auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

> article précédent

Port-Saïd, match retour

Anelka contre le reste du monde: match nul

Une Balle dans le pied - Une vie d'embrouilles et un dernier aveu avant la Chine: la Coupe du monde 2010, Anelka avait décidé de ne pas la jouer six mois avant.

Partager

(...)

Ce 14 novembre 2009, la France avait pris l'avantage sur une frappe détournée de l'attaquant, au terme d'un match moyen (lire "Passer la ligne verte"). Au retour, loin de s'offrir un "match référence", les Bleus rateront le test et montreront de terribles lacunes mentales en emportant une qualification aussi peu glorieuse que possible sur la célèbre main de Thierry Henry. Anelka raconte le dépit provoqué, entre les deux rencontres, par l'absence de reconnaissance (médiatique) envers sa contribution.

 

"J'avais le sentiment – pour une fois, on va dire – d'avoir fait quelque chose de bien pour représenter mon pays. Un truc positif. J'étais satisfait de moi... Et non! C'était pas assez. Parce la presse n'avait pas envie que ce soit moi. Et ça m'a touché. Ça m'a touché grave. Et à partir de ce moment-là, je me suis dit: 'Mais rien à foutre. Coupe du monde ou pas Coupe du monde, rien à foutre'. Ça restera à vie dans ma tête. Pour une fois que tu as accompli ton devoir, et que derrière on te plante le couteau dans le dos, franchement ça fait super mal."

 

D'où il ressort qu'une reconnaissance perçue comme insuffisante par l'intéressé se traduit comme un coup de couteau dans le dos et justifie un sabotage en bonne et due forme: ainsi fonctionnent, à ciel ouvert, l'hypersensibilité narcissique et l'irresponsabilité ontologique du garçon. Déjà erratique à Croke Park, le placement d'Anelka n'allait plus ressembler à rien par la suite, jusqu'à un ultime dézonage dans les vestiaires du Peter Mokaba Stadium.

 

(...)
L'article :

Partager

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Les Dé-Managers
2015-01-27

Dans les cartons des Dé-Managers : #46

Bebé n’est plus mort-né, Monaco reste imperturbable et Paco Jemez est lui toujours aussi bavard. Les retraités sont également à l’honneur. Entre Juan Roman Riquelme et David Trezeguet, la France a perdu un grand, l’Argentine deux.


Paul Junca
2015-01-26

Top 10 : les intérimaires

Arrivés en cours de saison, ils ont apporté, chacun à leur manière, à leur nouveau club. Sélection de ces joueurs ou entraîneurs dont le passage éclair en Ligue 1 ne sera pas passé inaperçu.


Jérôme Latta
2015-01-22

Trezeguet, l'élégance du maraudeur

Une Balle dans le pied – David Trezeguet devrait officialiser sa retraite sportive après presque vingt années d'une carrière dont on ne devrait pas retenir que les buts. Éloge d'un attaquant unique.


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Sur le fil

RT @footalitaire: Entretien passionnant (genre, VRAIMENT) avec Pippo Russo, sur "l'économie parallèle du foot" http://t.co/dEEeEMl97f & htt…

(troll qui marche aussi avec les 78 des Girondins - #TP)

Si seulement 89 supporters de l’OL ont signé le Manifeste des supporters, c’est parce qu’il ont peur de passer pour des gauchistes?

Les Cahiers sur Twitter