auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

> déconnerie

LOSC in translation

> article suivant

CSC collectif

> article suivant

PSG, les maux de la fin

> article précédent

Mascottes : les clés du bestiaire

> article précédent

Je me souviens...

Rocheteau, l'ange vain

Autoportrait craché – Dominique Rocheteau, chevalier de l'éthique de retour chez les Verts, gère sa carrière sans forcer. L'auréole sous le bras.

Partager

 

À l'époque, je ne supportais pas qu'on m'appelle l'Ange vert. Aujourd'hui, le malentendu ne me gêne plus. J'écoutais Dylan quand la France s'adonnait à Sardou, et j'avais les cheveux plus longs de quelques centimètres que la moyenne de mes contemporains, en cette époque pileuse. Mais j'étais beaucoup trop sage pour incarner un George Best à la française. Deux cartons jaunes dans toute ma carrière, l'épopée stéphanoise et la naissance du PSG, 49 sélections dans la plus belle équipe de France de l'histoire: un parcours céleste, quoiqu'un peu marqué par la fatalité avec Glasgow et Séville comme points d'orgue.


Éthiqueté

On me disait décalé dans le milieu du football, mais c'est quand il a fallu quitter le terrain que je n'ai plus réussi à trouver ma place. Agent de joueur, premier rôle à contre-emploi. "J'étais parti dans cette voie plus par philosophie que pour le business", ai-je dit un jour. Avec Ginola et Pedros comme clients, je pouvais repasser, pour la philosophie. J'ai continué avec les erreurs de casting, mais chez Pialat, pour Le Garçu avec Depardieu. Pas très concluant, mais pas pire que Cantona, l'autre rebelle présumé du foot français.
J'ai pantouflé chez Darmon, qui a souvent fait dans le social pour les anciennes gloires. Je me suis attelé, mollement et en pure perte, à presque tous les projets de second club à Paris: Saint-Denis-Saint-Leu, Red Star, Paris FC. Et puis j'ai créé mes stages de foot à Royan en 2003, après les autres mais comme les autres. Ça au moins, ça marche. J'ai aussi fait le consultant plan-plan pour Stade 2 et Radio France, chez Vendroux. Ah, Vendroux... C'est bien au Variétés Club de France qu'on fait les plus belles carrières dans le football français, si vous l'ignoriez.

rocheteau_auto2.jpg

La mienne, je l'ai surtout faite dans l'éthique. Président du Conseil national de l'éthique de la Fédération dès sa création en 2002. Le truc le plus inutile de la terre. Du bénévolat, heureusement. Missions: "Informer les organes supérieurs du football des faits susceptibles de nuire à l'image du football". Comme si les organes supérieurs n'avaient pas la télé. On s'est battus pour avoir un pouvoir de sanction, avant de demander à ce qu'on nous le retire, puisque nos décisions finissaient toujours par être cassées.
Je remerciais les présidents de club quand ils daignaient répondre à nos convocations après avoir insulté un arbitre en plusieurs langues. On s'est fait Fiorèse, quand même. On ne l'a pas raté. Il faut dire qu'il était à terre. Le reste du temps, j'ai avalé les couleuvres, essuyé les affronts. "Notre action est peut-être vaine, j'ai parfois le sentiment de me battre dans le vide". Les gens me demandaient souvent pourquoi je ne démissionnais pas, mais ça allait bien à mon spleen, cette inutilité.


L'ange vert du décor

Et puis c'est porteur, l'éthique. Il faut des vrais spécialistes comme moi, qui ont bien compris qu'en réalité tout le monde s'en fout, de l'éthique. La preuve: je suis aussi membre du Comité d'éthique de la FIFA. Il y a plein de petits boulots: après les sifflets de France-Tunisie, Laporte m'a demandé de présider un groupe de travail afin d'améliorer le civisme dans les stades. Il y avait Roustan dans le groupe, alors pour le travail, on ne craignait rien. Après, c'est Bachelot qui m'a confié une commission "pour réfléchir aux moyens à mettre en œuvre pour combattre la violence dans les stades". Les missions impossibles, personne ne te reproche de ne pas les mener à bien. J'ai gardé une image de missionnaire – d'ailleurs je parraine un centre de formation à Hô Chi Minh-Ville et je pigeais encore tout récemment pour Sportfive (ancienne maison Darmon) au profit du marketing de la Coupe de France.
Les malentendus ne se dissipent pas. Je porte des polos Lacoste, j'ai cautionné "l'outrage à l'hymne national", et il y en a encore pour me croire de gauche. Je ne suis pas de droite pour autant, notez bien: je m'applique à être le moins de choses possible. "Il n'est ni bon, ni mauvais, il est différent", a dit de moi Patrick Chêne. Pas mal. En tout cas, j'ai compris que l'Ange vert, c'était mon ange gardien, et je me suis réconcilié avec lui. Le titre de ma biographie en 2005: On m'appelait l'Ange vert. Je vous montrerai mes ailes, un jour.

rocheteau_auto1.jpg

À cinquante-cinq ans, pourtant, j'ai décidé qu'il était temps de me lancer, et j'ai répondu à l'appel de l'AS Saint-Étienne. Ils m'ont préféré à Sagnol, probablement parce qu'ils savaient que je n'allais fâcher personne, alors que Willy avait déjà énervé tout le monde. À mon arrivée, j'ai bien précisé que je venais d'abord pour observer, que mes responsabilités n'étaient pas très définies. Pas question de changer mes habitudes. Et puis au bout de deux mois, l'ASSE est en tête du championnat, les médias nous refont le coup du retour des Verts. Je n'ai rien eu le temps de faire, mais on m'en attribue déjà le mérite. J'ai pourtant pris garde de rester dans l'abstrait: je suis là pour restaurer les "valeurs" du club, je l'ai bien martelé.
Maintenant, Romeyer me demande de remplacer Comolli, qui ne servait à rien. Un rôle sur-mesure pour moi. Me voilà vice-président du conseil de surveillance, conseiller spécial du président, membre de la cellule de recrutement, chargé d'un plan de développement sportif... S'ils créent une sous-direction de l'éthique, je sens qu'elle sera pour moi.


rocheteau_perret.jpg
Commencer avec la tête de Rimbaud jeune et finir avec celle de Pierre Perret vieux, c'est toujours mieux que de finir avec la tête de Rimbaud vieux.

AUTOPORTRAIT CRACHÉ : CHRISTOPHE DUGARRY
AUTOPORTRAIT CRACHÉ : PIERRE MÉNÈS
AUTOPORTRAIT CRACHÉ : MICHEL SEYDOUX

Partager

> sur le même thème

Gomistifiés

Autoportrait craché


Jérôme Latta
2016-10-27

Vendroux, les copains d'abord

Autoportrait craché – Vétéran du journalisme sportif, directeur des sports de Radio France: Jacques Vendroux, c'est un demi-siècle de carrière à la maison, entouré de sa famille et de ses amis.


Jérôme Latta
2014-12-17

Henry, la cheville des plus grands

Autoportrait craché – Je suis Thierry Henry, trente-sept ans, ancien footballeur professionnel. Je suis l'attaquant qui célébrait ses buts sans joie, ce qui a été mal compris. Je poursuivais d'autres buts, tout simplement. 


Jérôme Latta
2013-01-09

Mes lauriers dans la soupe

Autoportrait craché : Vincent Duluc - C'est le meilleur d'entre eux, mais on le connaît finalement assez peu: nous l'avons fait parler.


>> tous les épisodes de la série "Autoportrait craché"

Sur le fil

Aston Villa, West Ham, Burnley… Le match des maillots claret and blue: https://t.co/LRRjT8rtjt Par @richardcoudrais https://t.co/ErX898qwhD

Et à la fin, le PSG craque… Étude des buts encaissés par Paris dans le dernier quart d’heure en Ligue des champions… https://t.co/0qeSRVzwan

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 01h34 - LYon Indomptable : Je viens de lire le tract des Bad Gones.Bala, too qui les as connus un temps, dis leur de ma part... >>


Déclarama

aujourd'hui à 01h18 - Portnaouac : Le probleme, ce n'est pas tant le sujet du propos que le propos lui-même.En gros, s'il est bien... >>


Le Ballon d'Or (ne pas le réveiller)

aujourd'hui à 01h06 - Milan de solitude : Et l'équipe-type avec De Gea et Dani Alves... Et Hazard en relayeur... Est-ce bien la peine de... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 01h03 - Milan de solitude : "Forain" en vieux français, qui doit tirer son origine de "fors", c'est-à-dire "hors", je... >>


Observatoire de la violence dans le football

aujourd'hui à 00h10 - asunada : Je suis abonné au virage Nord et pour rappel, le virage Nord, pour ses anneaux inférieur et... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 00h09 - le Bleu : Moi, il y a quinze ans, je rêvais d'une adaptation de Quatrevingt-treize de Victor Hugo, par... >>


CdF Omnisport

24/09/2018 à 23h33 - patrice : pelecanosaujourd'hui à 02h35- - -j'ai commencé à regarder cette histoire de niveaux de jeu. A... >>


Observatoire du journalisme sportif

24/09/2018 à 23h33 - L'amour Durix : C'est toujours facile de critiquer le résultat de ce type d'exercice mais le 11 type FIFA est... >>


LA GAZETTE : Les gestes / Les antigestes

24/09/2018 à 21h56 - Moravcik dans les prés : Geste :Le ballon laissé passé par Edinson Cavani pour Angel Di Maria, comme une passe décisive... >>


Lost horizons

24/09/2018 à 21h41 - nima : Lisbonne, c'est top!J'y vais souvent pour le boulot, mais il faut que je m'établisse là bas... >>


Les brèves

Onanapa

“L'Ajax refuse de laisser partir Onana à l'OM.” (foot01.com)

Monaco 2004

“Ils ont failli rejoindre l'OM.” (lequipe.fr)

Sans-Gênes

"Le PSG offrirait un pont d'or à Ivan Rakitic !" (madeinfoot.com)

José fourrait

"Mourinho, l'amour dure trois ans." (lequipe.fr)

Alcolo décanté

"Wenger en 'cure de désintoxication'." (lequipe.fr)