auteur
Oublypalaï Nilezoniov

Du même auteur

> article précédent

Fernandez à l'auberge Espanyol

Tour du Mondial

Tribune des lecteurs Avec le tirage au sort des éliminatoires de la Coupe du monde 2006, vendredi soir, tous les pays engagés connaîtront les adversaires qu’ils devront écarter pour faire le voyage en Allemagne... Hors l'Europe, comment obtient-on son billet?
Partager
Même si c’est un pays européen qui a statistiquement le plus de chances de remporter cette Coupe du monde (seul le Brésil de Pelé en 1958 a réussi à gagner sur le vieux continent), c’est le moment de voir ce qui va se passer sur les autres continents de l’orange bleue… La répartition des places est la suivante : Europe : 14 places Asie : 4 places + 1 barragiste Amérique du Sud : 4 places + 1 barragiste Afrique : 5 places Amérique du Nord : 3 places + 1 barragiste Océanie : 1 barragiste La FIFA, dans un de ces légendaires moments de tergiversation, n’a toujours pas déterminé le format des différents éliminatoires, ni la répartition des places de barragistes et le mode d’attribution des deux tickets correspondants. Pour le deuxième point, si certains (les sud-Américains en particulier) souhaitent conserver le système de barrages, Sepp Blatter et d’autres personnalités du football mondial ont laissé entendre qu’il pourrait s’agir d’un tournoi entre les quatre équipes concernées, dont l'avantage serait d’éviter des confrontations trop déséquilibrées (type Iran/Irlande) ou des différences flagrantes de préparation (type Uruguay et ses vingt matches d’éliminatoires face à l’Australie et ses six victoires, dont quatre par plus de six buts d'écart…) ASIE L’Asie bénéficie de 4,5 places pour la Coupe du monde en Allemagne. Le Continent asiatique dont les éliminatoires pour la prochaine Coupe d’Asie des Nations se viennent de se terminer est sans doute, avec la CONCACAF, la plus hétérogène des confédérations. En particulier, en raison de la faible implantation culturelle du foot dans certains pays et des mouvements politiques. L’AFC n’a pas encore fixé la forme de ses éliminatoires. On sait simplement qu’ils mettront aux prises trente-deux équipes, dont sept sont issues de préliminaires. L’Asie constitue une élite très resserrée, avec quelques trouble-fête, une petite proportion de valeurs montantes et une masse d'équipes plus ou moins petites, qui se passent des 5-0 entre elles… Parmi l’élite, on retrouve les géants extrême-orientaux (Corée du Sud, Japon, Chine), quelques pays arabes — essentiellement l’Arabie Saoudite, le Koweït (même si les éliminatoires 2002 n’ont guère été brillants) et les Emirats Arabes Unis plus l’Iran. On ne prend guère de risque en affirmant que quatre des cinq équipes concernées par la qualification appartiendront à ce septuor. La question est plutôt de savoir si le cinquième sera issu de ce groupe ou des outsiders. Parmi ceux-ci, on retrouve l’Irak, dont on ne sait pas s'il aura pu remettre son football à flot d’ici les matches importants en 2005 (même si les éliminatoires de la Coupe d’Asie ont été réussis); le Qatar de Philippe Troussier qui a pu mesurer lors des éliminatoires pour la prochaine Coupe des Nations le chemin à parcourir (une défaite, un nul face au Koweït et un match nul contre la Palestine); quelques équipes déjà présentes lors de la phase finale des éliminatoires 2002: le Bahreïn, la Thaïlande (qui suivra peut-être l’exemple de ses clubs (malgré des éliminatoires de la Coupe d’Asie en retrait), avec une qualification obtenue grâce à une victoire 1-0 sur un penalty à la 83e minute face au Tadjikistan), l’Ouzbékistan et Oman. Ces équipes auront certainement du mal à se qualifier pour la Coupe du monde 2006, mais il est important pour elles de passer les premiers tours, afin de rencontrer les leaders de la zone Asie et ainsi, de progresser. À l’instar de celle de la Syrie en 2002, une élimination prématurée pèse lourd pour la suite. Mais quelques équipes semblent bien décidées à contester ce leadership et à s’inviter au round final. On retrouve dans ce troisième chapeau quelques formations qui participent régulièrement ou non à la Coupe d’Asie des Nations et qui semblent progresser: l’Indonésie, le Turkménistan, la Jordanie, la Malaisie voire le Tadjikistan, qui aura peut-être pour une fois de la chance au tirage. Les autres nations semblent bien plus loin et elles essayeront simplement de se battre le plus longtemps possibles sans être ridicules. Alors mouillons-nous : si on avait une pièce à miser sur une surprise, on la mettrait bien sur le Qatar, l’Ouzbékistan ou Oman. FAVORIS : Corée du Sud, Japon, Arabie Saoudite OUTSIDER SURPRISE : Ouzbékistan CONCACAF L’Amérique du Nord bénéficie de 3,5 places pour la Coupe du monde en Allemagne. Avec trois places et une place de barragiste, plus le Mexique et les USA dans la zone, il n'y a guère de place pour des bouleversements permanents. Les deux géants ont prouvé lors de la Coupe de monde 2002 qu’ils étaient compétitifs face au reste du monde, et ce ne sont pas les pays des Caraïbes qui peuvent perturber leur tranquillité. Seuls le Costa Rica et le Honduras semblent être en mesure de leur contester le leadership. On arrive donc à quatre équipes. Toutefois, la qualification de la Jamaïque en 1998 prouve que rien n’est acquis d’avance et les éliminatoires de la CONCACAF sont d’ailleurs les plus étagés de tous. À l’exacte opposition de l’Amérique du Sud et de son championnat intégral, la CONCACAF offrait en 2002 jusqu’à six niveaux d’élimination avec des entrées progressives suivant les pays, les géants n’entrant qu’au quatrième niveau. La Gold Cup qui a eu lieu cet été aux USA et au Mexique a donné de bonnes indications sur le niveau relatif des différents pays, voire même des différentes zones de cette confédération (Amérique du Nord, Amérique Centrale, Caraïbes). Si le Honduras a déçu en étant éliminé d’entrée dans le groupe de la mort (Brésil, Mexique, Honduras), les autres équipes ont confirmé leur niveau: les demi-finales regroupaient le Mexique (vainqueur), les USA et le Costa Rica. La Jamaïque, Cuba et le Salvador, qui s’étaient qualifiés à l’issue du premier tour (deux qualifiés par groupe de trois) ont tous pris cinq buts face à leurs collègues du CONCACAF lors des quarts de finale. Et le principal enseignement de la Gold Cup est que les trois autres éliminés — Canada (bien que vainqueur 1-0 du Costa Rica), Martinique et Guatemala (le Honduras est à part, vu le groupe dans lequel il était) — sont assez proches des trois précédentes équipes. Bref, il faut s’attendre à retrouver les USA et le Mexique, sans doute accompagnés du Costa Rica et du Honduras. Si une Jamaïque 98 devait éclore, misons sur Cuba ou le Salvador. Chez les absents de la dernière Gold Cup, on regardera le comportement du Panama en zone Amérique Centrale et de Trinité et Tobago dans la zone Caraïbes, qui arriveront peut-être à confirmer un jour les espoirs mis en eux. FAVORIS : Mexique, Etats-Unis, Costa Rica OUTSIDER SURPRISE : Cuba OCEANIE L’Océanie bénéficie d’une place de barragiste pour la Coupe du monde en Allemagne. La situation de l’Océanie oscille bien souvent entre ridicule et pathétique. Le terme de géant est même inapproprié pour qualifier l’Australie dans cette zone, seule la Nouvelle-Zélande arrivant de temps en temps, sur un match, à les surprendre si les internationaux australiens expatriés débarquent juste de vingt-quatre heures d’avion. Au bout du compte, l’Australie joue sa qualification pour la Coupe du monde sur deux matches, en aller-retour lors des barrages, le reste des matches servant à battre des records de buts. Derrière les deux grosses équipes qui jouent toutes les finales de zone (pour les qualifs mondiales ou les compétitions continentales), les îles du Pacifique se partagent les accessits. Tahiti et les Fidji ont confirmé lors des récents Jeux du Pacifique Sud leur place de leaders sur ce créneau, mais la Nouvelle-Calédonie qui construit une sélection petit à petit (finaliste des jeux du Pacifique sud) et Vanuatu viennent régulièrement jouer les trouble-fête. L’émulation à quatre leur permettra-t-elle un jour de battre l’un des deux gros? Ce sera en tout cas l’ambition non cachée d'une "sélection française" d’outre-mer, avec les grands débuts de la Nouvelle-Calédonie… FAVORI : Australie OUTSIDER SURPRISE : Nouvelle-Calédonie (pour une place en finale face à l’Australie) AFRIQUE L’Afrique bénéficie de cinq places pour la Coupe du monde en Allemagne. L’Afrique a déjà disputé un "premier tour" pour réduire à trente le nombre de ses candidats. Ils sont répartis en cinq groupes de six, seul le premier de chaque groupe étant qualifié pour le voyage en Allemagne. Notons que les mêmes groupes et les mêmes matches serviront à la qualification pour la Coupe d’Afrique 2006 pour laquelle les trois premiers seront qualifiés. Les cinq ex-qualifiés étant têtes de série, le jeu est de savoir qui pourra les battre pour les empêcher de renouveler leur bail. Avec des gros groupes de six (donc dix matches pour chaque équipe), la place laissée aux surprises n’est pas grande. Attention toutefois, avec une équipe par groupe, tout risque de se jouer lors de la double confrontation entre le favori et l’outsider, mais il conviendra de ne pas perdre de points en route chez les "petites" équipes… Si beaucoup de choses dépendent du tirage au sort, on peut donc estimer que le Cameroun, l’Afrique du Sud, le Nigeria, la Tunisie et le Sénégal seront les grands favoris de leur groupe. Cependant, certains revanchards pourraient ne pas se laisser marcher sur les pieds facilement, et les cinq gros doivent tous espérer éviter le Maroc, l’Egypte, la Côte-d’Ivoire, voire la Guinée, le Ghana ou l’Algérie. Au-delà de ces huit équipes, une surprise n’est guère envisageable. FAVORIS : Cameroun, Nigeria, Maroc, Tunisie, Sénégal OUTSIDERS SURPRISE : RD Congo, Guinée AMERIQUE DU SUD L’Amérique du Sud bénéficie de 4,5 places pour la Coupe du monde en Allemagne. Avec une formule destinée à favoriser les gros (en particulier ceux qui ont un important réservoir de joueurs, puisque la vingtaine de matches est largement supérieure au nombre de matches internationaux pour lesquels les clubs doivent laisser les joueurs à disposition), nul doute que le Brésil et l’Argentine seront du voyage en Allemagne. Il reste donc deux places et une place de barragiste à répartir dans un continent où le niveau est assez resserré. Si la Colombie, le Paraguay, l’Uruguay voire l’Equateur semblent au-dessus du lot et devraient obtenir les trois billets, le bon début de parcours du Venezuela prouve que cette formule de championnat permet aux plus faibles de progresser dans le temps. Le Chili orphelin de Zamorano et le Pérou semblent, comme le Venezuela et la Bolivie, plus destinés à jouer les seconds rôles. FAVORIS : Argentine, Brésil, Paraguay, Colombie, Equateur OUTSIDER SURPRISE : Uruguay
Partager

> sur le même thème

Don't die for me, Argentina

Tribune des lecteurs


AWOL et Westham
2015-05-11

Red Star, soir de montée

Vu des tribunes – Deux Cédéfistes racontent comment ils ont vécu le match de la montée en Ligue 2 du Red Star, vendredi soir au Stade Bauer.


Bourrinos
2008-09-25

Ben Arfa - Nietzsche : le match

Tribune des lecteurs – Grâce à un reportage sur M6, on a appris, l’an passé, que Ben Arfa lisait Nietzsche. En exclusivité pour les Cahiers, il commente dix citations du philosophe allemand.


doumdoum
2007-10-04

« Mi-homme, mi-planche de surf »

Crème du forum – Les forumistes des Cahiers commettent régulièrement des chefs-d'œuvre. La preuve avec ce recoiffage de Bixente Lizarazu.


>> tous les épisodes du thème "Tribune des lecteurs"