> article précédent

LE REPLAY, SÉANCE 18

> article précédent

DONETSK PLUS ULTRA

L1 :: LA GAZETTE :: J32

Partager
classement_0809_32.jpg
 
 
Les résultats de la journée

Paris SG-Le Havre : 3-0
Monaco-Rennes : 3-1
Nantes-Nice : 2-0
Bordeaux-Lyon : 1-0
Saint-Étienne-Lille : 1-0
Grenoble-Toulouse : 1-0
Sochaux-Auxerre : 0-1
Caen-Nancy : 1-2
Lorient-Marseille : 1-2
Valenciennes-Le Mans : 0-2



Les 5 gestes de la journée

• Le contrôle aérien et la reprise à la Luis enchaînés par Bekamenga – hors-jeu d’un bon mètre – joli mouvement de gâchette après avoir tant gâché.
• L’enchaînement contrôle derrière la jambe d’appui - slalom dans la surface caennaise - passe décisive, réalisé par Féret, plus en réussite que Leroy, qui se fait faucher après son contrôle-dribble derrière la jambe d’appui dans la surface monégasque.
• Le missile de Yatabaré quelques minutes après sa Bakayoko, qui surprend tellement ses propres dirigeants qu’ils n’ont pas pris le temps de floquer son maillot.
• Les mouvements collectifs nantais et stéphanois sur les buts de Bagayoko et Gomis, pour le plaisir de fermer leurs gueules aux tracteurs.
• L’appel à la clémence de Bocanegra auprès de Monsieur Poulat, après un balayage spectaculaire de Leko, lancé à pleine vitesse.



Les gestes à peaufiner

• Les frappes de Machado, qui touche deux fois du bois, sur un coup franc enroulé, puis sur une frappe lointaine surpuissante. Déconcertant de précision, le Portugais devra prendre un autre point de repère avant d’armer, à l’avenir.
• La sortie de Papa Coulibaly qui fait semblant de mal apprécier la trajectoire du coup franc plongeant de Bastos juste pour se faire mousser avec une claquette à la Janot.



Les 5 antigestes de la journée

• La simulation de Bekamenga pour dissimuler sa vendange tardive seul face au but vide.
• Le pointu dans les six mètres qui permet à Yatabaré d’éviter le but alors que Grégorini était sur ses appuis: à genoux derrière sa ligne.
• Le grand dégagement pour se rassurer imaginé par Dame Traoré, qui se transforme en déviation piégeuse que Penneteau parvient non sans mal à détourner en corner.
• Le sens de l’anticipation de Danzé sur la ligne médiane à la réception d’une chandelle monégasque, qui permet à Pino de prendre une avance qu’il conservera sur toute la moitié du terrain avant d’aller ajuster Douchez.
• L’emplafonnage de gardien exécuté avec une grande naïveté par Brandão, qui comptait certainement venger Carlos, victime de Stopyra en 86, sans avoir de Platini à ses côtés pour détourner l’attention en poussant le ballon dans les buts.



La bannette

La belle de Nancyx
Pablo Correa (lfp.fr): "Malgré les blessures qui se répètent sur des joueurs importants c'est très bien d'être allé chercher cette victoire". Hadji Hadji Hadji, aïe aïe aïe.

Le docteur Maboul
Alain Casanova (lfp.fr): "C'est une mauvaise opération".

Le poinçonneur de Ligue 1
Jérôme Rothen (L'Équipe) : "On fait un petit trou sur Lille, Toulouse et Rennes".

L’entraîneur qui postule comme chauffeur pour princesse
Daniel Jeandupeux (lfp.fr): "Nous avons des têtes qui passent tout près des poteaux et beaucoup de maîtrise".

Le joueur qui ne connaît pas Ibrahima Bakayoko
Alou Diarra (L'Équipe) : "C’était moins dur de la mettre dedans qu’à côté".

Le joueur qui réécrit l’Histoire
Frédéric Da Rocha  (L'Équipe) : "ll y a du cœur, de la volonté et de la technique à l’image du second but de Bagayoko".

La pelle et la tarte
Franck Dumas (L'Équipe) : "J’ai dit à mes joueurs que j’avais envie de les embrasser sur la bouche mais aussi de les insulter". 

L'équipe qui voyage en RER
Grégory Wimbée (L'Équipe) : "Maintenant, on peut rêver du Stade de France. Mais pour y aller, il va encore falloir souffrir".

L'entraîneur en pétard
Claude Puel (L'Équipe) : "C’est dommage parce qu’on était bien. C’est dur d’accepter cette défaite parce qu’encore une fois on était bien".

L'ancienne star
Étienne Didot (L'Équipe) : "On n’a jamais dit qu’on jouait le podium".

La croûte 
Paul Le Guen (L'Équipe) : "[Rothen] a un côté parfois irritant, mais il est très attachant".


brando_palette.jpg
Scandale : la palette 3D n'a pas l'option queue-de-cheval.


Les tops

Le top Smells like fighting spirit
1. Mehmed Bazdarevic (lfp.fr): "On a en tout cas entamé ce match avec un état d'esprit bien meilleur que lors des précédents".
2. Élie Baup (lfp.fr) : "C'est possible à la condition de rester dans le même état d'esprit".
3. David Hellebuyck (lfp.fr) : "Au niveau de l'état d'esprit on n'y était pas".
4. Paulo André (L'Équipe) : "Il faut conserver cet état d’esprit et cet engagement pour assurer rapidement notre maintien".
5. Jean-Louis Triaud (L'Équipe) : "Il était facile d’être motivé contre le champion de France, il faudra montrer le même état d’esprit contre toutes les équipes'.

Top Scary Movie
1. Franck Dumas (lfp.fr): "Je suis en plein cauchemar".
2. David Hellebuyck (lfp.fr) : "C'est catastrophique".
3. Bruno Cheyrou (L'Équipe) : "C’est un scénario catastrophe: on perd Lucien et la rencontre".
4. Franck Dumas (L'Équipe) : "À voir, c’était ignoble".

Le Top ‘’Toute première fois’’
Nicolas Seube (L'Équipe) : "On pensait avoir trouvé le bon chemin".
Ricardo (lfp.fr): "Pendant 25 minutes, rien n'a fonctionné".
Daniel Jeandupeux (L'Équipe) : "Ça m’a beaucoup plu. On aimerait que cela dure un petit moment".



Les minutes

La minute wesh-wesh de Guy Lacombe
"Je pense que c’est grave de siffler penalty, surtout quand y en a quand même deux pour nous en première période. Quand même, là, c’est abuser, quand même. Mais c’est abuser par rapport à mes joueurs!" (Jour de Foot)

La minute "Je ne sais rien mais je dirai tout" de Frédéric Antonetti
"Je ne répondrai à aucune question.  Nantes a mérité sa victoire, il n’y a rien à redire. Quant à mon équipe, il y a des soirs où il vaut mieux se taire!" (L'Équipe)

La double minute "Esprit Rugby" d'Arnaud Le Lan et Lorik Cana
"On est rentrés aux vestiaires et on a regardé le match ensemble. S’il y avait eu un bar, on aurait pris une bière ensemble. On s’apprécie, on se respecte. Ce qui s’est passé, c’est juste une réaction à chaud, humaine". Arnaud Le Lan (L'Équipe)
"Arnaud, c’est un mec super sympa. Le dernier avec qui je voudrais aller me prendre. On voulait tous les deux le ballon. […] On s’est accrochés. Ce qui s’est passé est plus spectaculaire qu’autre chose. Il n’y a pas eu de violence. L’arbitre a bien vu qu’il n’y avait rien de méchant. Comme ça a un peu chauffé, il nous a mis le rouge pour calmer les esprits. Les deux parties disent la même chose. Je ne vois pas pourquoi je devrais m’inquiéter.  Arnaud et moi, nous serons sanctionnés le week-end prochain. Il n’y a pas de souci. L’arbitre m’a dit qu’il avait sorti le rouge par rapport à l’ampleur que cet incident avait pris.  Je suis assez serein". (L'Équipe)



Les observations en vrac

• Après les buts de Hadji et Adjet, Nancy envisage de recruter Adjovi-Boco et Isabelle Adjani.
• Le cuir de Grease, en principe, ça fait Fonzie. Sur Francis Gillot, ça fait Guy Gilbert.
• Ça vaut bien le coup d’avoir Juninho-Benzema pour s’apercevoir que la relation la plus naturelle entre un créateur et un avant-centre, c’est Kahlenberg-Jelen.
• Dans toutes les grandes familles, il y a un petit cousin déshérité qui cherche à se venger. Chez les Pinault, c’est de Juan-Pablo qu’il fallait se méfier.
• Il joue tout près de Lyon, il parle comme un Brésilien, il cadre presque ses frappes surpuissantes : Machado est à Juninho ce que le fado est à la samba.
• Même s’il ne les marque pas souvent, ça fait longtemps que, sur ses coup-francs, il harcèle, Cerdan.
• Après avoir englouti un civet de Bayal (1m91, 90kg) lors du match face à Saint-Étienne, on aura pu croire Brandão rassasié, voire un peu ballonné. Finalement, il a gobé une daube de Fabien Audard (1m88, 89kg) puis un velouté de Michael Ciani (1m89, 88kg) comme s'il sortait à peine de l'apéritif. 
• Les supporters de Grenoble doivent être ravis, ils ont eu droit ce week-end au neuvième but de leur équipe à domicile. Un penalty.
• Le week-end d'Olivier Rouyer: prononcer Potillon pour Bourillon, Gassama pour Samassa, Omam-Biyik pour Kana-Biyik, et affirmer avec aplomb que si Cana et Le Lan ont rejoué la scène finale de Bloodsport sur la pelouse, c'est à cause des arbitres qui donnaient des informations contradictoires sur l'équipe à qui devait revenir la touche. Merci, bonne semaine.
• Si Gameiro n’avait pas touché le ballon pour faire son grand pont à Mandanda, et s’il avait porté un maillot jaune et un short bleu en 1970, on l’aurait appelé Pelé. S’il avait gardé les buts du Mans dans les années 2000 aussi, mais ça n’a rien à voir.



gaz16_dictionnaireOL.jpgL’OL de A à Z

Partageons la passion du septuple champion de France en parcourant une définition extraite de son dictionnaire officiel (1). Cette semaine, la lettre S comme Saint-Tropez

"Ce lieu mythique immortalisé entre autres par Brigitte Bardot ou encore les Gendarmes rime aussi avec l’OL. Les Lyonnais se sont accordés en effet plusieurs fois quelques jours de réjouissances pour fêter leur réussite ces dernières saisons. Et si le ballon n’a pas été totalement oublié, l’heure était bien évidemment plus à la détente sous le chaud soleil tropézien et dans la chaleur nocturne".

La semaine prochaine, la lettre T comme: "Trois + Trois, l’établissement qui rime aussi avec l’OL car les Lyonnais se sont accordés plusieurs fois quelques réjouissances en "socialisant" avec les demoiselles de la région lyonnaise pour noyer leur désespoir les soirs d'élimination en Ligue des Champions".

(1) Le dictionnaire officiel de l’Olympique lyonnais, éditions Hugo&Cie.


parcours_champion.jpgParcours de champions

Une cinquième victoire consécutive permet aux Marseillais de se replacer enfin dans les temps du fameux "parcours de champion": victoire à domicile, nul à l’extérieur pour une moyenne de deux points par match. Une moyenne que les hommes de Gerets avaient lâchée en s’inclinant face à Lorient au match aller, lors de la quatorzième journée.

Comptant désormais quatre points de retard, Lyon s’éloigne peu à peu de cette ligne de flottaison de l’excellence qu’ils atteignaient ou dépassaient depuis le début de la saison: lors des vingt-six premières journées, les septuples n’ont passé que trois journées avec un total inférieur au parcours de champion (18e, 20e et 22e journées).

Toujours temps pour Bordeaux
Notons qu’un parcours de champion ne débouche pas systématiquement sur un titre. Depuis l’instauration de la victoire à trois points, lors de la saison 94-95, Metz* (68 points en 98*), Marseille* (71 points en 99*), et Paris (76 points en 2004) avaient terminé deuxièmes en réalisant un "parcours de champion".
Par ailleurs, Auxerre en 96 (72 points), Monaco en 2000* (65 points), ainsi que Lyon en 2002* (66 points) et 2003 (68 points) avaient été sacrés sans atteindre cette moyenne. Pour les Girondins qui n’y sont pas encore parvenus cette saison, tous les espoirs sont donc encore permis.
 
* Championnats de 34 journées.


J-6

Il reste 18 à points à prendre. Le classement offre déjà plusieurs conclusions définitives:

Nice vient officiellement de dire adieu au titre de champion de France.
• Après Lorient la semaine dernière, ce sont Monaco et Auxerre qui voient s'effondrer leurs espoirs de qualification en Ligue des champions.
Nice peut se consoler : l'équipe ne descendra pas en L2. Il n'y a plus d'équipe pouvant descendre et enlever le titre.
• Après Saint-Étienne et Le Havre la semaine dernière, ce sont Valenciennes, Nancy, Nantes et Sochaux qui disent adieu à la Coupe de l'UEFA.
• Ça va être compliqué, mais Nice peut encore se qualifier directement pour la Ligue des champions.
• Cette fois c'est sûr, Le Havre a fait une pire saison que le légendaire FC Metz 2006. Il devra à tout prix éviter la victoire d'ici à fin pour battre le mythique FC Metz 2008, qui avait fini la saison avec 24 points.
• Le championnat de France est peu spectaculaire, faible, et tous les bons joueurs vont partir en fin de saison.



Le blog de la semaine

Les blogs de journalistes, extension numérique des langues bien pendues, poussent comme des champignons sur la toile. Mettons notre casque d'explorateur, et partons à leur rencontre.

 riolo_blog.jpg


L'auteur
Daniel Riolo
Le concept
Mitrailler à bout portant la L1 en général et le PSG en particulier. Enfoncer le clou chaque jour. Quand il est bien enfoncé, continuer à taper dessus.
Le best of
"Ça avait débuté de façon pitoyable contre Shalke 04, ça s’est achevé de façon pathétique à Kiev".
• "Les prétextes c’est comme les trous du cul, tout le monde en a un!"
• "Je ne m’attendais pas à voir un bon PSG, pas même un PSG visant autre chose qu’un match nul".
• "Une sorte de match de coupe d’Europe à l’ancienne, d’abord on vise le 0/0, et si une ouverture se présente en contre, on fonce. Le problème c’est que c’est pas comme avec les yaourt à l’ancienne, c’est pas meilleur".
Le plus produit
Des articles encore plus longs que ceux des Cahiers du football. Un blog écrit dans un français correct, avec plus de 200 mots de vocabulaire.
L'insulte favorite
Elles sont d'une étonnante variété: Paul Le Guen. nullité affligeante, Paul Le Guen, pitoyable, Paul Le Guen, pathétique, Paul Le Guen, incompétent, Paul Le Guen, minable, Paul Le Guen, excuses pourries, Paul Le Guen. Parfois toutes concentrées dans la même phrase.
L'information qu'on n'avait pas trouvée ailleurs
"J’ai peur, enfin je devrais dire j’espère, que bientôt Giuly parle et dise vraiment ce qu’il a sur le cœur. Je pense que son coach va prendre cher."
On pense que c'est vraiment lui qui l'écrit à : 90%
Moyenne de commentaires sur les dix derniers billets : 540

La semaine prochaine, nous ne visiterons pas le terrifiant blog de Karl Olive. Apeuré par notre annonce de la précédente gazette, son auteur l'a fermé et il renvoie maintenant vers coeurdepoissy.com, association apparentée à l'UMP qui défend bec et ongles la vidéo surveillance et que le président Olive décrit ainsi en homepage: "Cœur de Poissy est une association qui a vu le jour au lendemain des élections municipales du printemps 2008. Cœur de Poissy a pour objectif de rassembler et de fédérer tous les pisciacais déçus par la gestion hybride et contre nature ps-modem de la ville de Poissy. Ces deux entités sont condamnées à cohabiter et s’épier, loin de l’essence même d’une gestion solidaire obligatoire pour mener à bien la chose publique pisciacaise". Alors on hésite entre Avi Assouly et Dominique Grimault.


 chaussures_etienne.jpg
Gomis et Landrin tiennent à nous rassurer: non, ils ne sont pas complètement invisibles cette saison.


Les questions

• La mansuétude de Bocanegra, qui, son genou sous le bras, indique à Monsieur Poulat que le découpage de Leko ne mérite pas l’expulsion, était-elle purement altruiste ou signifiait-elle : "C’est rien, vous allez voir, je fais les mêmes"?
• Sérieusement, le meilleur Français de Levante, c’était pas Laurent Courtois, des fois?
• Qu'a bien pu faire Civelli à ses coéquipiers pour se prendre autant de taloches sur le crâne à chaque fois qu'il marque un but?
• Les Bordelais ont-ils vraiment envie d'être champions de France en gardant une chanson de Patrick Sébastien comme hymne pour l'été, voire pour l'éternité?



Vu du forum

Pierre Des Loges / Paris est magique
En tout cas, Le Guen est un génie du turnover: avoir ménagé ses cadres en coupe de l'UEFA va lui permettre de décrocher une quatrième place qualificative... en coupe de l'UEFA. Bien joué, Paulo!

Marty Mc Fly / Café Au petit Marseillais
N'empêche Brandão, ses performances actuelles sont aussi impressionnantes que les critiques contre lui furent acerbes et rapides. Il lèverait ses deux majeurs à la place de ses index lors de ses célébrations de but qu'on pourrait ne pas lui en vouloir.

12 mai 76 / En vert et contre tous
Sinon gagner à l'arrache 2-1 avec un blessé à l'échauffement, 2 poteaux, un peno refusé, un gardien blessé, un gars qui le remplace qu'a l'air très bizarre et être toujours relégable, c'est quand même une saison bien pourrie. Y a comme un parfum de scoumoune land à Sainté cette année.

Pedro me fit le show sans gain / Observatoire du journalisme sportif
Canal a l'habitude de mettre Dugarry au commentaire pour les matches de Bordeaux.
Et Olivier Rouyer pour Nancy. J'ai hâte que José Anigo prenne sa retraite pour l'entendre commenter les matches de l'OM! C'est ce qu'il y a de bien chez Gravelaine. En général, il a déjà joué dans les deux équipes ...
 
Le Chamack-Ramé-(P)lanus  / Gerland à la détente
Ségolène Royal vous présente, au nom de l'arbitre, ses excuses pour le penalty non sifflé...

> L'indispensable forum des Cahiers



L’envers du championnat

Nantes a certainement produit sa pire prestation de la saison face à Nice. Si Bekamenga enchaîne les prouesses pour que "Beka" devienne en Loire-Atlantique ce que "Baka" a fini par devenir sur le reste de la planète, il ne peut pas lutter contre une erreur d’arbitrage qui transforme sa frappe cadrée pour du beurre en but fatal aux ambitions nantaises. Mais le Camerounais n’est pas le seul à causer des tracas aux supporters. Avec un nombre d’occasions préoccupant, et surtout un but casquette à la 90e minute construit avec des redoublements limpides en pleine surface adverse (et puis quoi encore?!), on craint le pire pour les Kitaboyz.

D’Ornano accueillait un Caen-Nancy qui opposait les deux meilleures équipes de 2009. Le début de match est catastrophique pour les Nancéens qui partent à la faute sur une touche anodine à deux contre sept dans la surface adverse. Inacceptable à ce niveau. Yatabaré était parti pour être le grand bonhomme de la rencontre en réussissant à trouver les tribunes d’un habile pointu, seul face aux but vide aux six mètres. Mais sa fougue lui joue un fort mauvais tour dans les dernières secondes de la première mi-temps.
Le jeune Adjet, bien tendre pour un match de cet enjeu fait trembler les filets sur son premier tir en L1. C’est toute la formation française qui se pose des questions…


dumas_talkie.jpg
"Viking du Bocage, ici Castor Burné... dis à Sorbon qui s'il me refait un tacle avec une seule couille posée sur la table, il est privé de sortie au Flunch après le match. Terminé"

> Les lucarnes sont réhabilitées dans le Diaporama des lecteurs


autopromo_hor_bourillon.jpg
Partager

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)