auteur
Geoff Pearson

> article suivant

Revue de stress #164

> article précédent

Gardien distrait, corner direct

Supporters : la police britannique mise sur le dialogue et la prévention

When Saturday Comes – Les violences baissent au Royaume-Uni, mais les moyens aussi. Les forces de l'ordre expérimentent avec succès des méthodes qui privilégient une gestion intelligente. 

Partager


Extrait du numéro 382 de
When Saturday Comes. Titre original : "Community Policing", traduction Toto le zéro.

 

* * *

 

Avec la finale de la Coupe d’Angleterre et la date limite du mercato, le calendrier footballistique compte une autre échéance particulièrement attendue: la publication des statistiques annuelles des arrestations et interdictions de stade "liées au football" de la saison précédente.

 

Cette année, elles enregistrent une nouvelle baisse dans les deux catégories, à savoir 6% par rapport à 2016/17, suivant ainsi la tendance à plus long terme: il y eut 1.542 arrestations en 2017/18, ce qui représente moins de 0,0035% de ceux qui vont au stade.

 

Seules 56% de ces arrestations ont concerné des actes violents ou des débordements, dont bon nombre n’entraîneront aucune infraction pénale ou condamnation. Par contraste, 3.842 arrestations avaient été dénombrées en 2007-2008 et 6.738 en 1991/92, ce qui semblerait démontrer une baisse conséquente de la violence depuis la "sombre époque" du hooliganisme.

 

 

 

 

Une baisse des violences en trompe-l'œil?

Toutefois, le chiffre des arrestations n’est qu’un piètre indicateur du niveau général de la criminalité car il tend à refléter d’autres facteurs tels que les ressources, les priorités et les stratégies de la police. Les observateurs du football sur le long terme admettront sans doute les changements spectaculaires depuis la fin des années 80 et le début des années 90, mais la violence autour du football a-t-elle réellement baissé de deux tiers depuis 2008?

 

On pourrait relever cyniquement que cette période coïncide avec la fin des objectifs mensuels d’arrestations assignés à chaque officier de police, certains ayant reconnu en privé avoir "gonflé" leurs chiffres avec le football. Le service chargé du maintien de l’ordre dans le football [UK Football Policing Unit, UKFPU] ne pense pas que la récente baisse statistique soit liée à une réduction des faits de violence.

 

La UKFPU estime même que ces derniers sont en augmentation et appelle les clubs à coopérer aux opérations de maintien de l’ordre, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des stades. Rien n’indique réellement une hausse des actes de violence sur le plan national, mais la UKFPU a identifié un problème pour les forces de police: avec les baisses d’effectifs imposées par les politiques d'austérité, il leur est impossible de maintenir le même niveau de présence.

 

Un peu partout dans le pays, les autorités ont cherché à sanctuariser le budget des opérations de jour de match, mais elles ne peuvent plus ignorer que ces déploiements à grande échelle entraînent, le reste du temps, une baisse des effectifs et des temps de présence dans les quartiers. Les opérations relatives au football commencent donc à être réduites – la baisse du nombre d'arrestations ne plaidant pas pour la UKFPU, paradoxalement victime de son propre succès.

 

 

Faire mieux avec moins

Le travail des forces de l'ordre est à la croisée des chemins: des progrès spectaculaires ont suivi la mise en œuvre des interdictions de stade après condamnation en 1987, la création d'une unité de renseignement sur le football en 1988, le rapport Taylor sur la tragédie de Hillsborough en 1990 et plus récemment le rapport Adapting to Protest de 2009, consacré au maintien de l'ordre lors des manifestations, mais ces améliorations ont probablement atteint leurs limites.

 

La UKFPU demande une hausse de son budget afin de maintenir ses ressources les jours de rencontre, mais les autorités essaient de faire mieux avec moins. La police des West Midlands a ainsi lancé des programmes de prévention destinés à la délinquance juvénile dans le but de détourner les plus jeunes des groupes de supporteurs violents, sans les faire passer par la voie pénale.

 

Divers groupes de conseil indépendants ont été mis en place afin d'interagir avec les supporteurs en amont de certaines rencontres, d'expliquer les mesures mises en place et de recueillir les doléances.

 

Ainsi, bon nombre de matches ont été supervisés principalement par des Police Liaison Teams reconnaissables à leur dossard bleu, pour lesquelles la communication l’emporte sur l'intimidation. Ces équipes s'engagent dans des échanges avec les fans de manière proactive, afin d'empêcher les incidents ainsi que les déploiements des forces de police inutiles et potentiellement provocateurs.

 

 

"Super boulot"

Ces équipes sont régulièrement déployées lors des rencontres européennes par la police du Great Manchester, lors du derby entre les Rangers et le Celtic ou encore par la police du West Yorkshire. Les premiers résultats de ces approches semblent encourageants. Lors d'un récent Huddersfield-West Ham, les forces habituelles du maintien de l'ordre furent remplacées par un petit nombre de ces équipes de liaison.

 

Les réactions sur les réseaux sociaux ont été globalement positives: "J'ai trouvé que la police avait fait du super boulot… C'est beaucoup plus agréable d'être bien accueillis comme des invités plutôt que d'être vus comme des envahisseurs potentiels ou un problème à résoudre"; "Bien plus intelligent que de traiter les fans de football comme des gamins mal élevés et de leur crier dessus"; "Je me suis vraiment senti le bienvenu. C'était vraiment inhabituel pour moi, ça m'a franchement épaté".

 

En fin de compte, la baisse du nombre d'arrestations et d'interdictions de stade, en parallèle aux mesures d’austérité, est l'occasion pour les forces de police d'expérimenter des méthodes plus graduelles.

 

Que l'on soit ou non d'avis que les clubs de football devraient davantage contribuer au maintien de l'ordre lors de leurs rencontres, imaginer que la seule manière de progresser est de maintenir le niveau de ressources ainsi que les méthodes habituelles n'est pas en phase avec les apports récents en matière de gestion des foules, ni avec les aspirations des spectateurs.

 

Geoff Pearson, Université de Manchester

 

photo : North Yorkshire Police.


  

Soignez votre anglais et votre culture foot:
abonnez-vous à When Saturday Comes.

Partager
>> aucune réaction

> sur le même thème

Des supporters aux abonnés absents

When Saturday Comes


Simon Hart
2019-01-03

Away to Hell

When Saturday Comes – Les controverses sur les maillots hérétiques ne datent pas d'hier, mais le phénomène a pris des proportions extrêmes en Premier League. 


Jon Spurling
2018-12-06

Des supporters aux abonnés absents

When Saturday Comes – En laissant des sièges vides dans des stades de Premier League affichant "complet", les abonnés à la saison exercent leur droit de boycotter certains matches, mais d’autres ne peuvent en profiter.


Tom Lines
2018-10-16

Buts de (très) loin : la longueur ne fait pas tout

When Saturday Comes – Les tirs qui trompent le gardien depuis la ligne médiane ont souvent les faveurs des élections des plus beaux buts. Distance ne veut pourtant pas dire beauté.


>> tous les épisodes de la série "When Saturday Comes"

Sur le fil

La Revue de stress de la semaine est ouverte, entrez-y : https://t.co/krgOBdxDiW https://t.co/7BOOiEv6OS

RT @SamCotchett: Tous les matchs à Séville devraient s'arrêter à 3-1. #BETSRFC

Farmers League, baby ! (galette-saucisse estate).

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

En rouge et noir !

aujourd'hui à 11h22 - JauneLierre : Pascal Amateuraujourd'hui à 07h44OF a fait une série d'articles sur le déplacement, avec un jeu... >>


J'ai raté ma vie...

aujourd'hui à 11h21 - dugamaniac : Sa fameuse drépanocytose la veille d'un contrôle antidopage si mes souvenirs sont bons.Beaucoup... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 10h51 - Le Pobga du Coman : Crime contre le football"La justice française enquête sur Kita"(foot365.fr) >>


CDF sound system

aujourd'hui à 10h50 - Pascal Amateur : Mais oui, Ghinzu a disparu ! Sinon, ç'a dû être dur de trouver du black metal qui cause de... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 10h31 - Nos meilleures Sané : et on jouerait le ventre mou de la Ligue 2 pour être sur de ne pas remonter se frotter aux gros de... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 10h31 - Brian Hainaut : la menace Chantômeaujourd'hui à 10h15Tapie nous a averti du risque de nommer un homme de la... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 10h29 - Nos meilleures Sané : Toni Turek21/02/2019 à 21h22Jusqu'à sa réouverture en janvier, la prison de la Santé était... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 09h54 - Mykland : Jus de Ninoaujourd'hui à 06h06Ben Arfa, Grenier, Zeffane, Del Castillo... Rennes c’est un peu un... >>


Jeux d'Olympe

aujourd'hui à 09h26 - Mykland : Tonton Danijelaujourd'hui à 08h42Pour le breakdance, cela peut attirer un nouveau public mais je... >>


Le fil dont vous êtes le héros

aujourd'hui à 07h57 - Scorbut et Correa : Ce week-end, c'est le Festival de Cannes (le vrai), avec la traditionnelle cérémonie des As... >>


Les brèves

De Nuremberg à Pôle Emploi

"Nuremberg vire son entraîneur." (lequipe.fr)

Faut pas des Koné

"Boxing Day en L1, Koné dit non." (maxifoot.fr)

Abstinence

"Fuchs absent trois mois." (lequipe.fr)

Doc Gynéco en public

"Les oreilles écartées par ses gants noirs, Mario Balotelli a ouvert ses écoutilles face aux tribunes de Gaston-Gérard." (lequipe.fr)

Flammengo

"Brésil : incendie meurtrier au centre de formation de football de Flamengo." (rfi.fr)