> article suivant

Revue de stress #98

> article suivant

L’axe franco-allemand

Les Bleus passent le Blind test

L'équipe de France s'impose de peu à Amsterdam, mais c'est beaucoup pour la qualification. Encore inégale et irrégulière, elle donne pourtant l'impression de progresser… La nalyse • Les gars • Vu du forum.

Partager

 

Savoir enchaîner, savoir (ob)tenir un résultat: après un départ décevant dans ces qualifications, à Borisov, l'équipe de France s'est remise dans le sens de son Euro en obtenant deux victoires de rang. Notablement différentes. Si elle a su renverser complètement la rencontre face à Bulgarie, elle a réussi à conserver à Amsterdam un avantage qui s'inscrivit au score et qu'exprima sa supériorité collective. Non sans une nette différence de qualité entre les deux périodes, ni sans s'exposer un peu trop, à l'image d'un penalty qui aurait pu être sifflé sans scandale contre Koscielny, et qui laissa planer la crainte d'une compensation à chaque accrochage dans la surface française.

 

 

 

 

Le résultat final, moins flatteur que celui de vendredi, traduit une autre différence majeure entre les deux matches: cette fois, la paire Matuidi-Pogba a retrouvé une influence majeure, tandis que l'attaque, elle, perdait beaucoup d'inspiration. Quant à la défense, sa solidité dans ces circonstances-là aura été beaucoup plus significative: si l'on ne craignait de s'attirer un démenti, on dirait que sa fragilité sur les coups de pied arrêtés est en passe de devenir un souvenir.

 

Que la décision soit revenue à Pogba achève la lecture assez limpide de cette rencontre, et illustre une nouvelle fois le turnover des responsabilités qui marque cette équipe depuis plusieurs mois – parfois à ses dépens quand certaines absences s'avèrent rédhibitoires. Didier Deschamps doit s'atteler à faire en sorte que tous ses joueurs, en particulier ceux qui peuvent revendiquer un "statut", s'expriment ensemble à leur meilleur niveau.

 

 

 

La nalyse

(C. K.) Les paradoxes français continuent, les victoires aussi. L'essentiel est fait, mais il s'en est fallu d'un rien pour qu'une rencontre longtemps bien maîtrisée se termine sur un score nul. Et c'est finalement un but inattendu, bien aidé par un gardien moyen, qui suffit à faire la différence. Contrairement à la rencontre face à la Bulgarie, ce n'est donc pas le duo d'attaque qui a fait la différence, mais le milieu. Un point commun cependant: l'homme du match se trouve chez le(s) buteur(s).

 

Seul devant, Kevin Gameiro dépend forcément un peu de ses partenaires, à commencer par Antoine Griezmann, avec qui il est si complice depuis le début de la saison. Cette fois, Grizou n'était pas dans le coup et a laissé son compère se dépatouiller avec une charnière bien plus solide que celle de la Bulgarie. Si l'on doit chercher les moteurs, il faut redescendre d'un cran et regarder du côté du quatuor Payet-Matuidi-Sissoko-Pogba, classés ici subjectivement dans leur ordre d'importance. Le premier a eu le mérite d'être bien positionné, dans le demi-espace entre Layvin Kurzawa sur le côté et Griezmann dans l'axe. Les autres y ont ajouté qualité technique et/ou abattage.

 

 

 

 

Blaise Matuidi, dont le volume de jeu est en nette baisse depuis un moment, a cette fois fait les bonnes interventions défensives et même réalisé de belles passes verticales. Délesté d'une partie des tâches ingrates, Paul Pogba a ainsi pu se concentrer sur un rôle plus proche du meneur de jeu reculé que du récupérateur et se projeter avec plus d'espace, Moussa Sissoko étant également là pour embêter la défense entre lui et Djibril Sidibé.

 

Pogba a délaissé la technique ostentatoire (dribbles spectaculaires) pour la technique fluide (transmissions propres). Une Tonikroosisation qui permet à l'équipe de France de développer un jeu abouti, qui réduit l'adversaire au silence. Les problèmes des joueurs les plus offensifs ont cependant limité l'impact de la chose, ce football devenant plus beau qu'efficace.

 

En deuxième période, les Néerlandais ont proposé une opposition bien plus consistante, en profitant notamment des problèmes de Kurzawa côté gauche. En grosse difficulté face à Kasdorp, latéral droit qui a profité du positionnement intérieur de Klaassen pour avoir du champ, il a permis à l'adversaire d'avoir plusieurs bonnes opportunités de centres, d'autant plus dangereuses après l'entrée de l'imposant Dost. Le passage à deux attaquants a d'ailleurs bien aidé les Pays-Bas, qui ont alors allongé le jeu et mécaniquement fait reculer une équipe de France soudain moins sûre de sa force.

 

L'édifice a tenu jusqu'au bout mais pas sans frayeurs. Heureusement, comme dans tous les sports, on juge les erreurs en fonction de leurs conséquences. Et cette fois, tout s'est bien terminé.

 

 

 

 

 

 

Les gars

Peu sollicité directement, Lloris a dû effectuer une parade décisive devant Depay à la 89e minute. Un très bon match, donc.

 

On pourrait retenir contre Koscielny ses prises de risque, comme celle qui valut à la balle de toucher ses deux mains, mais puisque c'est passé, c'est encore une grande prestation – à sa manière, tout en engagement – qu'il faut saluer.

 

Avec lui, Varane a assuré la suprématie aérienne de la charnière et des interventions défensives brillantes. Tous deux ont aussi cherché de bonnes relances pour sauter les lignes, s'en chargeant même parfois balle au pied.

 

Kurzawa prend peut-être un peu trop au pied de la lettre la succession d'Évra. Volontaire offensivement (il a souvent trouvé les attaquants), il a laissé des espaces dans son dos en fin de match.

 

Sidibé a encore été plus convaincant, avec un gros volume de jeu. Même s'il a parfois manqué de justesse dans le dernier geste, ses initiatives ont beaucoup apporté, et son mix de puissance et de vitesse lui a permis de bien gérer défensivement son couloir.

 

Dénigré à l'excès ces derniers mois, Matuidi a réalisé une performance de haut niveau, sans se contenter de retrouver son niveau d'activité habituelle: ses passes en profondeur pour Payet puis Gameiro ont offert aux Bleus leurs deux premières occasions nettes (7e et 13e). Il a dû, au fil du match, s'attacher plus à défendre.

 

La prestation de Pogba éclipsera pourtant celle de son partenaire: d'abord appliqué et plutôt discret, son but l'a libéré et il a délivré de très belles ouvertures – notamment pour Gameiro (55e). Il s'est ensuite procuré deux occasion nettes: une tête sur corner repoussée par Stekelenburg (66e) et un une-deux avec Martial dans la surface (77e).

 

L'influence de Payet, qui avait trouvé Gameiro à la 7e minute et servi Pogba sur le but, a considérablement décliné dès la fin de la première période. Son étourderie a failli coûter cher à Koscielny et aux Tricolores (41e), et son remplacement n'a offusqué personne – même si Martial ne fera pas mieux.

 

Sissoko n'étonne plus que ceux qui ne se résolvent pas à le voir enchaîner des matches de ce niveau. Il a ponctué l'ensemble de son œuvre offensive et défensive par une charge en pleine surface qui aurait pu s'achever par un but (74e) – comme, d'ailleurs, son tir dévié plus tôt dans la partie (25e).

 

Les attaquants endossent une certaine responsabilité dans la très mauvaise gestion des nombreux contres, à l'image de Griezmann ne parvenant pas à servir Gignac pour un face-à-face avec le gardien (85e). Le Madrilène a apporté sa vivacité, mais n'a pas su être décisif.

 

Gameiro s'est plus souvent trouvé en position de marquer, mais il a échoué sur Stekelenburg (13e et 55e). Son activité ne lui a pas permis d'exister plus significativement.  

 

 

 

 

 

 

Vu du forum

=>> Zamalek - 21h03
Sur la chaîne L'Équipe, Domenech disait que le "facteur X" de la rencontre serait Promes. Résultat: il sort à la 16e. Toujours aussi fort, Raymond.

 

=>> Coach Potato - 21h21
Les ballons modernes sont vraiment un calvaire pour les gardiens.
=>> Zamalek - 21h24
On peut même parler de ballons post-modernes.

 

=>> Mevatlav Ekraspeck - 21h29
Payet latéral gauche, c'est non, donc.
=>> Breizhilien - 21h31
Après Koscielny attaquant, bel hommage de Deschamps au football total.

 

=>> Mama, Rama & Papa Yade - 21h34
Coman a du apprécier le but de Pogba. Koeman aussi, mais différemment.

 

=>> Gouffran direct - 22h06
J'en Alkmaar des passes ratées de Payet (mais j'Harlem quand-même).

 

=>> Back-T-Oblak - à 22h07
L'équipe de France est sur une série de dix matches où l'équipe qui a les pires coupes de cheveux gagne...

 

 

Les titres auxquels vous avez échappé

La digue du cul
Paul d'air et de feu
Promes n'a pas tenu
Sorry gouda game

 


Le titre est inspiré de Marf, les TAVAE sont de Gouffran direct, Mama, Rama & Papa Yade, Marf et Jamel Attal.
 

Partager

> sur le même thème

Les Bleus trouvent le point GG

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Richard N
2017-01-10

Fabien Barthez : un ver dans le fruit jaune

Le recrutement d'un grand joueur lors du mercato d'hiver n'est pas toujours une bonne idée. Il y a dix ans, un FC Nantes à la dérive avait pourtant cru à l'affaire du siècle avec Fabien Barthez.


Richard N
2016-12-27

Eder 2016, comme un papillon de nuit

Un jour, un but – Le 10 juillet 2016 au Stade de France, la frappe de l'attaquant portugais Eder fait mouche et brise le rêve d'un troisième sacre européen pour l'équipe de France.


Fulano
2016-11-18

Rythme et défense à trois : comment les Bleus peuvent-ils améliorer leur jeu ?

La France réagit plus qu'elle n'agit et peine à créer des choses face à des adversaires qui jouent regroupés. On peut pourtant imaginer des axes de progression, même si rien ne dit que la situation, renforcée par les bons résultats, ne convienne pas au sélectionneur.


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Sur le fil

RT @JulienMomont: Les penaltys ratés en PL cette saison. https://t.co/zwnFxhYt7E

RT @lemonde_sport: Présidentielle : le sport en rase campagne https://t.co/wxm9oYeD7q par @AWG_P et @y_bouchez #abonnés

RT @LucarneOpposee: Irak / Syrie : géopolitique de la guerre et football https://t.co/hM2YaCpWrG https://t.co/NInqkiJv5Y

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 13h01 - José-Mickaël : Il y a peu de "fillonnistes" par ici je crois. Mais je discute un peu sur un autre forum où ils... >>


Parties de campagne, bières, et football...

aujourd'hui à 12h54 - mr.suaudeau : [LYON] Plaine des Jeux de Gerland, dimanche 26 mars, 9h30 : - contact - Sid - bala -... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 12h49 - Run : Ouh, ca va vite. En FP1 Hamilton va 5.5 secondes plus vite que son tempsnde FP1 2016. 5.5... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 12h05 - Tonton Danijel : Ravio Vas-y Frankie, c'est bon! "Frank McCourt a découvert l'OM à un mariage" (lequipe.fr) >>


CDF sound system

aujourd'hui à 11h13 - coach_mimi : [PoS 2017] Petit point de règlement. On a la discussion chaque année, et j'avais oublié de le... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 09h57 - Jeanroucas : Les manches hybrides et les chevrons, c'est vraiment laid. >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 09h41 - Gouff : Bien déçu pour Michigan qui m'avait bien régalé aux deux premiers tours (et accessoirement... >>


Les stats, levant pire

aujourd'hui à 06h43 - Sens de la dérision : theviking 23/03/2017 à 23h50 T'as du te faire un peu suer pour récolter les données, non ?... >>


World Cup, the road to Doha

aujourd'hui à 03h14 - Tricky : Et triplé dans un match au sommet d'éliminatoires de Coupe du Monde en Amsud du milieu offensif... >>


In barry we trust

aujourd'hui à 01h56 - Gouffran direct : Baseball. World classic. Les États-Unis ont rossé Porto Rico 8-0 en finale pour remporter leur... >>


Les brèves

Paripatécienne

"PSG : une passe réussie en 10 minutes." (lequipe.fr)

96

"Le plus grand renversement de l'histoire." (lequipe.fr)

Frériscope

"Le frère de Serge Aurier en garde à vue." (sports.fr)

Lépine qui poursuit un but

"Médias : 'France Football' se réinvente." (lequipe.fr)

C'est rageant, Garcia

"Garcia est ‘enragé’." (lequipe.fr)