auteur
Curtis Midfield

Du même auteur

> article précédent

Les Pays-Bas au sommet

They're still standing

Courir, souffrir, gémir, mais ne pas mourir. La nouvelle devise des Bleus les mène en demi-finale. Maintenant nous savons ce qu'ils ont dans le ventre. Pour les autres qualifiés le doute subsiste.
Partager
Les Bleus sont toujours en vie. Ce n’est pas le moindre de leurs exploits ce soir. Trimballés à tous les coins du terrain pendant près de 90 minutes, ils ont su résister, courber le dos et profiter des rares occasions qu’ils ont eues. En gros, une qualification à l’italienne. Alors que depuis des mois et des mois, l’équipe de France nous habitue à ce nouveau réalisme et à cette gagne qu’elle possède au plus profond d’elle même, nous nous surprenons encore, pauvres supporters que nous sommes, à douter d’elle. Elle n’est pas toujours la plus forte, elle a parfois un peu de réussite mais elle s’en sort toujours.
Ainsi l’Espagne, ce soir, aurait dû gagner ce match. Elle était presque partout la plus forte. Mais il lui manquait peut être un Zidane ou un Desailly pour faire pencher la balance. Ce petit plus que les Français ont à chaque match pour finalement l’emporter.
Car si tout n’est pas rose chez les Bleus, il ne faut pas mésestimer leur parcours européen. En effet, en jouant les Tchèques et les Espagnols, ils ont accompli bien plus que les trois autres qualifiés. Les Tchèques se seraient sans doute qualifiés dans n’importe quel autre groupe et les Espagnols ont démontré ce soir qu’ils étaient certainement l’équipe la plus talentueuse du tournoi.* Si les autres demi-finalistes ont chacun impressionné par leur solidité (Italie), leur technicité (Portugal) ou leur puissance (Pays-Bas), aucun n’a rencontré une telle opposition. Dans cette optique, nous attendons avec impatience le duel entre les Italiens et les Pays-Bas. Cette confrontation devrait enfin nous en dire plus sur les réelles capacités des uns et des autres. La Squadra est-elle vraiment redevenue aussi hermétique que ses devancières où a-t-elle profité d’un tableau à sa mesure ? Les Oranges sont-ils vraiment le rouleau mécanique qui a broyé les Tricolores et les Yougoslaves ou vont-ils retomber dans leurs incohérences à la vue d’une équipe qui ne leur offrira pas les cadeaux défensifs des deux derniers matches ? Bien malin qui a la réponse.
De leur coté, il est à souhaiter que les Bleus aient récupéré pour la rencontre de mercredi. La demi-finale ne s’annonce pas, en effet, de tout repos. Les Portugais promettent d’être à peine moins difficiles à jouer que les Espagnols. Pour réduire le danger, la France devra les faire douter le plus vite possible en ouvrant le score. Dans le cas contraire, l’aisance technique alliée à une confiance amplifiée pourrait poser de gros problèmes aux hommes de Lemerre.
Mais nous avions déjà oublié que c’est des Bleus dont nous parlions. Vous savez ceux qui restent toujours debout.

* l’article sur le Portugal ayant été écrit avant le match France-Espagne.

Partager
>> aucune réaction

Les Bleus


Jérôme Latta
2020-07-29

Revoir Guadalajara

Une Balle dans le pied – Qu’est-ce qui fait le mythe d’un match comme France-Brésil 1986, faut-il sortir de la légende du football une rencontre qui y est entrée, que peut-il en rester ?

 


Mevatlav Ekraspeck
2020-06-11

1986-1990 : les années noires des Bleus

[Épisode 1/3] Quand l'ère Platini s'achève, l'équipe de France plonge dans un tunnel de quatre années ratées. De nombreux joueurs y laisseront leur peau d'internationaux. 


Mevatlav Ekraspeck
2020-06-11

1986-1990 : années noires, losers bleus

[Épisode 2/3] Trop tendres, éphémères ou poissards, ils ont eu leur(mal)chance en équipe de France au mauvais moment. Et ils ne sont pas ressortis de la lessiveuse. 


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)