stress #7

> article précédent

Port-Saïd, match retour

Anelka contre le reste du monde: match nul

Une Balle dans le pied - Une vie d'embrouilles et un dernier aveu avant la Chine: la Coupe du monde 2010, Anelka avait décidé de ne pas la jouer six mois avant.

Partager

(...)

Ce 14 novembre 2009, la France avait pris l'avantage sur une frappe détournée de l'attaquant, au terme d'un match moyen (lire "Passer la ligne verte"). Au retour, loin de s'offrir un "match référence", les Bleus rateront le test et montreront de terribles lacunes mentales en emportant une qualification aussi peu glorieuse que possible sur la célèbre main de Thierry Henry. Anelka raconte le dépit provoqué, entre les deux rencontres, par l'absence de reconnaissance (médiatique) envers sa contribution.

 

"J'avais le sentiment – pour une fois, on va dire – d'avoir fait quelque chose de bien pour représenter mon pays. Un truc positif. J'étais satisfait de moi... Et non! C'était pas assez. Parce la presse n'avait pas envie que ce soit moi. Et ça m'a touché. Ça m'a touché grave. Et à partir de ce moment-là, je me suis dit: 'Mais rien à foutre. Coupe du monde ou pas Coupe du monde, rien à foutre'. Ça restera à vie dans ma tête. Pour une fois que tu as accompli ton devoir, et que derrière on te plante le couteau dans le dos, franchement ça fait super mal."

 

D'où il ressort qu'une reconnaissance perçue comme insuffisante par l'intéressé se traduit comme un coup de couteau dans le dos et justifie un sabotage en bonne et due forme: ainsi fonctionnent, à ciel ouvert, l'hypersensibilité narcissique et l'irresponsabilité ontologique du garçon. Déjà erratique à Croke Park, le placement d'Anelka n'allait plus ressembler à rien par la suite, jusqu'à un ultime dézonage dans les vestiaires du Peter Mokaba Stadium.

 

(...)
L'article :

Partager

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Bob-Loulou
2014-10-29

Classe Ingesson

Il y a quatre ans presque exactement, Bob-Loulou se fendait – sur Marseille vu du ciel – d'un hommage assez tendre à Klas Ingesson, qui vient de le rejoindre dans l'outre-monde.


Les Dé-Managers
2014-10-28

Dans les cartons des Dé-Managers : #36

Un éloge du génie de Benzema à Madrid, un autre du travail de Kombouaré à Lens… Un mot pour Ntep, une image pour Messi… Les paroles de Sam Allardyce pour un détour à West Ham, celles d'Ancelotti pour un retour à Madrid… Les Cartons, c'est la carte Inter-Rail du football européen.


Philippe Gargov
2014-10-27

Suarez : une saison de patience ?

Le Clasico a été marqué par la victoire du Real, mais aussi par les débuts de Luis Suarez dans une saison qui s'annonce, pour lui, aussi compliquée qu'indispensable pour trouver sa place aux côtés de Messi et Neymar. 


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Sur le fil

RT @eddy_fleck: Si un jour on se fait envahir par des extraterrestres, Anne-Laure Bonnet est la mieux placée pour la traduction.

Article et graphiques du Guardian sur les premiers buteurs de chaque nation en Premier League. http://t.co/kDpTCJrmdE http://t.co/VNlq6QDapn

Si vous ratez le Gif de Blanc qui ne comprend pas les consignes de Lavezzi, vous ratez votre vendredi: http://t.co/tDpM8sUeQH

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Mein Camphre

"Allemagne : c'est grave docteur ?" (lequipe.fr)

FA show

“La FA veut réduire le nombre d'étrangers.” (lequipe.fr)

Dunga, une file

"La révolution Dunga est en marche." (lequipe.fr)

La bique enculée ?

"Non, l'Etat islamique ne sodomise pas de chèvres." (libé.fr)

Adolf Fitness

"La moustache douteuse de José Enrique." (lequipe.fr)