auteur
Nicolas P.

 

@ledefootoir


Du même auteur

> article précédent

La Gazette de la L1 : 14e journée

PSG-QTA : FPF UEFA WTF ?

Le contrat de sponsoring hors-normes entre le PSG et Qatar Tourism Authority met le fair-play financier de l'UEFA au défi: doping financier ou sponsoring acceptable?

Partager


En août 2012, à ceux qui lui demandaient comment le PSG allait bien pouvoir respecter les règles du fair-play financier, Michel Platini répondait: "c'est à eux, dirigeants, de se montrer créatifs" [1]. Gageons que le patron de l'UEFA ne sera pas déçu: le club de la capitale, lancé dans une course au sponsor l'ayant amené à contracter avec Microsoft ou à "s'offrir" un menu spécial chez McDonald's, a déballé le 21 décembre 2012 sa grande opération: un contrat d'image avec Qatar Tourism Authority à effet rétroactif estimé à 125 millions d'euros pour la saison 2011/12, et qui grimpera jusqu'à la modique somme de 200 millions d'euros à l'horizon 2015/16.


Le contrat, qui est passé avec succès sous les fourches caudines de la DNCG, a d'ores et déjà permis d'effacer en majeure partie un déficit pour l'exercice 2011/12 qui devait s'élever à plus de 100 millions d'euros, le ramenant à 5 petits millions [2]. Une broutille bienvenue en cette période "de surveillance" du fair-play financier, période précédant les sanctions prévues pour 2014. Le contrat a pour but de couvrir le trou béant qu'a fait naître dans les comptes parisiens l'explosion des dépenses liées aux transferts de joueurs et de la masse salariale (+67% entre 2011 et 2012), alors que dans le même temps les recettes liées à la billetterie (+39%), au sponsoring (+20%) et aux droits audiovisuels (+6,8%) progressaient moins vite [3]. Il soulève néanmoins un certain nombre de problèmes.
 

 

PSG Qatar Tourism Authority
 


Parties liées

Se pose d'abord la question des "parties liées", c'est à dire, grosso modo, du conflit d'intérêts qui pourrait pousser un opérateur à surévaluer un contrat en vue d'en récupérer la mise pour lui-même ou pour quelqu'un d'autre, bref à faire peser une menace sur la concurrence libre et non faussée qui doit présider aux échanges économiques du foot européen. Le cas semble ici se présenter de manière flagrante entre QSI, le propriétaire du club, et QTA, le cocontractant, d'autant que le PSG a conclu d'autres partenariats avec diverses émanations de l'émirat tels Qatar National Bank ou l'opérateur téléphonique Ooredoo. Or, personne n'est dupe: derrière ces nombreuses têtes, une seule et même hydre, l'État du Qatar.
 

Les parties liées, pour autant, ne sont pas interdites par le règlement du fair-play financier, à partir du moment où elles n'enfreignent pas la concurrence: la procédure utilisée en ces circonstances par le panel d'experts indépendants de l'UEFA consiste alors à comparer le montant de la transaction aux prix du marché. Si le contrat correspond à ce qui se fait ailleurs dans des conditions analogues, il est validé. Le hic, c'est que les 150 à 200 millions d'euros annuels prévus par l'accord apparaissent largement excessifs au regard, par exemple, du contrat liant Chevrolet à Manchester United pour les sept prochaines années: 65 millions d'euros annuels. À peine la moitié. "QSI et QTA sont deux entités distinctes juridiquement et sur le plan des normes comptables. L’un est un fonds d’investissement, l’autre un organisme public. Il ne s’agit donc pas de parties liées", voulait croire Jean-Claude Blanc dans Les Échos, mais la cause s'annonce difficile à plaider. Qu'importe: là n'est pas l'argument essentiel du Paris Saint-Germain.
 


Un contrat "inestimable" ?

Comment estimer, en effet, la juste valeur de ce contrat dit "d'exploitation d'image"? À quel autre contrat le comparer, puisqu'il est totalement inédit? Voilà le point fondamental sur lequel s'appuie la communication du club de la capitale, et que devront trancher les experts du panel de l'UEFA. Le PSG affirme qu'un tel partenariat ne peut être assimilé à un banal contrat de sponsoring. Et de fait: il ne possède pas d'équivalent connu [5]. Jamais encore un pays, via son office du tourisme, n'avait décidé d'associer d'une manière aussi forte son image à un club et, précisent toujours les Qataris, une ville. Ces retombées d'image, que l'on suppose gigantesques – il faudrait avoir vécu en ermite pour ne pas avoir entendu parler du petit émirat ces deux dernières années en France, mais aussi dans l'Europe du football – sont difficiles, voire impossibles à estimer, et suffisent peut-être à justifier la rétroactivité du contrat. En l'absence de point de comparaison, comment évaluer sa "fair value", c'est à dire le respect des règles de concurrence?
 

Cette alliance hors-normes, qui s'inscrit par ailleurs dans le cadre de la prochaine organisation du Mondial au Qatar, jette une lumière embarrassante sur les limites du fair-play financier. L'UEFA, qui, semble-t-il, n'avait pas prévu qu'un tel cas puisse se présenter, devra poser des garde-fous, d'une manière ou d'une autre, sans quoi rien n'interdirait au PSG de réévaluer son contrat à la hausse, chaque année, sans limite de montant maximum...
 


Réponse politique

Toutefois, la validation ou non de ce contrat d'un nouveau genre ne pourra se limiter à ses aspects technico-juridiques: la réponse que donnera l'UEFA sera politique, car la question est perçue comme telle. Les clubs, d'abord, ne devraient pas avaler la couleuvre si aisément, en particulier ceux qui se prévalent d'une gestion exemplaire – Karl-Heinz Rummenigge, dirigeant du Bayern Munich, a d'ores et déjà menacé le Qatar d'une "révolte" [6]. Le public non plus ne sera pas dupe devant un tel tour de passe-passe.
 

Au fond, le problème posé par le PSG à l'institution européenne fera office de premier grand test de crédibilité pour un fair-play financier déjà suspect de servir les grands clubs plutôt qu'une juste redistribution des cartes économiques (lire "Fair-play financier contre dopage économique"). Bien que les arguments du PSG ne puissent être écartés d'un revers de main, on voit mal comment l'UEFA pourrait les entériner sans vider une de ses mesures phares d'une grande partie de sa substance, ni s'épargner la prévisible jacquerie du "club des bons élèves". En même temps, la requalification du contrat d'image parisien en contrat de sponsoring lambda, et sa dévaluation trop sévère, pourraient doucher l'enthousiasme de ces mécènes aux poches sans fonds que l'Europe du football appelle de ses vœux... Faisons ici le pari que la décision de l'instance platinienne relèvera du numéro d'équilibriste plus que de l'arbitrage.
 


[1] Lire l'article de rtl.fr
[2] Le contrat apparaît clairement dans le rapport de la DNCG (PDF), à la ligne "Autres produits" dans le tableau consacré au PSG, page 32. 
[3] Lire l'article de lexpress.fr
[4] Lire l'article des Échos
[5] En dehors de celui que les propriétaires de Manchester City souhaitent conclure avec Etihad, dans des conditions similaires.
[6] Lire son interview sur leparisien.fr

 

Partager

> déconnerie

L'été des médusés

> sur le même thème

Bale, la main sur le cœur

> Dossier

Le bizness

Le bizness


Jérôme Latta
2019-09-13

La Ligue 1 a-t-elle sa place dans le "Big 5" ?

Une Balle dans le pied – Que diable fait le championnat de France dans le "Big 5 européen? Examinons la légitimité de cette appellation contestée, qui a pourtant la faveur des économistes du sport.


2018-12-08

Les bénéfices de la Coupe du monde ruissellent (sur les gros clubs)

Une Balle dans le pied – La FIFA va distribuer 209 millions de dollars aux clubs ayant mis leurs joueurs à disposition des sélections, suivant l'éternel principe de l'enrichissement des plus riches.


Jérôme Latta
2018-11-05

Super Ligue, la fin du super bluff ?

Le chantage des clubs riches auprès de l'UEFA repose depuis vingt ans sur la menace d'une ligue privée. Le projet d'une "European Super League", révélé par les Football Leaks, semble plus concret que jamais. 


>> tous les épisodes du thème "Le bizness"

Le forum

Aimons la Science

aujourd'hui à 17h46 - leo : Certes mais du chemin a été parcouru depuis Descartes et la splendide exactitude des... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 17h41 - SocRaïtes : Joker: sans restrictionSi vous aimez les performances d'acteur, les images léchées, les scènes... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 17h32 - Milan de solitude : Je jette un œil aux résultats du jour, l'autre œil aux matchs de demain, et je me demande si les... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 17h25 - 2Bal 2Nainggolan : Du coup sous l'influence des supporters, JMA va virer les joueurs... >>


Le fil prono

aujourd'hui à 17h23 - gallardo35 : Coty Week 7Raiders@Packers : 23-27Rams@Falcons : 34-2149ers@Redskins : 23-10Texans@Colts :... >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 17h22 - Joswiak bat le SCO : D'ici 1h, mes Eagles deboitent les citizens et montent sur le podium :) >>


Foot et politique

aujourd'hui à 17h20 - Tricky : Une des questions, c’est aussi de savoir si BJ a vraiment l’intention d’envoyer cette foutue... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 17h19 - Panda : Moi j'attends surtout avec impatience le prochain colloque sur la comparaison entre le tirage de... >>


Merlus, Tango et Friture

aujourd'hui à 16h59 - Breizhilien : Match nul, moindre mal tant on aurait pu faire le break en début de seconde mi-temps que perdre en... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 16h13 - Gouffran direct : Bordeaux-OM: 3-0, rouge pour la gardienne olympienne, remplaçante de 17 ans qui rentre et10... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)