auteur
Mike Ticher

Du même auteur

> article suivant

Une jeunesse à toute vitesse

> article précédent

Le replay - saison 4, épisode 2

Chelsea, le prix des titres

Invité : When Saturday Comes – Pour un supporter du PSG nouveau, l'expérience de Chelsea – club richissime mais en perte d'identité et de lien avec ses fans – peut être instructive...

Partager

Notre partenariat avec When Saturday Comes se poursuit: dans le cadre des célébrations du 25e anniversaire de l'indispensable magazine britannique, l'article de Mike Ticher explique que l'argent des clubs ne fait pas forcément le bonheur des supporters. Titre original : Financial Times - traduction Jérôme Latta.

* * *


wsc_september2.jpgEn 1996, j'ai interviewé un porte-parole du cabinet Deloitte & Touche, portant le costume, à propos de son travail sur l'économie des clubs. Il m'avait patiemment présenté un de leurs premiers rapports annuels, m'expliquant pourquoi cette industrie n'était pas durable: si les clubs n'arrivaient pas à maîtriser les salaires des joueurs, avait-il assuré, un désastre se produirait à l'horizon de quelques années.
Les clubs n'ont pas maîtrisé les salaires, mais il n'y a pas eu de krach. Ils ont trouvé de nouvelles et abondantes sources de revenus (ou exploité plus efficacement les anciennes), ont parfois été sauvés miraculeusement en dernière extrémité, sont devenus des objets de convoitise pour de riches magnats, ont contourné des règlementations très lâches et s'en sont généralement sortis sans trop de dommages.


Ferrailleurs et grossistes en boucherie porcine
Une des leçons des vingt-cinq dernières années est donc que les clubs professionnels sont quasiment invulnérables, aussi improbables leurs comptes puissent-ils paraître. L'histoire récente du Royaume-Uni ayant douloureusement montré les limites du concept de "Trop gros pour échouer" (Too big to fail, NdT), personne ne devrait être trop confiant dans l'avenir de clubs flottant sur une bulle gonflée par l'endettement ou la munificence de certains mécènes. Mais l'expérience enseigne que peu de supporters ont de vraies raisons de craindre que leur équipe disparaisse avant le cinquantième anniversaire de When Saturday comes. Ce qui devrait les inquiéter, plutôt, c'est la teneur de leur relation avec ce club... tant cette relation a été bouleversée, pour le meilleur et pour le pire, par le statut juridique de ceux-ci et le profil de leurs propriétaires.
Avant 1982, année qui vit Tottenham opter pour le statut de Société anonyme (Public limited company, NdT), il n'y avait pas beaucoup d'alternatives au modèle classique de la propriété privée, que le Guardian décrivit l'an passé en évoquant la figure du "propriétaire traditionnel, personnalité locale et généralement philanthrope" – mais que le magazine Foul qualifia dans les années 70, en des termes moins amènes, de "ferrailleurs et autres grossistes en boucherie porcine" dotés d'une vision très étroite des intérêts du jeu.


L'aliénation en échange du succès
Comme bien d'autres modèles britanniques traditionnels – s'agissant des stades, des méthodes d'entraînement ou de la médiatisation – les pratiques en vigueur durant des décennies ont commencé à donner de la bande durant les années 80. Avec un public qui désertait les travées, beaucoup de propriétaires n'eurent plus les moyens de soutenir leur club local, aussi généreuses qu'aient été leurs motivations. En conséquence, de nombreux clubs, les plus petits en particulier, devinrent la proie d'une cohorte bigarrée d'opportunistes, d'auto-promoteurs et de désosseurs – tous ayant figuré avec une déprimante régularité dans les pages de WSC.
Les conquêtes durement acquises du mouvement des Supporters trusts [1] offrent à ces clubs un modèle crédible à long terme – non pas un modèle applicable instantanément et partout, mais un de ceux qui promettent aux supporters une certaine stabilité et de bien meilleures chances d'être associés à la gouvernance de leur club. Mais à l'autre extrémité de l'échelle, ils ne disposent que de l'option opposée: une aliénation profonde en échange d'un succès plus ou moins garanti. Les propriétaires russes, américains, moyen-orientaux et asiatiques des clubs dominants en Premier League (plus Blackburn) sont différents de leurs homologues des années 90 sous deux angles évidents: ils sont étrangers et ont beaucoup plus d'argent. Qu'ils viennent d'un autre pays ne signifie pas forcément qu'ils s'écartent de ce que les supporters désirent: Randy Lerner est au moins aussi sensible à cela que l'était Doug Ellis [2]. Mais la plupart du temps, ce modèle a ajouté un étage de pouvoir au sein du club, obligeant les fans à s'adresser au singe perché sur l'orgue de barbarie plutôt qu'à celui qui en joue depuis l'autre côté des océans (sans manquer de respect à Garry Cook [3])

wsc_chelsea_ft.jpg


Financial times
Le club que je soutiens depuis mon enfance, Chelsea, a remporté autant de trophées au cours des huit dernières années que durant toute son histoire précédente, grâce à l'argent de Roman Abramovitch. De toute évidence, cela a rendu heureux bien des vieux supporters, et cela en a attiré bien plus, dont la profondeur de l'attachement doit toutefois encore être établie. Mais les plus modestes succès antérieurs, et même ceux de la fin des années 90, m'avaient donné infiniment plus de plaisir. Il y avait encore un lien rattachant le club à son histoire, bonne ou mauvaise. Elle résidait dans certains joueurs formés au club et dans l'expérience partagée d'une lente renaissance après le nadir du début des années 80. En ce sens – et seulement en ce sens –, Ken Bates [4] me manque.
Les dépenses exorbitantes d'Abramovitch sont clairement un problème pour l'équilibre de la Premier League. Mais "acheter" aussi ostensiblement des trophées devrait aussi être un problème pour les fans de Chelsea eux-mêmes. Bien sûr, personne ne gagne le championnat ni la Ligue des champions sans un maximum de liquidités, mais Chelsea (et désormais Manchester City) sont différents. Ils semblent déterminés à supprimer toutes les sources d'identification positive au club. La continuité de Manchester United s'incarne en Alex Ferguson, Arsenal peut se prévaloir d'une politique ancienne de formation des jeunes et Liverpool d'un sens de la tradition qui permet à Kenny Dalglish de constituer un candidat crédible à un poste de dirigeant, même avec de nouveaux propriétaires.


Les consommateurs ont perdu
Le Chelsea FC représente un cas extrême à tout point de vue. Il a toujours eu une communauté de supporters d'origines géographiques et sociales diverses, difficile à mobiliser et entretenant un lien distendu avec le club. Imaginez que n'importe quel des top clubs anglais subisse un krach financier soudain (que la providence nous en garde). Quels supporters seraient les plus susceptibles de rester fidèles et de s'organiser concrètement pour sauver le club? Certainement pas ceux de Chelsea. Ce fossé entre les fans et le club n'a fait que se creuser au cours de l'ère Abramovitch. Sous Ken Bates, aussi méprisant était-il envers les préoccupations des supporters, au moins aviez-vous une chance de recevoir une réponse quelconque. Et durant des années, il devait au moins de soucier de remplir le stade, ce qui n'est plus le cas d'Abramovitch.
Il y a vingt-cinq ans, quelques observateurs avançaient l'idée que les supporters gagneraient plus d'influence sur le plan économique s'ils acceptaient de se comporter comme des consommateurs. Cela s'est avéré faux, en partie parce que ces consommateurs n'allaient pas se détourner de leur "produit" au profit d'un autre, en partie parce que la demande en faveur du football s'est révélée à la fois plus forte qu'on ne le pensait et incroyablement résistante à la hausse des prix. C'est encore plus vrai pour Chelsea, où rien ne semble pouvoir sanctionner économiquement la façon dont des fans sont traités par un club qui en dispose à sa guise.

Peut-être les supporters, pour la plupart, mesurent-ils leur satisfaction uniquement à l'aune des succès sur les terrains. En ce cas, la politique d'Abramovitch leur convient parfaitement. D'autant que les modèles de gestion alternative ne sont pas légion pour les clubs d'élite. Mais peut-être ne suis-je pas le seul qui serait prêt à échanger toute notre argenterie contre ne serait-ce qu'une once de ce que Wimbledon [5] a réussi à créer.

[1] Les Supporters trusts sont des associations fondées par les supporters pour peser sur les choix de leur club voire, dans certains cas, investir et exercer des prérogatives au sein de celui-ci.
[2] Randy Lerner est un homme d'affaires américain propriétaire d'Aston Villa depuis 2006. Doug Ellis est un entrepreneur anglais qui a fait fortune dans le tourisme, président controversé d'Aston Villa de 1968 à 1975, puis de 1982 à 2006.
[3] Garry Cook a été président délégué de Manchester City de 2008 à 2011.
[4] Ken Bates a été l'actionnaire majoritaire et le président de Chelsea de 1982 à 2003.
[5] À la suite de la délocalisation du Wimbledon FC à Milton Keynes, ses supporters ont fondé l'AFC Wimbledon en 2002, propriété du Dons Trust, qui est reparti tout en bas de l'échelle. Après cinq promotions en neuf saisons, il vient d'accéder à la Football League – quatrième division nationale.


wsc_september.jpg

 

Partager

> Dossier

Le bizness

When Saturday Comes


Geoff Pearson
2019-01-30

Supporters : la police britannique mise sur le dialogue et la prévention

When Saturday Comes – Les violences baissent au Royaume-Uni, mais les moyens aussi. Les forces de l'ordre expérimentent avec succès des méthodes qui privilégient une gestion intelligente. 


Simon Hart
2019-01-03

Away to Hell

When Saturday Comes – Les controverses sur les maillots hérétiques ne datent pas d'hier, mais le phénomène a pris des proportions extrêmes en Premier League. 


Jon Spurling
2018-12-06

Des supporters aux abonnés absents

When Saturday Comes – En laissant des sièges vides dans des stades de Premier League affichant "complet", les abonnés à la saison exercent leur droit de boycotter certains matches, mais d’autres ne peuvent en profiter.


>> tous les épisodes de la série "When Saturday Comes"

Le forum

Paris est magique

aujourd'hui à 16h02 - Easy Sider : Exact duga.Par ailleurs, ça existe déjà, c'est pas une nouveauté. Par exemple quand on fait des... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 15h41 - tikko : Y aurait eu but de Marseille, puis caca nerveux pour réclamer l'utilisation de la VAR, puis... >>


Manette football club

aujourd'hui à 15h20 - Flo Riant Sans Son : Tes retours sur Greedfall sont une petites déception pour moi, je l'attendais un peu car j'étais... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 15h18 - Sos muy Grosa, Adli bitum : NMS, je pense qu'avant de nous enthousiasmer sur notre super mercato, on attendra d'avoir battu... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 15h17 - L'amour Durix : Nos meilleures Sanéaujourd'hui à 13h41------Je ne sais pas où tu habites mais je me demande s'il... >>


Le fil prono

aujourd'hui à 15h12 - Seven Giggs of Rhye : Je poste à nouveau les codes pour ceux qui veulent participer aux concours de prono C1 et C3 :- C1... >>


In barry we trust

aujourd'hui à 14h43 - Run : 4 TD meme. Je sais pas si on se rend compte de ce que fait Mahomes sur un terrain de football. Il... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 14h43 - Kireg : Jérôme RottenLigue 1 : Monaco se décompose à nouveau (lequipe.fr) >>


Les jaunes, héros zen

aujourd'hui à 14h35 - serge le disait : On y verra plus clair après Lyon et Rennes.Néanmoins on va pas bouder notre plaisir, ces 10... >>


LdC : La Ligue des Cahiers

aujourd'hui à 14h25 - contact : Westhamaujourd'hui à 12h36Bizarrement la proposition des demi-finales fait nettement plus... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)