auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

> article suivant

L'année de Marco Asensio

> article précédent

Port-Saïd, match retour

Anelka contre le reste du monde: match nul

Une Balle dans le pied - Une vie d'embrouilles et un dernier aveu avant la Chine: la Coupe du monde 2010, Anelka avait décidé de ne pas la jouer six mois avant.

Partager

(...)

Ce 14 novembre 2009, la France avait pris l'avantage sur une frappe détournée de l'attaquant, au terme d'un match moyen (lire "Passer la ligne verte"). Au retour, loin de s'offrir un "match référence", les Bleus rateront le test et montreront de terribles lacunes mentales en emportant une qualification aussi peu glorieuse que possible sur la célèbre main de Thierry Henry. Anelka raconte le dépit provoqué, entre les deux rencontres, par l'absence de reconnaissance (médiatique) envers sa contribution.

 

"J'avais le sentiment – pour une fois, on va dire – d'avoir fait quelque chose de bien pour représenter mon pays. Un truc positif. J'étais satisfait de moi... Et non! C'était pas assez. Parce la presse n'avait pas envie que ce soit moi. Et ça m'a touché. Ça m'a touché grave. Et à partir de ce moment-là, je me suis dit: 'Mais rien à foutre. Coupe du monde ou pas Coupe du monde, rien à foutre'. Ça restera à vie dans ma tête. Pour une fois que tu as accompli ton devoir, et que derrière on te plante le couteau dans le dos, franchement ça fait super mal."

 

D'où il ressort qu'une reconnaissance perçue comme insuffisante par l'intéressé se traduit comme un coup de couteau dans le dos et justifie un sabotage en bonne et due forme: ainsi fonctionnent, à ciel ouvert, l'hypersensibilité narcissique et l'irresponsabilité ontologique du garçon. Déjà erratique à Croke Park, le placement d'Anelka n'allait plus ressembler à rien par la suite, jusqu'à un ultime dézonage dans les vestiaires du Peter Mokaba Stadium.

 

(...)
L'article :

Partager

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


La rédaction
2017-08-16

Vu du banc : Saison 3, Episode 2 - Ligue 1, Supercopa et reprise à l'étranger

De la Ligue 1 bien sûr, mais aussi un Clasico vu du stade, de la Premier League et les projections sur la saison à venir. Jeu, joueurs et politique sportive: un épisode riche et long au programme.


La rédaction
2017-08-07

Vu du banc : Saison 3, Episode 1 - Retour sur la première journée de Ligue 1

À l'occasion du retour de la Ligue 1, Vu du Banc lance sa troisième saison.


Christophe Kuchly
2017-07-11

Est-ce la fin des transferts stupides ?

Nous ne sommes que mi-juillet mais, déjà, plusieurs mouvements agitent le mercato. Et une tendance se dégage: pour l'instant, au-delà de rumeurs qui intéressent surtout ceux qui les propagent, il n'y a pas beaucoup de transferts incompréhensibles.


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Ni buts ni soumises

Ni buts ni soumises

Rêve orange

Classement en relief

classement en relief

Le générateur de classements

Sur le fil

RT @Romain_Molina: VIDEO / House of Zahavi [E5], son associé Kia Joorabchian & les transferts de Carlos Tevez : https://t.co/2iQ3Nux6G5 - E…

RT @DomRousseauBlog: Intéressant décryptage à propos du fair-play fiancier : l'importance du bilan comptable et de l'amortissement des tran…

RT @StanTouchot: Marotta aussi prend position en faveur d'un mercato raccourci et bouclé au début du premier championnat européen à reprend…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Plus dans les petits papiers

"Toifilou Maoulida quitte Tours." (lequipe.fr)

Attaque avortée

"Il défendait avec une aiguille." (lequipe.fr)

Bel essai, Bastien !

"U21 : Bastien arbitrera la finale." (lequipe.fr)

Mais qu'est-ce tu bois DD dis donc ?

"Une chanson d'Oasis en hommage." (lequipe.fr)

Lama pas content

"Bernard Lama : sa terre, sa colère." (lequipe.fr)