auteur
L'encyclopédie alternative du football

Du même auteur

> article précédent

La magie coréenne

Pourquoi Thierry Henry rate ses têtes

Bouteille - En octobre 2004, nous révélions dans le n°9 des Cahiers la raison scientifique de la faible efficacité de l'attaquant des Bleus dans cet exercice. Une étude anthropométrique qui reste malheureusement d'actualité...
Partager
Si Thierry Henry avait cadré ses têtes au Portugal, la France serait championne d'Europe, ou presque. S'il avait aussi cadré la meilleure occasion de France-Israël, les Bleus auraient engrangé six points sur six dans l'entame des éliminatoires pour le Mondial 2006.
Il y a une explication rationnelle à cette maladresse, que révèle cette étude anthropométrique du professeur Ludwig von Beatriz Schönberg, de la Faculté d'Hambourg-en-Bresse : le paradoxe est que, réputé pour avoir la grosse tête, le Gunner souffre d'un handicap lié à la forme de sa boîte crânienne.

tete_henry1.jpg

Son front présente en effet une "surface utile" remarquablement faible. Sur la Fig.1, celle-ci (a) est mesurée à 3,5 centimètres. Cette caractéristique se complique par le fait que le degré d'inclinaison de cette surface est également très fort (la surface b est pour sa part inexploitable), ce qui lui assure une excellente pénétration dans l'air, mais nuit au rabattage de la balle.

tete_henry2.jpg

Par comparaison, le front du célèbre Horst Hrubesch (Fig.2) présente une aire de contact beaucoup plus importante (7 centimètres) et inclinée de façon adéquate. On remarquera qu'Henry marque souvent de la tête en Premier League… Mais le problème, cette fois, est dans la tête.

tete_henry3.jpg

Il ressort par ailleurs des analyses du professeur Ludwig que le joueur de tête idéal serait la créature du docteur Frankenstein (a = 12,5 centimètres). En dépit d'un certain manque de mobilité, il aurait les épaules pour s'imposer dans les surfaces, et son intelligence limitée ne serait pas plus un handicap que pour de nombreux attaquants vedettes.
En résumé, s'il est déconseillé d'avoir les pieds carrés pour être un grand buteur, il vaut mieux avoir le crâne cubique pour devenir un as du coup de boule.
Partager

La Coupe du monde 2006


2007-07-10

Mourir ensemble

Bouteille - Il y a un an, le Mondial et la carrière de Zidane s'achevaient. Relisons à froid ce que nous écrivions à chaud, comme: "Dimanche soir, ce n'est pas le plus fort qui a gagné, c'est encore le football".


2006-07-17

Coupe du monde 2006 : la rétro en ligne

Pour ceux qui ont raté le début, le milieu ou la fin ou pour tout revivre, voici une sélection des articles indispensables mis en ligne depuis deux mois.


Jean-Patrick Sacdefiel
2006-07-17

Panne décence

En guise de vengeance sur la perfide Italie, nous mettons en ligne la Chronique de Jean-Patrick Sacdefiel du numéro de juin, dans laquelle le chroniqueur exprimait son aversion pour une certaine publicité huileuse – et révélait aussi un pan caché de sa vie sexuelle...


>> tous les épisodes du thème "La Coupe du monde 2006"