auteur
Toni Turek

 

Überfan des footballs d’Allemagne et d’Autriche, passés et présents. Taulier de la Ventre Mou's League.


Du même auteur

> déconnerie

Sur la grille

> article précédent

Euro : Super-16 contre Fat-24

> article précédent

Un carton dans la valise

Salzbourg, encore…

Pour la première fois depuis 2005 et l’arrivée du groupe Red Bull, le club de Salzbourg réalise le doublé Coupe-Championnat au terme d’une saison parfaite… en apparence seulement.

Partager

Champion d’Autriche, vainqueur de la Coupe, meilleure attaque, meilleure défense, meilleure équipe à domicile, et à l’extérieur, meilleurs buteur et joueur: trophées et distinctions pleuvent chez le club taurin en ce printemps. Mais cet empilement de titres masque le fait que les "Taureaux Rouges" n’ont pas tout écrasé sur leur passage.

 


Du mou chez les Taureaux

Avec un sponsor comme Red Bull, le seul objectif est le titre. Mais la conquête de la quatrième couronne de l’ère Red Bull a été ardue. Presque aussi laborieuse qu’en 2010, où le titre avait été conquis à l’ultime journée avec un et trois points de marge sur les clubs viennois; et bien plus ardue qu’en 2007 où les Roten Bullen avaient fêté leur premier sacre avec 19 points d’avance sur le dauphin (et une différence de buts de +47 contre +5). De fait, la saison 2011/12 a été inégale. Les deux premiers mois? Conformes aux attentes: cinq succès et aucun revers, trois buts encaissés en huit journées, tout va bien. Mais à jouer sur trois tableaux, l’équipe ne tient plus le rythme, et tombe dans une spirale négative record de sept matches d’affilée sans succès. Frustré et cinquième (5V, 5N, 5D) à sept points de la première place à la 15e journée, le club taurin démarre sa remontée en explosant 6-0 la lanterne rouge.

 

 

Dès son élimination en Europa League, Salzbourg se recentre sur l’objectif initial. Profitant des effondrements conjugués de l’Admira, de l’Austria et du champion d’automne Ried, Salzbourg reprend "sa" première place aux deux tiers du championnat. Rien de très convaincant toutefois: à la 28e journée, Salzbourg affiche une moyenne de 1,64 point par match… Néanmoins, Salzbourg termine la saison en trombe sur une série de sept succès, et finit avec six points d’avance sur le Rapid de Vienne, seul rival crédible. Bilan salzbourgeois: un cru 2012 acceptable, mais lié à l’inconstance de la concurrence proposée. Ce qui n’est pas nouveau [1].

 


L'échec de la légion étrangère

Pour renforcer un secteur offensif anémique (53 buts marqués en 2010/11), Salzbourg a fait passer pro l’Espoir Teigl, et venir l’international Maierhofer, prêté à Duisbourg et qui cherchait à se relancer après un passage raté en Angleterre. Le bilan de l’attaque 2011/12 déçoit: les 60 buts inscrits sont le deuxième plus faible total de buts marqués par les Taureaux, très loin des 86 de 2008/09. Surtout, la légion étrangère a été en échec: l’Uruguayen Boghossian a été prêté à un club de son pays, le Hollandais Bruins et le Brésilien Alex Rafael sont partis dès l’hiver après de rares apparitions. Plus sollicités, l’Argentin Zárate et l’Espagnol Soriano ont rarement été décisifs; seul le Brésilien Leonardo s’est distingué avec 10 buts et 11 passes décisives. La révélation eût pu être le jeune Brésilien Alan, arrivé en 2010 pour 3,5 millions d'euros et auteur d’onze buts en autant de matches en juillet-août 2011, mais une rupture des ligaments croisés a mis fin à sa saison dès la fin août.

 


Jantscher et Maierhofer.

 

En fait, si le club salzbourgeois comprend deux tiers d’étrangers dans son effectif, ce sont les Autrichiens qui ont sauvé le secteur offensif du marasme. Wallner, meilleur buteur 2010/11 du club, n’a pas conservé un statut de titulaire et est parti en janvier, mais le duo Jantscher-Maierhofer a lui inscrit 33 buts toutes compétitions confondues, 28 en Bundesliga autrichienne. Un atout salvateur pour Salzbourg… et prometteur pour l’équipe nationale d’Autriche.

 


Remaniements défensifs

Sa série de sept matches sans victoire, au cours de laquelle seize buts ont été encaissés, a été l’occasion pour le club de promouvoir l’Allemand Walke comme gardien titulaire aux dépens de Gustafsson. La ligne arrière a aussi été remaniée, fréquemment: seul l’Ougandais Segyaka a été titularisé plus de vingt fois en championnat. Les recrues ont déçu: l’Espagnol Chema Antón n’a plus joué depuis la 5e journée et son unique titularisation, tandis que le latéral brésilien Jefferson n’a pas passé la trêve. Enfin, le jeune défenseur et capitaine Martin Hinteregger a été banni du groupe pro pour quelques jours… pour être allé se consoler d’une défaite en allant boire quelques bières.

 

Avec 39 points sur 54 pris dans la Red Bull Arena, l’équipe 2011/12 de Salzbourg n’aura pas été souveraine chez elle. La faute à une attaque déficiente: les Taureaux n’ont scoré que 32 fois à domicile. À l’opposé, la défense aura établi un record: la ligne arrière n’a cédé qu’à 7 reprises en 18 matches à domicile. Contrecoup: Salzbourg est l’un des clubs chez qui les fans voient le moins de buts, ce qui explique une diminution de la fréquentation (5.000 spectateurs seulement pour la réception de Mattersbourg – record à la baisse).

 


La moins autrichienne des équipes

L’ailier salzbourgeois Jakob Jantscher a été désigné meilleur joueur de la saison par les présidents, managers et entraîneurs des dix clubs de l’élite. Le natif de Graz a fini la saison avec 14 buts en championnat (plus 4 en Coupes), devenant le meilleur buteur du championnat, ex aequo avec son coéquipier Stefan Maierhofer. Toutefois, même méritée, cette consécration doit être relativisée: ces 14 buts sont le minimum d’un siècle de championnat [2].

 

 

Salzbourg est connue pour être l’équipe la moins autrichienne de toutes, avec une armada de légionnaires venus d’horizons aussi variés que l’Ouganda, l’Uruguay, la Slovaquie, l’Espagne, la Finlande et le Brésil… Cette année, plusieurs transferts ont été ratés. Pour autant, le club taurin a réagi vite, pour un bon résultat au final. Surtout, les dirigeants salzbourgeois n’ont pas procédé comme l’Austria de Vienne, qui a déréglé son équipe en cédant ses deux meilleurs joueurs pour raisons financières à la trêve. Enfin, il faut signaler que malgré les difficultés, Salzbourg a conservé sa confiance au Néerlandais Ricardo Moniz. Cela n’était pas gagné d’avance: le club taurin n’a jamais hésité à dégager un entraîneur par le passé [3], et cette année, trois autres clubs du haut de tableau ont fait le ménage. [4]

 


Dans la galaxie Red Bull...

Ce doublé Red Bull Coupe/championnat est le premier. Salzbourg n’est habituellement pas une équipe de Coupe mais, cette fois, le succès a été au rendez-vous… en partie grâce à un parcours qui lui a proposé deux clubs amateurs et un club de D2, puis sa propre réserve (!) et enfin la lanterne rouge de D2 avant d'affronter le seul membre de l’élite sur sa route, le SV Ried – vainqueur en 2011. Il n’en est pas allé de même en Coupe d’Europe. N’ayant pas remporté le championnat en 2011, Salzbourg a dû jouer l’Europa League; après avoir éliminé des clubs letton, slovaque et chypriote, le club autrichien a passé avec succès la phase de groupes – aux dépens du PSG – pour ensuite s’écrouler contre le Metalist Kharkov (0-4, 1-4).

 

Au final, si la saison 2011/12 restera dans l’histoire des Red Bull, ce sera plus pour le doublé que pour la manière dont celui-ci a été obtenu. Elle mettra du baume au cœur de Mateschitz: le big boss multimilliardaire de Red Bull a en effet vu son club des Red Bull Leipzig rater la première place de son groupe de D4 en Allemagne, échouant dans sa tentative d’accéder à la dritte Liga. À défaut d’atteindre l’Europe avec le club de l’ex-RDA, il pourra espérer qu’enfin les Red Bull Salzbourg franchiront un palier et accéderont aux poules de la prestigieuse Ligue des champions. D’autres axes de développement sont envisagés. D’abord, favoriser et réussir les transferts au sein de la "galaxie Red Bull" [5], ce qui garantirait un effectif suffisant en qualité pour pouvoir jouer sur tous les tableaux. Ensuite, un partenariat est envisagé pour la réserve des Red Bull Juniors, qui permettrait de récupérer la licence d’un club pro qui servirait de prête-nom pour faire jouer les Juniors en D2 [6]… à moins que ladite D2 ne repasse bientôt à seize clubs. Jusqu’où ira Red Bull pour étendre son réseau…

 

 


[1] Pour mémoire sur la saison 2010/11, lire "Chute libre".
[2] Avec les Red Bulls Salzbourg, Janko (39 buts en 2008/09) et l’Allemand Zickler (22 buts en 2006/07, 16 en 2007/08) ont fini meilleurs buteurs du championnat. En 2010/11, Wallner avait inscrit 18 buts. Jantscher et Maierhofer ont profité d’une concurrence très faible: parmi les rivaux en lice, Hofmann (Rapid) n’a jamais été dans le coup, Barazite (Austria) est parti au mercato, Linz (Austria) a été relégué sur le banc voire dans les tribunes, et le Croate Bodul (Sturm) a été transparent cet hiver.
[3] En cinq ans, Red Bull a viré Jara et Stevens, et n’a pas conservé Adriaanse malgré un titre.
[4] Foda a été dégagé du Sturm pour mésentente avec son président, Daxbacher limogé de l’Austria à la trêve pour laisser la place à Vastic, et Gludovatz viré de Ried après l’annonce de son départ au Sturm cet été.
[5] Wallner de Salzbourg à Leipzig, Alex Rafael et Jefferson de Campinas à Salzbourg: les transferts "intra-Red Bull" ont été des fiascos cette saison.
[6] Depuis 2010, les réserves ne sont plus admises dans les deux premières divisions. A compter de cet été, elles ne le seront plus en Coupe.

Partager

> déconnerie

Tabloïd, numéro 5

> sur le même thème

Du jaune au noir

Le football d'ailleurs


Ilf-Eddine alias Raspou
2019-04-06

L'USMA, le chant de l'Algérie

Les ultras algériens sont au cœur du soulèvement actuel. Comme ceux de l'USMA, aussi musiciens que supporters, dont les chansons sont reprises par tout un peuple. 


Guillaume Balout
2018-10-09

C’était la Serbie-et-Monténégro

Avant d’être un match de Ligue des nations, Serbie-Monténégro désignait la dernière mutation de la Yougoslavie de 2003 à 2006. Entre règlements de compte mafieux, matches arrangés et autodestruction, le foot serbo-monténégrin marquait aussi le crépuscule d’une génération maudite.


Jérémy Lison
2018-07-05

Pendant ce temps-là, l’Eire de rien

Juin 2018. Tandis que les passionnés de foot avaient les yeux rivés vers la Russie pour suivre la Coupe du monde, en Irlande, on jouait la 22e journée d’Aitricity League.


>> tous les épisodes du thème "Le football d'ailleurs"

Le forum

Paris est magique

aujourd'hui à 22h54 - ORRG : Hé ho, les banlieusards du nord, c'est fini de squatter le fil avec vos histoires de poubelles et... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 22h53 - Roy compte tout et Alain paie rien : Un petit historic GP ou Masters Endurance Legend c'est pas mal aussi. Ca fait du bien aux oreilles ! >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 22h41 - Joswiak bat le SCO : Je suis tellement en train de gole-ri depuis 10 minutes que je me demande si je vais réussir à... >>


Le fil prono

aujourd'hui à 22h17 - coach_mimi : Coty Week 3Titans@Jaguars 20-23 >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 22h17 - Joswiak bat le SCO : Ouais c'était moyen. Désolé du pavé dans la mare, mais Rennes ne devrait pas faire mieux que... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 22h10 - gurney : syleaujourd'hui à 16h25Du coup... et si "les individualités" n'étaient pas si fortes que ça ?Et... >>


Ligue Europe, la coupe de l'UEFA

aujourd'hui à 21h36 - lyes : Sympa cette première soirée d'Europa League, ça part dans tous les sens. >>


Sondages idiots

aujourd'hui à 21h23 - Lionel Joserien : Lens alignera en finale une équipe exclusivement composée de pédophiles chômeurs consanguins. >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 20h42 - Label Deschamps : Je n'avais pas suivi les tentatives de qualification allemandes mais s'ils en sont à prendre des... >>


Coupe de la Ligue

aujourd'hui à 20h11 - 12 mai 76 : Charterhouse11aujourd'hui à 19h48Sans doute la banderole la plus drôle que j'ai pu voir.- - -Je... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)