auteur
Philippe Rodier

 

Auteur de "L'entraîneur idéal" (éd. Hugo Sport) et "Jouez sérieux" (éd.Marabout).

 


Du même auteur

> article précédent

Fautes ! (de langage)

Real, OL : quel est le bon moment pour arriver sur un banc ?

S'il veut que son banc soit un fauteuil et non un siège éjectable, un entraîneur a intérêt à s'y installer dans le bon timing. Soit, pour le futur coach de l'OL, plutôt celui de Zidane que de Benitez à Madrid.

Partager

 

Suspendu de ses fonctions d’entraîneur de l’Olympique lyonnais par sa direction, Sylvinho laisse derrière lui un projet à peine démarré au côté de Juninho. Le club rhodanien va devoir trouver un nouvel entraîneur pour mener à bien son projet sportif aux côtés de l’ancienne gloire lyonnaise.

 

Tandis que les noms de Laurent Blanc et d’Arsène Wenger circulent déjà, prenons le temps d’effectuer un léger retour en arrière autour de cette question: quelle est la place du timing et de l’intronisation d’un entraîneur dans sa réussite au sein d’un nouveau club?

 

 

 

 

Le choix du superlatif

C’est une vielle maxime souvent entendue dans les cours de vente ou de commerce: "Vous n'aurez pas deux fois l'occasion de faire une première bonne impression". Le 3 juin 2015 – à la surprise générale –, Rafael Benitez rejoignait le Real Madrid pour succéder à Carlo Ancelotti.

 

L’ancien entraîneur de Liverpool concrétisait ainsi son rêve de prendre la tête du club au sein duquel il avait effectué ses classes en tant qu’entraîneur-joueur, puis entraîneur des jeunes. Le "rêve d’une vie". D’ici peu: l’échec le plus cuisant de sa carrière…

 

Par ses propres soins (et par son manque de "tact", principalement), le Madrilène allait immédiatement rompre le contrat de confiance qui aurait pu l’unir à son groupe. Peu de temps après son arrivée, interrogé sur le niveau de Cristiano Ronaldo (leader incontesté de son vestiaire), il le juge comme "l’un des meilleurs joueurs au monde", précisant "qu’il est suffisant d’utiliser ces termes" pour le décrire.

 

Une semaine plus tard, le discours n’est plus le même: CR7 est devenu LE meilleur joueur au monde: "En le voyant travailler en direct, on se rend compte du compétiteur qu’il est, qu’il aime gagner, et de sa qualité. C’est le meilleur joueur au monde. J’aimerais que tous mes joueurs possèdent la même envie de gagner".

 

 

La clé USB du vestiaire

En voulant faire preuve de franchise, Benítez a probablement heurté Cristiano Ronaldo, quand Carlo Ancelotti prenait soin de mettre en valeur la star de son groupe, développant un lien de proximité avec elle dès son arrivée. Certains leaders ont besoin de savoir qu’on les considère comme une force divine sur la pelouse – ou sur le ring –, à cajoler sur et en dehors du terrain.

 

D’après la légende, Benítez aurait même chargé l’un de ses adjoints de donner à Cristiano Ronaldo une clé USB comportant des vidéos des secteurs sur lesquels le Portugais pouvait encore progresser. Réponse du quadruple Ballon d’Or: "Dites à Benítez que je vais lui envoyer une clé USB avec tous mes buts".

 

Ajoutez à cela la rumeur sur le fameux régime demandé par Florentino Pérez en personne à son entraîneur – et le remplacement surprise de Carlo Ancelotti, entraîneur adoré par son vestiaire –, et vous obtenez une arrivée dans les pires conditions pour échouer. La présence de Zidane dans la "salle d’attente" n'arrangeait rien. 

 

Dans les faits, si Benitez n’avait probablement pas la carrure pour assumer le rôle d’entraîneur (manager) d’un club aussi prestigieux, rien n’a été mis en place pour lui permettre de réussir. Le 4 janvier 2016, Zidane prendra ainsi sa succession dans un timing idéal: celui du pompier de service.

 

 

Entraîneur à la bonne heure

Bien sûr, il serait aisé de dire que Zidane a réussi parce qu’il a profité d’un climat plus "positif" que Benitez. Du fait de son statut d’ancienne gloire du club, mais aussi grâce à sa position d’ancien adjoint d'Ancelotti.

 

À l’inverse de Benitez, Zidane connaissait son vestiaire avant sa prise de fonction et bénéficia d’un timing idéal à son arrivée. Surtout, l’ancien numéro 10 tricolore prenait l’équipe en cours de saison, avec une pression moindre. Dans le scénario inverse d'un Zidane sans expérience succédant à Carlo Ancelotti (vainqueur de la decima), la situation aurait été sans doute bien moins favorable.

 

Pour simplifier, dans cette position, Zidane avait une demi-saison pour s’essayer au "pilotage" avant d’entamer son véritable cycle à Madrid. À l’inverse d’un Thierry Henry rejoignant Monaco, Zidane avait également eu la patience de refuser des projets plus "complexes" (Bordeaux, principalement) pour lancer sa carrière.

 

Forme de "facilité" ou marque d’intelligence dans le choix de son projet? Quoi qu'il en soit, les mérites de Zidane dans sa réussite à Madrid ne sont pas à minorer: profiter d’un climat dit "favorable" n’est pas un gage de réussite. Cependant, l’inverse assure d’exercer dans un contexte délétère.

 

 

 

 

OL: même joueur joue encore

Pour revenir à Lyon, le parallèle entre l’arrivée de Benitez à Madrid et celle de Bruno Genesio est évident: une pétition de contestation immédiate et l’assurance d’être pris en grippe par une partie des supporters dès sa prise de fonctions.

 

Si cet aspect ne peut dédouaner l’ancien entraîneur du club rhodanien de ses performances au niveau "technique", il faut reconnaître que le contexte n’aura jamais été propice pour effectuer son travail convenablement.

 

Après l’entame d’un nouveau cycle avec l’arrivée de Juninho – et malgré l’échec Sylvinho –, l’OL doit désormais continuer sa mue vers un modèle où le pouvoir n’est plus autant représenté par le seul président. Le fait d'avoir nommé un jeune entraîneur à la tête d’un club comme l’OL constitue-t-il une erreur? Facile à dire a posteriori…

 

Là encore, le timing n’était pas propice à cette arrivée. Dans sa position de jeune directeur sportif au sein d’un club en restructuration, Juninho ne peut pas encore assumer pleinement ses fonctions. Or cette position requiert une figure forte pour incarner le projet mené par l’OL.

 

 

L'homme et le moment

Si Jean-Michel Aulas reste comme annoncé "en retrait" afin de se concentrer principalement sur le développement de l’OL à l’échelle nationale et internationale, la transmission de pouvoir au sein d’un tel club ne peut s’accomplir par le simple recrutement d’une ancienne gloire du club.

 

La présence d’une partie de l’ancien staff de Bruno Genesio pose d'ailleurs une autre question: ce choix garantissait-il les meilleures conditions pour permettre à Sylvinho de réussir?

 

D’ici peu, Laurent Blanc pourrait prendre la tête du club, peut-être flanqué de son fidèle adjoint, Jean-Louis Gasset. Intronisé en 2013 comme le huitième choix du PSG (derrière tout le gratin européen). Le Cévenol profitera, lui, d’un timing idéal pour entamer un nouveau cycle en cas d’arrivée à l’OL.

 

Lui ou un autre sera attendu comme l’homme idéal pour mener à bien un projet sportif (et non comme la dernière roue du carrosse). Attention, tout de même, à l’erreur de jugement: un climat positif dès l’arrivée d’un nouvel entraîneur peut également conduire à surévaluer ses performances. Du côté de Manchester, on s'en rend mieux compte jour après jour.
 

Partager

> sur le même thème

Qui a l’orgueil mal placé ?

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


La rédaction
2019-10-21

« Contredire l'idée que le 10 aurait disparu »

Pour la sortie de L'Odyssée du 10, nous avons posé dix questions à ses auteurs. Ils ont distribué les transversales. 


Les Dé-Managers
2019-10-08

“L’Odyssée du 10”, un livre au cœur du jeu

Troisième ouvrage des Dé-Managers, L’Odyssée du 10 (sortie le 24/10) propose une plongée dans le mythe et l'histoire technico-tactique du numéro 10.


Gilles Juan
2019-09-30

Qui a l’orgueil mal placé ?

Les polémiques récentes concernant Neymar, Cristiano Ronaldo et Areola ont posé cette question: un joueur est-il dans son bon droit en célébrant un souvenir qui blesse ses nouveaux supporters? 


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"


Le forum

World Cup, the road to Doha

aujourd'hui à 16h22 - vertigo : D'ailleurs à la lecture de cette sanction Sergio Ramos a immédiatement levé le bras pour... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 16h20 - gurney : Sens de la dérisionaujourd'hui à 16h11Garcia était un entraineur beaucoup plus dans l'ère du... >>


Messages de service

aujourd'hui à 16h19 - Le Pobga du Coman : Justement, je voulais demander ça. Je pensais Toy Story... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 16h17 - JauneLierre : Dans les historiques de Magic (mushroom), il y avait aussi Ph. Jugé qui s'était reconverti...... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 16h10 - Nicordio : Nemanja a donc doublé Valere au classement des buteurs de l’OM en ligue 1 cette saison.Plus... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 16h09 - Mallardeaufraiche : En fait, ta désertion sur TF1 nous a porté la poisse et nous a couté le match ! Je ne te... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 16h03 - Toni fils brillant : @tonton"Ce n'est rien d'autre que du placement produit (plutôt qu'une subvention), qui donne une... >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 15h57 - suppdebastille : Je me souviens d'un formidable PSG Nantes 5-0 avec des buts exceptionnels de Rai et Yuri notamment... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 15h37 - beltramaxi : Sans oublier le sombrero/contrôle/passe de Bernat à l'origine du 3ème. >>


Liga, prisma de luz

aujourd'hui à 15h17 - Sens de la dérision : leo08/12/2019 à 22h14Le but de l'année, voire de plusieurs années. Absolument extraordinaire... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)