auteur
Michaël Grossman

Du même auteur

> déconnerie

Tabloïd, numéro 7

> article suivant

Revue de stress #84

> article précédent

Gaceta de la Liga / Jornada 1

> article précédent

Le jour où je leur ai dit

Nantes ne fait plus école

Les Nantais sont revenus, mais ils ont l’air encore plus mal-en-point que lors de leur dernier passage en Ligue 1...
Partager
Trois journées. C’est le laps de temps durant lequel le FC Nantes aura vaguement tenu le choc cette saison. La quatrième semble déjà fatale aux illusions des Canaris. S’il n’est pas dans les habitudes de la maison de tirer des conclusions aussi rapidement, la quatrième sortie du FC Nantes a fait naître de tristes constats quant au potentiel sportif de l’illustre maison jaune.

Aux yeux de son président, la défaite pourtant pas humiliante concédée à Chaban-Delmas était celle de trop pour Michel Der Zakarian. Kita s’est plongé tout seul dans une situation ubuesque lui imposant de prôner les vertus de la patience en duplex dans Jour de Foot samedi soir, certainement sous le coup de la gifle aux rillettes de la Beaujoire: "Vous savez, quand on est malade et qu’on change de médecin, on ne trouve pas tout de suite le bon médicament, donc il faut attendre un petit peu de temps". Un ange passe.


À la recherche du nouveau David Copperfield
Alain Perrin, qui avait fait du Majax en qualifiant l’OM pour la Ligue des champions avec une attaque Chapuis-Sakho-Bakayoko, avait peut-être le profil. Mais c’est David Copperfield dont a besoin ce FC Nantes. La première demi-heure face au Mans était pavée de bonnes intentions dans les phases offensives. Mais un manque de mobilité collective condamnait les tentatives.

C’est donc sur coup de pied arrêté que Nantes concrétisait sa domination, avant de se déliter spectaculairement: une minute plus tard, les Canaris étaient plongés dans la soupe à la grimace. Pas de bol, ils ne savent pas nager. Privilégiant un jeu direct, les Manceaux interceptent une relance de N’Daw, et perforent le triple rideau de dix éléments en tout juste deux passes en profondeur.


Une équipe au ralenti
On le vérifie par la suite: les énormes carences défensives ne sont pas imputables à un défaut d’organisation. Sur cette action, comme sur d’autres à venir, les Nantais sont en place, tous appliqués au marquage d’un adversaire direct. Mais un marquage d’une telle passivité qu’il n’est qu’illusoire.

Un sentiment confirmé par le deuxième but que les Manceaux inscrivent juste avant la mi-temps. Une nouvelle séquence de jeu direct d’un grand classicisme: long ballon de la défense centrale pour sauter le milieu, le seul Maïga à la réception, au cœur de trois Nantais si peu prompts à intervenir que l’avant-centre malien peut enchaîner trois contrôles avant d’expédier sa mine au fond des filets d’Heurtebis, sans jamais avoir été inquiété. Outre sa belle technique, c’est surtout le temps qui a permis à Maïga de marquer. Un temps offert par une adversité fort attentiste. Foin de cohérence tactique: c’est tout un esprit de conquête qu’il faudrait insuffler à cette équipe.


lariepe_itw2.jpg
"À partir de là, je crois que l'absence dans le staff d'un élément aussi important que Ramzy nous a été préjudiciable".

Résignés, nous étions tous les deux résignés
Car ce manque d’allant, criant dans l’attaque des ballons, fait rapidement défaut dans les phases de transmissions. De fait, dès l’égalisation mancelle, il est devenu impossible de construire quoi que ce soit de tranchant, côté nantais. Les faciès se déforment avant la plupart des transmissions, signe des efforts à produire par une accélération ou un dribble pour essayer de compenser le manque de disponibilité des coéquipiers. Tout semble réalisé "à l’arrache" – d’ailleurs, même Salim pourrait être titulaire dans cette équipe apathique.

La résignation apparente au retour des vestiaires est trop peu contrariée par la suite: une brève résurrection de mobilité permet aux Nantais de montrer le bout du bec en de rares occasions, pas abouties faute d’adresse dans les gestes élémentaires. Quand ils ne sont pas tirés avec désinvolture, seuls les coups francs mettent Pelé en action, en dehors d’une touche directe bien vicieuse qui constitue la plus grosse occasion de la seconde période nantaise, signe de l’incapacité à produire du jeu. Alors que le troisième but du Mans est inéluctable, Gravgaard manque de plier le match tout seul par une énième maladresse déviée in extremis par Heurtebis, avant que l’entrée en jeu de Gervinho, finit, comme on pouvait s’y attendre, d’achever les hommes de Larièpe.

Le constat de ce dernier est sans concession: "Je pense que ce groupe ne vit pas. Je pense que pour réussir à jouer en équipe, il faut impérativement qu’un groupe ait du plaisir à vivre ensemble. S’il y a un énorme chantier, c’est à ce niveau. C’est tous ces problèmes d’ego, de susceptibilité…" (1) Si ces maux touchent l’effectif en plus du président, on souhaite bien du plaisir au prochain entraîneur.


(1) FC Nantes TV
Partager

> déconnerie

Quadriceps

> sur le même thème

Enfin l'Espagne ?

Les clubs et les équipes


Le forum
2016-06-10

L’abécédaire de l’Euro

Depuis 1960 jusqu'à aujourd'hui, de la Coupe d'Europe des nations jusqu'à l'Euro, cinquante-six ans de compétition européenne résumés dans un classement alphabétique subjectif et passionné.


Jérôme Latta
2016-04-22

Jack the ripper

Début 2007, Jack Kachkar est l'homme providentiel qui rachète l'OM. Du moins, qui l'a presque achèté. Enfin, qui va l'acheter… Reconstitution de l'histoire, dans le texte original. 


Mario Cordisco
2016-02-03

La Louvière, l’avenir (dé)chiffré

Au cœur du Hainaut, à une demi-heure de route de la France, la ville de La Louvière. Une cité de près de 80.000 habitants, coincée entre Charleroi et Mons. Le football, dans tout ça? Plus rien, ou presque.


>> tous les épisodes du thème "Les clubs et les équipes"

Sur le fil

Falcao: plat du pied, défiscalisé.

Les supporters messins ont été pris de panique à l’idée de remporter un match, c’est humain.

"René Girard a fait du bon travail, il a tout essayé" (Élie Baup).

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Tu sais ce qu'il te dit Casimir ?!

aujourd'hui à 22h30 - Metzallica : Mener 1-0 face a Lyon était de trop? Autant se suicider avant de perdre 1-6? On va prendre cher... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 22h18 - la menace Chantôme : Ah oui, effectivement : le placement d'Areola sur le 3e but ne m'a pas l'air terrible (il se laisse... >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

aujourd'hui à 22h12 - Le Meilleur est le Pires : Encore une fois, merci. Non seulement vous nous laissez toujours 6 points, mais en plus vous... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 22h02 - McManaman : Deux pétards pour un gardien, ça rappelle les grandes heures de Lama et Barthez. >>


Merlus, Tango et Friture

aujourd'hui à 21h57 - Breizhilien : Christ en Gourcuff aujourd'hui à 21h54 Mais on est vraiment faible pour la L1 Je ne serai pas... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 21h54 - Gouffran direct : Oh que c'est laid tout ça. J'espère encore une fois qu'on ne sera pas européens en fin de... >>


Les Princes de Louis II

aujourd'hui à 21h39 - Le Meilleur est le Pires : On devrait permettre un 4e changement pour permettre à un joueur qui rentre et marque sur sa 1e... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 21h25 - LLBB1975 : J'ai pas dit qu'il était parfait mais ses positions sont relativement cohérentes. Après il... >>


In barry we trust

aujourd'hui à 21h23 - Jeremie Janette : Pas cool pour Gronk... >>


Les jaunes, héros zen

aujourd'hui à 20h33 - Dan Lédan : C est pas le Perou non plus.. >>


Les brèves

Yuan Gourcuff

"Le yuan au plus bas depuis huit ans." (lemonde.fr)

Rami de la crèche

“Rami: ‘L'exemple, c'est Leboeuf’." (kiplé.fr)

Centre de secours

"Ginola sensibilise aux gestes qui sauvent." (l'équipe.fr)

Vaselille

"Et maintenant, Seydoux..." (lequipe.fr)

Un Conti ? Naaan

"Pioli, c'est officiel." (lequipe.fr)