auteur
Toni Turek

 

Überfan des footballs d’Allemagne et d’Autriche, passés et présents. Taulier de la Ventre Mou's League.


Du même auteur

> article précédent

Lyon passe au pressing

> article précédent

La Catalogne sans maillot

Lukas du siècle

International indiscutable mais en échec au Bayern, Lukas Podolski a décidé de retourner au 1.FC Cologne l’été prochain. Mais pour y faire quoi?
Partager
Ces derniers mois, dirigeants et entraîneur du Bayern de Munich ont recommandé à leur numéro 11 de réfléchir à la suite qu’il voulait donner à sa carrière. Ils lui aussi ont conseillé de se concentrer sur son jeu et de montrer ce dont il était capable sur le terrain plutôt que de se répandre dans les médias sur son insatisfaction de n'être que remplaçant. Conseil vain: le joueur n'avait que trop attendu.


podolski_1.jpgPsychodrame en trois actes

Acte I : Débuts, quelques buts
Podolski arrive au Bayern l'été 2006, après trois saisons à Cologne où il a marqué les esprits et 51 buts (1). L'objectif des dirigeants est de remplacer progressivement Makaay qui entame sa dernière saison bavaroise. Logiquement, Magath maintient Makaay comme titulaire en attaque, avec à ses côtés Pizarro et/ou Santa Cruz. Au cours de ses six premiers mois à Munich, Poldi apparaît 17 fois sur le terrain et est titulaire à 6 reprises. Il joue 3 matches complets et inscrit 4 buts. On a connu des nouveaux arrivants plus mal lotis. Peu après la trêve hivernale, le manque de résultats ferme la parenthèse Magath, et Hitzfeld fait son retour. Podolski joue alors un peu plus: en trois mois, il dispute 15 matches, dont 12 en tant que titulaire et marque 3 buts.


Acte II : Tout change… rien ne change
À l’été 2007, les départs de Makaay, Pizarro, Santa Cruz et Karimi rendent indispensables des renforts dans le secteur offensif. Arrivent à Munich l’Italien Toni, fort de ses 100 buts en 4 ans, et les Allemands Klose (Werder) et Schlaudraff (Alemannia). Hitzfeld titularise Toni et Klose d'entrée. Avec leurs huit buts respectifs dans le premier quart du championnat, ils deviennent logiquement l'attaque référence du Bayern.
Pour Prinz Poldi, le couronnement espéré n’a pas lieu. En championnat, s’il joue 25 matches, il n’est titulaire que 8 fois (5 buts). Faute de temps de jeu, il n’ouvre d'ailleurs son compteur qu’à la 26e journée, et ne dispute son premier match complet qu’à la 28e. En Coupe, il débute la finale sur le banc. Et si l’UEFA lui réussit davantage (12 matches, 8 titularisations, 5 buts), elle n’est clairement pas la priorité du club.


Acte III : Bis repetita
Klinsmann succède à Hitzfeld, parti en Suisse. Le groupe est réduit, les attaquants ne sont plus que trois: Toni, Klose et Podolski. Wagner, réserviste formé au club, est transféré à Duisbourg,et Schlaudraff, handicapé par les blessures puis barré par la concurrence, s’en est allé à Hanovre.
Las, ce nouveau changement d’entraîneur et le départ de rivaux potentiels n’améliorent pas le sort de Podolski, malgré les liens noués avec Klinsmann en équipe nationale. Si le coach bavarois met du temps à fixer sa défense, en attaque tout est clair d’entrée: Toni et Klose sont titulaires à la pointe du 4-4-2. Pas question de jouer en 4-3-3 "à la Hoffenheim" en alignant les trois attaquants de l’effectif. Depuis le début de la saison, les cinq titularisations de Podolski correspondent à l’indisponibilité d’un des deux tauliers.



podolski_2.jpgPodolski, la relance par le bas ?

Le constat est clair: sa première saison chez le club Rekordmeister a été encourageante pour Prinz Poldi, mais la deuxième, qui devait être celle de sa progression, n'a finalement été que celle de sa confirmation en tant que joker, statut inchangé depuis. Paradoxalement, la réussite de l’attaquant et celle de son club – non qualifié pour la C1 en 2007 mais champion en 2008 et co-leader actuellement – suivent des tendances inverses.

Titulaire en son village
S’il a pu étoffer son palmarès, Lukas Podolski n’a donc réussi à convaincre aucun de ses trois entraîneurs en Bavière. En tant qu’attaquant d’appoint, il doit se contenter d’un famélique total de 12 buts en Bundesliga en deux ans et demi. Ce bilan est bien décevant en regard de ses résultats sous le maillot national où, titulaire établi, il compte 31 buts en 60 sélections. À vingt-trois ans, il a donc décidé de mettre un terme à son aventure munichoise pour briguer une place de titulaire ailleurs dès l'été prochain. Un choix compréhensible (2). Ce qui l’est moins, a priori, c’est sa nouvelle destination.
Le Petit Prince de Cologne a en effet signé pour rejoindre son club professionnel d’origine, négligeant les pistes étrangères. Il a donc suivi le conseil amical du sélectionneur national Löw, qui lui avait suggéré "d’écouter son cœur". Löw is in the air. Nul doute que le FC Cologne va tirer bénéfice du retour de son attaquant fétiche. Au moins médiatiquement. D’ores et déjà, la page d’accueil du site officiel du club affiche les nouveaux maillots à l’effigie de l’enfant chéri du pays. On peut cependant s'interroger sur l’impact sportif réel pour le joueur de son retour chez les Boucs (3).


Rebondir dans l'ascenseur
Certes, Podolski veut retrouver une place de titulaire en attaque qu'il obtiendra sans problème s’il évolue en confiance. Ce sera le cas dans une équipe où il est attendu comme un messie: à part le Slovène Novakovic qui lui a succédé, la concurrence est faible dans ce secteur. Pour le reste, c'est un sacré pari car le FC Cologne n’évolue pas dans le haut de tableau. En dix ans, le club a connu quatre relégations pour autant de remontées. Une vraie Fahrstuhlmannschaft (4). Si les Boucs peuvent éventuellement espérer réaliser une performance en Coupe et ainsi se qualifier pour la C3, l’accès via la Bundesliga reste un doux souvenir datant de 1992. La C1, quant à elle, demeure une chimère. Or, il est compliqué pour un international de le rester longtemps s'il ne peut se mettre en évidence sur la scène européenne.

Faut-il interpréter son retour aux sources comme la retraite anticipée d’un joueur déçu? Il doit plutôt être envisagé comme une étape pendant laquelle il cherchera à retrouver confiance et moral. Il ne faut pas oublier que Podolski n'a que vingt-trois ans. Le Petit Prince a encore quelques années devant lui pour apprivoiser le renard des surfaces qui est en lui.


(1) 5 buts en Coupe et 46 en championnat: 10 en 2003/04 – 24 en 2004/05 (champion et meilleur buteur de deuxième division) – 12 en 2005/06.
(2) Également insatisfaits de leur situation, Schlaudraff et Jansen ont quitté le FC Bayern à la fin de la saison 2007-2008. Le milieu espoir Kroos pourrait suivre leur exemple, poussé au départ par son entourage… à dix-neuf ans à peine.
(3) Le surnom des joueurs du FC Cologne est "les Boucs" ("Geissböcke"). Non, pas "les Chèvres".
(4) Mot désignant une équipe qui fait l’ascenseur ("Fahrstuhl") entre deux divisions.
Partager

> sur le même thème

Twins Peek

> du même auteur

Moldavie, le bazar permanent

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


La rédaction
2019-10-21

« Contredire l'idée que le 10 aurait disparu »

Pour la sortie de L'Odyssée du 10, nous avons posé dix questions à ses auteurs. Ils ont distribué les transversales. 


Philippe Rodier
2019-10-10

Real, OL : quel est le bon moment pour arriver sur un banc ?

S'il veut que son banc soit un fauteuil et non un siège éjectable, un entraîneur a intérêt à s'y installer dans le bon timing. Soit, pour le futur coach de l'OL, plutôt celui de Zidane que de Benitez à Madrid.


Les Dé-Managers
2019-10-08

“L’Odyssée du 10”, un livre au cœur du jeu

Troisième ouvrage des Dé-Managers, L’Odyssée du 10 (sortie le 24/10) propose une plongée dans le mythe et l'histoire technico-tactique du numéro 10.


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"


Le forum

Toujours Bleus

aujourd'hui à 11h59 - forezjohn : tikkoaujourd'hui à 11h09Le système est inéquitable dans le sens où comparer deux équipes qui... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 11h48 - suppdebastille : "Toni fils brillantaujourd'hui à 11h38Je veux dire qu'il est naturel pour la France Insoumise de... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 11h46 - Tonton Danijel : L'autoparodie n'est pas toujours un concept très accepté au cinéma. A fortiori dans un film... >>


Euro 2020

aujourd'hui à 11h29 - Dédie mon Stück : J'ai pas fait le tour mais je compte deux matches restants où la qualification des deux... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 11h27 - greenflo : fireflyonthewateraujourd'hui à 10h47C'est un peu une conséquence de la puissance de la... >>


Sondages idiots

aujourd'hui à 11h07 - Le Pobga du Coman : François Grenet à Metz.Gareth Bale au FC Bâle.Léo Dubois et Chris Wood à Nottingham... >>


Espoirs, des bleus et des verts

aujourd'hui à 09h23 - Mevatlav Ekraspeck : Des miraculés, oui.Lazaro, lève toi et marque. >>


L'empire d'essence

17/11/2019 à 23h26 - Mevatlav Ekraspeck : Signalons les derniers tours de roue en NASCAR, en ce moment même.Les 4 finalistes sont dans le... >>


Marinette et ses copines

17/11/2019 à 22h47 - CHR$ : La 9e journée de D1 était l'occasion du match au sommet entre l'OL et le PSG, remporté par les... >>


Stades ultimes

17/11/2019 à 22h22 - liquido : L'incroyable feuilleton du stade de Bruxelles a été pas mal commenté sur le fil belge. >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)