auteur
Pierre Barthélémy

Pierre Barthélémy est avocat au Barreau de Paris, spécialiste de droit public et conseil de certains supporters parisiens. @Pierre_B_y


Du même auteur

> article précédent

Luzenac, le petit poussé dehors

Supporters : les pouvoirs publics s'acharnent sur le bouton répression

Incapables de traiter les violences en marge des rencontres, les pouvoirs publics se répandent en mesures absurdes qui frappent les supporters, pas les délinquants. Nouvelles illustrations pour ceux de Lens et du PSG.  

Partager

 

"Rien n’est plus dangereux en diplomatie que de parler de paix en amateur." [1]
 

Si le football amateur français peine à franchir le cap du monde professionnel (lire "Luzenac, le petit poussé dehors"), il est pourtant un autre amateurisme qui préside durablement dans le championnat de France. Plus de vingt ans après les premiers incidents graves et plus de quatre ans après le médiatique et radical Plan Leproux, les responsables du football français persistent à faire montre d’incompétence et de maladresse dans l’appréhension des questions de sécurité dans les stades. Si la réaction face aux débordements est absolument nécessaire, ce sont toujours ses modalités qui fâchent. Nouvelle saison, nouvelles illustrations.
 

 

 


Refus du dialogue, restrictions, répression

Samedi 9 août, alors que le SC Bastia reçoit l’Olympique de Marseille, des incidents interviennent à plusieurs kilomètres du stade. Alors que ce match était déclaré à risque, malgré la mobilisation en nombre des forces de l’ordre et de nouvelles restrictions à la liberté de déplacement des supporters, les pouvoirs publics ont encore démontré leur incapacité à préserver l’ordre public. Pour justifier d’éventuels huis-clos au stade Armand-Cesari, les pouvoirs publics martèlent: "L’enfer, c’est les autres." Incapables d’autocritique sur l’inefficacité de leurs dispositifs, ils ne cessent de remettre en cause le droit des supporters à être des citoyens normaux. Une réponse en trois temps: refus du dialogue préalable, restrictions unilatérales des libertés fondamentales, intensification de la répression. C’est ainsi que, pour la rencontre devant opposer le SC Bastia au RC Lens le 13 septembre, les pouvoirs publics nous ont offert une Valls à trois temps.
 

Le 22 août, le préfet de Haute-Corse interdit l’accès au stade à tout supporter lensois en se fondant, par exemple, sur des incidents datant de 1972 (mais qui sont datés de 1976 dans l’arrêté…), et notamment un rodéo de voitures sur le terrain d’entraînement bastiais. Le 9 septembre, comprenant que les incidents ont désormais souvent lieu loin des stades et que les individus concernés n’utilisent souvent le football que comme un prétexte, le ministre de l’Intérieur prend un arrêté interdisant le déplacement entre le département du Nord Pas-de-Calais et la Corse.

Dans l’euphorie de la déflation du champ des libertés individuelles, il interdit même, du 12 septembre 9 heures au 13 septembre minuit, le déplacement individuel par tout moyen de supporters lensois entre les communes du département du Pas-de-Calais, les ports de Nice, Marseille et Toulon, les aéroports de Lille et Paris, d'une part, et la Corse, d'autre part. Comprenez que tout individu sympathisant du RC Lens qui prend le bateau ou l’avion pour la Corse, même s’il y réside ou se rend en vacances, s’expose à six mois d'emprisonnement et 30.000 euros d’amende [1].

 


Amateurisme des pouvoirs publics

Une telle restriction de liberté est d’autant plus inacceptable que les motivations de l’arrêté sont soit mensongères, soit la résultante des propres turpitudes de l’administration. Ainsi, le ministre prétend-il que 44 représentants des forces de l’ordre ont été blessés durant la rencontre entre le SC Bastia et l’Olympique de Marseille alors même que cette information a été infirmée entretemps. 
 

En outre, peu avare en mesure et loin de généraliser, le ministre déclare que "Les supporters du SC Bastia font systématiquement preuve d'un comportement violent, quelle que soit l'équipe adverse." Avouant son incapacité à faire respecter la loi sur le territoire de la République, le ministre se lamente que "La plupart des supporters bastiais commettant des actes violents [sont] revêtus de cagoules", ce qui lui interdit de les sanctionner. Il suffirait donc de porter une cagoule pour s’affranchir impunément de toute règle?
 

Touché par un moment de grande sagesse, le ministre reconnaît un peu de légèreté et rectifie son arrêté le 11 septembre. Mais cela n’est nullement l’occasion de faire montre de mesure en matière de liberté individuelle, mais seulement de maintenir la cordialité des relations avec les Corses. Le dispositif reste le même, seuls les fondements sont réécrits de manière moins catégorique. Aveu d’impuissance, rédactions hâtives et fondements inexacts: la recette liberticide que les pouvoirs publics persistent à préférer à un dialogue préalable avec les supporters pour convenir de leur venue au stade.
 

 

Amateurisme des clubs

La gestion de la billetterie pour la rencontre Stade rennais-Paris Saint-Germain est une nouvelle illustration de l’amateurisme des clubs. En traçant les adresses hors de la Bretagne pour des raisons de sécurité, le club méconnaît gravement les lois en la matière, alors même que la CNIL les a sévèrement rappelées au club parisien. Surtout, cela montre la méconnaissance complète du monde des supporters par les clubs. Croire que les habitants d’une région sont tous et exclusivement sympathisants du seul club local est inepte. Croire, en outre, que les individus voulant profiter d'une rencontre sportive pour se comporter comme des délinquants ne sont pas capables de contourner cette contrainte est tout aussi aberrant. Encore une fois, les règles et libertés sont brimées, mais ce sont les supporters et non les délinquants qui sont pénalisés.
 

Mais c’est la gestion de la billetterie de la rencontre RC Lens-Paris Saint-Germain qui a le mieux cristallisé cet incroyable amateurisme. Début août, le RC Lens confie à différents prestataires la vente grand public des billets pour cette rencontre. Début septembre, découvrant qu’une rencontre impose des règles de sécurité, les organisateurs décident d’annuler tous les billets vendus en virage et invitent les supporters à les acquérir de nouveau sur la billetterie de leur club. Là aussi discrimination, illégalité et amateurisme président.
 

Discrimination, puisque les titulaires de billets dans les catégories 1 à 4 (les plus chères) se voient appliquer les conditions générales de vente et réattribuer des places ailleurs dans le stade. Illégale, puisque les titulaires de billets les moins chers, pour leur part, voient leurs billets purement et simplement annulés en méconnaissance des stipulations contractuelles. Amateurisme, enfin, puisqu’après avoir mis un mois à étudier les conditions de sécurité, les organisateurs remplacent automatiquement les billets des supporters parisiens habitant dans les régions Nord Pas-de-Calais et Picardie dans le virage lensois. Comme s’il fallait habiter dans le 16e arrondissement de Paris pour soutenir le Paris Saint-Germain.

 


L’acharnement aveugle pour seul credo

Face à ce cumul, année après année, de bévues amateures, illégales et discriminatoires, quelle légitimité accorder à des acteurs institutionnels qui se bornent à accuser et réprimer des supporters à qui ils refusent le dialogue?
 

Le réflexe des différents protagonistes consistant à considérer les supporters comme étant à la fois en totalité et en exclusivité les responsables des troubles à l’ordre public inquiète, les années passant et les incidents se perpétuant. Le championnat d’Europe approche, mais les recettes ne changent pas. Face à la violence, on oppose la privation de liberté préventive sur autrui, rarement la sanction pénale. Face au racisme, on oppose des réactions médiatiques indignées non suivies d’effet. En revanche, face aux fumigènes et aux banderoles déplaisant aux diffuseurs, on trouve des trésors d’énergie pour faire tomber ces invincibles cagoulés ou, à défaut, on réprime aveuglément tout ce qui ressemble à un supporter.
 

Le dialogue, pour sa part, présente le risque de confronter les pouvoirs publics à une triste réalité : les supporters maîtrisent souvent mieux les enjeux de sécurité en tribune que les forces de l’ordre et ne sont pas tous des voyous décérébrés. A moins que la seule perception valable des tribunes soit celle des loges et tribunes présidentielles.
 
[1] L’homme sans qualités, Robert Musil.
[2] Alors même que le tribunal administratif de Rennes a sanctionné un arrêté interdisant l’accès à l’Ille-et-Vilaine à tout supporter parisien.

 

Partager

Les stades et les supporters


Jérôme Latta
2017-06-01

Nouveaux stades de Ligue 1 : la politique du siège vide

Une Balle dans le pied – 4 places sur 10 inoccupées… Après une saison pleine avec l’ensemble des quatre nouveaux stades et des deux stades profondément rénovés, le bilan de leurs affluences est aussi médiocre que l'on pouvait le prévoir. 


Mevatlav Ekraspeck
2017-04-27

À nos vieux stades

L'antique enceinte lavalloise fait partie de ces derniers représentants qui n'ont pas été remplacés par des stades modernes. Aller à Francis-Le-Basser, c'est se replonger dans les seventies.


McManaman
2016-12-19

Schalke-Leverkusen : "Glück Auf, der Cahiers kommt"

Témoignage – Quand un Français se déplace pour la première fois à la Veltins Arena, il en prend plein les yeux. Et ce même si le spectacle sur le terrain n'est pas forcément à la hauteur de celui en tribunes.


>> tous les épisodes du thème "Les stades et les supporters"

Sur le fil

RT @richardcoudrais: Le 26 juin 1992, il y a 25 ans, Le Danemark remporta un Euro auquel, au départ, il n'était même pas qualifié... https:…

Si la Grande-Bretagne le boude, le baby-foot est une vraie discipline en Europe et aux États-Unis -… https://t.co/9q9sihpDZP

Droits TV 2016/2017: la Premier League et les autres - https://t.co/5XcFmnZ8PP

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 16h02 - Pascal Amateur : Intérêt public, tu parles. On ne sait toujours pas quand sort l'iPhone 8. >>


Paris est magique

aujourd'hui à 15h49 - C. Moa : C'est très simple, le Prince ne supporte plus la chanson en son honneur écrite par Amadou et... >>


Maman les p'tits bateaux

aujourd'hui à 15h49 - Run : Dans ce cas-la, il y a aussi une grande fraternite (pour ne pas dire plus) entre les 2 syndicats,... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 15h48 - Sens de la dérision : Balls of steed aujourd'hui à 13h46 Hyoga aujourd'hui à 13h34 --- Ah bah on l'a déjà... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 15h42 - Roger Cénisse : cocobeloeil aujourd'hui à 14h01 Faudrait demander aux Niçois. Des infos,... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 15h30 - Pascal Amateur : Bonjour à tous, certains connaîtraient-ils des documentaires sur le foot de jeunes, si possible... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 15h15 - CHR$ : Trois titularisations mais avec Montpellier et Lyon dans le tas. Contre les mêmes adversaires au... >>


Aux Niçois qui manigancent

aujourd'hui à 14h52 - Roger Cénisse : Lichteiner veut pas. Au moins c'est clair. >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 14h28 - Pascal Amateur : [Club de jeunes] Marius T, tu es dans le coin ? Et d'autres ? J'aimerais échanger avec des... >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 14h22 - Charterhouse11 : Trouvé sur twitter, une infographie qui présente les différentes tenues de l'EDF au cours de... >>


Les brèves

Wayne Ruiné

"Rooney perd 500 000 £ en deux heures au casino." (sofoot.com)

Eden Lazare

“Gomis : ‘J'ai vu l'OM mourir et ressusciter’." (lephoceen.fr)

J'y suis Giresse

"Mali : Giresse va rester." (sofoot.com)

Roland Tournevissé

"Red Star : Courbis ne les lâche plus." (lequipe.fr)

Dégoupillage

"Mauvaise opération pour Grenade." (lequipe.fr)