auteur
Curtis Midfield

Du même auteur

> article précédent

Galerie de portraits bleus

Petite revue des effectifs

Dernier tour de table avant le coup d'envoi du Mondial 98 afin d'évaluer à la lueur des derniers résultats amicaux les forces présentes.
Partager
Nous y voilà! Dans quelques heures, le Brésil donnera le coup d’envoi de la seule Coupe du Monde française que nous verrons de notre vivant (sauf agréable surprise de la FIFA, de la médecine, d’un dieu hypothétique -mais que nous souhaitons voir soutenir l’équipe de France- ou de gentils extraterrestres aux couleurs stéphanoises). Ceci méritait bien un dernier tour de table afin d’évaluer les forces en présence à la lumière des derniers jours de préparation.

A tout seigneur, tout honneur, commençons par le cas des champions du Monde en titre. Les Brésiliens feraient bien de profiter des quelques heures qui leur restent avant le début de l’épreuve pour apprécier au maximum cet honneur. En effet, leur cote est en baisse sensible depuis de nombreuses semaines. Des matches amicaux inquiétants, une direction bicéphale contestée, des médias plus qu’envahissants, l’affaire Romario et quelques coups de coude ou de poing échangés ont constitué le quotidien des coéquipiers de Ronaldo. Tout ceci commence à faire beaucoup et le soutien du public ne sera pas de trop pour vaincre tous ces signes de mauvais augure.
A ce rythme là, les Norvégiens dont les derniers matches amicaux ont été très impressionnants ne devraient pas être loin de créer la surprise à la tête de leur groupe (vu le jeu pratiqué par les hommes d’Olsen ceci n’est quand même guère souhaitable).

Les Ecossais tenteront pour une fois de passer le premier tour, quant aux Marocains, leur vitesse pourrait à l’occasion les amener à jouer les trouble-fête dans ce groupe. Les finalistes de 94 feront bien entendu figure de favoris dans le groupe B. En dépit d’un Del Piero peut-être un peu à court de forme (mais qui pourrait avoir le temps de monter en puissance si les Italiens vont loin) et d’un milieu de terrain qui sur la papier n’a rien de transcendant, ils devraient s’imposer sans surprise jusqu’aux huitièmes de finale notamment si Vieri se montre à la hauteur de sa réputation. D’autant qu’on voit bien R. Baggio nous refaire le coup du retour du miraculé genre Paolo Rossi version 82. Méfiance donc. Qui pour le second ticket? Le Cameroun nous ferait bien plaisir s’il saisissait cette opportunité, mais Chiliens et Autrichiens ont des atouts offensifs redoutables.

Le groupe C ne nous intéressera que pour la seconde place, la première étant réservée de longue date au futur Champion du monde. La lutte risque d’être chaude entre un Danemark semblant à la dérive mais pouvant toujours compter sur un Laudrup qui passe, une Afrique du Sud pour le moins “physique” et l’Arabie Saoudite que nous voyons bien nous refaire le coup de 94 au vu de son match de Wembley.

Le groupe D, présenté comme le groupe de la mort, ne sera peut-être pas aussi terrible que ça. En effet, si l’Espagne semble prête à honorer son rang parmi les grands favoris de la compétition ( Roland Garros pourrait avoir donné des idées à la sélection ibérique) elle est la seule à se porter convenablement. La Bulgarie minée par des problèmes de clans a une équipe qui n’est plus de première jeunesse et risque d’avoir des difficultés à supporter la répétition des rencontres. Le Nigeria, chouchou des médias, doit faire face à de “légers” problèmes défensifs (Kluivert en rigole encore) et le Paraguay est donné favori pour le titre de Champion du Monde des Goals dans la catégorie “poids moyens”.

Dans le domaine de la violence, le groupe F se trouve au centre de toutes les préoccupation avec un Pays-Bas-Belgique qui sent le souffre au niveau des tribunes. Sur le terrain en effet, les oranges devraient faire facilement la différence tant ils sont impressionnants pour le moment. Ils possèdent une attaque de feu (10 buts en deux rencontres) et un moral d’acier (on remarquera ici l’utilité des formules toutes faites pour le chroniqueur pressé et à court d’idées). Les Belges se consoleront avec une deuxième place qui leur est promise face à deux équipes plus modestes (Mexique et Corée du sud).

Même cas de figure avec le groupe F où la Yougoslavie et l’Allemagne sont largement favorites. Passons sur le folklorique USA-Iran pour nous attarder sur les Champions d’Europe en titre. Mauvaise nouvelle pour les autres participants, on entend absolument pas parler d’eux. Pas de coups de gueule, de chamailleries, de lourds sous entendus, bref un calme d’avant compétition auquel nous n’étions pas habitués de la part de ce ramassis de grandes gueules et de grands joueurs. Tout ceci ne nous dit rien qui vaille. Les Yougoslaves quant à eux devraient avoir suffisamment de talent pour accompagner les blancs et noir lors des huitièmes surtout avec un Mijatovic qu’on n’arrête plus. Le groupe G devrait voir la domination de l’Angleterre tant elle semble avoir de marge par rapport à ses premiers adversaires. Seule équipe à pouvoir rivaliser avec elle : la Roumanie. Mais celle-ci se retrouve en conflit ouvert avec son public ce qui pourrait lui ôter toutes ces chances. Aux Colombiens (guère plus vaillants) et aux Tunisiens d’en profiter.

Enfin, le groupe H mettra en scène deux équipes qui pourraient faire parler d’elle pendant un long moment dans cette épreuve : l’Argentine et la Croatie. Les premiers visent un titre qui est à leur portée. L’équipe est bien équilibrée et elle possède un milieu et une ligne offensive redoutables avec des joueurs de la trempe d’Ortega, Lopez ou Batistuta. Elle devra faire face à une formation croate où le talent est abondant. Si Boban et ses potes se remettent de l’absence de Boksic et s’ils font preuve de la rigueur défensive indispensable à ce niveau, ils pourraient justifier le rôle de principal outsider que beaucoup d’observateurs leur attribuent. A moins que la fumée jamaïcaine ou la combativité des Japonais ne viennent enrayer cette belle mécanique.

De toute façon nous en sauront rapidement beaucoup plus sur les forces réelles des uns et des autres et voyez vous ce n’est pas que ça nous tarde mais vivement mercredi.

Partager
>> aucune réaction

> déconnerie

Pierrotron 2010

> sur le même thème

Youri or not Youri

La Coupe du monde 1998


K14
2003-05-12

Le bûcher des inanités

En écho à notre article sur le procès intenté à Aimé Jacquet par L'Équipe (1998, une plaie encore ouverte), un lecteur monte à la tribune pour plaider la cause du quotidien sportif, injustement victime de nos foudres…


La rédaction
2003-04-28

1998, une plaie encore ouverte

Aimé Jacquet est poursuivi par L'Équipe pour "injures publiques". Cette démarche navrante rouvre un dossier jamais complètement refermé…


La rédaction, canal historique
2002-05-26

La Rétro 1998

Nous avons récemment entré dans la base l'essentiel des articles de la première saison des Cahiers (décembre 97 / juin 98). Voilà l'occasion de les survoler ou de se replonger dans l'ambiance de la Coupe du monde 1998 avec une petite sélection thématique…


>> tous les épisodes du thème "La Coupe du monde 1998"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)