auteur
Christophe Zemmour

Du même auteur

> déconnerie

Cahiers de vacances

> article précédent

Moyes, l'homme de la renaissance

> article précédent

Le prêt, et après ?

Tardelli 1982, un cri dans la nuit

Un jour, un but - Le 11 juillet 1982 à Santiago Bernabeu, Marco Tardelli offre le break à l’Italie à la 69e minute de la finale de la Coupe du monde face à la RFA. Plus que le but en lui-même, la mémoire du football retient l’extase infinie du Juventino.

Partager


Antonio Cabrini vient de rater son penalty. La finale du Mundial 1982 est proche de la fin de sa première demi-heure, mais l’issue n’est que repoussée. Éreintée par sa demi-finale au long cours face à la France, la RFA doit faire face à une équipe d’Italie en pleine ascension, forte de ses victoires aux dépens de l’Argentine de Maradona, du Brésil de Tele Santana et de la Pologne sans Boniek. Surtout, la Nazionale compte sur un Paolo Rossi à son zénith – un zénith placé entre sa sortie d’une longue suspension due au scandale du Totonero, son début de tournoi fantomatique et sa carrière future entravée par de sérieuses blessures. Le numéro 20 reste sur cinq réalisations consécutives, trois face au Brésil et deux contre la Pologne. Lors de la finale, il marque son sixième et dernier but à la 57e sur une reprise de la tête à l’entrée des 5,50 mètres. À partir de cette ouverture du score, l’Italie va frapper toutes les douze minutes.
 

 

Tardelli 1982 but Italie

 


De sinistra

La passe de Karl-Heinz Rummenigge pour Paul Breitner est trop appuyée. Après un bon retour de Rossi, le ballon est récupéré par Gaetano Scirea dans ses vingt-cinq mètres. On joue la 69e et le célèbre défenseur initie une contre-attaque jusqu’au rond central. Il donne à droite pour Bruno Conti qui se réaxe et poursuit jusqu'à l'entrée de la surface. Là, Rossi lui chipe le cuir et écarte pour Scirea qui avait suivi. Le libero mué en ailier talonne pour le jeune Giuseppe Bergomi, autre défenseur à participer au contre, qui lui remet après un contrôle. Malgré le bras levé d'Harald Schumacher, l'arbitre ne signale pas Scirea en position de hors-jeu. Ce dernier temporise avant de rentrer intérieur et de servir du gauche Marco Tardelli posté à l'entrée de la surface.
 

Le milieu azzurro effectue d'abord un contrôle orienté de l’extérieur du pied gauche qui lui permet à la fois de se soulever légèrement la balle et de transformer idéalement en position de tir cette passe venue de la droite. A cause du retour de deux adversaires, Tardelli se voit contraint de frapper en taclant. La demi-volée fuse sur la gauche de Schumacher qui ne bronche pas et atteint le petit filet. L'Italie mène 2-0 et Tardelli va alors célébrer sa réalisation d'une manière si graduelle, si intense et si pure que l'image va rester comme l'une des plus fortes de l'histoire de la Coupe du monde. À l’instar du dernier cri de Diego Maradona en 1994, elle va quasiment occulter le but, pourtant joli, à la fois d’un point de vue collectif et individuel.
 


Une joie sans fin

La caméra zoome tout de suite sur Tardelli. D’abord incrédule, le numéro 14 se relève et commence à courir et à secouer la tête. Sa bouche s’ouvre et semble crier quelque chose entre “No!” et “Gol!” Il serre les poings, secoue les bras. Claudio Gentile poursuit son coéquipier qui s’échappe irrémédiablement et Dieu ne sait où. La scène semble durer une délicieuse éternité. John Foot, dans son ouvrage Calcio dont l’image du “cri de Tardelli” fait la couverture, dit: “Peut-être que Tardelli serait encore en train de courir si on ne l’avait pas arrêté.” Sur le blog Ghost Goal, Alan Smithy qualifie cette célébration comme “la plus belle que le football ait jamais vue”. D’autres observateurs, comme Jason de Vos sur CBC Sports, voient en cette extase spontanée l’expression de la réalisation d’un rêve d’enfant.
 

 

 


Tardelli confirme: “C’est comme si un volcan explosait. Dans ces instants, tu penses aux choses que tu as faites dans ta vie, à ta famille, à tes frères, en Italie. C’est un peu comme quand on dit que tu vois ta vie défiler au moment de mourir. A ce moment-là, j’étais parvenu à un sommet que n’importe quel enfant rêve d’atteindre.” Cette célébration est restée dans la culture populaire italienne. L’image a été diffusée en boucle à la télévision transalpine. Le cri de Tardelli a également trouvé un écho certain dans la joie de Fabio Grosso après son but en demi-finale du Mondial 2006. Qui sait, il y a peut-être aussi du Marco Tardelli dans le Super Pippo.


Sandro Pertini, le président de la République italienne est assis à côté du Roi Juan Carlos, spectateur de ce moment historique qui aura généré presque 95% des parts de marché télévisuels transalpins de ce 11 juillet 1982. Après le troisième but inscrit par Alessandro Altobelli, il se lève à nouveau et déclare: “Ormai non ci riprendono più”. Oui, ça y est, plus personne ne peut rattraper les Azzurri. Et encore moins l’un d’entre eux, que l’on aimerait voir courir encore et encore.

 

Partager

> Dossier

Histoire FC

Un jour, un but


Richard N
2019-05-30

Francis 1979, un million le but

Un jour un but – Le 30 mai 1979, Trevor Francis marque le seul but de la plus improbable des finales de la Coupe des clubs champions qui voit la victoire de Nottingham Forest sur Malmö FF.


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-29

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-23

Solskjær 1999, le miracle du Camp Nou

Un jour un but – Le 26 mai 1999 à Barcelone, le Norvégien Ole Gunnar Solskjær achève le Bayern Munich en ponctuant le plus ahurissant final de la Ligue des champions.


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

RT @mdiplo: Depuis l’indépendance, en 1962, les stades sont la caisse de résonance des revendications sociales de toute la jeunesse masculi…

[partenariat win-win disruptif] Pour l'anniv de la deuxième étoile, on vous fait gagner des t-shirt de notre nouvel… https://t.co/XLLeti1yUE

RT @Horsjeu: Le dernier numéro de la saison de #RadioHorsjeu avec @charlotteprato et Chr$ des @cahiersdufoot est dispo chez 👉Ausha : https:…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 04h00 - Run : Quelques nouvelles de Bilel:-Fekir, les touches sont Valence, et les 2 Seville. Il est plus enclin... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 02h27 - Le Meilleur est le Pires : Peter Crouch vient de prendre sa retraite, ça devient plus jouable en tout cas. >>


La L1, saison 2019/2020

aujourd'hui à 02h19 - Radek Bejbl : Merci de basculer les pronos sur le fil prono, dont c'est littéralement la seule utilité. >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 02h11 - gimlifilsdegloin : Roger Cénisse15/07/2019 à 23h26Euh, je vois pas la pire entorse à la cohérence interne de la... >>


Festival de CAN

aujourd'hui à 01h41 - matthias : Franchement... la 7chouma pour les Cahiers.... ça bouge à peine sur ce fil alors que c'est la... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 00h41 - Gilles et jeune : (désespoir, vais-je arrêter de supporter le PSG ? Un nouveau doute m'assaille) >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 00h03 - fireflyonthewater : A priori la cause serait un rond point pris dans « le mauvais sens », donc ils ont fait le... >>


Foot et politique

15/07/2019 à 23h36 - Gilles et jeune : (si je me relis pas c'est terrible, si je me relis c'est mieux mais pas parfait, je me relis pas,... >>


Le fil éclectique

15/07/2019 à 23h35 - Gilles et jeune : En lisant un peu la presse, ici : https://urlz.fr/aae0 , il s'avère qu'Anne Hidalgo s'est fixée... >>


Good kop, bad kop

15/07/2019 à 23h26 - M.Meuble : Ça lui fait une belle jambe. Avec quoi il balance son missile? Un lance pierre? (Chef, il a une... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)