auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

> article précédent

Port-Saïd, match retour

Anelka contre le reste du monde: match nul

Une Balle dans le pied - Une vie d'embrouilles et un dernier aveu avant la Chine: la Coupe du monde 2010, Anelka avait décidé de ne pas la jouer six mois avant.

Partager

(...)

Ce 14 novembre 2009, la France avait pris l'avantage sur une frappe détournée de l'attaquant, au terme d'un match moyen (lire "Passer la ligne verte"). Au retour, loin de s'offrir un "match référence", les Bleus rateront le test et montreront de terribles lacunes mentales en emportant une qualification aussi peu glorieuse que possible sur la célèbre main de Thierry Henry. Anelka raconte le dépit provoqué, entre les deux rencontres, par l'absence de reconnaissance (médiatique) envers sa contribution.

 

"J'avais le sentiment – pour une fois, on va dire – d'avoir fait quelque chose de bien pour représenter mon pays. Un truc positif. J'étais satisfait de moi... Et non! C'était pas assez. Parce la presse n'avait pas envie que ce soit moi. Et ça m'a touché. Ça m'a touché grave. Et à partir de ce moment-là, je me suis dit: 'Mais rien à foutre. Coupe du monde ou pas Coupe du monde, rien à foutre'. Ça restera à vie dans ma tête. Pour une fois que tu as accompli ton devoir, et que derrière on te plante le couteau dans le dos, franchement ça fait super mal."

 

D'où il ressort qu'une reconnaissance perçue comme insuffisante par l'intéressé se traduit comme un coup de couteau dans le dos et justifie un sabotage en bonne et due forme: ainsi fonctionnent, à ciel ouvert, l'hypersensibilité narcissique et l'irresponsabilité ontologique du garçon. Déjà erratique à Croke Park, le placement d'Anelka n'allait plus ressembler à rien par la suite, jusqu'à un ultime dézonage dans les vestiaires du Peter Mokaba Stadium.

 

(...)
L'article :

Partager

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Les Dé-Managers
2014-09-23

Dans les cartons des Dé-Managers : #32

Paul Pogba va très bien, Manchester ne va pas bien du tout, et le Real oscille entre les deux. À part ça, James Milner galope partout, Xavi et Pep Guardiola en ont marre des passes inutiles et Gennaro Gattuso pète un câble.


Julien Momont
2014-09-17

Ajax, les défauts de sa jeunesse

Redevenu roi des Pays-Bas avec Frank de Boer, l'Ajax reste loin de son lustre européen et vit un début de saison compliqué. Présentation de l'adversaire du PSG, ce soir en Ligue des champions.


Les Dé-Managers
2014-09-16

Dans les cartons des Dé-Managers : #31

De Valbuena à Batistuta en passant par Totti, Müller et... Rod Fanni, ils se donnent tous rendez-vous après cette petite trêve internationale. Marcelo Bielsa est également passé faire un coucou.


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Sur le fil

RT @CKuchly: @rcosmidis est en train d'écrire un article intitulé "Pogba le Megazord". Ca tourne très mal les @cahiersdufoot

Twitteriens du soir, la nouvelle de la journée, c’était que la Boîte à gif de @saintmtex est ouverte sur les Cahiers: http://t.co/aSPNDmRksX

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

chères rasades

"L'Egypte coule." (lequipe.fr)

l’enfer d'édenté

"Suarez a 'beaucoup souffert'." (lequipe.fr)

Lablonde

OM : Labrune ‘ne comprend pas’." (lequipe.fr)

Fluctuat nec merbitur

"Le PSG se met à l'apéro." (lequipe.fr)

Fatal picard

"Moussilou à Amiens." (lequipe.fr)