auteur
Jamel Attal

Du même auteur

> article suivant

Un Pierre dans notre jardin

> article précédent

Anelka entre chien et loup

> article précédent

La promotion commence déjà

Christanval, programmé et protégé?

Philippe Christanval est-il le jeune lauréat du jeu Adidas "gagne ta place dans les 22", et y a-t-il donc des places réservées par les sponsors au sein même des sélections nationales? Pourtant, qu'est ce qui justifie les lauriers aussi définitivement tressés à cet espoir un peu trop méthodiquement programmé?

Partager

Partons pour un tour de polémique, puisque de débat raisonné il ne peut y avoir vraiment: comment en effet évaluer le niveau actuel de Christanval, n'étant ni abonné ni même accrédité au stade Louis II. L'interrogation découle en effet de l'impression très subjective de n'avoir jamais vu ce joueur réaliser un grand match (parmi ceux qui furent retransmis) ou démontrer un exceptionnel niveau technique. Pourtant, retenu parmi les 12 de Tignes, le défenseur se voit offrir une intégration tout en douceur chez les Bleus, intégration qui lui semble promise et incontestée depuis toujours.


Passé par les sélections espoirs, sorte d'ENA du football, le Monégasque bénéficie certainement de ce crédit de départ. Sa saison chez le champion de France suffit également à imposer un minimum de respect, mais ces éléments peuvent-ils justifier un tel engouement médiatique, ces prophéties sur son grandiose avenir en bleu, cette insistance à le présenter comme incontournable dans un futur proche, et ce depuis plusieurs années? Car il y a quand même quelque ironie à être couronné meilleur espoir (aux oscars du football) au bout de la troisième tentative…


Cette fois, c'est L'Equipe magazine qui lui consacre un nouvel article de 5 pages, à l'occasion du tournage d'une publicité pour Adidas. Avec la nouvelle mise en page, on croit d'abord à un publi-reportage, mais non, le texte explique la stratégie d'investissement de la marque auprès des jeunes professionnels, faisant presque l'éloge de sa stratégie d'accompagnement. Le choix s'explique ainsi: "Nous avons consulté un bon nombre de techniciens. Ils étaient unanimes. Pour eux, il était le successeur désigné de Laurent Blanc". Etonnantes certitudes quand on voit le nombre de grands espoirs déçu et oubliés années après années.


Quant au joueur, il développe très tôt une carrière médiatique parallèle à sa carrière sportive, et son sponsor est là pour lui donner confiance: "L'important pour l'instant, c'est que l'on puisse te voir aux côtés de Zidane, Blanc, Barthez ou Desailly, que l'on s'habitue à ta présence. Si tu es là, c'est que tu le mérites, que tu es bon. Que tu as ta place dans cette galerie de champions", lui déclare son nouveau mentor, le coach média que lui a assigné la marque. Ce Pygmalion commercial ("professeur en science des sports", c'est-à-dire marabout) lui forge une "image valorisée". Le directeur du marketing explique qu'une "campagne de publicité peut et doit apporter aux joueurs un surplus de popularité, donc une valeur marchande valorisée". Parlons-nous tous de la même valeur?
Avec son discours plein d'assurance, cette étrange entreprise de fabrication de carrière sous l'égide des sponsors opère très loin des réalités sportives, et montre cette capacité des industries à "faire" des joueurs, à les former aux activités auxquelles elles ont le plus intérêt, et surtout à les imposer comme des évidences (et corollairement comme des produits, voire des jouets qui cassent parfois comme Ronaldo).


Un tel phénomène d'imposition artificielle via les médias est assez inquiétant, ne serait-ce qu'en raison du danger encouru par les joueurs eux-mêmes, qui pourraient vite confondre notoriété et reconnaissance sportive. Il inquiète aussi parce qu'il semble porter ses fruits: les journalistes, voire les techniciens nationaux, semblent accorder leur confiance à un footballeur en partie sur la foi de sa cote publicitaire et de l'opinion commune. D'autres comme Déhu ou Rabésandratana devraient peut-être signer chez Adidas pour mieux faire valoir leurs chances…

Les joueurs sous contrat avec Adidas touchent une "prime de promotion" en cas sélection en équipe de France, laquelle a reconduit un partenariat de longue durée avec la marque. Philippe Christanval fera peut-être une carrière exemplaire, c'est tout ce qu'on lui souhaite. Tant que les Bleus ne sont pas coachés par le directeur du marketing…

Partager

> sur le même thème

L'amour en héritage

> du même auteur

Avaler les sifflets

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


2018-11-21

Sans peine mais pas sans péno

 L'équipe de France a dominé l'Uruguay dans un match agréable où elle s'est retrouvée, un peu tard. • l'édito • la nalyse • les gars


2018-11-17

Sous la Coupe de Memphis

Punie de ses insuffisances par des Pays-Bas qui ont tout bien fait, l'équipe de France perd la main sur sa Ligue des nations. • l'édito • la nalyse • les observations • les gars • l'action à charge • vu du forum


2018-10-17

Et à la fin, c'est la Griezmannschaft qui gagne

Dominée et bousculée, l'équipe de France a repris le dessus sur l'Allemagne avant de lui porter deux coups fatals. L'édito • Les observations • La nalyse • Les gars • Vu du forum 


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Sur le fil

RT @20minutesSport: Nouvelle série d'auditions en Belgique dans le cadre du «Footballgate» via @20minutesSport https://t.co/09BP4qJpdh

RT @OFsports44: La LFP vient d’infliger 16 500€ d’amende au FC Nantes pour usage de fumigènes lors dé Nantes-ASSE, le match hommage à... Em…

RT @Birdace: Nouvel épisode de Statistix, cette fois sur les key passes (ou passes clés). Après une rapide définition, j'évoques leurs avan…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

De Nuremberg à Pôle Emploi

"Nuremberg vire son entraîneur." (lequipe.fr)

Faut pas des Koné

"Boxing Day en L1, Koné dit non." (maxifoot.fr)

Abstinence

"Fuchs absent trois mois." (lequipe.fr)

Doc Gynéco en public

"Les oreilles écartées par ses gants noirs, Mario Balotelli a ouvert ses écoutilles face aux tribunes de Gaston-Gérard." (lequipe.fr)

Flammengo

"Brésil : incendie meurtrier au centre de formation de football de Flamengo." (rfi.fr)