auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article précédent

Ligue 1 / Journée 25 : la Gazette

> article précédent

Luttes de pouvoir

Top 10 : Allemagne-France

En dix occasions, l’équipe de France est allée défier la Nationalmannschaft sur ses terres. Petit récapitulatif, entre moments de grâce et raclées sévères.

Partager


Berlin, 19 mars 1933 : appelé par erreur

Lorsque l’Allemagne accueille pour la première fois l’équipe de France pour un match de foot, le pays entre dans l’un des plus sinistres régimes de l’histoire. Le IIIe Reich est en marche, le reste de l’Europe s’inquiète. Le match se déroule au stade Grünewald à Berlin, et les 50.000 spectateurs sont ravis: à dix minutes de la fin, la sélection allemande mène tranquillement 3-1. C’est alors qu’un gamin de dix-sept ans renverse la situation. Il s’appelle René Gérard et marque un premier but à la 81e minute sur une passe de Jean Nicolas. Deux minutes plus tard, il reprend de la tête un centre de Roger Rio et passe le score à 3-3.
La légende rapporte que le jeune Montpelliérain avait intégré l’équipe de France par erreur. Les superviseurs de la Fédération avaient repéré le potentiel d’un inter droit du SO Montpellier. Ils avaient noté de nom de René Gérard… alors qu’ils avaient en fait suivi son alter ego Charlie Cros. On suppose que l’erreur a vite été pardonnée.

 

 

 

Stuttgart, 21 mars 1937 : le match de l’ombre

Le climat politique s’est particulièrement assombri et l’idée d’une guerre prochaine est déjà bien présente dans les esprits. L’équipe de France n’en retourne pas moins en Allemagne disputer un nouveau match amical, faisant fi du contexte. Le nom du stade de Stuttgart à lui seul fixe l’ambiance: Adolf-Hitler-Kampfbahn. Le onze du Reich exprime sa puissance et inflige un net 4-0 contre des Tricolores qui essuient leur troisième défaite d’affilée. Il reste toutefois un an pour monter une équipe compétitive pour la Coupe du monde 1938 qui se déroulera dans l’Hexagone.

 

 

 

Hanovre, 16 octobre 1954 : le jour du remplaçant

La guerre est finie depuis longtemps, et l’Allemagne, du moins sa partie Ouest, est redevenue fréquentable. L’équipe de France est invitée au Niedersachsenstadion de Hanovre pour y affronter une Mannshaft dotée d’un nouveau statut depuis son titre de champion du monde glané quelques mois plus tôt à Berne. Les sélectionneurs français ont rappelé le vieux Larbi Ben Barek, six ans après sa dernière sélection. Mais ce dernier, qui accuse plus de quarante ans, ne reste qu’une demi-heure sur la pelouse. Victime d’une contracture, il cède sa place à un jeune inconnu, Jacques Foix. Tellement inconnu que le radioreporter de faction se contente de l’appeler "le remplaçant de Ben Barek".
Or, ce remplaçant devient le héros du match. Il ouvre le score six minutes après son entrée en jeu et inscrit un nouveau but en seconde période, permettant aux Tricolores de signer une tonitruante victoire (1-3) chez les champions du monde – même si ceux-ci n’étaient pas au complet: Fritz Walter et quelques autres héros de Berne avaient en effet déclaré forfait, cloués au lit par une étrange jaunisse qui fera naître bien des suspicions.

 

 

 

Stuttgart, 24 octobre 1962 : "la France joue toujours bien..."

Les 75.000 spectateurs du Neckarstadion de Stuttgart assistent à un match bien curieux. La RFA domine copieusement la France mais oublie de marquer des buts. Comme souvent dans ces cas-là, l’adversaire profite de sa première échappée pour ouvrir le score – ainsi la France et son attaquant Edouard Stako, qui marque à la 25e minute. Huit minutes plus tard, sans qu’ils n’aient relâché leur domination, les Allemands encaissent un deuxième but sur une tête du Rennais Yvon Goujon.
Mais depuis la finale de Berne, le footballeur allemand n’a plus peur d’être mené au score, le redressement des situations délicates étant même devenu une marque de fabrique. En seconde période donc, Konietzka (46e) puis Steinmann (82e) arrachent un match nul mérité (2-2), même si le second but, où l’attaquant allemand s’est aidé de la main, prête à contestation. En fin de rencontre, Sepp Herberger, le mythique sélectionneur allemand, dresse un constat: "La France joue toujours bien contre l’Allemagne".

 

 

 

Berlin, 27 septembre 1967 : Péri en la demeure

Sans doute l’hommage de Sepp Herberger était-il trop lourd à porter. Lorsque la France revient à Berlin (Ouest) en 1967, c’est pour se planter dans les grandes largeurs. Menés 1-0 à la pause, les hommes de Louis Dugauguez doivent jouer la seconde période à dix à la suite de l’exclusion du Girondin Robert Peri. Mission impossible face aux vice-champions du monde, qui éparpillent les Tricolores façon puzzle (5-1).
Un score qui reflète parfaitement l’écart qui sépare un pays dont le foot traverse une ère de médiocrité, et un autre qui se maintiendra au sommet durant de longues années encore.

 

 

 

Gelsenkirchen, 13 octobre 1973 : Gerd marque, Marius aussi

À défaut d’avoir pu se qualifier pour la Coupe du monde 1974, l’équipe de France se rend en RFA afin de servir de sparring-partner à la sélection hôte. Pour diriger son équipe, la France a fait appel à Stefan Kovacs, ancien entraîneur de l’Ajax et donc bourreau du Bayern Munich, pourvoyeur des principaux joueurs de la Nationalmannschaft. Sans doute le Roumain a-t-il quelques idées pour contrarier la machine allemande, mais pas les hommes pour les appliquer. Les Tricolores parviennent à garder le 0-0 à la mi-temps, mais on ne peut guère leur demander plus.
En seconde période, Gerd Müller inscrit deux buts en trois minutes. En fin de match, Marius Trésor réduit l’écart d’un joli tir lointain (2-1). S’imagine-t-il, à ce moment-là, marquer un autre but, un jour face au même adversaire, mais cette fois en demi-finale d’une Coupe du monde?

 

 

 

Hanovre, 19 novembre 1980 : les jumelles de Platini

C’est une équipe de France très prometteuse qui se rend à Hanovre fin 1980. Elle possède une génération intéressante et surtout un meneur de jeu qui s’est déjà fait un nom aux quatre coins de l’Europe, Michel Platini. Elle vient défier les champions d’Europe en titre pour se faire les dents entre deux rencontres qualificatives pour la Coupe du monde 1982. C’est un échec cinglant. Les hommes de Michel Hidalgo ne résistent pas à la puissance physique des Kaltz, Briegel, Hrubesch et Klaus Allofs et s’inclinent 4-1.
Michel Platini a sans doute joué le pire match de sa carrière en bleu, ce qui a inspiré à Jupp Derwall un commentaire vachard: "Platini? Un général qui envoie ses troupes et se contente de les regarder à l’arrière avec ses jumelles". Le général en question reviendra une semaine plus tard à Hambourg avec son équipe de Saint-Étienne pour infliger un retentissant 0-5 au HSV. "J’ai laissé mes jumelles à la maison", commentera-t-il.

 

 

 

Berlin, 12 août 1987 : la première de Cantona

Bien des choses se sont passées entre 1980 et 1987, notamment deux demi-finales mondiales restées en travers de la gorge des Français. Lorsque les deux équipes se retrouvent à Berlin-Ouest, elles tournent chacune de son coté la page d’une belle génération.
Si Franz Beckenbauer peut s’appuyer sur l’inépuisable réservoir allemand, Henri Michel a plus de mal. Cela se traduit sur le terrain: la RFA mène 2-0 après seulement neuf minutes de jeu (Rudi Völler deux fois), et aurait pu mener plus largement si l’arbitre avait accordé un but tout à fait valable à Guido Buchwald. Au lieu de quoi, la France parvient à sauver les apparences juste avant la pause, grâce à la réduction du score d’un attaquant qu’Henri Michel a sorti de son sac: Éric Cantona.

 

 

 

Stuttgart, 1er juin 1996 : la tête du Président

Juste avant de l’envoler pour l’Angleterre où elles doivent disputer l’Euro 1996, France et Allemagne (on ne dit plus RFA désormais) se retrouvent au Gottlieb-Daimler-Stadion de Stuttgart pour une rencontre censée jauger l’état de forme de chacune.
D’entrée, les hommes d’Aimé Jacquet ouvrent la marque sur une audacieuse tête plongeante de Laurent Blanc. Plus rien ne sera marqué par la suite. La France remporte sa première victoire en terre allemande depuis 1954. De son coté, l’Allemagne se dit qu’il est sans doute plus important de remporter l’Euro.

 

 

 

Gelsenkirchen, 15 novembre 2003 : la course d'Henry

L’Allemagne, vice-championne du monde, accueille à l'ArenaAufschalke de Gelsenkirchen, une équipe de France qui surfe encore sur la meilleure période de son histoire. Les hommes de Jacques Santini semblent bien remis d’un Mondial coréen désastreux et cultivent une confiance qu’ils n’ont pas encore poussée jusqu’à l’arrogance.
En première période, Thierry Henry ouvre le score de la tête, mais oui, sur un centre de Lizarazu. En seconde, il s’offre un déboulé hallucinant sur l’aile gauche pour livrer un caviar à Trezeguet. En fin de match, le même Trezeguet clôt le score en reprenant comme elle vient une passe plein axe de Zidane. Et un, et deux, et…

 

Partager

> déconnerie

Tabloïd, numéro 7

> sur le même thème

Top 10 : les Bleus de Monaco

> du même auteur

Les footballeuses de Preston

> Dossier

Tops 10

Tops 10


Les Dé-Managers
2015-04-01

Top 15 : les espoirs de Ligue 1

Le championnat de France regorge de jeunes talents. Quelles sont les qualités qui peuvent les mener vers le très haut niveau et jusqu'où peuvent-ils aller? Revue d'effectif.


Julien Momont
2015-03-05

Top 10 : les footeux taclés par le fisc

Champions du monde 98, légende du foot, Australien à forte tête ou arrière-gauche survitaminé de l'OM: devant le fisc, on est (presque) tous égaux.


Roy compte tout et Alain Paie rien
2015-02-02

Top 10 : les stars de l'ESTAC

Gomis, Matuidi, Niang ou Loko, mais aussi Rothen, Benachour, Ziani ou Fiorèse: tous sont passés à Troyes, avec plus ou moins de bonheur pour la suite de leur carrière.


>> tous les épisodes du thème "Tops 10"


Le forum

Merlus, Tango et Friture

aujourd'hui à 11h52 - Joswiak bat le SCO : Ah au temps pour moi, loin de moi l'envie de troller, je n'en vois pas bien l'intérêt. Je pensais... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 11h35 - gurney : Payet en bleu vous en pensez quoi ?Ca serait beau ! En mode revanche de 2016 après sa fin d euro... >>


Festival de CAN

aujourd'hui à 11h14 - liquido : Sur le CFA, ce truc est pas malhttp://bit.ly/2PmOj7v >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 10h49 - José-Mickaël : Cush13/12/2019 à 23h22> dans la présentation que j'avais trouvée il était dit plus ou moins... >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 10h46 - Portnaouac : @ULFJe reviendrai un peu plus longuement un peu plus tard, pour des explications plus... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 10h14 - gurney : Sens de la dérisionaujourd'hui à 09h54Tout à fait en phase avec ton message et sur les attentes.... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 09h06 - Dan Lédan : C est point au programme pour l instant mais je ferai signe >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 02h27 - leo : dugamaniac13/12/2019 à 19h47Le problème s'était posé en Espagne mais le Barça et le Real ont... >>


Ligue Europe, la coupe de l'UEFA

aujourd'hui à 00h59 - Radek Bejbl : Marcus Thuram qui fait un début de saison énorme, c'est assez fou de passer de matches... >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 00h27 - forezjohn : Euh je vois pas en quoi on a été ridiculeLes 2 campagnes précédentes on est éliminés par MU... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)