> article suivant

Boksic, à en perdre Alen

> article précédent

L1 :: LA GAZETTE :: J38

> article précédent

LE CLASSEMENT EN RELIEF

Super Eagles et petits coqs

Partager

Dans un match rythmé, ouvert et... décevant pour les Bleus, ceux-ci ont pris le dessous avec des travers bien connus: engagement insuffisant et efficacité en berne, individualités non décisives et tendance à rendre les adversaires réalistes. À y regarder de plus près, ils s'étaient pourtant ménagé la place de faire mieux: en témoignent ces duels face au gardien mal exploités par Ribéry, Anelka ou Gignac...

fra_nig_ill.jpg


Déséquilibre défensif
Avec seulement quatre joueurs de champ en commun, au coup d'envoi, avec le match précédent contre la Lituanie, on pouvait s'attendre à des flottements. Mais les problèmes n'ont rien eu de très nouveau malgré les changements. Pour les solutions miracles en défense centrale, il faudra attendre: Squillaci et Escudé n'ont pas joué Les Barbelés de Séville. Mais c'est l'équilibre défensif global qui est en cause, avec notamment des latéraux au replacement un peu désinvolte, et un premier rideau vite perturbé ou rapidement sauté.

Le retour discret de Vieira n'a évidemment pas permis de mieux ancrer l'équipe sur ses bases... ni de redonner de l'allant et de la percussion à l'entrejeu défensif, la possession des Tricolores ayant été stérile au point que les contres ont semblé offrir les meilleures occasions – juste avant l'ouverture du score, notamment, avec deux remontées orchestrées par Ribéry.


Manque d'esprit
Pour trouver son équilibre et ne pas être si vulnérable aux actions nigérianes, cette équipe aurait eu besoin d'une animation offensive plus consistante et plus lisible, du moins en première période. Au lieu de quoi, Anelka et Benzema se sont empêtrés dans leurs placements, laissant à Ribéry le soin d'allumer des mèches. Les Bleus ont pourtant tenté d'exploiter les côtés, mais ont manqué d'esprit autant que de capacité à créer des différences individuelles.

On y a vu plus clair après la pause, avec Gourcuff en meneur axial derrière un véritable avant-centre, mais la réussite a continué à rester étrangère à la sélection française. D'autant que cette dernière baissa le pied à l'heure de jeu, avant d'échouer de nouveau à concrétiser sa domination de fin de partie.

La séance de travail avait pourtant du bon, en proposant un sparring-partner consistant, et même franchement plaisant par moments. La sanction du panneau d'affichage aidant, elle risque de ne déboucher que sur l'écho, dans les médias, des "Domenech démission" lancés depuis les tribunes. Le deuxième acte à Gerland, vendredi contre la Turquie, en décidera définitivement.

fra_nig_lucarne.jpg
Placement sur les coups de pied arrêtés : ici, le marquage individuel très strict de Vieira sur Squillaci, qui ne quitte pas Escudé du regard.


Les observations en vrac

• Si c'était pour ne jamais sortir, dévier des frappes vers ses cages et repousser le reste des deux poings, Landreau faisait très bien l'affaire.
• Avec Vieira, le milieu récupérateur, c'est un milieu qui a besoin de récupérer.
• Pourquoi le public stéphanois a-t-il sifflé tous les Lyonnais, sauf Piquionne, là, à droite?
• Steve Mandanda admire peut-être Bernard Lama, mais il faudra lui rappeler que son surnom c'était le chat, pas le chat noir.
• On a eu du mal à compter les téléspectatrices réclamant de lire le maillot en braille de Yoann Gourcuff.
• La dernière blague de Franck Ribéry: coller un vieux Chamallow sur l’oreille de Loïc Rémy.
• Comme Mathieu Valbuena n’aime pas arrêter de courir, il arbitre des matches internationaux pendant les vacances.
• Dans les arrêts de jeux, Christian Jeanpierre confesse ne pas être surpris par la victoire du Nigeria au vu de leurs dernières performances. C’est le 0-0 contre le Mozambique ou le 0-0 contre la Jamaïque qui lui a mis la puce à l’oreille?



fra_nig_vieira.jpgLe supplice du Vieira

Pour une fois qu’on a l’occasion de voir Patrick Vieira sous le maillot Bleu, ne ratons surtout pas l’occasion de disséquer son match façon supplice des Cahiers. Interventions, orientation du jeu, distance de transmission, ou perte de la possession du ballon, tout est scrupuleusement consigné. De quoi comprendre pourquoi il est si indispensable à l’équipe de France. Surtout s’il se remet à participer à la récupération du ballon un jour…
 
• passes vers l’avant : 35 ( dont 31 réussies)
• terrain gagné : + 525 m (!)
• passes latérales : 8 (réussies)
• passes en retrait : 6 (réussies)
• terrain perdu: -60 m
• synthèse terrain gagné / perdu : + 475 m
• ouvertures somptueuses de plus de 40 mètres dans les pieds : 3
• ballons perdus : 6
• ballons récupérés : 5
• percussion endiablée : 1
• coéquipier retenu par le maillot dans la surface adverse au cas où : 1
• pressing du dimanche : 28’98
• duels évités : 74
• sprints : 2
• transpiration : 28 litres
• maillots à 75 euros salopés de gel infâme mentholé : 2 (1183e et 1184e de sa carrière)



La minute de modération de Jean-Michel Larqué

"La plus faible équipe de France depuis vingt ans? Euh… Non: avec le Nîmois Christian Pérez, elle était plus forte il y a vingt ans!" (RMC)



Vu du forum

=>> doumdoum
Je ne sais pas ce qui m'inquiète le plus. Le faible match de Vieira ou le fait que cela devrait logiquement lui permettre de taper dans l'œil d'un recruteur du PSG.
=>> Lubo
C'est pas Le Guen qui veut taper dans l'œil d'un recruteur du PSG?


>> France-Nigéria : les gars
Partager

> sur le même thème

France-Nigéria : les gars

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Richard N
2020-04-04

Djorkaeff 1995, coup franc avec sursis

Un jour, un but - Le 16 août 1995 au Parc des Princes, Youri Djorkaeff marque dans les dernières minutes d’un France-Pologne qualificatif pour l’Euro 1996. Son échec aurait changé l’histoire. 


Richard N
2020-03-26

Michel Hidalgo, un regard bleu

Michel Hidalgo a apporté au foot français son premier titre, le championnat d’Europe 1984, mais aussi un style de jeu et une audace entrés dans la légende. 


Richard N
2019-11-17

Henry-Gallas 2009, la main du diable

Un jour, un but – Il y a dix ans, l’équipe de France inscrivait le but le plus controversé de son histoire et se qualifiait manuellement pour la Coupe du monde 2010. 


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)