auteur
Dieudonné Bizimana

> article suivant

Revue de stress #163

> article précédent

Revue de stress #110

> article précédent

Didier Deschamps, bilan critique

Pablo Aimar, de la malice et du désir dans les yeux

Brillant meneur de jeu, il n'a peut-être pas eu le palmarès qu'il aurait mérité. Mais Pablo Aimar, désormais retraité, a fait rêver beaucoup d'amateurs de football. Hommage.

Partager

 

Il est de notoriété public que le temps est un voleur; qu'il vous prend tout. Il vous prend d'abord le parfum d'insouciance de votre enfance, ensuite la fougue de votre adolescence et puis, comme il ne peut pas vous laisser à si bon compte, il vous fait croire toute votre vie adulte durant que vous pouvez rattraper le temps perdu. Moi, ce salaud m'a pris Pablo Aimar. Mon Pablo Aimar. Celui qui fendait l'air dans un maillot albiceleste beaucoup trop grand pour son petit corps frêle, qui détenait un mythique grain de beauté sur la joue droite et mettait des étincelles dans les yeux d'enfant de Lionel Messi.

 

 

En voyant les années faire subir à mon pauvre petit Pablo les contraintes du temps et lui susurrer sournoisement à l'oreille qu'il était de raccrocher ses crampons, le temps m'a pris mon amour. Car, voyez-vous, mon Pablo a fini par sagement croire ce que le poids des années et des blessures à répétitions lui disait sans détour depuis un certain temps: mieux valait quitter cette profession la tête haute et couvé par l'affection du peuple de l'Estadio Monumental qu'après le tacle de trop. C'est ce que les hommes raisonnables font et ce que Pablo fit. Mon cœur fragile d’aficionado, qui battait la chamade depuis un gris après-midi de 2009 pour un clown, payaso en VO, eut cependant bien du mal à accepter que c'était la fin, que la rideau allait tomber et que son amour n'était plus.

 

Bien sûr, ma tête, tout aussi raisonnable que celle de Pablo Aimar, tenta de me consoler. Elle me rappela que je pouvais toujours m'extasier seul, dans mon salon, devant la conduite de balle de Javier Pastore, Andrés Iniesta ou Lionel Messi, mais mon cœur ne se laissa pas convaincre. Car il savait. Il savait que Pablo était un tout autre type de joueur, même s'il détenait pas le même talent. Il était le joueur de mon adolescence. Celui dont on ne se remet pas. Celui qui me fit comprendre qu'il n'y pas que de futiles et frivoles statistiques pour expliquer la magie qui se produit quand un joueur épouse le ballon pour ne former qu'un. Le joueur qui m'aida à faire face aux tactiques résolument pragmatiques de José Mourinho et ses disciples, qui me rappela pourquoi les écrits froids de Charles Bukowski ne me rejoignaient pas.

 

Qu'on se comprenne bien, je suis lucide. Pablo Aimar n'avait pas l'insolence d'un Juan Roman Riquelme, la lucidité d'un Diego Milito voire même l'élégance d'un Fernando Redondo. À mes yeux, il était beaucoup plus que cela. Pablo, c'était l'art de partir à l'abordage sans calcul et le rappel incessant que le génie est fragile. Qu'une bonne partie de foot, c'est comme un bon tango: des acteurs qui dansent en communion, des chaussures cirés, des mouvements de hanche brusque, de la malice et du désir dans les yeux – et beaucoup de sueur. Rien de plus. Rien de moins.

 

Partager

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Christophe Zemmour & Richard N
2019-02-14

Banks 1970, l'arrêt du siècle

Un jour, une parade – Le 7 juin 1970, à Guadalajara, le roi Pelé marque un but que le gardien anglais Gordon Banks annule d'un réflexe extraordinaire. L'histoire a retenu qu'il s'agit du plus bel arrêt de tous les temps.


Christophe Kuchly
2019-02-04

Le journal du jeu #10 : les failles mancuniennes et le renouveau du Bayer

Et toujours aucun match nul pour Tottenham... • United: des victoires et des problèmes • Leverkusen: changement de cap


Christophe Kuchly
2019-01-29

Le journal du jeu #9 : Atalanta et Séville, défenses à trois et attaquants adroits

Une édition aussi longue que la visite médicale de Paredes. • Atalanta-Roma: un nul, deux approches • Séville: vive la polyvalence!


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Sur le fil

RT @DBC_LOSC: A écouter : "Les joueurs de l'équipe de France de football" dans La Marche de l'Histoire sur @franceinter Invité : @FDaRocha…

La Revue de stress, menu best of. https://t.co/hhrtRxszp0 https://t.co/X5N3jWMVRp

RT @Horsjeu: Dernier rappel avant le prochain. Ce soir 20h, sur https://t.co/gYloXNKeRm, Radio Horsjeu #06 en présence de @jeromelatta Soy…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 10h07 - Mevatlav Ekraspeck : Pas de tournoi, retour aux affaires courantes et domestiques ce week-end.Pour ceux à qui l'état... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 09h54 - Gouff : Je suis pas loin de penser que les critiques sur le ASG et que -quand même depuis quelques années... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 09h54 - Di Meco : The man who knew too much, ça compte ? >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 09h42 - Jus de Nino : C’est peut être même le seul joueur de champs qui a été bon pendant toute la saison. >>


LA GAZETTE : Les gestes / Les antigestes

aujourd'hui à 09h41 - Jus de Nino : Un petit geste en passant : le contrôle - passe en aile de pigeon de Fekir qui amorce une occasion... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 09h39 - L'amour Durix : @footballeurdudimancheDu coup le stade n'étant plus suspendu, tu vas pouvoir aller voir le... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 08h59 - El Mata Mord : RavioGalère Germain >>


Le Peuple de Malherbe

aujourd'hui à 08h57 - Yul rit cramé : C'est à dire que, déjà, quand on met quelqu'un dans les pattes de l'entraîneur, c'est rarement... >>


LdC : La Ligue des Cahiers

aujourd'hui à 08h57 - Marius T : Aujourd’hui cinq membres de l’Essaim Hurleur vont se retrouver pour aller ensemble voir un... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 08h49 - Yul rit cramé : Oui mais sans cet effondrement, on aurait complètement pu finir 3eme, donc il y avait un risque.Ne... >>


Les brèves

Kamil Gros beef cuit

"Près de 800 kg de viande avariée polonaise découverts dans neuf entreprises en France." (lemonde.fr)

Henrique : arrhes, sinon rien

"Les mauvais comptes de Henrique." (lequipe.fr)

Et mer...

"Le mercato inachevé du PSG." (lemonde.fr)

Marquer son époque (une fois sur dix)

"Jean-Michel Aulas rêve d'Olivier Giroud" (lequipe.fr)

Carence Seedorf

"Lille pense à Leroy Fer (Swansea)." (lequipe.fr)