auteur
Gilles Juan

 

Footballeur du dimanche et philosophe de comptoir. @Gilles_Juan


Du même auteur

> article précédent

Revue de Stress #44

> article précédent

Braga - OM: Braga part

Un livre à déposer au pied du sapin de Noël

Mes secrets d’entraîneur de Carlo Ancelotti est sorti récemment, aux éditions Solar. Un ouvrage aussi instructif sur son approche du métier d'entraîneur qu’agréable à lire.

Partager

 

Carlo Ancelotti (aidé par son collaborateur technique Giorgio Ciaschini) a généreusement entrepris de parler de son expérience d’entraîneur, de raconter, annonce-t-il en introduction, “la dimension technico-relationnelle de ce travail: la programmation des entraînements, la gestion de la veille d’un match important, le rapport avec les joueurs, avec les dirigeants d’un club, les supporters et les médias”. Toutes ces parties annoncées ne se verront pas toutefois accorder la même importance: le programme concernera surtout l’encadrement des joueurs, au quotidien (entraînements, vestiaires) et sur le terrain.

 

 

Un tacticien consciencieux

Les secrets d’Ancelotti sont prioritairement ceux d’un tacticien consciencieux. On retiendra par exemple que le chapitre “Les dix matches qui ont marqué ma carrière d’entraîneur” contient surtout des récits de victoires ou de défaites qui se sont jouées, à ses yeux, prioritairement sur le plan tactique. Pour autant, les 348 pages n’ont pas pour but de proposer des réflexions théoriques déconnectées du jeu: les explications sont toujours motivées par les récits personnels des matches.

 

 

  

 

Parmi les principales qualités de l’ouvrage, citons pour commencer la patience et la précision avec lesquelles l’auteur présente, schémas clairs à l’appui, les systèmes de jeu qu’il a pu mettre en place. Le sapin de Noël occupe évidemment une position centrale (pas moins de quatorze schémas différents pour sa seule utilisation à l’AC Milan, afin de décliner les situations, les vertus, les failles à compenser, les automatismes à créer…). Autour de cela, Carlo prend bien sûr soin de faire le tour des dispositifs qu’il a pu tester, avec plus ou moins de réussite, club après club.

 

En plus des aspects tactiques, une large place est faite à tous les aspects du métier d’entraîneur aux côtés des joueurs, de la motivation de ces derniers à la programmation des entraînements. De nombreuses pages détaillent notamment les semaines types des séances, exercice par exercice, expliquant même les inflexions à apporter lorsqu’il y a des matches de coupes à jouer en plus des championnats.

 

 

Une personnalité séduisante

Le livre est écrit avec le souci prioritaire d’être pédagogue. Beaucoup de définitions, de listes, d’exemples. Le lecteur fait progressivement connaissance avec un entraîneur soucieux de toujours tirer des enseignements de ses expériences et de les partager avec application. Ancelotti confie volontiers ses regrets (dont un “tout particulier: celui de n’avoir pas mis en valeur tactiquement et techniquement un joueur de la valeur de Gianfranco Zola”). Il est un coach sans radicalité, doté de patience (regrettant parfois que le monde du foot n’en ait pas autant), cherchant les justes milieux, les ajustements inventifs, les bons réglages. Il est suffisamment lucide sur la valeur de ses succès pour ne pas tomber dans la fausse modestie, et suffisamment philosophe pour vouloir témoigner prioritairement de la sagesse qu’il convient d’acquérir pour exercer ce métier (il ne fera pas la même erreur avec Pirlo qu’avec Zola: il adaptera son schéma à un Pirlo placé là où il sera le meilleur).

 

C’est en outre un entraîneur qui souhaite être proche de ses joueurs. On ne sait jamais trop ce que cela veut dire, d’habitude, mais on là a quelques exemples. Il a ainsi toujours eu le souci de “construire et consolider le sentiment d’appartenance de tous les joueurs à l’équipe”. Lors de la chevauchée qui a mené l’AC Milan à la victoire en Ligue des champions en 2007, il a pris la peine de faire un montage vidéo des contributions décisives, compilé les épisodes marquant qui ont jalonné le parcours pour montrer que chaque joueur a été indispensable. “L’entraîneur ne peut pas non plus toujours exprimer le fond de ses pensées, car il doit à tout prix préserver le moral du joueur”, tempère-t-il aussi (peut-être en souriant, le sourcil gauche relevé).

 

Un entraîneur proche des joueurs, mais exigeant: Drogba est resté sur le banc lors d’un match à Manchester décisif pour le titre parce qu’il avait été retard. Ancelotti le raconte surtout pour montrer qu’il faut aussi, pour remporter des titres, le coup de main du destin et des autres: aligné seul en conséquence, Anelka avait réalisé un grand match. Car ce livre est aussi celui d’un entraîneur superstitieux. Il n’emploie pas ce mot-là, il le trouverait peut-être trop fort, mais il fait régulièrement remarquer des signes qui n’ont cessé d’apparaître tout au long de sa carrière, de la possibilité d’avoir une revanche contre Liverpool en finale de la Ligue des champions à la blessure de Dida laissant sa place à un Abbiati qui réalisa une demi-finale formidable contre l’Inter en 2003, en passant par son opportunité d’apporter au Real sa dixième Ligue des champions. Les Secrets d’entraîneur sont une jolie histoire.

 

 

Un observateur relativiste

Le livre suit d’ailleurs l’ordre chronologique. Les chapitres, mêmes s’ils sont thématiques, accompagnent le déroulement de la carrière d’Ancelotti. Il ne manque donc pas l’occasion de faire un peu de relativisme culturel, pointant principalement ce qu’il a apprécié dans tel ou tel championnat, se permettant de temps en en temps quelques préconisations. Il trouve par exemple très sain de d’accueillir dans son vestiaire l’entraîneur et l’équipe technique adverses au terme des matches à domicile, comme cela se fait en Angleterre. Globalement, le “Mister” mentionne surtout ce qu’il trouve intéressant, et reste suffisamment vague sur les sujets qui pourraient être sensibles pour ne créer aucune polémique.

 

C’est d’ailleurs le reproche principal que l’on pourrait faire à l’ouvrage: on n’espérait évidemment pas qu’il fut écrit “pour régler des comptes”, comme l’on dit, mais on pourra regretter que certains points (les relations avec les médias ou les supporters, notamment) ne soient qu’esquissés. Décrits sans être évalués. Les chapitres sont très nombreux et relativement courts, on est parfois frustrés de déjà passer à autre chose.

 

Même si tous les points ne sont donc pas aussi développés qu’on le souhaiterait, il reste assez passionnant de lire le récit d’un entraîneur qui vit sa carrière comme se situant à un tournant de l’histoire du métier. Celui-ci a pris notamment un virage technologique (GPS sur les joueurs, complexification des séances d’entraînement et de récupération, etc.) et s’est compliqué logistiquement. L’élargissement du staff technique fait que l’entraîneur devient un chef d’équipe; le métier peut tendre vers celui d’un coach général, d’un “superviseur”.

 

Un métier qui rend Ancelotti heureux, en tout cas. Faisant suite à un petit lexique et un pertinent index des noms de joueurs cités dans le livre (nous permettant de retrouver les éloges de Zidane ou d’Ibrahimovic, les inflexions tactiques conformes aux qualités de Pirlo ou Lampard, etc.), le CV au terme du livre rappelle qu’on vient d’achever l’ouvrage de l’un des entraîneurs les plus titrés, voyageurs et brillants. On éprouve une forme de gratitude, en même temps qu’on aimerait quand même bien lui poser quelques questions, sur quelques points plus politiques notamment.

 

Partager

Cultures football


Antoine Zéo
2019-06-03

Footballeurs en liberté

Festival La Lucarne – À l'occasion de la projection du documentaire Démocratie en noir et blanc, on reparle de l'expérience politique et citoyenne des Corinthians de Socrates entre 1981 et 1984. 


Kireg
2019-05-09

Le désert des Tard-Tard

Quand Dino Buzzati rencontre Julien Stéphan, tout peut arriver, et qu'importe l'attente qui a précédé.


Rémi Belot et Didier Guibelin
2019-04-10

"Foot et monde arabe", le jeu et le pouvoir

L'exposition Foot et monde arabe ouvre ses portes à l'Institut du monde arabe, à Paris. Présentation et rencontre avec son commissaire. 


>> tous les épisodes du thème "Cultures football"

Sur le fil

RT @cahiersdufoot: [partenariat win-win disruptif] Pour l'anniv de la deuxième étoile, on vous fait gagner des t-shirt de notre nouvelle co…

RT @mdiplo: Depuis l’indépendance, en 1962, les stades sont la caisse de résonance des revendications sociales de toute la jeunesse masculi…

[partenariat win-win disruptif] Pour l'anniv de la deuxième étoile, on vous fait gagner des t-shirt de notre nouvel… https://t.co/XLLeti1yUE

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Festival de CAN

aujourd'hui à 11h56 - suppdebastille : En Afrique sub-saharienne en général effectivement il y a un soutien pour les équipes... >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 11h50 - Zazie et Zizou : Gouffaujourd'hui à 11h40Tu veux connaître la règle écrite, ou le comportement (tacitement basé... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 11h50 - Nos meilleures Sané : déjà tu parles de problème sur ta voiture dans ton premier message, pour ensuite nous dire que... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 11h43 - boultan : Federer n'est pas plus "attaquant" que Nadal effectivement, ce dernier agressant à tous les coups... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 11h34 - Tao-Paï-Païet : Marius Taujourd'hui à 10h45De ce que j'en avais vu un peu avant sa blessure, c'était un attaquant... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 11h31 - Yul rit cramé : Tout à fait, ce groupe de 23 nous donne beaucoup d'indications.Mais sans grandes surprises.NMS,... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 11h29 - Classico : Trickyaujourd'hui à 10h39Sinon, ça ne vient à l’idée de personne que sa couleur de peau n’a... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 11h24 - gurney : J'aimerais beaucoup voir une doublette Zagre-Neymar dirigée par votre coach allemand qui a la... >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 11h13 - 12 mai 76 : J’espere que la DDAS est venue récupérer les momes... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 11h03 - Espinas : Pour les trains, s'il pouvait y avoir des opérateurs qui ont envie d'exploiter les lignes, ça ne... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)