auteur
Dieudonné Bizimana

> article précédent

Revue de stress #110

> article précédent

Didier Deschamps, bilan critique

Pablo Aimar, de la malice et du désir dans les yeux

Brillant meneur de jeu, il n'a peut-être pas eu le palmarès qu'il aurait mérité. Mais Pablo Aimar, désormais retraité, a fait rêver beaucoup d'amateurs de football. Hommage.

Partager

 

Il est de notoriété public que le temps est un voleur; qu'il vous prend tout. Il vous prend d'abord le parfum d'insouciance de votre enfance, ensuite la fougue de votre adolescence et puis, comme il ne peut pas vous laisser à si bon compte, il vous fait croire toute votre vie adulte durant que vous pouvez rattraper le temps perdu. Moi, ce salaud m'a pris Pablo Aimar. Mon Pablo Aimar. Celui qui fendait l'air dans un maillot albiceleste beaucoup trop grand pour son petit corps frêle, qui détenait un mythique grain de beauté sur la joue droite et mettait des étincelles dans les yeux d'enfant de Lionel Messi.

 

 

En voyant les années faire subir à mon pauvre petit Pablo les contraintes du temps et lui susurrer sournoisement à l'oreille qu'il était de raccrocher ses crampons, le temps m'a pris mon amour. Car, voyez-vous, mon Pablo a fini par sagement croire ce que le poids des années et des blessures à répétitions lui disait sans détour depuis un certain temps: mieux valait quitter cette profession la tête haute et couvé par l'affection du peuple de l'Estadio Monumental qu'après le tacle de trop. C'est ce que les hommes raisonnables font et ce que Pablo fit. Mon cœur fragile d’aficionado, qui battait la chamade depuis un gris après-midi de 2009 pour un clown, payaso en VO, eut cependant bien du mal à accepter que c'était la fin, que la rideau allait tomber et que son amour n'était plus.

 

Bien sûr, ma tête, tout aussi raisonnable que celle de Pablo Aimar, tenta de me consoler. Elle me rappela que je pouvais toujours m'extasier seul, dans mon salon, devant la conduite de balle de Javier Pastore, Andrés Iniesta ou Lionel Messi, mais mon cœur ne se laissa pas convaincre. Car il savait. Il savait que Pablo était un tout autre type de joueur, même s'il détenait pas le même talent. Il était le joueur de mon adolescence. Celui dont on ne se remet pas. Celui qui me fit comprendre qu'il n'y pas que de futiles et frivoles statistiques pour expliquer la magie qui se produit quand un joueur épouse le ballon pour ne former qu'un. Le joueur qui m'aida à faire face aux tactiques résolument pragmatiques de José Mourinho et ses disciples, qui me rappela pourquoi les écrits froids de Charles Bukowski ne me rejoignaient pas.

 

Qu'on se comprenne bien, je suis lucide. Pablo Aimar n'avait pas l'insolence d'un Juan Roman Riquelme, la lucidité d'un Diego Milito voire même l'élégance d'un Fernando Redondo. À mes yeux, il était beaucoup plus que cela. Pablo, c'était l'art de partir à l'abordage sans calcul et le rappel incessant que le génie est fragile. Qu'une bonne partie de foot, c'est comme un bon tango: des acteurs qui dansent en communion, des chaussures cirés, des mouvements de hanche brusque, de la malice et du désir dans les yeux – et beaucoup de sueur. Rien de plus. Rien de moins.

 

Partager

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Christophe Zemmour
2019-05-14

Reds ahead redemption

La saison de Premier League s’est achevée sur une note frustrante pour Liverpool, dauphin de City malgré 97 points. Il ne faut pourtant pas oublier à quel point cette campagne fut brillante et qu’elle ne marque peut-être qu’une étape.


Philippe Rodier
2019-05-10

Diego Simeone et Claudio Ranieri, influences oubliées ?

De tout temps, les exploits ont existé dans le football. Essayons tout de même de remonter l’horloge pour comprendre comment la machine s’est emballée.


Sean Cole
2019-03-28

Ashley Cole, la mauvaise réputation

When Saturday Comes – Malgré plus de cent sélections en équipe d'Angleterre et une vitrine pleine de trophées, l'arrière gauche, injustement mésestimé, n'a jamais pu se débarrasser de son image de mercenaire.


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Sur le fil

RT @richardcoudrais: [Rappel] Il y a 30 ans, le 26 mai 1989 à Anfield, Arsenal remporte le titre de champion d’Angleterre grâce à un but in…

Podcast : l’OM, droit au flop (stratégique ?) - https://t.co/t34aOuM8MT via @Julien_Pillot

RT @lemonde_sport: Coupe du monde de football 2019 : un festival de films pour casser les préjugés https://t.co/wiZNL0mR7F

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 09h16 - Utaka Souley : Edji, je ne suis pas sûr de te comprendre. "Admettre le libéralisme", tu entends ça comment ?... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 08h54 - khwezi : Jus de Ninoaujourd'hui à 07h59La potentielle bonne nouvelle pour vous c’est qu’à priori un... >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

aujourd'hui à 08h51 - Utaka Souley : Dans les 11 de "légende", personne pour citer Valderrama ou Lolo Blanc ?Je suis pas très fort... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 08h40 - El Mata Mord : Tiens, ça me rappelle un film d'animation : "199 tours d'un combat acharné pour en arriver là !" >>


EAG, les paysans sont de retour

aujourd'hui à 08h37 - A la gloire de Coco Michel : Il fait 2 saisons. La première il est bon, et on finit 7e (explosion Drogba Malouda).La deuxième... >>


Le Ch'ti forum

aujourd'hui à 08h10 - Seven Giggs of Rhye : J'espère que l'équipe gérera mieux les deux matchs que le club ne gère la billetterie. Pour le... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 08h02 - Dan Lédan : On ne change pas une équipe qui gagne (même si il y a d excellents substitutes sur cet album) >>


Les CdF : cahiers de doléances

aujourd'hui à 00h06 - Breizhilien : L'amour Durix26/05/2019 à 23h03C'est bien ce que je me disais. Merci. Contrairement à avant, on... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 00h02 - Rolfes Reus : Classicoaujourd'hui à 20h58### SPOILER GOT SAISON 8 ### SPOILER GOT SAISON 8 ### SPOILER GOT... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

26/05/2019 à 23h41 - theviking : Je viens de voir la finale de Strasbourg entre Garcia et une jeune ukrainienne. C'est autorisé... >>


Les brèves

Alliance Arena

"Quand un arbitre assistant demande sa collègue en mariage." (lequipe.fr)

Prendre les shots les uns après les autres

"Hugo Lloris, le mister penalties de Tottenham." (lequipe.fr)

Milieu de tableau

"Rembrandt s'invite sur le ballon du Championnat des Pays-Bas." (lequipe.fr)

Trafic de coquines

“Football : la Colombie rattrapée par le mouvement ‘Me too’.” (ouest-france.fr)

Veuvage

"Pepe cherche à trouver la solution en solitaire." (lequipe.fr)