> déconnerie

Le Diaporama de Noël

> article suivant

Le cafouillage de l'année

> article précédent

Revue de stress #153

Sous la Coupe de Memphis

Punie de ses insuffisances par des Pays-Bas qui ont tout bien fait, l'équipe de France perd la main sur sa Ligue des nations. • l'édito • la nalyse • les observations • les gars • l'action à charge • vu du forum

Partager

 

Les rappels n'ayant pas suffi, des huissiers oranges sont venus présenter la facture aux Bleus, qui se sont retrouvés à poil dans la baignoire. Cette fois, il n'a même pas été envisageable de s'en remettre à l'efficacité de l'attaque: il n'y a pas eu d'attaque. Probablement parce que le milieu n'est jamais sorti de son impuissance, entraînant la défense dans sa dérive, pour une défaite sans appel.

 

L'absence d'éléments clés – Pogba, Hernandez, Umtiti – a sans doute pesé, mais il n'y avait rien à espérer avec un tel manque d'engagement collectif. Et comme les Bleus n'avaient ni idées ni justesse technique pour compenser, il se sont laissés surclasser par des Oranje qui, eux, ne manquèrent de rien – sinon d'efficacité devant le but.

 

Griezmann et Mbappé ont semblé évoluer dans un univers parallèle, et c'est peut-être une partie du problème, mais toute l'équipe de France était ailleurs. En oubliant de jouer cette rencontre, elle laisse l'issue du groupe 1 de cette Ligue des nations se décider sans elle.

 

 

 

 


Les observations en vrac

Pourquoi présente-t-on un vieux stade comme un stade "vétuste"?

 

On est en novembre et Nike n'a pas réussi à fournir aux internationaux français d'autres maillots que l'ancien modèle avec une deuxième étoile ajoutée à côté de la première.

 

Après un match comme ça, il n'y a plus de patriotisme. On se lève, on applaudit, et on part s'acheter un maillot de Frenkie de Jong.

 

En fait, ce n'est pas Pavard qui est en difficulté, c'est le latéral qui défend du côté de Mbappé.

 

Mbappé et Griezmann ont semblé moins préoccupés par le ballon que par le Ballon d'Or.

 

Les Football Leaks 3 révèleront que la France et les Pays-Bas s'étaient arrangés pour reléguer l’Allemagne.

 

 

 

 


La nalyse – La croissance du Pays-Bas

(Christophe Kuchly) C'est l'histoire d'une équipe qui garde sa philosophie de jeu en oubliant les principes qui la rendent légitime. L'histoire d'une rencontre ratée dont l'impact reste limité – même si elle avait tout de même un enjeu –, mais qui rappelle que la façon de jouer des Bleus a des défauts qui l'empêche d'être régulière, à commencer par sa dépendance à l'intensité.

 

Pendant un mois, ou plutôt deux semaines tant le début de compétition et une partie de la finale ont été moyens, l'équipe de France s'est mise en mission commando: discipline tactique, concentration, engagement, gestion idéale des temps forts et temps faibles… Du Floyd Mayweather, qui ne se découvre que quand il est sûr de son coup et dont on oublie que, s'il n'est jamais touché, ce n'est pas parce qu'il ne "joue pas le jeu" mais parce que sa technique défensive est impeccable.

 

Vendredi soir, celle des hommes de Didier Deschamps ne l'était pas. Positionné aux côtés de N'Golo Kanté et Blaise Matuidi, Steven Nzonzi a logiquement coulé. Lui le numéro 6 relanceur, déjà en difficulté quand il était aligné avec Daniele De Rossi à la Roma, a une nouvelle fois dû faire avec un joueur (voire deux) occupant sa zone préférentielle sans proposer de solutions entre les lignes. Il a en plus dû courir après le ballon, lui qui a explosé au sein d'équipes de possession défendant en avançant et ne concédant que des transitions. Et ses prévisibles difficultés sur de la défense placée symbolisent le souci français.

 

 

 

 

Les changements de postes, la capacité à courir après le ballon sans se déstructurer, la résistance mentale au fait de subir le jeu. Tout cela ne peut fonctionner que si, comme l'Atlético de Diego Simeone, tout le monde est à bloc et proche de son meilleur niveau. Cela n'est pas toujours suffisant mais, quand on a un meilleur onze que l'adversaire, la situation est plutôt confortable.

 

Contre les Pays-Bas, la France a donc subi mais mal, face à un adversaire aux caractéristiques ne lui convenant pas. Face à l'Allemagne, les moments passés dans le camp adverse en seconde période ont pu s'éterniser grâce à un bon pressing à la perte. Mais les Néerlandais veulent toujours relancer proprement et possèdent un trident Van Dijk-De Ligt-De Jong capable de le faire sous pression. Autrement dit, il faut aller chercher la balle, car elle ne sera pas rendue.

 

Sans jamais paniquer, les hommes de Ronald Koeman ont donc récité leur partition. Un style propre tout droit sorti des académies de jeu locales, fait de passes au sol, rendu imprévisible par les inspirations de Memphis Depay (et un peu Ryan Babel, dont on ne comprend pas comment il peut n'avoir que trente-et-un ans) et pas vraiment perturbé par des Bleus qui ont donné cinq secondes à des joueurs qui n'en ont besoin que d'une pour trouver des solutions de passes.

 

Paradoxalement, si ce match confirme que les Pays-Bas peuvent retrouver les résultats en revenant à leurs racines, il n'a rien d'inquiétant pour la France. Il confirme juste, avec une brutalité qu'il était certes difficile d'anticiper, que sa façon de jouer a deux faces. Et que la plus sombre, qui empêche de servir ses éléments offensifs dans les meilleures conditions, lui donne un terrible sentiment d'impuissance.

 

 

 

 


Les gars

Lloris est bien le seul qui aurait mérité le nul. Pas de parade absolument exceptionnelle, mais il a parfaitement essuyé les rafales.

 

Des interventions salutaires et des bavures regrettables: Varane a fait un match de policier en Seine-Saint-Denis. Dans la panique collective, il a parfois paniqué individuellement.

 

Kimpembé a commencé par des jaillissements un peu hasardeux avant d'intervenir plus utilement, mais lui aussi a été souvent dépassé: son temps de réaction sur le premier but semble bien long.

 

Mieux soutenu, Pavard a relevé son niveau de performance, non sans connaître quelques vents dans son dos – il concède aussi un coup franc à vingt mètres (73e).

 

Il ne fait pas bon défendre derrière Mbappé, et cette fois, c'est Digne qui en a fait les frais. Son volontarisme offensif a été assez peu payant, et ses replis ont parfois été délicats. Nerveux, il est averti pour un tacle à la cheville.

 

De rares passes verticales, et une grande difficulté à s'imposer: Nzonzi a souffert dans tous les domaines. Sa tête quasi-décisive pour Babel, sur l'ouverture du score, couronne un match malheureux.

 

 

 

 

Kanté a écopé mais il n'a pas empêché les voies d'eau. Avec des pertes de balle inhabituelles et des difficultés à faire la différence par la passe, il a semblé tout petit face à De Jong.

 

Bien qu'il fût un des rares Bleus à ne pas s'être économisé, Matuidi n'a pas eu beaucoup d'impact dans un entrejeu conquis par les Bataves. Il a délivré deux centres, un gros bilan dans le contexte.

 

Mbappé a peut-être oublié comment jouer sur le flanc gauche. En tout cas, il a très peu joué et, pour une jolie passe derrière la jambe, on eut droit à un replacement par-dessus la jambe et beaucoup de gestes manqués.

 

L'existence tout aussi sporadique de Griezmann est plus significative encore: si l'un n'a pas eu d'espace, l'autre n'a pas eu d'intervalles. Mais c'est avec un brin de constance qu'il signe les deux occasions nettes française, échouant sur Cillessen de la tête (10e) et d'un ciseau (74e).

 

Giroud peut revendiquer quelques duels gagnés, mais il a été aspiré dans le néant offensif général.

 

L'entrée de Dembélé a été dembélesque, avec deux ballons perdus pour commencer, et deux autres pour suivre. On a beau faire partie de la #TeamSissoko, notre Moussa n'a rien fait de beau, et provoqué un penalty très évitable. Ndombele n'a pas eu le temps de s'extraire du marasme.

 

 

 

 

 

 

L'action défensive embarrassante

 

[cliquez sur l'image pour voir la séquence

 

 

 

 


Vu du forum

=>> El Mata Mord - 21h30
Steven Nzombie

 

=>> Milan de solitude - 22h05
Eh bien, on n'est pas près d'être champions du monde.

 

=>> Back-T-Oblak - 22h10
Seule satisfaction côté français, Ruddy Buquet qui a bien arbitré plusieurs décisions litigieuses dans le match entre la Slovénie et la Norvège.

 

=>> 12 mai 76 - 22h13
Mais pourquoi il frappe pas notre Kanté !
=>> Back-T-Oblak - 22h14
Il a eu peur d'être hors-la-loi quand on lui a dit: "Tu vas t'imposer aux Pays-Bas".

 

=>> Pascal Amateur - 22h22
N'empêche, Lloris doit être content qu'on ne le laisse pas souffler.

 

=>> RabbiJacob - 22h29
Même en novembre les Hollandais arrivent à venir camper chez nous, c'est pénible.

 

=>> Pascal Amateur - 22h49
Il était dit dans la Bible que Depay nous poutrerait.

 

=>> Seven Giggs of Rhye – 22h44
Les Oranje confirment que ça s'écorce pour les Bleus.

 

 


Les titres auxquels vous avez échappé
Les gilets oranges bloquent la France
Les Bleus à Babel oued
Oranje : pas de quartier !
Oranje, mecs à nique

 


Le titre est de RabbiJacob, les TAVAE de Back-T-Oblak, RabbiJacob, Pascal Amateur.

 

Partager

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


2018-11-21

Sans peine mais pas sans péno

 L'équipe de France a dominé l'Uruguay dans un match agréable où elle s'est retrouvée, un peu tard. • l'édito • la nalyse • les gars


2018-10-17

Et à la fin, c'est la Griezmannschaft qui gagne

Dominée et bousculée, l'équipe de France a repris le dessus sur l'Allemagne avant de lui porter deux coups fatals. L'édito • Les observations • La nalyse • Les gars • Vu du forum 


2018-10-12

La chatte à 2-2

Un vilain match, une belle remontée labellisée Mbappé. France-Islande: l'édito • la nalyse • Kylian Solo • les gars • vu du forum. 


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Sur le fil

RT @DialectikF: "Le contexte politique influence les noms des groupes des pionniers ultras, et plusieurs font référence à la lutte armée d…

RT @LucarneOpposee: Le #LOmag 5 est sorti 🇫🇷 ▶️ https://t.co/W4DJyFtzJH 🌍 ▶️ https://t.co/Y4chMwO8KQ Détail du sommaire ⤵️ https://t.…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

World Cup, the road to Doha

aujourd'hui à 00h17 - Jus de Nino : J’aime bien cette compétition, c’est vrai que j’y ai pris goût le jour ou le tp est allé... >>


Premier League et foot anglais

18/12/2018 à 23h58 - Le Meilleur est le Pires : Ca fait un peu tôt dans la saison pour une entrée en cours de route de Solskjaer, mais c'est sûr... >>


En rouge et noir !

18/12/2018 à 23h46 - CHR$ : Bon alors soit il est fruste, soit il est rustre (soit il est frustré mais ça ne semble pas ça... >>


Paris est magique

18/12/2018 à 23h07 - PCarnehan : C'est quand le tirage au sort ?Non, je plaisante. >>


Le Peuple de Malherbe

18/12/2018 à 22h40 - Alain Delon? Non Alain Deroin. : Pardon, Evens. L'orthographe du prénom du Ballon d'or 2022 a son importance. >>


Manette football club

18/12/2018 à 21h45 - le Bleu : C'est ici qu'on parle de jeux gratuits ? Anno 1602 peut être récupéré sur Uplay et Sins of a... >>


CDF sound system

18/12/2018 à 21h20 - Mix Diskerud : Je ne fais que dire tout haut ce que d'autres pensent tout bas, monsieur Di Meco. >>


Foot et politique

18/12/2018 à 20h43 - Jean-Huileux de Gluten : Non, ça c'est Christophe Barbier. >>


Smells like Argentine spirit

18/12/2018 à 20h25 - KL : CHR$aujourd'hui à 20h15Petite pensée aux supporters de River qui ont pris leur billet pour les... >>


Café : "Au petit Marseillais"

18/12/2018 à 18h58 - Marius T : Je crois même la moitié du prix du transfert versé par Arsenal avec comme intermédiaire le papa... >>


Les brèves

Canari WC

“Vahid Halilhodzic : ‘Ici, il faut un bon nettoyage’.” (ouest-france.fr)

José Agonie

"Garcia : 'Petit à petit, on s'est éteint'." (lequipe.fr)

Playmobiles dans l'axe

"Zubizarreta : ‘L’ego, je le laisse de côté’. " (lequipe.fr)

Sales slips de Francfort

"Francfort-OM : une débâche qui laisse des traces." (msn.com)

GTA

"Ribéry reconduit malgré son coup de sang." (lequipe.fr)