auteur
Pierre Martini

Du même auteur

> article précédent

Lescure, tour de stade

Qu'est-ce qu'on fait des rations?

L'organisation de la Coupe des confédérations, en France et en juin prochain, fait déjà parler d'elle et met Santini sous pression. Indispensable session de travail pour les sélections et joli tournoi international, ou épuisant rendez-vous pour stars démotivées et équipes B?
Partager
Si spontanément, on trouve des raisons de se réjouir de voir l'équipe de France évoluer sous nos fenêtres (du moins à Paris, Lyon et Saint-Étienne), il est difficile d'ignorer le contexte de ce rajout à un calendrier déjà très problématique, alors qu'une lutte sans merci a été engagée par l'élite des clubs contre le football de sélection (voir Qui veut la peau des internationaux?). Il faut rappeler que la France, "condamnée" à y participer à la fois en tant que détentrice du titre et championne d'Europe, s'est portée volontaire pour son organisation afin d'éviter un déplacement dans les lointains (et les polémiques qui accompagnent les périples des Bleus). Pour le moment, le Japon, le Cameroun, la Colombie, les Etats-Unis et le Brésil sont invités, en attendant un huitième encore indéterminé (l'Espagne serait candidate moyennant un report d'une semaine). Comme une verrue Il reste que placée du 18 au 29 juin, cette Coupe — dont la FIFA a programmé la mort après l'édition allemande de 2005 — ampute immanquablement la période de récupération des joueurs. Pour la sélection française, cela signifierait d'avoir disputé de tels tournois à la fin des quatre saisons précédant l'Euro portugais (Euro 2000, Coupes des confédérations 2001 et 2003, Mondial 2002). Sachant ce que cela nous a valu en Corée d'arriver avec des joueurs cramés, on peut douter de la pertinence du rendez-vous. D'autre part, le rassemblement des internationaux sera rendu particulièrement problématique par des championnats européens qui finissent à des dates différentes (le Real, par exemple, finira la Liga le 22 juin…).

On fera tout ce qu'il voudra, mais de grâce, qu'il arrête de nous regarder comme ça.
(vu sur le site de la fédération)
Coupe franche La question se pose alors de ce que vont vouloir en faire les sélectionneurs concernés, alors que les pressions des clubs sont déjà sensibles. Pas besoin d'être un profiler du FBI pour se douter que les stars de la sélection vont rechigner à participer à ce séminaire de fin de saison. Jacques Santini a demandé un changement de dates (report de quelques jours) ou un changement de formule (avec moins d'équipes). Indépendamment de cela, quelle équipe composera-t-il? À un an de l'Euro, il sera tenté d'appeler ses "titulaires", mais il pourrait se résoudre à les ménager et à passer en revue les postulants ou les espoirs… Un compromis est le plus probable, avec un panachage proche de celui réalisé par Roger Lemerre à l'occasion de l'édition 2001. En obligeant à sacrifier un rassemblement qui serait très profitable— sur le plan sportif — à des sélections trouvant de plus en plus difficilement le temps de travailler, on en arrive à cette situation absurde qui fait payer au calendrier des équipes nationales le prix des dérives du calendrier des clubs, principales responsables du bordel ambiant. On va voir dans cette affaire qu'elle sera l'attitude de Jacques Santini, accusé d'avoir été désigné par le lobby du foot pro. Aura-t-il quelques complaisances à l'égard des intérêts des clubs, sera-t-il influencé par ses collègues Houllier ou Wenger?
Partager

Les Bleus


MinusGermain
2020-09-10

Zones blanches pour les Bleus

Infographies – Huit départements n'ont jamais fourni d'internationaux à l'équipe de France. Explorons ces déserts footballistiques et recensons leurs représentants chez les pros. 


Jérôme Latta
2020-07-29

Revoir Guadalajara

Une Balle dans le pied – Qu’est-ce qui fait le mythe d’un match comme France-Brésil 1986, faut-il sortir de la légende du football une rencontre qui y est entrée, que peut-il en rester ?

 


Mevatlav Ekraspeck
2020-06-11

1986-1990 : les années noires des Bleus

[Épisode 1/3] Quand l'ère Platini s'achève, l'équipe de France plonge dans un tunnel de quatre années ratées. De nombreux joueurs y laisseront leur peau d'internationaux. 


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)