auteur
Jamel Attal

Du même auteur

> article suivant

Club ou "institution" ?

> article précédent

C3, touchée coulée

> article précédent

Pourquoi Petit doit revenir

Télé trivialité

Les télévisions fournissent l'essentiel des revenus des clubs, mais aussi un bon nombre de leurs sujets de querelle. Jalousies autour du gâteau…
Partager

Ligue des champions et audimat Avec sa formule allégée, la Ligue des champions nous fait pour une fois partager les mêmes intérêts avec les chaînes de télévision. Il en est en effet attendu, d'abord un regain d'intérêt sportif, qui devrait enrayer la chute des audiences de la compétition, ensuite des chances meilleures pour nos clubs, qui auraient le même effet. Sur notre marché domestique des audiences, c'est l'euphorie du retour de l'Olympique de Marseille sur la scène européenne qui a marqué les esprits. Si Christophe Bouchet a donné à M6 l'occasion d'y mettre un pied en programmant le tour préliminaire face à l'Austria de Vienne (une façon de stimuler une concurrence qui bénéficie aux clubs), c'est surtout TF1 qui peut se féliciter de l'aubaine, d'autant que la nouvelle répartition des droits de la Ligue des champions lui offre le "premier choix" de chaque journée, à diffuser le mardi ou le mercredi. Il sera donc intéressant de voir comment les trois clubs français engagés bénéficieront des choix de la chaîne… L'OL en manque de reconnaissance nationale et l'ASM avec son maigre potentiel populaire ne partent pas tout à fait sur la même ligne. Mais les résultats sportifs ne seront pas indifférents, et du moins pourraient-ils mettre en évidence certaines contradictions. Lors de la première journée, Marseille s'est incliné dans un match à sensations sur TF1, Lyon a difficilement gagné à domicile sur Canal+ et Monaco a réalisé la meilleure performance française dans la confidentialité de Canal+ vert… Corvée de C3 pour Eurosport La Coupe de l'UEFA, dont la regrettable réforme n'interviendra que l'an prochain (voir On achève bien les joueurs et C3, touchée coulée) s'apparente plutôt à un boulet pour le groupe TF1, "condamné" par le tribunal de commerce de Paris à la diffuser (sur Eurosport), malgré son désir de rompre son contrat avec Sportfive — la société de Jean-Claude Darmon qui gère les droits des clubs français engagés — comme l'a fait Canal+ il y a quelques mois. Darmon a reproché à la chaîne cryptée d'avoir fait connaître cette rupture ("C'est nous envoyer aux chiens" a-t-il déclaré à L'Équipe, 28/08), tant il est vrai qu'on s'arrange mieux dans le secret. L'Europe à deux vitesses Une autre pomme de discorde est tombée de la Coupe de l'UEFA sur les clubs français engagés, provoquant une fracture entre les duos Bordeaux-Lens et Sochaux-Auxerre. En vertu d'accords signés en 1998 avec les diffuseurs, les deux premiers clubs touchent en effet une part du gâteau bien plus importante que les deux autres: en plus des 183.000€ par tour diffusé, ils perçoivent un "droit d'entrée" de 1,37M€… Difficile de ne pas y voir la survivance d'un "Club Europe" pourtant dissous, sachant que le Racing et les Girondins faisaient partie de ce groupement d'intérêt qui avait déjà suscité l'ire des clubs qui en étaient exclus, et qui garantissait à ses membres une prime sans aucune contrepartie (voir la Gazette 88). Les présidents bourguignon et franc-comtois, Jean-Claude Hamel et Jean-Claude Plessis se sont insurgés contre cette inégalité de traitement que rien ne justifie sinon de petits arrangements avec la société de Jean-Claude Darmon. Dans cette guerre des Jean-Claude, le dirigeant de Sochaux ne s'est pas privé de lancer une pique à son homologue Gervais Martel, Lens ayant été qualifié en Coupe de l'UEFA via un classement du fair-play dont l'interprétation avait déjà suscité des controverses, avant de menacer: "Ils nous prennent vraiment pour des imbéciles. Ils sont pris la main dans le pot de confiture et continuent de se servir. Mais attention, moi je peux retirer la chaise avec laquelle ils sont montés" (L'Équipe, 23/09). Dans cette histoire comme dans d'autres, l'opacité des accords est assez frappante, de même que la passivité des diffuseurs et l'impuissance de la Ligue, qui regarde ses ouailles s'entredéchirer. Frédéric Thiriez a affirmé que la Ligue ne pouvait s'immiscer dans des contrats privés (les droits de la C3 étant négociés en direct par les clubs), et regretté que "ce différend soit étalé sur la place publique". Parce que les téléspectateurs — qui rappelons-le, constituent bien la marchandise de ce marché — n'ont pas à savoir? Petits décalages et grosses rancœurs La diffusion des matches est décidément un terrain de bataille privilégié entre les clubs, la Ligue et les chaînes, puisque ce mois de septembre a été émaillé d'incidents à propos du décalage des rencontres concernant les équipes européennes. La LFP a en effet été sollicitée par différentes formations pour décaler des matches de championnat placés avant ou après des rendez-vous européens. Ainsi de Lens, qui souhaitait que le match Lyon-Lens (disputé ce samedi à 17h15) ait lieu à 20 heures afin d'augmenter le temps de récupération des Lensois, rentrés tardivement de leur déplacement en Macédoine mercredi soir (l'horaire avancé du match les contraignant à passer une nuit de moins à Lens). Gervais Martel a manifesté son mécontentement: "Certains disent que je suis influent, mais là, je suis le baltringue complet. Tout le monde arrive apparemment à changer ses horaires, mais pas moi" (L'Équipe, 22/09). Le président artésien va trouver de quoi alimenter son ressentiment. L'OM n'a d'abord pas non plus été exaucé dans son souhait d'avancer son déplacement à Strasbourg, prévu le dimanche 19 octobre, au vendredi précédent, afin d'offrir un plus long laps de récupération aux Marseillais qui affrontent Porto le mercredi suivant en Ligue des champions. Mais la Commission de d'organisation des compétitions a finalement donné satisfaction à Christophe Bouchet qui, entre-temps et avec son élégance habituelle, avait fulminé contre un football français qui "nivelle tout pas le bas" et "n'a pas la grippe, mais le cancer" (L'Équipe, 26/09). Sur le fond du problème, on peut d'abord regretter une époque où le championnat, qui n'était pas soumis aux mêmes contraintes de télédiffusion, décalait l'ensemble des journées se déroulant avant les confrontations européennes, ce qui assurait un avantage significatif à nos clubs. En ce sens, la demande de l'OM est légitime puisqu'elle va dans le sens d'une protection de nos représentants sur le continent. Mais ensuite, il faut quand même faire remarquer que lorsqu'il fustigeait un système de redistribution des droits de télévision qui "spoliait" l'OM en ne tenant pas compte de ses nombreuses retransmissions télévisées, Bouchet mettait en avant les contraintes engendrées par ces retransmissions. Aujourd'hui qu'il a eu gain de cause et que son club va toucher une manne significativement supérieure à celle perçue par les sans-grade du championnat, il pourrait assumer les inconvénients de ce système — ou du moins éviter de verser dans des métaphores douteuses. D'autant que Lyon et Monaco, qui vont jouer ce samedi-là en championnat, évoluent le mardi suivant en LdC et ne bénéficieront pas du même avantage que l'OM, ce qui évidemment pourrait susciter la rancune de leurs dirigeants respectifs et alimenter la guéguerre… Télé Ligue Un événement passé quelque peu inaperçu n'a probablement pas été sans effet sur ces crises à répétition et sur le caractère vindicatif des reproches adressés à la Ligue. Au début du mois de septembre, celle-ci avait en effet annoncé son intention d'étudier la création d'une chaîne de télévision sous son égide, dont la première étape serait la production de l'intégralité des images du championnat et de la Coupe de la Ligue (images ensuite fournies aux diffuseurs). Le CSA a été missionné pour en étudier la faisabilité juridique et économique, au sein d'une cellule présidée par Michèle Cotta et comprenant (selon Le Parisien du 09/09) les membres de la Commission marketing de la Ligue (Frédéric Thiriez, Charles Talar, Francis Graille, Christophe Bouchet et Kleber Bobin). On peut s'étonner que cette commission compte deux dirigeants du PSG, alors que cette initiative a suscité la colère de Bertrand Méheut, président du groupe Canal+, emboîtant le pas de ses homologues de M6, TPS et France Télévisions, eux-mêmes très remontés. L'ironie est que Gérard Bourgoin avait eu la même idée au cours de son mandat et qu'il s'était fait renvoyer à ses études, quelques semaines avant d'être évincé de la présidence de la Ligue. Cette fois, il s'agit moins pour la LFP de s'orienter sérieusement vers une telle solution (qui fait peu de cas de la compétence spécifique des télévisions), que de tenter de mettre une forme de pression sur les diffuseurs dans le contexte de la renégociation des droits du championnat. Les dirigeants de la Ligue n'ignorent pas que le rapprochement des deux opérateurs (TPS et Canal+) annihilerait une concurrence qui garantit jusqu'à présent des sommes importantes…
Partager

> déconnerie

PALMARÈS 2001

> sur le même thème

Textile 2004

> Dossier

Le bizness

Le bizness


Jérôme Latta
2020-05-30

Était-ce une "connerie" d'arrêter les compétitions en France ?

Minichro – On peut défendre la reprise des championnats sans se mentir sur ses motivations, ni conclure que la non-reprise était un mauvais choix. 


Jérôme Latta
2020-03-30

Un plan d’urgence ne suffira pas, il faut un New Deal pour le football

Menacée d’effondrement économique, l’industrie du football n’a le choix qu’entre une réforme profonde et une aggravation de ses déséquilibres.


Jérôme Latta
2020-01-08

Le PSG vaut un milliard (prix à débattre)

Minichro – Forbes estime que la valeur du PSG a progressé de 992% pour atteindre le milliard, des supporters s'en félicitent. Mais qu'est-ce que cela signifie? 


>> tous les épisodes du thème "Le bizness"

Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 00h30 - AKK, rends tes sets : Le plus triste, c’est que Maxwel Cornet est un meilleur footballeur que Martin Terrier. >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 00h29 - Jah fête et aime dorer Anne : Je me rappelle qu'à cet Euro, Nesta avait été intraitable, même face aux attaquants français... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 00h17 - Le génie se meurt ? Ah mais l'mage rit : A contrario Apathie doit sans doute plus sa carrière à son élocution qu'à ses analyses... >>


Café : "Au petit Marseillais"

03/07/2020 à 23h16 - kelly : Tenez, Molina vient de sortir une vidéo où il explique l'amortissement, en prenant l'exemple de... >>


CdF Omnisport

03/07/2020 à 23h04 - Dan Lédan : Et moi dégoute pour l image du REC..mon pauvre papa doit se retourner 12 fois dans son urne.. >>


Scapulaire conditionné

03/07/2020 à 22h36 - Le déjeuner sur Hleb : Y a aussi Pochettino en ancien Gigi libre (désolé) >>


Qui veut gagner des quignons ?

03/07/2020 à 21h56 - Dan Lédan : Dr N'Gog ? >>


L'empire d'essence

03/07/2020 à 21h49 - Run : Une image vaut 1000 mots. https://twitter.com/wearetherace/status/1279139466012233728?s=21 >>


La revue des Cahiers du football : saison 2 !

03/07/2020 à 20h08 - Raymundo Menech : Je me disais aussi. Toutes mes excuses pour avoir douter. En guise de contrition je réciterai deux... >>


In barry we trust

03/07/2020 à 18h48 - Metzallica : Et demain les pipe-lines qui passent dans les réserves du Dakota seront déviées. Ah non. >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)