auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> déconnerie

PALMARÈS 2002

> article suivant

Ode à Bruce

> article précédent

Un chaos bleu

> article précédent

Yes We Did

Sparwasser 1974, au-dessus du mur

Un jour, un but - Le 22 juin 1974 à Hambourg, Jürgen Sparwasser inscrit le seul but du match opposant les sélections d'une Allemagne coupée en deux.

Partager

Sur son côté gauche, Erich Hamann reçoit le ballon de son gardien et remonte le terrain à toutes jambes. Passée la ligne médiane, il lève la tête, cherche un peu puis envoie le ballon devant, jusque dans l'arc de cercle de la surface adverse. Trois défenseurs sont à la tombée, et pas des moindres: Vogts, Schwarzenbeck et Beckenbauer. Mais il y a aussi Jürgen Sparwasser, qui s'infiltre au milieu du trio. De la tête, il pousse le ballon sur son côté droit, ce qui lui permet d'éliminer Beckenbauer et de s'ouvrir un chemin. Il s'approche de la ligne des six mètres, feinte une première frappe pour faire plonger Sepp Maier, puis frappe pour de bon, une fois le gardien au sol. Berti Vogts a beau se jeter, la balle de Sparwasser se fiche sous la barre.

sparwasser_1974.jpg


Fraternisation interdite

Sensation à Hambourg : la RDA bat la RFA 1-0. Une victoire historique, clame-t-on aussitôt dans les journaux. N'exagérons rien. La confrontation a bien sûr été suivie pour sa symbolique géopolitique, mais n'a pas pour autant bouleversé le destin du foot. Le match en lui-même n'avait qu'un enjeu minime. Les deux équipes avaient déjà assuré leur qualification et seule la première place du groupe A était en jeu. Cette première place, d'ailleurs, était-elle vraiment enviable qui vous envoyait affronter la Brésil, les Pays Bas et l'Argentine alors que la deuxième vous donnait en apparence un groupe plus abordable avec la Suède, la Pologne et la Yougoslavie ?

Contrairement à la légende, ce RDA-RFA 1974 ne fut pas la seule confrontation des deux Allemagnes, puisque quelques parties olympiques avaient déjà opposé l'équipe amateur de l'Ouest aux athlètes d'état de l'Est. La rencontre de Hambourg n'est pas franchement emballante. La RDA pratique un jeu défensif prudent: on ose à peine écrire qu'elle jouait en bloc et dressait un mur devant l'adversité. En face, la Nationalmannschaft d'Helmut Schön n'en avait toujours pas fini avec ses problèmes internes et cela se ressentait sur le terrain. Même avec un enjeu amoindri, la rencontre se passe dans un climat très tendu. La délégation est-allemande a reçu la consigne de ne manifester aucun signe de fraternité avec les cousins de l'Ouest. Pas d'accolades, ni d'échanges de maillot en fin de match. Ceux-ci auront lieu dans l'intimité des vestiaires, loin des caméras et avec l'approbation des sbires de la Stasi.


Héros sans médaille

Contrairement aux autres disciplines sportives, la Guerre froide a rarement pesé sur les compétitions de foot. Sans doute parce que les Jeux olympiques et ses symboles étaient plus propices à l'affrontement idéologique. Sans doute aussi parce que les USA, à l'époque, n'avaient pas la possibilité de monter une équipe de soccer suffisamment performante pour s'opposer à celle de l'URSS. RFA-RDA 1974 est sans doute le seul match de l'histoire du foot à rappeler que le monde fut coupé en deux durant de longues années.

À leur retour au pays, les vainqueurs de Hambourg ne furent pas vraiment accueillis en héros. De l'autre côté du mur, on avait évité de faire trop de publicité à ce match car il était peu probable que les Allemands de l'Est l'emportent face à Beckenbauer & Co. Même Jürgen Sparwasser, le buteur, n'a pas été appelé pour une éventuelle remise de médaille. Technique, facétieux et indiscipliné, l'attaquant du FC Magdebourg (qui auparavant venait de remporter la Coupe des Coupes contre Milan) n'incarnait pas le prototype de l'athlète made in DDR. Quatorze ans après son but, Jürgen Sparwasser profitera d'un match de bienfaisance disputé à Sarrebruck pour s'échapper et "passer à l'Ouest". Le héros même pas consacré devint un traître à la patrie. Son but de Hambourg était oublié depuis longtemps.

 

 

Partager

> sur le même thème

À pas de Gyan

> du même auteur

Lacombe 1978, le 38 special

Un jour, un but


Christophe Zemmour
2018-07-14

Petit 1998, millénaire nuit

Un jour, un but – Au bout de la Coupe du monde 1998, Emmanuel Petit traverse tout le terrain pour inscrire le dernier but de la compétition. Le millième de l’histoire d’une équipe de France qui décroche alors sa première étoile.


Richard N et Christophe Zemmour
2018-07-12

Zidane 1998, double Z au SDF

Un jour, un but – Le 12 juillet 1998 au stade de France, Zinédine Zidane marque deux fois le même but et assomme le Brésil. Le jour de gloire est arrivé.


Richard N
2018-07-10

Thuram 1998, buteur dubitatif

Un jour, deux buts – Le 8 juillet 1998 au stade de France, des Bleus en difficulté face à la Croatie en demi-finale de leur Coupe du monde se découvrent un buteur inattendu...


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

RT @Annie_Gasnier: L’Arabie saoudite, nouvelle Mecque du football globalisé https://t.co/fd21JhBBqZ

RT @FootballMuseum: #OnThisDay in 1927, fans tuned in to hear the first ever football radio broadcast: a Division One fixture between @Arse…

RT @LiberoLyon: Il n’encense pas Bruno Genesio après la victoire dans le Derby, sa carte de presse lui est retirée https://t.co/J6h2sAhkNR…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

In barry we trust

aujourd'hui à 03h51 - leo : Gouffran directaujourd'hui à 01h00Bonds est le seul dopé avec Pete Rose.---Roger Clemens aussi... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 00h48 - Hok : Je serais assez étonné quand même. On a encore jamais vu un binational aux portes de l'équipe... >>


Les jaunes, héros zen

aujourd'hui à 00h44 - Yul rit cramé : C'est complètement dingue ces témoignages, comme s'il avait senti le danger, mais alors, le... >>


Tu sais ce qu'il te dit Casimir ?!

aujourd'hui à 00h39 - Hok : Votre équipe a été épatante ce soir, notamment les deux joueurs cités par Isaias, mais pas mal... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 00h30 - Flo Riant Sans Son : Non, mais vendredi, je ne suis même pas sûr qu'on doive le jouer ce match. Je ne sais pas si je... >>


Scapulaire conditionné

22/01/2019 à 23h27 - Yul rit cramé : Il déclarait suite à sa signature il me semble :"Il y aura un deuxieme Sala en Premier League"... >>


Coupe de France

22/01/2019 à 23h27 - PCarnehan : Je viens de voir ça. Cette fois, Thierry Henry risque de se faire moins prolixe.A son crédit,... >>


CDF sound system

22/01/2019 à 22h34 - Pascal Amateur : Des contorsionnistes classiques. >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

22/01/2019 à 22h24 - De Gaulle Volant : Sala manque >>


EAG, les paysans sont de retour

22/01/2019 à 22h20 - De Gaulle Volant : Comme le PSG, nous avons fait respecter la hiérarchie.Au bout des prolongations, oui, mais Reims,... >>


Les brèves

L'hutu sportif

"Le houblon rwandais derrière Arsenal." (lequipe.fr)

Un p'tit jaune, Wayne ?

"Rooney arrêté pour ivresse publique." (lequipe.fr)

L'origine du Mondial féminin

"Ada Hegerberg, Ballon d'Or féminin : 'Il y aura toujours des cons'." (lequipe.fr)

Saint Gland

"La cinglante réponse de Franck Ribéry à ses détracteurs." (lequipe.fr)

Et on baise à 13?

"Neymar et 'ses' 26 femmes : la photo polémique." (elle.fr)