> article suivant

Libres arbitres

> article précédent

Spirale du beau jeu et de l'audace

> article précédent

Spirale du pire moment de la saison

Spirale de l'ennui et de la frilosité

Il faut un successeur à Ricardo, lauréat de l’édition 2007. Mais cette fois, on ne pourra pas compter sur Laurent Blanc…
Partager
Ils perpétuent leurs méfaits aux yeux de tous, et pourtant, ils restent impunis. Avec leur stratégie du minimum de spectacle, la plupart d'entre eux réussissent même à conserver leur poste, quand ils ne sont pas promus. Il est temps de les confondre...
La Spirale de l’ennui, sorte d’hommage footballistique au cinéma d’Éric Rohmer et au lyrisme des BB Brunes... La Spirale du ressort cassé du football à papa, celle qui ratatinerait tous les carrés magiques et tous les 4-3-3 à ailiers du monde... Le Graal des coaches qui mériteraient que les supporters fassent preuve de la même inventivité pour élaborer des tortures mentales aussi douloureuses qu’un match de leur équipe un samedi soir de janvier.

Quand il recevra cette Spirale, son lauréat pourra enfin légitimement reconnaître des vertus à son sacro-saint bloc équipe bien en place, sa défense à onze ou insister encore et encore sur l’importance primordiale des duels dans le football moderne qui auront eu raison de la concurrence.

Votez pour la Spirale de l'ennui et de la frilosité.

Votez aussi pour :
La Spirale du beau jeu et de l'audace.
La Spirale du pire moment de la saison
La Spirale du meilleur moment de la saison
La Spirale de la résurrection

La Spirale du truc utile
La Spirale du truc inutile
La Spirale de la meilleure performance comique
La déclaration de l'année



Raymond Domenech

"À la demande générale". Voilà pourquoi tu figures ici, Raymond, car dans tous les reproches qui te sont tombés sur le râble après le "fiasco" de l'Euro, il y a celui d'un jeu ancré dans de fausses certitudes défensives qui ont explosé en Suisse sans avoir pourtant jamais allumé de flamme. En réalité, tu payes surtout le seul match à l'issue duquel les Bleus ont pris un point: ce France-Roumanie comateux, ce 0-0 de tension où le manque de fraîcheur n'a pas masqué un manque d'idées et d'ambition indigne de la sélection e de l'enjeu.
Car par la suite, l'équipe de France a attaqué – en se faisant gifler par des Néerlandais qui marquèrent quatre but sur cinq tirs cadrés, puis assommer par des circonstances impitoyables contre l'Italie. On ne sait même pas qui, de la défense ou de l'attaque, est la plus coupable de l'impuissance générale.

Te voilà donc responsable de deux années dont les matches pénibles – qualificatifs et au couteau ou amicaux et sans envie – sont jugés comme des fautes graves, au regard d'un résultat final sans appel. Responsable de consignes enjoignant aux défenseurs centraux, contre les ogres de Piturca, de ne pas passer la ligne médiane. Responsable d'avoir pensé, peut-être, que les plats de la Coupe du monde 2006 allaient repasser. Responsable, enfin, de remplacements entre les matches et au cours de ceux-ci qui n'ont en rien résolu l'inefficacité offensive de ton équipe.
À cause de tout ça, ton successeur (toi-même) se trouve fragilisé et placé sous tutelle par une ribambelle d'incompétents avec pour mission... de restaurer un jeu offensif. Comme si cela se décrétait. C'est finalement cela qu'on te reproche le plus.

Atout
France-Roumanie.
Faiblesse
Il s'en serait pris encore plus dans la gueule s'il s'était planté avec une équipe offensive et rajeunie.


domenech_itw_doigt.jpg
"Cet Euro, il est pour toi, public !"


Claude Puel

En voyant jouer le LOSC ces dernières saisons, il était bien difficile de reconnaître le jeu prôné par Claude Puel lorsqu’il dirigeait l’AS Monaco de Giuly, Gallardo, Simone et Trezeguet – avec lesquels il avait remporté le titre de champion de France 2000. Alors qu’il perpétuait une certaine idée du football sur le Rocher, il s’est métamorphosé en apôtre du pragmatisme en débarquant à Lille.

Au terme d’une saison de transition au cours de laquelle le club aura oscillé entre les frayeurs du bas du classement et une fin de saison permettant de penser à l’Europe, le LOSC a semblé chercher à ne pas perdre bien plus souvent qu’il n’aura affiché l’ambition de gagner. Bilan: champion de France du match nul avec dix-huit partages des points en trente-huit confrontations. Adrénaline, quand tu nous tiens…

Atout
L’enthousiasme débordant de Claude Puel en recevant son trophée promet d’être en phase avec la Spirale décrochée.
Faiblesse
Bon, avec cet effectif et dans ce stade, c'était quand même dur de servir du football champagne.

 
puel_itw.jpg
Claude Puel est en train de porter le record du monde du "je te tiens, tu me tiens" à un niveau stratosphérique.



Victor Piturca

Que celui qui a vu la Roumanie sortir de ses dix-huit mètres pour essayer d’atteindre la ligne médiane nous jette la première pierre. Si elle pouvait atterrir sur les pieds de Victor Piturca, on ne fera rien pour dévier sa trajectoire. Il est des âmes pures qui objecteront que Mutu a tenu les champions du monde en joue avant que Buffon ne détourne son penalty. Ceux-là doueront même de notre bonne foi en ne croyant pas une seconde qu’on ait eu le courage de s’infliger leur troisième match face aux Pays-Bas, en différé après la défaite des Bleus face aux Italiens. Les âmes pures ne se trompent pas toujours.

Il faut reconnaître qu’entamer la compétition face aux deux derniers finalistes de la Coupe du monde pouvait légitimer une certaine prudence dans le jeu. Mais si les Bleus ont subi tant de critiques au terme d’un zéro à zéro plus morne qu’un Lille-Nancy, ils n’étaient pas seuls sur la pelouse. Puisqu’on ne nous a pas offert le scalp de Domenech, Victor Piturca fera une victime expiatoire idéale.

Atout
Pour un monde sans Roumanie-France, votez utile: votez Piturca.
Faiblesse
Allez, les trois téléspectateurs de W9 peuvent nous le dire maintenant: il était comment, ce Roumanie-Pays-Bas, en fait?

 
match_boue.jpg
L'arbitre a refusé de siffler la fin du match entre la France et la Roumanie tant qu'il n'y aurait pas de but. Depuis le 9 juin, on en est toujours à 0-0.


La Grèce, tentant de défendre son titre

En voilà une riche idée: faire payer aux Grecs tout le mal qu’ils nous ont fait, il y a quatre ans. À l’époque, pour cause d'inexistence de nos récompenses, les hommes d’Otto Rehhagel n’avaient pas pu réaliser le doublé Euro-Spirale de l’ennui, alors qu’ils méritaient certainement davantage un trophée de la part des Cahiers que de celle de l’UEFA, avec leurs 1-0 gravés dans le béton.

Quatre ans plus tard, les champions d’Europe ont tenté de conserver leur bien en proposant le même football euh... austère qui leur avait offert le titre. Mais cette fois, la faille spatio-temporelle s’était bel et bien refermée. La Suède, la Russie et l’Espagne ont clos une page du football européen qui, pour être exotique, n’en demeure pas moins l’une des plus fastidieuses de toute l’histoire du jeu. Il était temps.

Atout
La seule équipe à avoir réussi un pire Euro que les Bleus mérite forcément une distinction.
Faiblesse
Confirmé dans ses fonctions, Rehhagel a une chance unique de révolutionner le jeu de sa sélection en s’inspirant des Espagnols et des Russes. Non, on déconne.


nikopolidis_poteau.jpg
Grâce à une caméra cachée, on a enfin compris comment les Grecs avaient gagné en 2004: Nikopolidis déplace ses buts au moment où l’adversaire arme sa frappe.


Le FC Metz de Francis de Taddeo

D’après les mathématiciens, le Francis de Taddeo serait une fonction dérivée du Joël Muller, qui tendrait vers zéro point lorsqu’il accède à la division supérieure. De fait, lucide sur les immenses qualités techniques des Renouard, Strasser, Delhommeau et autre Julien François, Francis fit vite le choix clair et assumé d’un jeu minimaliste, direct et engagé, un spectacle d’une finesse à faire passer le kick’n’rush pour une partie de toque.

Durant dix-neuf journées, il régala les fans du Championnat à l’envers, mais désespéra les supporters grenats à force d’enchaîner les matches indigents, à grands renforts de relances plein axe, de remontées hasardeuses du bloc défensif et de bourdes en tout genre.
À n’en pas douter, si le remplacement de Francis de Taddeo fut un rude coup porté à la Gazette des Cahiers, il fut une bénédiction pour le foot.

Atout
Cette spirale récompensera aussi un public messin qui aura souvent été à la hauteur.
Faiblesse
Débarqué à mi-route, Francis n’eut pas le temps d’aller chercher le record du légendaire Stade Brestois 1979/80.

 
taddeo_poing.jpg
"On lâche rien les gars, hein! Et souvenez-vous: le premier qui essaye de marquer un but, je l'attrape, et je lui pète toutes ses dents!"

Votez pour la Spirale de l'ennui et de la frilosité.

Votez aussi pour :
La Spirale du beau jeu et de l'audace.
La Spirale du pire moment de la saison
La Spirale du meilleur moment de la saison
La Spirale de la résurrection

La Spirale du truc utile
La Spirale du truc inutile
La Spirale de la meilleure performance comique
La déclaration de l'année
Partager

> sur le même thème

Spirale du beau jeu et de l'audace

> Dossier


2009-06-30

Spirale de la déclaration, le vainqueur

3664 électeurs se sont prononcés pour désigner la déclaration de la saison. Qui est aussi la déclaration la plus grave de la saison.


2009-06-23

Spirale de la déclaration, les recalées

Elles n'avaient pas passé le cut de la pré-sélection, mais méritent d'être consignées pour la postérité. 


2009-01-04

Les minutes d'olweb.fr

Pour en finir avec 2008 – Extraordinaire moulin à communiqués plus officiels que ceux du Comité central sous Brejnev, le site de l'OL est resté au taquet toute l'année.


>> tous les épisodes du thème ""