auteur
Plumitif

 

Alias Dominique Rousseau, ancien journaliste de l'Équipe.

Forumiste des Cahiers depuis 1999.

Les Coulisses du foot business


Du même auteur

> article suivant

Revue de stress #124

> article précédent

La bicyclette du week-end

> article précédent

Revue de Stress #53

Zidane et Platini en courses croisées

Zinédine Zidane démarre sa carrière d’entraîneur de haut niveau au moment où Michel Platini est à l’arrêt dans son parcours de dirigeant. Deux trajectoires, deux personnalités, deux époques.  

Partager

 

Meneur de jeu implique un statut à part, d’être à la fois l’élu et le rassembleur. Zidane et Platini représentent deux manières d’incarner la fonction. Introverti, avec des aspérités (Zidane), extraverti, bonhomme (Platini). C’est leur façade. La réalité est plus complexe. En tant que joueurs, ils ont fait apparaître leur sens tactique. Depuis leur retraite sportive, Zidane et Platini exercent leur sens "politique" selon leur tempérament. À chacun sa manière d’assoir influence, intérêts, avenir. Ils ont leurs flamboyances, leurs parts d’ombres et de calculs. Et leurs méthodes.

 

 

 

 

Révolution de palais vs méritocratie

Platini devient sélectionneur de l’équipe de France en novembre 1988 grâce à une conjuration menée par Claude Bez (président des Girondins de Bordeaux) afin d’évincer du poste Henri Michel. Retraité depuis un an et demi, Platini n’a aucun diplôme d’entraîneur, mais il est bombardé homme providentiel.

 

Zidane est devenu entraîneur du Real Madrid en cochant toutes les cases du parcours estampillé Clairefontaine. Il y a ajouté le diplôme de manager général de club sportif professionnel délivré par le Centre de droit et d’économie du sport de Limoges. Deux parcours qui éclairent leurs tempéraments. C’est sans expérience, et sans état d’âme que Platini prend le poste de sélectionneur comme un monarque, au terme d’une révolution de palais. Zidane, lui, a suivi sagement le parcours classique de la méritocratie républicaine du foot français.

 

Platini sait aussi forcer le destin. Après l’Euro 92, le sélectionneur quitte une fonction qui l’a d’abord intéressé, puis ennuyé (sur ses choix, lire "Coach Michel"). En août de cette année-là, un mois après la désignation de la France pour la Coupe du monde 1998, il se positionne en tant qu’homme clé de son organisation. Dans une interview au titre ronflant, montée avec ses relais dans les médias, "Président, sinon rien". Il parvient à ses fins et est nommé coprésident du comité d’organisation avec Fernand Sastre. Il a quarante-trois ans au moment du Mondial. C'est-à-dire l’âge de Zidane à sa prise de fonction sur le banc du Real Madrid.

 

 

Zidane, tout au sérieux

Platini a été rapidement opérationnel dans son après-foot. Zidane est moins intuitif, plus réfléchi. C’est trois ans après la finale de la Coupe du monde de Berlin en 2006, à l’été 2009, qu’il refait vraiment surface. En tant que tête de gondole de la nouvelle présidence Florentino Pérez au Real Madrid, trois ans et demi après avoir démissionné d’un premier mandat. Zidane est dans un premier temps conseiller du président. Tout comme pour son cursus d’entraîneur, il va patiemment tracer son chemin. En usant d’un sens "politique" certain. Lorsqu’à l’été 2011, José Mourinho obtient la tête de Jorge Valdano, directeur sportif du Real depuis onze ans, Zidane prend le poste… mais le quitte l’été suivant. Officiellement pour mieux préparer ses diplômes d’entraîneur.

 

En fait, il refuse surtout d’être utilisé par Mourinho dans ses relations de plus en plus conflictuelles avec ses joueurs. Lorsque ce dernier quitte le Real à l’été 2013, Zidane devient l’entraîneur adjoint de Carlo Ancelotti. Il est alors totalement installé dans son rôle de garant de l’institution Real. Après le départ de Mourinho en 2013, Florentino Pérez avait fait de Zidane l’architecte du nouveau projet sportif du club "pour les quatre prochaines années". Diplômes d’entraîneur en poche à l’été 2014, il devient l’entraîneur de l’équipe B, la Castilla, tremplin avant de succéder à Rafa Benitez.

 

Un parcours modèle qui ne constitue qu’une facette de la personnalité de Zidane. Platini est insouciant, blagueur, familier. Zidane est réservé, taiseux, discret. Les exploits techniques de Platini étaient des pirouettes, ceux de Zidane des démonstrations. Platini a tendance à ne rien prendre au sérieux. Zidane, tout. Platini ne se fait jamais violence, Zidane surfe en permanence sur la sienne. Son penalty face à Buffon en finale de la Coupe du monde 2006 a résumé toute la palette de son jeu et de sa personnalité. Geste insensé, techniquement risqué, humiliant pour l’adversaire – une version sauvage de la Panenka, en finale mondiale.

 

 

Sélectionneurs avant l'heure

C’est en multipliant roulettes, contrôles orientés, feintes de corps, reprises de volée millimétrées ou définitives de la tête, que Zidane domptait ses démons intérieurs. Lesquels l’ont autrement conduit à quatorze expulsions. La séquence de son retour en équipe de France, entre août 2005 et juillet 2006, constitue une saga homérique. Zidane, c’est alors Corey / Alain Delon dans Le Cercle rouge de Jean-Pierre Melville. Un cercle qui se referme sur lui le 9 juillet 2006 à Berlin.

 

Tous les codes du genre y seront. En août 2005, pour son retour, Zidane monte une équipe avec Makelele et Thuram. Raymond Domenech, le sélectionneur, est mis devant le fait accompli. Afin de bien faire comprendre que c’est lui désormais le taulier, c’est Zidane et non pas la Fédération qui annonce lui-même son retour sur son site Internet. En novembre 1988, Platini n’avait pas résisté à la pression affectueuse de ses amis afin de devenir sélectionneur. En août 2005, Zidane ne résiste pas à son envie de marquer son territoire afin de devenir, de fait, sélectionneur.

 

Pour la Coupe du monde 2006, Zidane adoube Ribéry. Lui et sa vieille garde rapprochée montent lentement en puissance pendant le premier tour. Puis vient le temps des punitions et des mises au point. L’Espagne, le Brésil et le Portugal, convaincus cette fois d’obtenir le scalp de Zidane et des Bleus après leurs précédentes déconvenues, repartent encore bredouilles. Eux ne l’auront donc jamais vaincu. Il va en être autrement avec l’Italie. Le 9 juillet à Berlin, c’est l’ultime séquence de Zidane footballeur qui se joue. Il est d’abord taulier: discours d’avant-match, Panenka, réorganisation tactique après une demie heure de jeu. Puis c’est la scène finale, épilogue de tragédie grecque. Zidane encorne littéralement Materazzi. Il est alors le Minotaure, mi-homme mi-taureau, incapable de résister à ses pulsions.

 

 

Étape pour l'un, accomplissement pour l'autre ?

Pour Platini, la Coupe du monde 98 a été un tremplin vers l’UEFA, dont il devient président en 2007 grâce à une fine diplomatie, s’attirant les bonnes grâces des latins et des anglo-saxons, en particulier le clan du Bayern (Beckenbauer, Rummenigge). Zidane en a fait de même au Real Madrid. Mais sans négliger pour autant les affaires franco-françaises. S’il sert de facilitateur du recrutement de joueurs français pour le Real, il n’a jamais négligé les intérêts de Jean-Pierre Bernès, l’associé d’Alain Migliaccio (ex-agent de Zidane). Dans Libération du 21 juin 2010, Grégory Schneider raconte l’intervention de Zidane auprès de Ribéry (Bernès est son agent) entre autres, afin que Domenech modifie sa tactique et son équipe.

 

En septembre 2010, Zidane répond à l’invitation de Laurent Blanc, le nouveau sélectionneur. L’omniprésence de Bernès à la Fédération donne lieu, en juillet 2012, à un épisode ubuesque. L’agent est en train de négocier le départ de Laurent Blanc et l’arrivée de Didier Deschamps au poste de sélectionneur des Bleus, lorsque Noël le Graët reçoit Zidane qui vient lui réclamer le poste (Champions du monde 98, secrets et pouvoir, livre d'Arnaud Ramsay et Gilles Verdez). Il est trop tôt pour lui. A-t-il cédé à une de ses pulsions ou a-t-il pris date ? Les deux Zidane dans la même séquence?

 

Pour Platini, diriger de l’équipe de France n’aura été finalement qu’un passe-temps ennuyeux. Pour Zidane, c’est le Graal, le but ultime, la consécration. À chacun sa trajectoire, son destin. Platini a fini par payer son insouciance par des faux-pas éliminatoires dans sa course à la présidence de la FIFA (déjeuner avec Sarkozy et des pontes qataris en novembre 2010 à l’Élysée, affaire du "salaire" différé). Il est à l’arrêt. Neuf ans et demi après la finale de Berlin en 2006, Zidane est de nouveau exposé. Entraîneur du Real Madrid. Joueur, il a beaucoup commandé, décidé. Il découvre un rôle nouveau. Fusible. Dépendant de la politique sportive de son président et du bon vouloir de ses joueurs. Il démarre une nouvelle carrière. Zidane / Platini: à suivre.
 

Partager

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


La rédaction
2017-11-20

Vu du Banc : Saison 3, Episode 14 : La France en progrès (?) et le drame italien

Quel bilan tirer de la fenêtre internationale et des deux rencontres des Bleus? Pourquoi l'Italie n'ira-t-elle pas au Mondial? On en parle en détail.


Christophe Zemmour et Richard N
2017-11-16

Buffon, un deuil Nazionale

La non-qualification de l’Italie à la Coupe du monde 2018 précipitera les adieux de Gianluigi Buffon. La fin d'une histoire très particulière entre le meilleur gardien de ces dernières décennies et sa sélection nationale.


Christophe Kuchly
2017-11-14

Chroniques bielsiennes : Le quitte ou double

Épisode 2 – La menace du licenciement plane au-dessus de la tête de l'entraîneur lillois mais il continue à croire en la réussite du projet qu'il incarne. La marge de manoeuvre se réduit et sa communication change.


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Sur le fil

RT @rcosmidis: Article sur Pogba, son rôle et ses progrès à MU https://t.co/eG0rigGXs9 Même si c'est devenu à la mode de le trouver moyen (…

RT @VuduBancPodcast: NOUVEAU #LOSC #Bielsa #PSG #FCGB #GIrondins #OGCN #Valencia 📻🎙️⚽️ Saison 3, Episode 15 : Départ de Bielsa et Foire aux…

RT @JeuneGuillou: Un tiers des matches de Ligue des champions se finissent par trois buts d'écart au moins. Tu parles d'un spectacle.. http…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

No country for old Maine

"Sans Rivière à Angers." (lequipe.fr)

Kanté pas dans le disert

"Kanté a laissé un vide." (lequipe.fr)

La lettre du QI moqué

"La lettre émouvante de Cristiano Ronaldo à propos de son enfance." (lequipe.fr)

Kylian aime bipper

"PSG : C’est quoi la montre de Kylian Mbappé ?" (sportune.fr)

Joueur dudit manche

"Une star du porno sponsorise un club de district." (footamateur.fr)