auteur
Miklos Lendvai

Du même auteur

> article suivant

CSC collectif

> article suivant

PSG, les maux de la fin

> article précédent

This is Anfield

Top 10 : les grands revers de Domenech

Les dix matches qui ont refusé de faire basculer le destin de Raymond Domenech, ou les aventures d'un mauvais karma.

Partager


“La partie s’engage, chacun marque ses points, un set, deux sets, trois sets... Soudain elle bascule, sur un coup de chance, la balle touche le filet, reste en suspend, s’immobilise et décide de tomber du côté du plus chanceux” (Matchpoint, de Woody Allen, 2005)

 

Domenech équipe de France
 

 

10. Dans les pas d’une légende

11 mai 1985 (34e journée de Division 2), Le Havre-Mulhouse 1-0. Pour sa première saison sur un banc de touche, Raymond Domenech marche dans les pas d’une légende du football français. Trois ans après Jean-Marc Guillou, il peut ramener Mulhouse en Première division, dans ce rôle rare d’entraîneur-joueur. Le calendrier offre une finale officieuse dans ce groupe B de deuxième division pour la dernière journée de championnat. Le Havre, premier du championnat avec 50 points reçoit Mulhouse, deuxième avec autant de points mais une différence de buts défavorable. Mulhouse doit donc s’imposer sur la pelouse du HAC pour monter directement en évitant la case barrages.
 

Mais un but de Pain dans les dernières minutes de jeu assure la première place aux havrais. Raymond Domenech devra attendre un peu avant d’entrer dans la légende. Avec Mulhouse, il échouera à quatre reprises au stade des barrages, le club alsacien remontera dans l'élite l’année suivant son départ.

 

 

 

9. Son premier France-Italie

15 avril 1994 (demi-finale du Championnat d’Europe Espoirs), France-Italie 0-0 (3 tab 5). Pour sa première compétition officielle en tant que sélectionneur des Espoirs, Raymond Domenech atteint le dernier carré du championnat d’Europe, organisé à Montpellier et Nîmes. L’équipe de France dispose de quelques poids lourds dans son équipe avec Dutruel, Goma, Zidane, Pedros, Micoud, Dugarry et même Makelele surclassé pour l’occasion. Mais Domenech ne parviendra pas à remporter un trophée avec cette génération dorée: les Italiens l’emportent aux tirs aux buts.
 

Zidane et Vieri se retrouveront quelques années plus tard dans la même configuration, en quart de finale de la Coupe du monde et, cette fois-ci, c’est Zidane qui sortira vainqueur de la séance de tirs aux buts, puis de la compétition.
 

 

 

 

8. L’entrée dans le livre des records

13 janvier 1991 (Division 1), Marseille-Lyon: 7-0. Lyon, cinquième du championnat, se déplace au Vélodrome pour affronter l’Olympique de Marseille, leader du championnat et grand favori pour remporter un nouveau titre de champion. L’OM aligne sa grosse équipe et son duo Papin-Waddle à la pointe de l’attaque. Raymond profite de l’occasion pour entrer dans l’histoire du club et inscrire son équipe dans le livre des records. Lyon encaisse en effet, ce soir-là, sa plus large défaite à l’extérieur en première division. Certains historiens pourraient rétorquer que Guy Stephan a égalé ce record à Auxerre en 1996, mais ce serait oublier la petite touche supplémentaire de Domenech: le doublé de Bruno Germain. Du jamais vu en Première division.
 

L’Olympique Lyonnais se vengera quelques années plus tard en infligeant un 8-0 à l’Olympique Marseille, mais Raymond Domenech était alors parti depuis longtemps.
 

 

 

 

7. Le jour où il a compris

7 mars 1993 (Coupe de France), Pont Saint-Esprit-Lyon: 1-0. Avant l’arrivée de Domenech au club, l’Olympique lyonnais avait la réputation d’être une équipe de coupe. Mais depuis, c’est une catastrophe: Lyon est sur une série de trois éliminations au premier tour. Cette année-là, le tirage est clément en proposant Pont Saint-Esprit, club de troisième division. Après la défaite dans le derby face aux Verts qui écarte tout espoir de qualification européenne, les Lyonnais misent tout sur la Coupe pour sauver leur saison. Opération ratée. Face à une équipe très offensive, ils sont incapables de réagir et perdent 1 but à 0. L’occasion de voir qu’Aulas était déjà grand en 1993: "Tout était réuni pour que ce match soit difficile. Le terrain n'était pas très bon, le vent très violent, l'adversaire accrocheur et il y a eu un arbitrage surprenant. Cette défaite aura des conséquences sur la marche financière du club mais j'espère qu'elle n'affectera pas trop les joueurs psychologiquement."
 

Domenech dira pour sa part qu’il a compris ce soir-là que des joueurs pouvaient lâcher leur entraîneur. Il aura une sérieuse piqûre de rappel en 2010.
 

 

 

 

6. Le sale coup de la panne

2 juin 1993 (Division 1), Lyon-Bordeaux: 2-3. Pour la dernière journée du championnat 1992/93, un match sans enjeu se profile à Gerland entre l’Olympique lyonnais, qui a assuré son maintien, et Bordeaux, qualifié pour la Coupe de l'UEFA. Une semaine auparavant, Domenech a appris qu’il ne serait plus l'entraîneur de Lyon la saison suivante, ce à quoi il a répondu en annonçant sa signature à l’AS Sedic. Lyon s’incline sur des buts de Zidane et Dugarry, après avoir pourtant mené deux fois au score. Domenech quitte donc Lyon sur une défaite.


Le public lyonnais voulait tout de même rendre hommage au travail de l’entraîneur qui a remonté le club en Première division et qui l’a structuré pour s’y installer durablement. Mais une panne d’électricité plonge le stade dans le noir. Raymond regrettera pendant longtemps cette fin en eau de boudin.
 

 

 

 

5. Le braquage à l’italienne

17 novembre 1999 (qualifications Euro Espoirs 2000), Italie-France: 2-1 (a.p). À la tête d’une des générations d’Espoirs la plus prometteuse de l’histoire du foot français, Domenech rêve d’une médaille d’or aux JO. Pour espérer disputer le tournoi olympique, la France doit se débarrasser de l’Italie sur une double confrontation. À l’aller, la France et l’Italie se sont quittés sur un score nul (1-1) plutôt défavorable aux Bleuets. Mais avec ces joueurs, tout est possible. Landreau, Gallas, Silvestre, Christanval, Bréchet, Sagnol, Dabo, Luccin, Bassila, Henry et Kanoute composent le onze de départ. Dès la deuxième minute de jeu, la France mène 1-0 grâce à un but de Thierry Henry. Le retard pris au match aller est déjà effacé. Malheureusement, dix minutes plus tard, l’arbitre expulse Ousmane Dabo. La décision est contestable et handicape fortement les Bleuets, qui résistent quand même et parviennent à emmener en prolongations les italiens... qui finissent par s'imposer.


Domenech estime s’être fait voler sur ce match: il le dira huit ans plus tard avant un France-Italie qualificatif pour l’Euro 2008. Ce qui lui vaudra une suspension par la FIFA.
 

 

 

 

4. Le premier titre à portée de main

28 mai 2002 (Euro Espoirs 2002), France République tchèque: 0-0 (1 tab 3). Neuf ans après son intronisation en tant que sélectionneur des Espoirs, Domenech peut faire taire les critiques, remporter son premier trophée international et donner du poids à son éventuelle candidature pour la succession de Roger Lemerre à la tête des Bleus. Après avoir éliminé la Suisse en demi-finale, pays hôte de l’épreuve, la France retrouve la République tchèque en finale. En ouverture de la compétition, les Bleuets n’avaient rencontré aucune difficulté pour battre cette sélection et sont donc désignés comme favoris. Mais la finale ne se passe pas comme prévu. L’équipe de France domine sans parvenir à marquer. Arrive alors la séance de tirs aux buts et l’avènement de Petr Cech. Le gardien s’autorise à sortir de sa ligne de buts en avançant d’un mètre sur chaque tir français. Il parvient ainsi à arrêter deux tentatives et la séance se conclut sur un tir en tribune de Boumsong.
 

La République tchèque est championne d’Europe Espoirs et Domenech devra attendre encore deux ans pour devenir sélectionneur de la A.
 

 

 

 

3. Le jour où il a fait taire les derniers croyants

4 juin 2010 (match amical), France-Chine: 0-1. Depuis l’Euro 2008, les détracteurs de Domenech sont de plus en plus nombreux. La Coupe du monde approche et rares sont ceux qui croient à un revival de 2006. Le match face à la Chine, 87e nation au classement FIFA, est au moins l’occasion idéale pour rassurer tout le monde. Face à cette équipe contre laquelle la France n’a jamais perdu, Raymond aligne le onze qui devrait débuter le Mondial face à l’Uruguay et espère engranger un maximum de confiance. Malheureusement, Lloris apprécie mal la trajectoire du ballon sur un coup franc et la Chine l’emporte 1 but à 0.
 

Pour ceux qui croyaient encore en Domenech et pensaient qu’il savait où il voulait aller, ce match a marqué la fin de tous les espoirs. La lecture de son livre confirmera bien qu’il ne maîtrisait plus rien dans ce groupe France.
 

 

 

 

2. Le Domenech illustré

18 novembre 2009 (barrages de la Coupe du monde 2010), France-Irlande: 1-1 (a.p.). Si un match devait résumer le mandat de Domenech à la tête des Bleus, ce serait celui-là. Le match retour face à l’Irlande, offrant la qualification pour la Coupe du monde. Malgré un aller favorable aux Bleus (une victoire 1 but à 0 à Croke Park), l’équipe de France est tétanisée par l’enjeu lors du match retour. Auteur d’une prestation insipide, les joueurs français s’en remettent au talent de Hugo Lloris pour ne pas sombrer. Les Irlandais mènent 1-0 à la fin du temps règlementaire, une prolongation est jouée pour désigner l’équipe qualifiée. Une main de Thierry Henry et un but de Gallas plus tard, la France obtient son billet pour l’Afrique du Sud dans l'embarras le plus complet (lire "De vilaine manière"). Mais dans ses interviewes d'après-match, le sélectionneur affiche une satisfaction bonhomme, complètement à rebours du sentiment général, ratant une nouvelle fois un exercice de communication pourtant élémentaire.
 

Une pétition est lancée pour faire rejouer le match, les éditorialistes et les penseurs médiatiques se déchaînent, rivalisant de stupidité. Raymond Domenech et "ses" Bleus (qui l'ont déjà lâché, à l'image d'un Anelka qui avouera n'en avoir eu plus "rien à foutre" de la qualification après le match aller) ont inventé le concept de qualification honteuse.
 

 

 

 

1. Le rendez-vous manqué

9 juillet 2006 (Coupe du monde 2006), France-Italie: 1-1 (3 tab 5). À la peine depuis sa prise de fonction, Raymond Domenech a pris le pari de donner rendez-vous à ses détracteurs au 9 juillet 2006, jour de la finale de la Coupe du monde. Qui aurait cru que ce soir-là, il serait sur le banc d’une des deux équipes finalistes de l’épreuve ? Malheureusement, c’est l’Italie qui se dresse face à lui, sa bête noire. Et l’histoire se répète: son équipe aurait mérité de gagner, mais elle s’incline aux tirs aux buts (lire "Mourir ensemble").
 

Difficile de lui reprocher quoi que ce soit sur ce match. Les dieux du foot ne voulaient simplement pas décerner un titre de champion du monde à Domenech. Petit lot de consolation: la plus grande défaite de sa carrière s’avère être un match nul.

 

TOP 10 : LES TACLES DE DOMENECH

 

Partager

> déconnerie

Le crash de Valbuena

> sur le même thème

Top 10 : les tacles de Domenech

> Dossier

Tops 10

Tops 10


Les Dé-Managers
2015-04-01

Top 15 : les espoirs de Ligue 1

Le championnat de France regorge de jeunes talents. Quelles sont les qualités qui peuvent les mener vers le très haut niveau et jusqu'où peuvent-ils aller? Revue d'effectif.


Julien Momont
2015-03-05

Top 10 : les footeux taclés par le fisc

Champions du monde 98, légende du foot, Australien à forte tête ou arrière-gauche survitaminé de l'OM: devant le fisc, on est (presque) tous égaux.


Roy compte tout et Alain Paie rien
2015-02-02

Top 10 : les stars de l'ESTAC

Gomis, Matuidi, Niang ou Loko, mais aussi Rothen, Benachour, Ziani ou Fiorèse: tous sont passés à Troyes, avec plus ou moins de bonheur pour la suite de leur carrière.


>> tous les épisodes du thème "Tops 10"

Sur le fil

Aston Villa, West Ham, Burnley… Le match des maillots claret and blue: https://t.co/LRRjT8rtjt Par @richardcoudrais https://t.co/ErX898qwhD

Et à la fin, le PSG craque… Étude des buts encaissés par Paris dans le dernier quart d’heure en Ligue des champions… https://t.co/0qeSRVzwan

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Le Ballon d'Or (ne pas le réveiller)

aujourd'hui à 01h06 - Milan de solitude : Et l'équipe-type avec De Gea et Dani Alves... Et Hazard en relayeur... Est-ce bien la peine de... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 01h03 - Milan de solitude : "Forain" en vieux français, qui doit tirer son origine de "fors", c'est-à-dire "hors", je... >>


Observatoire de la violence dans le football

aujourd'hui à 00h10 - asunada : Je suis abonné au virage Nord et pour rappel, le virage Nord, pour ses anneaux inférieur et... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 00h09 - le Bleu : Moi, il y a quinze ans, je rêvais d'une adaptation de Quatrevingt-treize de Victor Hugo, par... >>


Déclarama

aujourd'hui à 00h08 - Milan de solitude : Sur quoi porte la déclaration de Christophe Josse ? En tant que telle, je ne la trouve pas bien... >>


CdF Omnisport

24/09/2018 à 23h33 - patrice : pelecanosaujourd'hui à 02h35- - -j'ai commencé à regarder cette histoire de niveaux de jeu. A... >>


Observatoire du journalisme sportif

24/09/2018 à 23h33 - L'amour Durix : C'est toujours facile de critiquer le résultat de ce type d'exercice mais le 11 type FIFA est... >>


LA GAZETTE : Les gestes / Les antigestes

24/09/2018 à 21h56 - Moravcik dans les prés : Geste :Le ballon laissé passé par Edinson Cavani pour Angel Di Maria, comme une passe décisive... >>


Lost horizons

24/09/2018 à 21h41 - nima : Lisbonne, c'est top!J'y vais souvent pour le boulot, mais il faut que je m'établisse là bas... >>


Dans le haut du panier

24/09/2018 à 21h38 - Christ en Gourcuff : Non, tu peux couper des boulets et signer la future star que personne n’a vu dans les agents... >>


Les brèves

Onanapa

“L'Ajax refuse de laisser partir Onana à l'OM.” (foot01.com)

Monaco 2004

“Ils ont failli rejoindre l'OM.” (lequipe.fr)

Sans-Gênes

"Le PSG offrirait un pont d'or à Ivan Rakitic !" (madeinfoot.com)

José fourrait

"Mourinho, l'amour dure trois ans." (lequipe.fr)

Alcolo décanté

"Wenger en 'cure de désintoxication'." (lequipe.fr)