auteur
Richard Coudrais

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

La chaîne de football idéale

Une éternité avant le Brexit

Il y a 47 ans, la Grande-Bretagne fête son entrée dans la Communauté européenne avec un match de gala à Wembley opposant les six anciens pays membres aux trois nouveaux. 

Partager

 

En 1973, la Communauté économique européenne connaît son premier élargissement. Les six pays fondateurs de 1958 (Belgique, France, RFA, Italie, Pays-Bas et Luxembourg) entérinent l’intégration au Marché commun de trois pays voisins: le Danemark, l’Irlande et la Grande-Bretagne.

 

 


Enlarge your Europe

Les choses n’avaient pas été simples. Ces trois pays, en plus de la Norvège, attendaient leur intégration depuis douze ans. Mais la France, notamment, s’y opposait fermement, son président Charles de Gaulle redoutant une ingérence américaine par le biais des Anglais.

 

Une fois le Général retiré de la scène politique, son successeur Georges Pompidou se montra plus ouvert à de nouvelles adhésions. Ainsi la Grande-Bretagne, le Danemark et l’Irlande ont-ils pu rejoindre l'alliance, seule la Norvège s’étant abstenue après le "non" issu d'un référendum auprès de sa population.

 

Le Royaume-Uni ne manque pas de manifester son enthousiasme. De nombreuses célébrations de tout ordre sont organisées lors des premiers jours de cette année 1973 sous l’intitulé "Fanfare for Europe". Ces manifestations prévoient notamment l’organisation d’un match de foot à Wembley rassemblant les meilleurs joueurs des neuf pays membres, répartis entre deux équipes représentant l’Europe des Six et l’Europe des Trois.

 

La rencontre se déroule à Wembley le 3 janvier 1973 devant 36.500 spectateurs: le public anglais est toujours friand de ce type de rencontres. Il avait répondu présent lors des Angleterre-Reste du monde célébrant le 50e anniversaire de la FIFA en 1953 ou celui, dix ans plus tard, pour le centenaire de la FA. Les jubilés, comme celui de Stanley Matthews en 1965, font également recette en Grande Bretagne.

 

 

 


Un Angleterre-RFA renforcé

L’Europe des Six est dirigée par le sélectionneur allemand Helmut Schön, celle des Trois par Sir Alf Ramsey.

 

On note dans l’équipe des Six une forte prédominance de joueurs allemands (6) alors qu’aucun joueur italien ni luxembourgeois n’est aligné. Certes, Dino Zoff fera son entrée en deuxième mi-temps, mais en remplacement de Piot, seul Belge de l’équipe. Faut-il y voir une symbole de la vision qu’ont les Allemands de ce Marché commun? Marius Trésor et Georges Bereta représentent quant à eux la France.

 

 

 

Côté Europe des Trois, chacun des nouveaux pays est effectivement représenté, même si on ne relève la présence que d’un seul Danois et un seul Irlandais. Neuf Britanniques composent en effet le reste de l’équipe, avec deux Écossais, un Nord-Irlandais et… six Anglais. Zut, on a oublié le Pays de Galles.

 

Du beau monde, donc, même si cela ressemble plutôt à un Angleterre-RFA quelque peu renforcé. On aurait préféré des équipes mieux réparties et que soient évitées l’absence de certaines nationalités pour un match amical qui se voulait avant tout un symbole d’unité.

 

Cela ne semble pas troubler le premier ministre britannique, Edward Heath, qui profère un discours de circonstance: "Le match de ce soir est unique, il englobe les pays de notre communauté élargie. Nous sommes très heureux que nos amis européens aient accepté d’y participer. Je suis sûr qu’avec nous, ils considéreront cette soirée comme une étape majeure dans l’histoire du football européen".

 

 

 


Le retour de Bobby Charlton

Les capitaines habituels des deux sélections dominantes (Franz Beckenbauer et Bobby Moore) ont laissé leurs brassards à des coéquipiers, Günter Netzer et Bobby Charlton, ce dernier ayant accepté à trente-cinq ans de participer à la rencontre alors qu’il ne jouait plus en sélection depuis la fin de la Coupe du monde 1970.

 

L’équipe des "Trois" évolue dans un maillot blanc très anglais alors que celle des Six porte un maillot bleu azur fidèle au drapeau du Conseil de l’Europe. Le match en lui-même n’est pas resté dans les mémoires, avec une première mi-temps très ennuyeuse malgré deux occasions manquées par Lorimer.

 

Plusieurs changements sont réalisés à la mi-temps du côté des "Six", avec les entrées de Dino Zoff (Italie), Ruud Krol (Pays-Bas), Wim Suurbier (Pays-Bas) et Herbert Wimmer (RFA) à la place, respectivement, de Piot, Beckenbauer, Trésor et Van Hanegem. Une réorganisation dont ont su profiter les "Trois", notamment le Danois Jensen qui ouvre le score quatre minutes après le retour sur le terrain, en reprenant de la tête un centre de Bobby Charlton.

 

 

 

 

Le buteur cédera sa place à Alan Ball à l’heure de jeu, mais comme ça manquait quand même un peu de Danois, John Steen Olsen fera son entrée au début du dernier quart d’heure à la place de Colin Bell. Entre-temps, l’Écossais Colin Stein aura inscrit le deuxième but des "Trois", qui s’imposent donc 2-0.

 

Les 36.000 spectateurs de Wembley sont ravis du spectacle, même si celui-ci a eu un caractère plus symbolique que sportif. Les opinions des acteurs sur cette nouvelle configuration de l’Europe économique sont diverses. Pat Jennings indique clairement que la chose ne l'intéresse guère, au contraire de Johnny Giles qui espère que son "petit pays" (sic) allait gagner de nombreuses relations d’affaires grâce au Marché commun.

 

Alan Ball se montre un peu plus prosaïque en indiquant que la seule chose qui l’intéresse est de savoir si ses vacances en Europe lui coûteront moins cher. Quant à Sir Alf Ramsey, il espère que de tels événements seront encore l’occasion d’organiser de belles rencontres à Wembley. Aujourd'hui, on en est à imaginer un improbable Royaume-Uni-Reste de l'Europe.

 

 


 

Partager

> sur le même thème

Stanley Matthews, un Anglais en or

> Dossier

Histoire FC

Histoire FC


Richard Coudrais
2020-12-09

Stanley Matthews, un Anglais en or

Pourquoi Stanley Matthews, premier "Ballon d’Or" en 1956, surnommé le "magicien du Dribble", est-il vénéré à ce point en Angleterre? 


Richard Coudrais
2020-11-25

Les fantômes de Cathkin Park

En 1967, alors que les clubs de Glasgow se hissent au sommet de l’Europe, un autre disparaît, victime de la cupidité de son propriétaire. C'est l’histoire, un peu triste, du Third Lanark AC. 


Richard Coudrais
2020-11-16

Fatty Foulke, des buts et des tartes

Les joueurs d’exception – William Henry Foulke (1874-1916) fut l’une des premières grandes vedettes du foot anglais. Le gardien de Sheffield United brillait par son talent et son embonpoint. 


>> tous les épisodes du thème "Histoire FC"

Le forum

Festival de CAN

aujourd'hui à 02h54 - Cheikhou Boule à thé : Zut, je suis tombé sur Ouganda-Ghana à 2-0, puis j'ai zappé en pensant que c'était le match... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 01h36 - PCarnehan : Bah, moi aussi je défaille à mes trucs. Amélie Poulain va m'en vouloir. C'était 1983, et pas... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 01h17 - forezjohn : impoli gone06/03/2021 à 18h10Tout pareil. Pauvre petite série disparue trop... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 01h17 - Tricky : Utaka Souley06/03/2021 à 21h45L'argument "c'est ma discipline, c'est donc moi qui ai raison", ça... >>


Manette football club

aujourd'hui à 00h00 - Aristofan : Le scénario du 6 est exceptionnel, sa galerie de personnages, et le twist au milieu du jeu, un... >>


Dans le haut du panier

06/03/2021 à 23h10 - lyes : Bon du coup ce débat sans fin sur l'héritage de Parker c'est bieng mais demain c'est sans doute... >>


Gerland à la détente

06/03/2021 à 23h01 - LYon Indomptable : balashov22aujourd'hui à 22h04C'est clair qu'on s'en rend bien compte avec les matchs à huis-clos,... >>


Good kop, bad kop

06/03/2021 à 22h20 - vertigo : C'est vrai, et les speakers des stades qui annoncent les changements et les buteurs à... qui au... >>


Le fil dont vous êtes le héros

06/03/2021 à 22h20 - Utaka Souley : J'espère qu'on n'élimine pas définitivement le dernier de la dernière poule. >>


Futebol lusitano

06/03/2021 à 22h00 - Sidney le grand Govou : Ils ont eu très très chaud quand même. >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)