auteur
Gilles Juan

 

Footballeur du dimanche et philosophe de comptoir. @Gilles_Juan


Du même auteur

> article précédent

La Juventus veut faire équipe

Opportunisme olympique

Mardi, Sakho a fait preuve d’un opportunisme extraordinaire. D’autres opportunistes lui ont alors emboité le pas. Discutons le concept.

Partager


Il s’agit de régler son compte au discours suivant:
"On disait les Bleus finis ;
Mais on ne s’est pas trompés en les disant finis ;
En effet, c’est parce qu’on les a dit finis qu’ils se sont révoltés ;
Moralité : on avait donc doublement raison de les dire finis (d’une part ils l’étaient, d’autres part, vu qu’on leur a dit…)".

Il s’agit d’une forme particulière de discours opportuniste.
 


Opportunismes : des finitions

La chanson de Dutronc incarne la définition de l’opportunisme qui est devenue standard: l’image de la veste retournée, toujours du bon côté, associe à la notion une dimension franchement péjorative.
 

 


 

L’opportunisme s’est ainsi éloigné de son étymologie. L’usage approprié d’opportunus, en latin, concernait le vent qui arrivait impeccablement pour rapprocher le bateau du port. Est opportun, initialement, ce qui est utile, avantageux. Ce qui tombe à pic. C’est dans le foot, vraisemblablement (mais je ne suis pas objectif), qu’on entretient le mieux cette tradition du sens valorisant de la notion: nul ne pense sérieusement que l’opportunisme de Sakho contre l’Ukraine ait été le fait d’un caractère insupportable. Sakho a eu une "attitude consistant à régler sa conduite selon les circonstances du moment, que l'on cherche à utiliser toujours au mieux de ses intérêts" (la définition neutre du mot sur larousse.fr). Lorsqu’il n’est plus question du vent ni du hasard, ce qui tombe bien est alors le résultat d’une compétence: s’être placé au bon endroit, au bon moment. Avoir contribué à ce que le hasard se combine bien par la pertinence ou l’audace de son positionnement, par la vivacité de ses réflexes.
 

"Celui qui retourne sa veste" reste cependant une possibilité de l’opportunisme traditionnel: entre celui qui adapte sa conduite aux circonstances et celui qui se renie volontiers pour le faire, il n’y a qu’un pas. Mais si un courant politique a pu s’appeler "l’opportunisme" sous la troisième République, c’est parce qu’il peut y avoir, derrière l’idée d’adaptation, celle de pragmatisme: il n’y a pas de mal, en soi, à suspendre son jugement en attendant de voir ce que dicteront de pertinent les circonstances.
 


Toujours du bon côté?

Ne tournons plus autour du pot: quels opportunistes sont les commentateurs et auteurs qui ont subi un gros vent contraire mardi soir? Ne sont-ils pas, finalement, d’honorables gens pragmatiques? N’ont-ils pas, en outre, le talent de tourner les voiles dans le sens adéquat? Ou bien sont-ils des girouettes subissant les bourrasques pour se mettre toujours dans le sens de la course à l’audience?
 

On ne peut pas dire que ces gens-là (pas "les médias", hein… "Certains") ont été au opportunistes au sens valorisant du terme: la condition de ce pragmatisme est le refus de se prononcer a priori. On dépend des circonstances, mais on dit et on assume qu’on dépend des circonstances. On se rend disponible aux circonstances. En attendant de voir ce qu’il faudra faire, on ne dit rien d’autre que ce que l’actualité dit qu’il faut faire. Tel Inzaghi à la pointe de l’attaque, on traîne en apparence, on se fait discret, dans l’idéal on se fait oublier, et on s’adapte à la circonstance, c’est-à-dire à la limite du hors-jeu. Et on est à l’affut, excité à l’idée qu’une situation critique se présente et qu’on agisse alors en fonction d’elle.
 

Or certains n’ont pas eu cette sagesse stratégique, ils n’ont pas annoncé qu’ils attendaient de juger sur pièce, de voir si l’équipe de France allait donner une autre image que celles qu’elle avait apparemment donnée au premier match – ils se sont emportés, ils se sont permis d’incendier, de généraliser, d’exécrer. L’opportunisme n’est pas celui qui attend de voir la situation. Il est celui qui passe d’un extrême à l’autre, sans vergogne. Certains ont même, en se retournant, osé le renversement le plus culotté: loin d’assumer l’opportunisme du discours, ils ont insisté sur son opportunité.
 


De toutes les parties

Pour filer la métaphore, l’habileté pragmatique consisterait à s’adapter aux circonstances pour tracer une route vaguement tracée; l’opportunisme traqué ici choisit de prendre toujours le sens du vent, quitte à devoir faire demi-tour, tout en ne cessant de crier non seulement que cette fois c’est sûr, c’est par-là, mais en plus (toupet suprême !) qu’il avait nécessairement fallu croire que c’était par là-bas pour trouver au final la bonne route. C’est bien commode, surtout quand on ne sait pas où on va, naviguant à vue, sans cartes ni compas: certains "capitaines" ne voient pas plus loin que le bout du résultat. Maintenant faisons-les démâter.
 

Pour ce faire, il y a une chose quelque chose qu’il faut rappeler, et qui n’est paradoxale qu’en apparence: c’est extrêmement facile, de dire toujours vrai. Il n’y a rien de plus facile. "Vendredi la France n’a pas fait le match qu’il fallait". "Mardi la France a fait le match qu’on attendait d’elle". C’est vrai. C’est très vrai, non pas bien que, mais parce que c’est facile à dire. On peut même le dire en criant pour que ça ait l’air très très vrai.
 

Pour dire quelque chose de vrai, il suffit de dire… quelque de vague. D’inconsistant. Les horoscopes ne disent que des choses vraies ("un beau moment vous attend cette semaine", "un certain manque d’engagement à un moment de la journée"). Et lorsqu’on a atteint le dernier stade de la superficialité, et qu’en plus on est très convaincu par ce qu’on dit, nos mots peuvent alors couvrir toutes les situations. "Ça va se jouer à des détails!" On se demande bien ce qui peut ne pas se jouer à un détail, dans le foot. De même, quel qu’aurait été le résultat mardi, les réactions de samedis avaient été suffisamment creuses pour s’accommoder de tous les cas de figure mardi minuit. Le discours objectif se reconnait… à ce qu’il peut se tromper, à ce qu’il peut être pris à défaut par des explications plus précises encore, proposant des interprétations plus cohérentes encore, et expliquant plus habilement les faits. Par opposition, le discours des usurpateurs ne se laisse jamais attraper (tu es verseau, tu es gentil. Tu n’es pas gentil? C’est l’antécédent…).
 

Moralité : la condition pour dire tout et son contraire, la condition de la pirouette, est de combiner suivisme et superficialité. Une certaine définition de l’opportunisme. Ça ne marche pas quand on ne dit rien: le vent exige tout de même que les réactions à chaud aient le poids minimum pour qu’il y ait une résistance minimale à faire tourner – à l’instar de la girouette, qui elle n’a cependant pas le choix de faire autrement.
 


Épilogue

D’autres craignait craindre que le stade de France ferait preuve d’opportunisme pragmatique, voire d’un certain scepticisme, et que les supporters crispés diffèreraient leur décision, pour fêter dans un cas, ou siffler dans l’autre. Il peut être en effet tentant de ne pas se prononcer puis de crier, quelle que soit la situation finale: "C’était sûr! On le savait…" Mais les supporters du stade de France n’ont pas été un douzième homme "attentiste" (au contraire du douzième Pie, donc) et opportuniste en ce sens. Avant même que ne débute l’épopée des Bleus mardi, les supporters ont donné de la voix avec beaucoup d’énergie, portée par l’espoir et l’envie plus que par la confiance, à l’image des joueurs galvanisés non pas grâce à, mais malgré l’environnement médiatique.

 

Partager

> déconnerie

Jurietti, le film

> du même auteur

Pogba, un bras raccourci

Les médias et les journalistes


Jacques Blociszewski
2019-10-01

Non, un match de foot n’est pas une histoire

Tribune – Le football ne raconte pas d'histoire, mais la télévision s'en empare pour imposer et son propre storytelling.


Jérôme Latta
2019-05-17

Comment faire du journalisme avec les stats ?

Une Balle dans le pied – Pour réellement valoriser les statistiques, les médias spécialisés doivent arrêter de lancer des chiffres qui ne disent rien, et prendre le parti de faire du journalisme avec les données. 


Nadine Zamorano
2019-04-18

L'invention du consultant

Comment s'est imposé le "consultant" de foot, dont le nom et le principe viennent du monde de l'entreprise et du conseil, et dont la fonction n'est pas toujours allée de soi?


>> tous les épisodes du thème "Les médias et les journalistes"

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 12h42 - Monsieur Jo : Je pense qu'Olpeth rapprochait la situation des juifs en France dans les années 30, pas en... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 12h29 - gurney : T'aurais du dire que tu parlais de foot féminin, ça pouvait passer. >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 12h25 - Run : Voila, ici, c'est mieux. Les 3 courses avec que qualifs en test n'ont pas ete adopte. Pas... >>


Le fil prono

aujourd'hui à 12h22 - Parangon : Coty Week 7Chiefs@Broncos 22-14Raiders@Packers 14-18Rams@Falcons 36-3049ers@Redskins... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 12h17 - De Gaulle Volant : Triangle des Bernès"OL: Genesio dénonce les complots dans le foot français" (bfmtv.com) >>


La vie et l'avis des coaches

aujourd'hui à 12h15 - dugamaniac : De jolis golf?https://tinyurl.com/yxw5kq99Pas gentil l'article mais marrant >>


Messages de service

aujourd'hui à 11h42 - Danishos Dynamitos : Pour le vivre assez personnellement, on écrit toujours pour soi. Au début, on a le plein de... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 11h36 - ParisHilton : beltramaxiaujourd'hui à 10h24Le cas Gueye vient rajouter une couche de mystère, lui qui ne s'est... >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 11h33 - Dan Lédan : Je ne connaissais pas et c'est effectivement un super outil ..En 3 clicks j'ai fait une image avec... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 10h17 - Tonton Danijel : Personne n'ose commenter "Joker"? Allons-y donc.Personnellement, un pari difficile et plutôt... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)