auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

Revue de stress #171

> article suivant

L'invention du consultant

Platini 1981, un ticket pour l'Espagne

Un jour, un but – Le 18 novembre 1981, Michel Platini inscrit face aux Pays-Bas un coup franc qui qualifie la France pour le Mundial espagnol. Une page orange se ferme, une ère bleue s'ouvre.

Partager

 

Avec ses longs compas, Genghini remonte le terrain et franchit la ligne médiane. Le Sochalien donne sur sa gauche à Giresse. Le lutin bordelais poursuit la remontée vers la surface hollandaise. À quelques encablures de l'arc de cercle, des maillots oranges se sont regroupés. Giresse tente un une-deux avec Platini, mais le Stéphanois est fauché par Neeskens. L'arbitre M. Garrido siffle un coup franc, à vingt mètres devant la cage de Van Breukelen.

 

Cela fait 53 minutes que l'équipe de France tente de percer la muraille orange dressée par Kees Rijvers. Ce France-Pays Bas du 18 novembre 1981 doit désigner l'équipe qui accompagnera la Belgique, grand dominateur du groupe éliminatoire, en Espagne pour la Coupe du monde 1982. Au début de la saison 1981-82, il restait à l'équipe de France à prendre quatre points sur quatre matches. Mais, battus à Bruxelles par la Belgique (0-2) puis à Dublin par l'Eire (2-3), les Bleus se retrouvent avec l'obligation de remporter leurs deux dernières rencontres à domicile, contre la Hollande et Chypre.

 

Michel Platini coup franc France Pays-Bas 1981

 


La troisième tentative

Michel Hidalgo sait que ce France-Pays Bas sera son dernier match de sélectionneur s'il ne le remporte pas. Alors qu'il doit se passer des services de Jean-François Larios, il tente un incroyable coup de poker: un 4-3-3 animé par trois purs meneurs de jeu. Ainsi Platini, Giresse et Genghini sont alignés derrière le trio offensif Rocheteau-Lacombe-Six. Aucun milieu défensif n'est présent devant la défense Janvion-Trésor-Lopez-Bossis et le gardien Castaneda. La sélection batave, de son côté, n'a qu'un point à prendre afin de décrocher son ticket pour l'Espagne, mais elle ne respire pas la grande sérénité pour autant. La génération qui a connu deux finales mondiales consécutives vieillit et ne trouve pas de relève. À tel point que le sélectionneur Kees Rijvers a rappelé Johan Neeskens, alors en pré-retraite au Cosmos New York.

 

Dans un Parc chauffé à blanc, le match est dominé par les Français, mais il reste crispant. Les Néerlandais jouent très repliés et laissent peu d'espace aux Bleus. Ce coup franc est donc la meilleure chance pour la France d'ouvrir le score, même si Thierry Roland rappelle, fataliste, qu'il s'agit du troisième de la partie et que les deux premiers n'ont rien donné. Platini, les mains sur les hanches, attend que l'arbitre en ait fini de négocier avec le mur orange sur la distance à respecter. Lorsque M. Garrido siffle enfin, Platini s'élance. Il frappe du pied droit, mais le ballon va droit dans le mur. Van de Korput le récupère et cherche à relancer, mais l'arbitre siffle à nouveau: le Néerlandais aurait contrôlé le ballon de la main.

 


« Oui Michel ! Oui Michel ! »

Une nouvelle chance est donc donnée au capitaine français. Le ballon, par rapport au premier essai, est un peu plus excentré sur la gauche. Le capitaine français le pose délicatement au sol. L'arbitre fait reculer les six hommes qui composent le mur batave, et Rocheteau, en roublard, se cale devant. Platini reprend sa position, le numéro 10 qui brille à l'écran. Une certaine nervosité semble gagner la défense hollandaise. On voit le mur onduler, le gardien peiner à trouver la position idéale, le capitaine Ruud Krol donner de la voix et du geste, puis venir au dernier moment se placer sur la ligne de but, à coté du gardien.

 

 

 

Enfin, Platini tire. Le ballon, cette fois, contourne bien le mur. Sa trajectoire décrit une courbe parfaite, rapide, précise. Il va se ficher à mi-hauteur à ras du poteau gauche de van Breukelen. Le gardien hollandais tente une parade désespérée mais ne peut que voir le ballon claquer dans son petit filet. Krol s'énerve et balance quelques mots doux à son gardien. De leur côté, les Français désertent la surface de réparation les bras levés, courant derrière leur capitaine. Et l'on voit cette image étonnante, inhabituelle de sa part, d'un Platini à genoux au milieu du terrain, agitant ses poings vers le ciel, tandis que Thierry Roland s'égosille "Oui Michel! Oui Michel!"

 

Quelques instants plus tard, les Français s'éviteront toute mauvaise surprise en inscrivant un second but, une percée de Rocheteau sur le coté droit pour servir Six sur un plateau. Le reste du travail sera fait deux semaines et demi plus tard, lorsque les Bleus, sans Platini, s'imposeront nettement (4-0) face à Chypre et valideront la qualification pour de bon.


Voir aussi le JT d'Yves Mourousi recevant Michel Hidalgo le lendemain du match.
 

Partager

> sur le même thème

Hirsch, un destin contrarié

> du même auteur

Touré 1985, buteur céleste

> Dossier

Histoire FC

Un jour, un but


Richard N
2019-04-16

Rep 1973, l’étoile rouge de l’Ajax

Un jour un but – Le 30 mai 1973 à Belgrade, le jeune Johnny Rep marque contre la Juventus le seul but d’une finale qui donne à un Ajax tout de rouge vêtu sa troisième Coupe des champions consécutive.


Richard N
2019-04-08

Villa 1981, un goleador à Wembley

Un jour, un but – Le 14 mai 1981, l’Argentin Ricardo Villa signe le plus beau but de l’histoire du vieux stade de Wembley à l’occasion d’une finale de FA Cup, la centième, qui oppose Manchester City à Tottenham Hotspur.


Christophe Zemmour
2018-07-14

Petit 1998, millénaire nuit

Un jour, un but – Au bout de la Coupe du monde 1998, Emmanuel Petit traverse tout le terrain pour inscrire le dernier but de la compétition. Le millième de l’histoire d’une équipe de France qui décroche alors sa première étoile.


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

Votre exemplaire de la Revue de stress est disponible à l'accueil: https://t.co/NbNn2XhFbS https://t.co/PjWTd2lnl4

RT @RemiBelot: "On ne pourra jamais faire mieux que Van Halen pour une entrée des joueurs sur un terrain de foot. C'est le morceau parfait"…

RT @kivolanov: Petit thread sur les disques sortis sur l'O.M ( ou par des joueurs évoluant au club).

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Paris est magique

aujourd'hui à 13h02 - Mix Diskerud : Neymar se blesse avec la gourmette à Tarse. >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 12h55 - Josip R.O.G. : SocRaïtes19/04/2019 à 22h53PS: c'est con, en écoutant les descriptions des attitudes de... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 12h54 - Jeune Mavuba Vaincu : @Luis, soyons clair, mon objectif n'est pas de prétendre que le traitement journalistique de CNN,... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 12h38 - Label Deschamps : Pourtant normalement il est bon sur les produits en croix. >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 12h37 - cocobeloeil : Bonne nouvelle les gars!Bala parie fermement sur une victoire Nîmoise.En toute logique, donc, on... >>


Le Palet des Glaces

aujourd'hui à 10h39 - L oeil était dans la tombe : Il n'y avait que 2 matchs cette nuit mais cette saison de NHL restera dans les annales. C'est en... >>


Festival de CAN

aujourd'hui à 10h38 - Mix Diskerud : On l'a chanté : https://www.youtube.com/watch?v=VBpgFAjzuVwEt lui-même a chanté :... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 09h52 - De Gaulle Volant : Contre son décan"Tousart : "Du mieux dans les attitudes"" (lequipe.fr) >>


L2, National, CFA... le championnat des petits

aujourd'hui à 09h14 - suppdebastille : Je doute beaucoup que le vel de Creil soit homologué pour la L2.Gamin, j'y ai vu plusieurs matchs... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 07h37 - Hok : J'ai trouvé qu'il y avait une baisse physique de notre côté sur la fin. Enfin surtout une baisse... >>


Les brèves

Bjeurk

"Un maillot collector contre l'Islande." (lequipe.fr)

Décision de Lacour Martial

"La justice refuse le prénom Griezmann Mbappé." (lequipe.fr)

Gastrique Bertrand

"Comment le PSG a digéré ses éliminations." (lequipe.fr)

Flop chef

“L1-Gourvennec : ‘On n’a pas mis les ingrédients’.” (l’équipe.fr)

Ravons plus grand

“De l’ecstasy dans le drapeau du PSG.” (ouest-france.fr)