auteur
Etienne Melvec

Du même auteur

> déconnerie

La conquête des Féroé

> article suivant

Carbajal, de Rio à Londres

> article précédent

C1 beau roman : épisode 2

> article précédent

« Mi-homme, mi-planche de surf »

Samedi soir, j'étais noir

Entre usage de symboles douteux et récupération politique éhontée, l'équipe de France de rugby peut donner envie de tourner casaque.
Partager
Par ici, l'équipe de France bénéficie d'un statut d'équipe préférée qui relève de l'inconditionnalité. Même un sélectionneur attaché à annihiler la carrière internationale de notre attaquant préféré devrait échapper à notre vindicte. Pourtant, samedi soir, le constat a été net – et puisqu'il est subjectif, je le dirai à la première personne: j'ai été incapable d'apprécier pleinement le plaisir d'un match proprement mythique du XV de France, je suis resté à des années-lumière de ce que j'avais vécu lors de la même affiche de 1999.

Contrariétés
Sans exclure des motivations inconscientes inavouables (jalousie envers la place accordée subitement au rugby, syndrome du vieux con, pulsions homosexuelles refoulées lors de la consultation du calendrier des Dieux du stade...), il y a eu une accumulation de contrariétés trop considérable pour ne pas altérer la "pureté" de l'événement tel que je le conçois. Quand on se choisit une équipe, on la pare de toutes les vertus, on veut reconnaître dans son style de jeu et chez ses joueurs emblématiques ses propres valeurs. On enjolive, on réenchante. Quitte à déchanter ensuite, en découvrant à nos héros de 98, par exemple, nombre d'avanies peu glorieuses. Et parfois, les signaux négatifs sont "en direct", intrinsèquement liés à ce qui se déroule sur le terrain.

Laporte Maillot
Prenez cette affaire du maillot. Quel honneur y avait-il à priver l'adversaire de son blason, matérialisé par la tunique noire? Le combat n'était-il pas excessivement mesquin? S'agissait-il d'enfoncer le clou de cette véritable trahison symbolique que constitue ce maillot bleu marine: en effet, sans cette dispensable fantaisie de l'équipementier, cautionnée par la FFR et l'encadrement de l'équipe de France (Cf. le prix Moulitzer de février, CdF #34), il n'y aurait pas eu de polémique.
Et puis ce défi lors du haka, avec les internationaux formant un tifo simpliste à base de bleu-blanc-rouge... Si la scène a eu quelque chose de singulier, voire de martial, est-elle parfaitement conforme à ces "valeurs" du rugby dont on est obligé de conclure qu'en ce moment, elles ne sont plus qu'un levier du marketing massif accompagnant la compétition (1)?

Singer Sarkozy
Les marchands ne sont pas les seuls à avoir envahi la Coupe du monde. Comment ignorer, en effet, l'instrumentalisation de l'équipe de France elle-même, par le président de la République? Marcoussis a vu défiler les ministres et se pâmer Roselyne Bachelot, et les plans de com de l'Élysée et de Matignon se sont calés sur le calendrier des Bleus.
Le sélectionneur n'a ensuite pas hésité à singer Nicolas Sarkozy avec cette lecture, déplacée au point d'être obscène, de la lettre de Guy Môquet. Le geste n'est pas neutre, tant ce détournement est signé et confine à l'insulte politique. Si le ridicule ne tue plus, la flagornerie fait vivre: après la victoire comme l'Irlande, il s'exclame que les joueurs ont été "grands comme notre président". L'étanchéité n'est décidément pas ce qui caractérise les différentes activités de Bernard Laporte.


« Le flirt des politiques avec le sport national n'est pas une nouveauté. Mais là, il y a eu pénétration ».

Plans très gros
Ultimes coups de massue: le réalisateur de TF1 qui envoie le gros plan sur le président de la République dans la seconde suivant l'essai de Dusautoir – comme si c'était lui qui l'avait marqué. Sans compter qu'outre les ministres de Nico, ses amis ont aussi eu droit à leur cadrage, puisqu'on aperçut Christian Clavier dans la tribune. Le flirt des politiques avec le sport national n'est pas une nouveauté, mais là, il y a eu pénétration. Le degré d'instrumentalisation est inédit, et celle-ci est accomplie avec une absence de vergogne qui s'inscrit résolument dans un air du temps de plus en plus frelaté.
Difficile, ensuite, de faire abstraction d'un contexte qui envahit ainsi la pelouse. Il y a une telle tristesse à constater qu'une éventuelle victoire des Bleus en finale parachèverait une démonstration de marketing politique...


Alors, sous le coup du dépit de sentir mon plaisir gâché, j'ai viré de bord: mon cœur devenu gris battait à l'envers. Plutôt que de mitiger le bonheur espéré, plutôt que faire d'insupportables compromis avec des sentiments aussi sacrés, je pris le parti opposé, je poussai avec les Blacks en me disant qu'il était peut-être temps d'en finir avec le patriotisme sportif et de me mettre à l'universalisme consistant à choisir son équipe préférée pour le sport plus que pour le passeport.


(1) Si le même cirque déploie depuis longtemps son chapiteau sur toutes les grandes compétitions de football, il y a, pour le rugby, quelque désillusion à assister à un tel précédent.
Partager

> du même auteur

Nike se fait le maillot

Le football d'ailleurs


Les Dé-Managers
2018-05-14

Messi - Cristiano Ronaldo, qui est vraiment le plus fort ?

Délires FM – Depuis dix ans, ils dominent le monde du football. Alors pour enfin départager Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, on a utilisé un outil incontestable : Football Manager.


Jérôme Latta
2018-04-23

Hamburger SV, dinosaure au bord de l'extinction

Engagé dans une lutte désespérée pour échapper à la première relégation de son histoire, le HSV recevait Fribourg, samedi. Récit d'une rencontre qui a surtout démontré l'amour des supporters pour cette institution. 


Triste Grandsir
2017-12-19

Maria à tout prix

Pourquoi tant de joueurs venus du Brésil débutent leur carrière européenne au Portugal? Une histoire d'accords, de culture et, parfois, de mariages blancs...


>> tous les épisodes du thème "Le football d'ailleurs"

Sur le fil

RT @neilcharles_uk: Some #WorldCup datavis from the first round of games. Shots and attacking passes small multiples. https://t.co/A0Hi3E6M…

RT @SeriousCharly: @tleplat Le jour où les deux génies de beIN proposeront un début d'analyse tactique au lieu de se vautrer dans les jugem…

RT @BonBonal: FC Sochaux, club en détresse https://t.co/azFpjHZMMG | avec @tribune_nord_sx, @sociochaux

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 00h02 - Hyoga : Runaujourd'hui à 22h14---Ça ressemble tout de même à un choix de voir tout en noir, ce que tu... >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 00h02 - Café-Crème : L'Equipe évoque un débrief "musclé" entre DD et les joueurs au sujet du pressing. Ça irait dans... >>


Observatoire du journalisme sportif

19/06/2018 à 23h54 - Raspou : Pour des résumés un peu plus longs (8-10 mn), Hoofoot fait bien l'affaire. >>


Coupe du monde 2018 : le groupe A

19/06/2018 à 23h47 - Milan de solitude : L'Afrique du Sud qui reste la seule équipe hôte depuis les débuts de la Coupe du monde à avoir... >>


Foot et politique

19/06/2018 à 23h43 - Pascal Amateur : Non, Patrice Alègre ne va plus dans les écoles. >>


Bréviaire

19/06/2018 à 23h06 - Raïeaïeïe : Propagande "Monaco : les premiers mots de Geubbels" (Footmercato.fr) >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

19/06/2018 à 22h59 - George Worst : Je suis tombé un jour par hasard sur un bouquin de Niccolò Ammaniti [je n'ai pas eu peur] et j'ai... >>


L'empire d'essence

19/06/2018 à 22h37 - SocRaïtes : Run: j'ai fini par aller au Mans (il faut dire que j'ai pas loin une fifille qui cuisine super... >>


Changer l'arbitrage

19/06/2018 à 22h35 - osvaldo piazzolla : sauf en cas d'erreur technique (comme accorder un but direct sur coup franc alors qu'on avait levé... >>


Et PAF, dans la lucarne !

19/06/2018 à 22h32 - MarcoVanPasteque : Pas que. Dans L'Équipe aussi ils parlent d'arnaque à propos de Pogbanov. >>


Les brèves

Pepe honni

"Reina, gardien de Naples, dénoncé pour ses liens avec la mafia italienne." (20minutes.fr)

Mendycité

"Mendy : ‘J’ai la dalle’.” (lequipe.fr)

Pas Metz que un club

"Metz : Un groupe amoindri." (lequipe.fr)

DSKudetto

“Maurizio Sarri : ‘On a perdu le titre dans un hôtel’.” (lequipe.fr)

Mousse à mazout

"Sarr : ‘Il ne faut pas nous enflammer’." (sofoot.com)