auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

> article suivant

Drôle de fair-play

> article suivant

Sous la Coupe de Memphis

> article précédent

"France 2 Foot" au stade 1

Guy Roux Manager 1938

L'arrivée de Guy Roux à Lens a déjà provoqué son lot de polémiques et fait de lui un symbole du "travailler plus"... Son ego ne connaissant pas de limite, ce n'était pas la limite d'âge qui allait l'arrêter. Bonus: la rétrospective Guirou.
Partager
L'affaire a avantageusement meublé l'intersaison : au retour inattendu d'un célèbre ancien entraîneur s'est ajoutée la polémique sur son éligibilité à ce poste. En effet, selon la Charte du football professionnel, sorte de convention collective du secteur, nul ne saurait dépasser la limite d'âge, fixée à soixante-cinq ans, contre soixante-huit pour notre candidat. Barré par la Commission juridique de la Ligue qui refusa d'homologuer son contrat le 27 juin dernier, Guy Roux dut à diverses interventions, ainsi qu'au jugement du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), l'obtention de ce droit au travail tardif, contre une décision initiale prise "au mépris de la loi républicaine sur les discriminations", selon les termes du principal intéressé.

roux_lens.jpg

La loi, c'est pour moi
Sans qu'il soit besoin de discuter la question sur le fond, on comprend bien qu'une telle mesquinerie administrative ne pouvait pas sérieusement compromettre le retour d'une figure nationale, qui s'est cependant bien gardée de crier trop fort au scandale. Moins par souci de discrétion et de dignité que pour éviter qu'on ne lui mette sous le nez son passé de président aussi légaliste qu'autocratique (1) de l'UNECATEF, le syndicat des entraîneurs: au cours de son mandat, il avait en effet mené une guerre sans merci aux coaches dépourvus de diplômes français (Vahid Halilhodzic lui en a d'ailleurs gardé un chien de sa chienne). Quelques années plus tard, il servait pourtant de prête-nom à de Daniel Rolland, qui ne disposait pas du DEPF en s'asseyant sur le banc d'Auxerre. Surtout, en 1996, il avait réussi à interdire à Michel Le Millinaire, entraîneur largement aussi vénérable que lui, d'exercer sa profession au sein du Stade rennais, passé ses soixante-cinq ans (2)...

Il serait toutefois vain de faire mine de s'étonner que Guy Roux ne recoure aux qualités qu'on lui prête (bon sens paysan, sagesse populaire, droiture à l'ancienne, etc.) que lorsqu'elles servent ses intérêts. Plus personne n'est dupe, aujourd'hui. Seul Philippe Piat, président de l'UNFP (syndicat des joueurs) s'est énervé en le qualifiant de "maquignon" et de "marchand de viande" qui a "contrarié toutes les règles du droit du travail et [qui] aujourd'hui, s'étonne". L'UNECATEF, comme l'UNFP, a aussi insisté sur le fait qu'on ne pouvait changer un seul article de la Charte qui ne conviendrait pas à l'entraîneur lensois, sans remettre à plat tout le texte. De quoi ouvrir la boîte de Pandore et provoquer une belle série de contentieux au sein de la grande famille du foot français...


Travailler plus longtemps
L'occasion était belle pour le gouvernement et l'Élysée (3), qui ont logiquement volé à son secours afin de s'emparer de cet outil de communication en faveur du "travailler plus". Dans la perspective spécifique de convaincre les Français de travailler plus longtemps pour "résoudre" le problème des retraites, mieux vaut l'image d'un brave senior aux cheveux teints exerçant un métier passionnant plutôt que celle des vieux qui ramassent les cannettes dans les rues américaines. Et pour ce qui est du "gagner plus", l'évocation seule de son nom y suffit.
Alors Christine Lagarde, ministre de l'Économie, a-t-elle affirmé que "ces limites d'âge, il faut les supprimer"... Nicolas Sarkozy y est allé de sa formule: "C'est plus la règle qui est vieille que Guy Roux". Et Roselyne Bachelot a affiché sa détermination à résoudre un "imbroglio incompréhensible pour le grand public". Comme quoi, le grand public est vraiment con.

Trop malin pour se placer dans un camp – on se souvient qu'il avait, à mots détournés, confié n'avoir pas voté Jospin lors des deux élections présidentielles précédentes –, Guy Roux s'est laissé récupérer sans en rajouter (4). Tout juste avança-t-il que "ces questions ne concernent pas qu'un entraîneur de football. Peut-être que la France souhaite que l'on réduise le temps de retraite parce qu'on n'arrive pas à la financer". On ne saurait être mieux dans le ton.


Déraciné
L'icône icaunaise devient donc star artésienne : dans le transfert, elle montre qu'elle n'est pas attachée à un terroir, pas plus qu'elle ne le sera à un terril. Pas encore universel, Guy Roux étoffe sa dimension nationale. Lui qui avait toujours minaudé au moment de se déclarer véritablement candidat au poste de sélectionneur va prendre un peu de la belle popularité du Racing et détacher son patronage de celui de l'AJA. Y aura-t-il un bonnet "Guy Roux" dans la boutique officielle du RCL?

Ne minimisons toutefois pas les risques pris par le technicien. Sorti de son fief auxerrois, il devra reconstituer son autorité de hobereau sur d'autres terres, mais aussi se montrer à la hauteur d'ambitions qui ne sont pas tout à fait celles de l'AJ Auxerre – où à force de faire profil bas, il a parfois oublié de viser plus haut. S'il a déjà ressorti son gimmick de l'objectif du maintien, c'est bien le podium que vise le RCL. Un podium qui lui a échappé deux saisons de suite et sans lequel le fameux "plan quinquennal" de Gervais Martel demeurera dans l'histoire comme un sujet de moqueries.
Ces dernières années, Guy Roux a un peu inquiété ses fans au micro de Canal+, avec sa tendance à radoter sur ses marottes (hauteur de l'herbe et taille des crampons). L'orgueil, pour celui qui n'a pas supporté qu'on le réduise à la fonction d'ambassadeur auxerrois, est une motivation certes suffisante pour reprendre le collier. Mais pour réussir son prochain adieu au music-hall, cela ne suffira pas.


(1) Il avait fallu un putsch, à l'instigation notamment de Raymond Domenech, pour forcer en 2001 le départ d'un président qui n'avait plus daigné convoquer d'assemblée générale durant quatre ans et qui refusa plus tard se laisser son siège au Conseil d'administration de la Ligue, même après avoir été débarqué par ses pairs (lire Rouxtine).
(2) Le CNOSF a notamment justifié sa décision par "l'expérience professionnelle remarquable" de Guy Roux – ce à quoi Le Millinaire pouvait tout autant prétendre.
(3) Les plus paranoïaques pourront imaginer la totale préméditation de ce "coup", puisque c'est Guy Roux lui-même qui a tenu à ce que son contrat soit homologué, alors qu'il aurait pu recourir à un prête-nom et se contenter du statut de manager sportif.
(4) Il eut toutefois l'aplomb de prétendre que sa réception par la ministre des Sports ne tenait qu'au désir de celle-ci d'écouter son expertise sur l'état du football français.



Guy Roux, une rétrospective
"Bon client", il le fut aussi pour les Cahiers du football...

Rouxtine
Août 2001
Le Guy Roux à bonnet est de retour sur les pelouses, ça fait rigoler les enfants. Par contre, le Guy Roux à casquettes multiples n'a jamais quitté les arcanes du pouvoir. Il s'y accroche même plus que jamais.

Guy Roux canonisé
Septembre 2002
Guy Roux a donc fêté à la une des médias son record de longévité comme entraîneur de l'élite.Comme toute commémoration, celle-ci n'a dressé que des portraits allant de la neutralité bienveillante à la franche apologie…

« Guy Roux joue un double jeu »
Septembre 2004
Interview : Olivier Jouanneaux - L'agent de Philippe Mexès s'étonne du traitement réservé à l'affaire par certains médias et met en cause l'influence de Guy Roux, entraîneur omniprésent, mais pas omnipotent, de l'AJA…

Roux et Combaluzier
Octobre 2004
Pour passer sur TF1, il suffit à Guy Roux d'appuyer sur un bouton appelé Christian Jeanpierre.

Le Roux tourne
Juin 2005
Alors que Guy Roux tire sa révérence, l'ensemble du foot français lui tire la sienne. Détonons un peu en égratignant l'icône.
Partager

> sur le même thème

Satanées controverses

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Christophe Kuchly
2018-11-13

Le journal du jeu #3 : vivre avec le ballon

Antonio Mohamed a été viré du Celta mais ses tenues vestimentaires ne seront jamais oubliées. • Betis: la prime au jeu • Dortmund: vitesse et structure • City: éloge de la stabilité


Christophe Kuchly
2018-11-06

Le journal du jeu #2 : centres et milieux récupérateurs

Il ne sera pas question de Coupe de la Ligue cette semaine. • Real: retour vers le futur • Arsenal: la patte Emery • Lille: l'impuissance de l'entrejeu


Christophe Kuchly
2018-10-29

Le journal du jeu #1 : pressing et Clasico

Chaque semaine de football offre son lot d'enseignements: tour d'horizon de téléspectateur. • OL: presser les défenses à trois • PSG: Mbappé, dernier défenseur • Real: Lopetegui mort sans ses idées


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Sur le fil

Dans le CR de #NEDFRA, l'action défensive embarrassante des Bleus - https://t.co/BYqh04rC5u https://t.co/0EB27TpQGk

"L'augmentation générale est principalement due à l'explosion des arrestations pour non-respect des arrêtés d'encad… https://t.co/aUs1PBrqc4

RT @lemonde_sport: « Monacogate » : Rybolovlev n’a pas l’intention de vendre le club, selon son porte-parole https://t.co/iMPkWTSUuj

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Chapecoense 2

"Foot - L1 : Inattendu sommet." (lequipe.fr)

Futur taulier

"Neymar risque jusqu'à 6 ans de prison." (ouest-france.fr)

Ruddy Bukkake

"Arbitrage : ‘J'en ai pris plein la tronche’." (lequipe.fr)

Droit au mur

“OM : Une attaque sans tête.” (lequipe.fr)

Mou Walk

"Le car de MU encore bloqué, Mourinho finit à pied." (lequipe.fr)