auteur
Eugène Santa

Du même auteur

> article suivant

Ode à la deuxième division

> article précédent

Les Bleus en finissent avec 2002

Un classique de la bêtise

En France, les "sommets" entre le PSG et l'OM ont retrouvé un calme relatif. A l'inverse, l'hystérie a atteint des sommets lors du "Clasico" de la Liga, Barça-Real, interrompu en raison de jets d'objets sur la pelouse. Et les dirigeants du club catalan ont fait preuve d'autant de bêtise que ses supporters.
Partager

Pour cette nouvelle édition du "Clasico" entre le Barça et le Real, les deux équipes se présentaient sur le terrain dans une toute petite forme: relativement mal classées au regard de leur pedigree, elles ont offert un spectacle d'une qualité discutable. Mais cette médiocrité sportive s'est avérée anecdotique par rapport aux incidents qui ont émaillé le match pendant 90 minutes. Objet du courroux de nombreux supporters catalans: Luis Figo, comme toujours, paria du côté du Camp Nou depuis son départ du club pour le rival madrilène, et qui a été la cible de projectiles en tout genre. Plutôt que de condamner ces agissements, le staff catalan a préféré, de façon totalement irresponsable, accuser le joueur Portugais d'avoir provoqué les supporters. Au menu : tête de cochon au whisky Luis Figo en a maintenant l'habitude : ses venues à Barcelone sont ponctuées de bruyantes huées et de banderoles de "bienvenue" explicites. S'il avait échappé à cela l'an passé en raison d'une suspension, samedi soir, il a de nouveau connu ce chaleureux accueil du public, et un peu plus encore. C'est en effet sur l'un des corners qu'il devait tirer en seconde mi-temps que le match a dégénéré. Alors que le madrilène s'approchait du poteau de corner, une pluie de bouteilles en plastique vides s'est abattue sur le joueur, mais également d'autres objets volants tout à fait identifiables, comme une bouteille de whisky en verre ainsi… qu'une tête de cochon! L'anecdote fait sourire, mais la situation est grave, bien que le joueur portugais n'ait pas été touché. Malgré l'arrivée d'un cordon de CRS locaux pour protéger le joueur, les incidents se poursuivaient pendant plusieurs minutes. Finalement, les joueurs madrilènes se retiraient sur le banc de touche ou dans les couloirs du stade. Quant à l'arbitre, il interrompait logiquement la partie pour quelques instants, en attendant que le calme revienne dans les travées. Joan Gaspart, Parrain du Barça En réaction à ces agissements, on pouvait attendre de la part des dirigeants catalans un minimum de responsabilité. Erreur. Au lieu d'exprimer ses excuses et de condamner ces exactions, le président Joan Gaspart optait pour une mauvaise foi de très mauvais aloi. Le big boss des Blaugranas reprochait ainsi à Luis Figo d'avoir pris trop de temps pour tirer les corners, ce qui aurait engendré la colère des socios locaux. Notons que les bombardements avaient commencé bien avant l'arrivée du joueur au niveau de l'angle de la pelouse, et que ceux-ci avaient même débuté dès le premier acte de la partie. Gaspart indiquait par ailleurs qu'il "n'avait pas à justifier les actes d'une minorité", oubliant sans doute quelles étaient les responsabilités d'un club en matière de sécurité des joueurs et du public. Pour finir, il concluait en apothéose avec une intervention digne d'un parrain de la mafia : "Je n'apprécie pas que l'on vienne me provoquer dans ma demeure". L'ensemble du staff des Blaugranas lui a emboîté le pas : le vice-président du club, Francesc Closa, a ainsi suivi la ligne présidentielle. Il s'est toutefois distingué en dépassant les limites du ridicule (chacun son registre), accusant Figo d'avoir "jonglé avec le ballon" pendant l'arrêt de jeu. La polémique n'est pas près de s'éteindre, puisque aux dernières nouvelles, la photo montrant la fameuse tête de cochon n'aurait pas été prise au Camp Nou (comme la fameuse mouette de la marée noire au Koweït, lors de la guerre du Golfe). Luis Figo s'est pour sa part déclaré surpris des critiques de Van Gaal à son égard, affirmant élégamment qu'il avait plus d'une fois "sauvé le cul" de son ancien entraîneur. Finalement, c'est du côté d'un joueur catalan que la réaction la plus saine a pu être entendue. Après avoir courageusement mais vainement tenté de calmer le public durant les incidents, Carles Puyol, le défenseur du Barça, a ainsi condamné les agissements de la bande d'excités. Il se retrouve par ailleurs en première ligne pour réclamer que le Camp Nou ne soit pas suspendu, ce qui semble bien mal engagé. Le club local s'était gargarisé de l'affiche, se félicitant du fait que plus d'un milliard de spectateurs (en audience cumulée) aient pu suivre ce match. Qu'ont-ils pensé de ce spectacle pathétique, qui ne redorera pas l'image d'un club végétant déjà en milieu de classement? Par ailleurs, l'ironie veut qu'après avoir été interrompu à deux reprises l'an passé en raison de manifestations politiques, ce qui avaient d'ailleurs déclenché l'ire des supporters locaux (Tribunes vides), le "clasico" a cette fois été victime d'une coupure dont la responsabilité incombe entièrement à une partie de ces mêmes spectateurs. Au fait : le match s'est achevé sur un score nul et vierge de 0-0.
Partager

> sur le même thème

Psychose toujours

> du même auteur

Auxerre vices

Les supporters


Jérôme Latta
2020-09-15

L'abandon de la sodomie sonnerait-il la fin du mouvement ultra ?

Une série de banderoles déployées par des ultras parisiens les a mis dans la position qu'ils promettaient à leurs rivaux. Il est peut-être temps de changer de lexique. 


Pierre Barthélemy
2020-09-01

Plaidoyer en faveur d’une réévaluation de la jauge

La limitation des affluences dans les stades et la suspension des parcages visiteurs pénalisent clubs et spectateurs sans garantir la sécurité sanitaire. 


Antoine Zéo
2020-08-19

Les fausses ambiances de stade, c'est très mal ou c'est moins pire ?

Minichro – La reconstitution d'une bande-son artificielle mais réaliste pour les matches à huis clos interroge l’authenticité du factice.


>> tous les épisodes du thème "Les supporters"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)