auteur
Matthew Dymore

Du même auteur

> article suivant

Le cafouillage de l'année

> article précédent

Faites entrer l'accusé : Omer Riza

> article précédent

Top 10 : les presque internationaux

Top 10 : les flops de Ferguson

Teenage Kicks – Alex Ferguson fête ses vingt-cinq ans à la tête de Manchester United. Un règne exceptionnel qui a logiquement connu quelques flops. Sélection.

Partager

 

Produit par l'amazing blog du football anglais Teenage Kicks, ce Top 10 salue Alex Ferguson en rappelant irrespectueusement ses (rares) erreurs de recutement.

 

 

1. David Bellion

Auteur d’un but en vingt matches de Premier League avec Sunderland, Bellion tape mystérieusement dans l’œil de Ferguson. Mais après tout, le "nouveau Thierry Henry", surnom dont on l’affuble, n’a que vingt-et-un ans, et d’aucuns voient en lui le futur de l’équipe de France.
Las! Bellion n’est presque jamais titulaire, et l’arrivée de Louis Saha en janvier 2004 lui complique la tâche. Bis repetita l’année suivante: une fois titulaire en dix matches de championnat, son influence demeure très limitée. Sa méthode d’entrainement est peut-être à revoir.


Arrivée : juillet 2003 (3M€)
Départ : mai 2006 (0,5M€)
En prêt à West Ham d’août 2005 à janvier 2006 et à Nice de janvier 2006 à mai 2006

 

 


2. Jordi Cruyff

Après deux ans passés à Barcelone, Cruyff atterrit à United. Ferguson l’estime alors de la trempe des Paolo Maldini, plutôt que celle des Thibault Giresse. Par (mal)chance, il ne verra pas beaucoup jouer la progéniture du grand Johan à Manchester.
Blessé à répétitions, le Néerlandais n’apparait que 55 fois en quatre ans, pour 8 buts, tandis que son expérience européenne se limite aux phases de groupe de la Ligue des champions. Ultime infortune: il est prêté au Celta Vigo l’année du triplé. Il part à Alavés en 2000 dans une indifférence quasi générale.

 

Arrivée : juillet 1996 (2,5M€)
Départ : juillet 2000 (gratuit)
En prêt au Celta Vigo de janvier 1999 à juillet 1999

 

 


3. Éric Djemba Djemba

À vingt-deux ans, Djemba-Djemba arrive en Angleterre pour remplacer Roy Keane, armé de son bagage national (un titulaire en puissance à Nantes) et international (une finale de Coupe des confédérations avec le Cameroun). Bien que souvent titulaire lors de sa première saison, la marche est bien trop haute, et il est rapidement vendu à Aston Villa à l’hiver 2005.
Dans une interview, Ferguson n’impute cependant pas cet échec aux seules performances sportives de Djemba-Djemba et remet en cause ses règles de vie: très dépensier (il aurait possédé dix 4×4 et une trentaine de comptes en banque, selon son agent), il devait, en 2008, 600.000 euros au fisc anglais, selon plusieurs sources.
 

Arrivée : juillet 2003 (4,5M€)
Départ : janvier 2005 (2,5€)

 

 


4. Fangzhuo Dong

Tel Ghostface Killer hantant les nuits de Sidney Prescott, ceux qui ont vu jouer Dong s’en souviennent. Le Chinois fait ses gammes au Royal Antwerp (spin-off belge de MU), puis revient en Angleterre pour montrer ses qualités, du moins ses capacités. Mais force est de constater que Dong n’a pas le niveau. Point positif: il est titulaire en Premier League pour la première fois contre Chelsea, en mai 2007. Point négatif: point d’enjeu, MU était déjà champion. L’aide apportée par Cristiano Ronaldo, si elle est sincère, n’en est que plus remarquable.
 

Arrivée: janvier 2004 (730.000€)
Départ: août 2008 (gratuit)
En prêt au Royal Antwerp FC de janvier 2005 à janvier 2007.

 

 


5. Diego Forlan

Forlan n’est pas à proprement parler un flop lorsqu’il quitte MU en 2004 (encore que, par certains aspects…); c’est plutôt rétrospectivement et à la lumière de sa carrière postérieure, que l’on peut considérer que sa période anglaise n’est pas sa meilleure, pour le dire pudiquement.
17 buts en 108 matches joués, le ratio n’est pas très bon en comparaison de celui de van Nistelrooy, mais il a laissé à Manchester une empreinte bien plus profonde que les quatre précédents flops réunis. Reste Youtube, qui n’oublie pas grand-chose.
 

Arrivée : janvier 2002 (11M€)
Départ : août 2004 (3,2M€)

 

 


6. Kleberson

À l’été 2003, Ferguson effectue sans doute l’un des plus beaux mercati de sa carrière: départs de Veron et Beckham, arrivées de Bellion, Djemba-Djemba, Kleberson, Howard et Ronaldo (ouf!). Kleberson, le troisième associé cuvée 2003 de notre classement, est le premier Brésilien à signer à MU, Ferguson souhaitant surfer sur la vague de la Coupe du monde 2002.
Pourquoi pas. Mais Kleberson déçoit et joue relativement peu (un peu plus de vingt matches en deux ans). Le second Brésilien, Anderson, sera autrement plus convaincant, les supporters ne s’y trompant pas.
 

Arrivée: juillet 2003 (8,6M€)
Départ: juillet 2005 (2,6M€)

 

 


7. Liam Miller

La relève technique au milieu de terrain se fait toujours attendre. Malgré l’audace apparente des transferts de Klerberson et Djemba-Djemba, Ferguson reculait pour mieux sauter. En 2004, il choisit de nouveau une jeune pousse, Liam Miller, alors connu des Lyonnais pour son but l’année précédente. Considéré comme un cadre au Celtic par Martin O’Neill, Miller s’embourbe à Manchester.
Il dispute le premier match de la saison 2004/05, à Chelsea, puis ses apparitions diminuent à mesure que le public prend conscience de sa fragilité et de ses limites. Neuf matches de championnat en tout et pour tout, avant d’être prêté à Leeds (Championship). Si on était cynique, on ajouterait que Miller, au moins, n’a rien coûté.
 

Arrivée: juillet 2004 (gratuit)
Départ: août 2006 (gratuit)
En prêt à Leeds de novembre 2005 à mai 2006

 

 


8. Ralph Milne

Lors du dîner de la League Managers' Association, en novembre 2009, on demande à Ferguson sa plus grosse erreur de recrutement. "Ralph Milne. Je ne l’ai payé que 170.000£, mais on me le reproche encore." (“I only paid £170,000 but I still get condemned for it”).
Le ratio de 3 buts pour 23 apparitions, pour un ailier gauche qui avait tant brillé à Dundee United, s’avère être assez maigre. Ses problèmes d’alcool et de discipline reviennent régulièrement dans le débat pour justifier ses échecs, y compris par son entraîneur en Ecosse, Jim McLean. N’est pas George Best qui veut.

Arrivée: novembre 1988 (170.000£)
Départ: juin 1991 (gratuit)

 

 


9. Karel Poborský

Ferguson veut profiter de l’éclat de la République tchèque à l’Euro 1996 et recrute Poborský, présent dans l’équipe-type du tournoi. Mais la forme du printemps n’est pas celle de l’automne, et les supporters peinent à reconnaitre le coéquipier de Nedv?d et Berger. Surtout, la montée en puissance de David Beckham handicape son intégration.
Pas un flop retentissant, donc (3 buts en plus de 20 matches), mais un échec assez cuisant. L’on trouve tout de même des motifs de satisfaction: si Cantona marque ce but légendaire, c’est aussi grâce à Poborský (si, si, regardez, la crinière blonde qui fait l’appel à droite). Respect.
 

Arrivée: juillet 1996 (4M€)
Départ: juillet 1998 (2,8M€)

 

 


10. William Prunier

Il n’a fallu que deux apparitions pour que les Anglais connaissent le nom français de l’arbre qui donne de petits fruits de forme ronde ou allongée à la chair sucrée. À vingt-huit ans, Prunier a acquis une solide expérience en France, et côtoyé bon nombre d’internationaux, dont Éric Cantona. En décembre 1995, libéré de son contrat avec Bordeaux, il est appelé pour un essai par Ferguson, qui souhaite juger sa valeur au sein de la réserve mancunienne. Mais à la suite d'une pénurie de défenseurs centraux, il se voit très vite titulariser en Premier League.
Si son premier match est anecdotique, le second (le jour de l’an) s’avère beaucoup plus délicat. Quatre buts encaissés à Tottenham, dont l’un contre son camp. En mars 1996, au lieu d’un contrat, Ferguson lui aurait proposé de prolonger son essai. Ce que Prunier refusa, gelant ses statistiques anglaises (deux matches, un but) pour l’éternité.

Arrivée : décembre 1995 (à l’essai)
Départ : mars 1996

 


Massimo Taibi et Juan Sebastian Veron feront l’objet d’un autre classement, sans quoi ils n’auraient sans doute pas dépareillé dans celui-ci. En outre, il nous a été difficile de départager la course à la meilleure cascade des gardiens de but de l’ère post-Smeichel [à savoir, hormis Taibi, Bosnich, van der Gouw, Culkin, Rachubka, Barthez, Goram, Carroll, Ricardo et Howard]; aussi, leur relative homogénéité les avantage puisqu’ils ne figurent pas dans ce Top.

 

Partager

> sur le même thème

Top 10 : les presque internationaux

> Dossier

Tops 10

Tops 10


Les Dé-Managers
2015-04-01

Top 15 : les espoirs de Ligue 1

Le championnat de France regorge de jeunes talents. Quelles sont les qualités qui peuvent les mener vers le très haut niveau et jusqu'où peuvent-ils aller? Revue d'effectif.


Julien Momont
2015-03-05

Top 10 : les footeux taclés par le fisc

Champions du monde 98, légende du foot, Australien à forte tête ou arrière-gauche survitaminé de l'OM: devant le fisc, on est (presque) tous égaux.


Roy compte tout et Alain Paie rien
2015-02-02

Top 10 : les stars de l'ESTAC

Gomis, Matuidi, Niang ou Loko, mais aussi Rothen, Benachour, Ziani ou Fiorèse: tous sont passés à Troyes, avec plus ou moins de bonheur pour la suite de leur carrière.


>> tous les épisodes du thème "Tops 10"

Sur le fil

RT @DialectikF: "Le contexte politique influence les noms des groupes des pionniers ultras, et plusieurs font référence à la lutte armée d…

RT @LucarneOpposee: Le #LOmag 5 est sorti 🇫🇷 ▶️ https://t.co/W4DJyFtzJH 🌍 ▶️ https://t.co/Y4chMwO8KQ Détail du sommaire ⤵️ https://t.…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Canari WC

“Vahid Halilhodzic : ‘Ici, il faut un bon nettoyage’.” (ouest-france.fr)

José Agonie

"Garcia : 'Petit à petit, on s'est éteint'." (lequipe.fr)

Playmobiles dans l'axe

"Zubizarreta : ‘L’ego, je le laisse de côté’. " (lequipe.fr)

Sales slips de Francfort

"Francfort-OM : une débâche qui laisse des traces." (msn.com)

GTA

"Ribéry reconduit malgré son coup de sang." (lequipe.fr)