auteur
Richard Coudrais

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article précédent

La boîte à chants

Stanley Matthews, un Anglais en or

Pourquoi Stanley Matthews, premier "Ballon d’Or" en 1956, surnommé le "magicien du Dribble", est-il vénéré à ce point en Angleterre? 

Partager

 

Le culte que voue l'Angleterre à Sir Stanley Matthews dépasse le cadre de l'objectivité et semble pour le néophyte quelque peu suspect. Ceux qui découvrent sa légende constatent qu'il subsiste très peu d'images nettes des dribbles du Magicien.

 

Son nom ne figure qu'en filigrane dans les manuels relatant l'histoire des épreuves majeures du foot, la Coupe du monde et la Coupe d'Europe des clubs. Enfin, son palmarès tient sur une seule ligne, la Cup conquise avec un club obscur, Blackpool…

 

 

 


Le chevalier

Stanley Matthews est un footballeur en noir et blanc. Un héros des temps où le football vivait sans caméras, où les légendes étaient façonnées à l'écrit. Les dithyrambes des chroniqueurs de l'époque faisant foi, il est inutile de rechercher des points de comparaison avec des joueurs plus contemporains.

 

Bref, jeunes gens, Stanley Matthews est considéré comme le plus grand footballeur britannique de tous les temps, et quelles que soient vos objections, il en restera ainsi.

 

Stanley Matthews est un personnage de la vieille Angleterre, respectueux des usages et des règles. Jamais il n'a triché sur le terrain, ni à l'entraînement. Jamais il n'a contesté la décision d'un arbitre. Et lorsque ses belliqueux adversaires usaient d'irrégularités, Matthews se relevait sans mot dire, ne cédant toutefois jamais à l'hypocrisie de la main tendue par son adversaire.

 

Sa morphologie longiligne lui donnait un port altier, une allure de noblesse qui n'échappera pas même à la reine Elisabeth II lorsqu'elle fera de lui un chevalier de l'Empire britannique.

 

 

 


Le funambule

Né le 1er février 1915, Stan Matthews a débuté sa carrière à Stoke City en 1932. Il apparaît pour la première fois en équipe nationale d'Angleterre le 29 septembre 1934. Sa dernière sélection surviendra le 15 mai 1957 et son ultime match professionnel le 28 avril 1965.

 

Vous pouvez refaire les calculs: Stanley Matthews a joué en équipe nationale d'Angleterre jusqu'à l'âge de quarante-deux ans. Et a terminé sa carrière à cinquante ans passés. Cette exceptionnelle longévité est ce qui frappe le plus aujourd'hui. Surtout lorsque l'on précise que Matthews était un attaquant. Un ailier, précisément.

 

En équilibre sur son côté droit, le funambule captait le ballon, fonçait vers son adversaire direct, glissait sur la gauche lorsque celui-ci partait à droite, ou inversement. Le préposé au marquage se retrouvait bien souvent le postérieur sur la pelouse, un regard tourné vers ce diabolique numéro 7 qui préparait déjà un centre précis.

 

Tout au long de sa carrière, Stanley Matthews n'a connu que deux clubs: Stoke City, le club de son cœur, et Blackpool, qu'il rejoint en 1946 pour une parenthèse… d'à peine quinze ans. Si Blackpool, au contraire de Stoke, est solidement enraciné en première division, il est loin de prétendre à un titre de champion.

 


Le chiffonnier

C'est donc en FA Cup que Stanley et les siens se font remarquer. Ils atteignent la finale en 1948, mais s'inclinent face à Manchester United (2-4). Trois ans plus tard, c'est Newcastle qui s'impose à eux (2-0), à Wembley.

 

Le 2 mai 1953, Blackpool dispute sa troisième finale, et tout indique qu'il va encore la perdre. À un quart d'heure de la fin, Bolton Wanderers mène 3-1. C'est pourtant à ce moment que la sympathique carrière du magicien du dribble va basculer dans la légende.

 

 

 

 

Dans ce dernier quart d'heure ahurissant, chaque ballon dont s'empare Matthews devient une occasion de but. Et chacune de ses passes adressées à ses coéquipiers se transforme en but. De 1-3, le score passe à 3-3. Wembley en a le souffle coupé.

 

À quelques secondes de la fin, Matthews se bat comme un chiffonnier pour récupérer un ballon dans la surface adverse. Il tombe même au sol. Un genou à terre, mais la tête haute et le buste droit, Stanley Matthews adresse, dans une posture des plus chevaleresques, le ballon à son coéquipier Mortensen qui inscrit le but de la victoire (4-3).

 

 

 


Le pèlerin

Cette image marquera à jamais les esprits, notamment ceux des journalistes présents à Wembley à qui l'on demandera, trois ans plus tard, d'élire le meilleur footballeur européen.

 

Matthews retournera à Stoke City en 1961 pour faire remonter son club parmi l'élite. Il inscrira lui-même le but de l'accession. Quatre ans plus tard, il met un terme à sa carrière dans un fastueux jubilé au Victoria Ground de Stoke, où les meilleurs joueurs d'Europe seront présents.

 

 

 

 

"Je suis parti trop vite", dira-t-il souvent, pince-sans-rire. "J'aurais pu jouer deux ans de plus." La carrière d'entraîneur qu'il tente à Port Vale l'ennuie considérablement et, en 1962, le casanier Matthews se dit qu'il est temps d'aller découvrir le monde. Un ballon en guise de bâton de pèlerin, il s'en va enseigner le football aux enfants d'Afrique et d'Amérique du Nord, avec un détour par Malte.

 

En 1989, Stanley Matthews revient at home pour couler des jours tranquilles dans sa bonne ville de Hanley. Il s'éteindra quelques jours après son quatre-vingt-cinquième anniversaire, en l'an 2000.

 

 
 

Partager

> sur le même thème

Les fantômes de Cathkin Park

> Dossier

Histoire FC

Les joueurs d'exception


Richard Coudrais
2020-11-16

Fatty Foulke, des buts et des tartes

Les joueurs d’exception – William Henry Foulke (1874-1916) fut l’une des premières grandes vedettes du foot anglais. Le gardien de Sheffield United brillait par son talent et son embonpoint. 


Richard Coudrais
2020-05-05

Dixie Dean, une légende anglaise

Les joueurs d’exception – Le cliché de l’avant-centre anglais doté d’une détente phénoménale et d’un coup de boule fatal doit beaucoup à Dixie Dean, attaquant d’Everton de l'entre-deux-guerres. 


Christophe Zemmour
2020-03-31

La place de San Marco

Il y a presque vingt-cinq ans, Marco van Basten mettait, à contrecœur, un terme à une carrière qui en fit un des plus grands avant-centres de l'histoire.


>> tous les épisodes de la série "Les joueurs d'exception"

Le forum

Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 15h30 - Lucho Gonzealaise : Juste pour précision, on est sur des joueurs de quel âge max ? 21 ? 23 ? >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

aujourd'hui à 15h30 - OLpeth : Cadeau aux supps héraultais, une petite chronique rigolote d'un supporter du MHSC, Paul... >>


Le fil dont vous êtes le héros

aujourd'hui à 15h19 - Label Deschamps : ok ok, je continue donc. En dépit de l'année décevante un fait d'armes déjà mentionné par... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 15h04 - Gones Allons ! : Le PSG rentre justement dans la case top club qui se permet dattirer des coachs etrangers qui... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 15h01 - Run : Disons que la comparaison avec ce que l'on voit de Mazepin est très osée. >>


CDF sound system

aujourd'hui à 14h46 - FPZ : Oui je sais bien, mais je te vois venir, tu cherches discrètement à influencer les votants ! >>


Foot et politique

aujourd'hui à 14h38 - Vas-y Mako! : OLpethaujourd'hui à 09h35La ritournelle de l'union à gauche commence à envahir les médias, et... >>


Manette football club

aujourd'hui à 14h28 - Flo Riant Sans Son : Prey c'est bien. Parce que c'est un immersive sim bien fait, et qu'un immersive sim bien fait est... >>


Santiago Bernabeu

aujourd'hui à 14h23 - KL : Sens de la dérision15/04/2021 à 17h15PiMP my Vahidaujourd'hui à 17h10—Et lorsqu’il... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 14h23 - forezjohn : Je ne serais pas aussi dur dans mon jugement mais c'est pas la série du siècle effectivement. >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)