auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

[JDD #7] Irrésistibles

> article précédent

France-Irlande : Dublin au moral

> article précédent

Le bilan tactique du premier tour

Vilfort 1992, le soleil de minuit

Un jour un but – Le 26 juin 1992, Kim Vilfort marque le but qui permet au Danemark de remporter, contre toute attente, l’Euro suédois.

Partager

 

Plusieurs sentiments se confrontent lorsque l’on revoit le but de Kim Vilfort. À la joie de voir se concrétiser l’une des plus folles aventures de l’histoire du foot s'opposent des pensées plus sombres: celle que le but n’aurait peut-être pas dû être accordé pour une faute de main; celle que c’est peut-être l’équipe de Yougoslavie qui aurait dû jouer cette finale; celle, enfin, que ce joueur qui manifeste sa joie sous le soleil de Göteborg vit un moment terrible de sa vie d’homme et de père.

 

 

 

Embargo

L'action se passe à la 78e minute de la finale. Le Danemark mène 1-0 depuis une heure et l'Allemagne, championne du monde en titre, grande favorite, ne parvient pas à inverser son destin. Sur un mauvais renvoi de la défense allemande, Fleming Povlsen reprend de la tête et envoie droit devant. Le ballon arrive dans la course de Kim Vilfort, qui contrôle de la poitrine, en s'aidant peut-être d'un bras. L'ancien Lillois fait un crochet sur la gauche pour éliminer Brehme et Hellmer, puis frappe à ras de terre. Le ballon touche la base du poteau gauche de Illgner et roule dans la cage. Ce but entérine une histoire un peu folle, la victoire d'une équipe arrivée à l'improviste dans un tournoi majeur et qu'elle remporte finalement au nez et à la barbe de favoris hyper préparés.

 

Le Danemark n'aurait en effet jamais dû participer à cette phase finale de l'Euro suédois. Dans son groupe éliminatoire, il avait été devancé par une prometteuse équipe de Yougoslavie, quart de finaliste du dernier Mondial, bâtie sur l'ossature de l'Étoile Rouge de Belgrade, championne d'Europe des clubs en 1991. Mais si son football touchait du doigt les sommets, le pays vivait ses heures les plus noires, déchiré par une guerre civile qui n'en était, hélas, qu'à son commencement. La situation est telle que le 30 mai 1992, le Conseil de sécurité des Nations Unies vote un embargo. Politique, économique et en conséquence sportif: l'équipe de Yougoslavie, bien que qualifiée, ne participe pas à l'Euro 1992. Une première.

 

 

Référendum

Jamais la phase finale d'un Euro n'a porté autant de signaux politiques que celle de Suède en 1992. L'époque s'y prête. Le Vieux Continent est bouleversé par des événements de grande ampleur, entre les murs qui s'écroulent et les pays qui se déchirent. La RFA est redevenue l'Allemagne, l'URSS se désagrège et survit cliniquement sous le nom de C.E.I. (C.I.S. en anglais), le temps de préparer le démembrement des quinze États soviétiques. Même la présence du Danemark, qui remplace la Yougoslavie au pied levé, n'est pas dénuée de sous-entendu politique. Le 2 juin 1992, plus de 50% du peuple danois avait rejeté, par référendum, le traité de Maastricht, élément constitutif de l'Union européenne.

 

S'il refuse l'Europe politique, le Danemark accepte toutefois l'Europe du foot. Les joueurs en vacances sont rappelés d'urgence, l'équipe est montée à la hâte par le sélectionneur Richard Møller Nielsen, qui doit toutefois concéder le forfait de son joueur le plus emblématique, Michael Laudrup.

 

 

Dynamite

Le milieu de terrain Kim Vilfort, par contre, est bien du voyage. Pourtant, quelques jours plus tôt, il a été assommé par une terrible nouvelle: Sa fille de sept ans est touchée par une leucémie. Durant le tournoi, le milieu de terrain de Brøndby alterne les matches et les retours à la maison au chevet de sa fille. Si le tournoi n'avait pas eu lieu dans la proche Suède, Kim Vilfort n'y aurait certainement pas participé.

 

L'ancien joueur de Lille dispute le match inaugural contre l'Angleterre, où les hommes de Møller Nielsen arrachent un match nul inespéré (0-0). Quatre jours plus tard, Vilfort est présent pour le derby face à l'hôte suédois pour une défaite (1-0) qui semble sonner le glas de l'aventure danoise. Le milieu de terrain n'est pas présent contre la France, l'état de santé de sa fille s'étant en effet aggravé. Contre toute attente, l'équipe danoise s'impose (2-1) et poursuit l'aventure.

 

 

Kim Vilfort revient donc pour la demi-finale contre les Pays Bas. Il inscrit son tir au but lors d'une série qui envoie son équipe en finale. Face à l'Allemagne, il marque le but du 2-0 qui assoit définitivement la victoire de la Danish Dynamite et l'une des plus grosses surprises de l'histoire du foot. Quelques jours après son but, Kim Vilfort perdra sa fille, vaincue par la maladie.

 

Partager

> Dossier

Histoire FC

Un jour, un but


Richard N
2018-06-12

Dugarry 1998, mauvaise langue

Un jour un but – Le 12 juin 1998 à Marseille, c’est Christophe Dugarry qui marque le premier but de l’équipe de France lors de sa Coupe du monde.


Christophe Zemmour et Richard N
2018-05-26

Kennedy 1981, la passe de trois

Un jour un but – Le 27 mai 1981 au Parc des Princes, un but de son arrière latéral Alan Kennedy permet au Liverpool FC de conquérir sa troisième Coupe des Clubs champions aux dépens du Real Madrid.


Richard N et Christophe Zemmour
2018-05-15

Boli 1993, la tête à Basile

Un jour un but – Il y a bientôt vingt-cinq ans, l’Olympique de Marseille s’en était allé conquérir la première coupe d’Europe du football français. Un coup de tête de Basile Boli fit chavirer Marseille et basculer l’Hexagone dans le camp des vainqueurs.


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

Cruel Sommer.

RT @CoupFrancMLS: @cahiersdufoot Astuce (pour les supporters en tribune) qui marche : compter tout haut les secondes. Je l'ai vu faire dans…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

World Cup, the road to Doha

aujourd'hui à 23h47 - fabraf : Ou faire jouer Messi, Neymar et Griezmann contre l’Islande. Et faire rentrer Bale pour le fun à... >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 23h47 - Espinas : J'ai longtemps haï Florentino Perez pour avoir cassé cette équipe là en achetant les peu... >>


Coupe du monde 2018 : le groupe E

aujourd'hui à 23h42 - PCarnehan : Charterhouse11aujourd'hui à 22h34----------Oui, contre l'Espagne, en match de préparation, la... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 23h36 - Moravcik dans les prés : Je plussune évidemment Jamel, Mathoux ne semble pas se rendre compte que sa remarque est en fait... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 23h35 - Roy compte tout et Alain paie rien : Quand tu as une seule safety car sur un circuit comme Le Mans, pour peu qu'elle sorte entre le 1er... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 23h18 - Yul rit cramé : C'est'pour ça qu'il n'est plus défenseur alors ?Je croyais qu'on était juste passé à côté de... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 23h01 - impoli gone : Fleetwood, lui, est bien au chaud, tranquille, au club house. Et il attend. >>


Les CdF : cahiers de doléances

aujourd'hui à 22h41 - PCarnehan : fireflyonthewater.Un article engagé, un seul, dans un océan de louanges, et d'injonctions à... >>


La vie et l'avis des coaches

aujourd'hui à 22h25 - fabraf : Runaujourd'hui à 16h00Tu as un lien d’une interview ? >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 21h44 - forezjohn : Logique si on te dit pas de laisser tu tentes forcément de la dévier de la main dans ta surface. >>


Les brèves

Pepe honni

"Reina, gardien de Naples, dénoncé pour ses liens avec la mafia italienne." (20minutes.fr)

Mendycité

"Mendy : ‘J’ai la dalle’.” (lequipe.fr)

Pas Metz que un club

"Metz : Un groupe amoindri." (lequipe.fr)

DSKudetto

“Maurizio Sarri : ‘On a perdu le titre dans un hôtel’.” (lequipe.fr)

Mousse à mazout

"Sarr : ‘Il ne faut pas nous enflammer’." (sofoot.com)