auteur
René Coquin

> article suivant

Anelka, trop bien compris

> article suivant

Revoir Guadalajara

> article précédent

Us et abus de la data

Ode à Blaisou

Dans un style bien à lui, Blaise Matuidi a su s'attirer l'amour du public parisien, qui raffole de ses chevauchées. Hommage forcément un peu partisan.

Partager

 

[Texte d’inscription soumis par René Coquin]

 

L’élégance s’est faite homme. Tête rentrée dans les épaules, articulations métalliques, dos voûté, Blaise Matuidi aurait pu choisir de faire carrière dans le Ballet de l’Opéra de Paris. Mais il a décidé d’exercer son art sur un terrain de football.

 

Capable de se déséquilibrer en tentant une frappe comme de récupérer un ballon entouré de trois joueurs, le milieu du Paris Saint-Germain a créé un style footballistique unique. Certes, d’autres joueurs avant lui ont misé sur leur hargne pour s’imposer sur les terrains mais, à la différence de ses prédécesseurs, Blaise a su transformer ses limites techniques en arme décisive pour son équipe.

 


Parfois surhomme...

À le voir exécuter un contrôle sur trois mètres, quel défenseur peut s’attendre à ce qu’il surgisse sur son côté gauche pour adresser un centre millimétré à Edinson Cavani? La défense de Chelsea est restée aveugle. À le voir courir balle au pied, quel gardien de but peut prévoir son arrivée impromptue au second poteau pour pousser le ballon du tibia au fond des filets? Imprévisible (il ne sait pas lui-même ce qu’il compte faire avec cette chose qui lui encombre les pieds), Matuidi n’est jamais là où on l’attend.
 

 


 


Mais pour être capable de créer la surprise à tout moment, il faut disposer du coffre nécessaire. Miracle de la science, Blaise a bien plus que deux poumons. Infatigable, il écœure ses adversaires en revenant systématiquement pour les gêner quelle que soit sa position sur le terrain. Imaginez le souffle rauque sur votre nuque de ce bestiau de 70 kilos lancé à plus de 30 km/h et vous comprendrez qu’il est difficile de garder la lucidité nécessaire qui permet de ne pas perdre la balle.

 

C’est cette capacité à ne jamais renoncer même quand tout semble perdu qui le rend si efficace. Dans un blockbuster américain, il serait ce héros qui, au moment où l’humanité pense que sa fin est inéluctable, se lève au milieu d’un champ de ruines magnifié par une musique mélodramatique pour dire: “Tout n’est pas fini, il reste un espoir et nous allons nous battre.” C’est cet esprit d’optimisme aveugle qui permet à Blaise de courir tête baissée et yeux fermés au milieu de trois adversaires et de conserver la balle en obtenant douze contres favorables. Là où Ibrahimovic ou Pastore attendront souvent sagement le ballon dans les pieds sans faire l’effort pour le récupérer après une passe imprécise, Matuidi le fera toujours – parfois en vain mais c’est aussi pour cela qu’on l’aime.

 


… mais tellement humain

Une telle débauche d’énergie sur la durée peut entraîner quelques passages à vide. Émoussé par sa dernière saison comme par sa Coupe du monde au Brésil, Blaise a connu un petit coup de pompe inhabituel lors de ce début de saison. Ses statistiques en attestent: seulement trois passes décisives et un but avec le PSG pour l’instant en 2014/15, alors qu’il avait terminé avec sept buts et six offrandes en 2013-2014. Mais Blaise semble renaître au meilleur moment de la saison. Ses derniers matches ont montré qu’il était revenu à son apport habituel, grattant des ballons, perforant la défense: combinant sur le côté gauche avec Maxwell et Pastore, il pourrait être l’un des éléments décisifs de Paris sur cette fin de saison.

 

La mauvaise foi de supporter n’empêche pas de reconnaître les quelques carences de l’ami Blaise. On ne s’étalera pas une nouvelle fois sur sa conduite de balle, la précision de ses passes ou encore ses contrôles tellement imprévisibles qu’ils déséquilibrent les adversaires.. On passera rapidement sur sa qualité de frappe, seulement concurrencée par celle de poussin asmathique de Marco Verratti. Mais on lui reprochera plus volontiers de manquer encore un peu de charisme auprès de ses coéquipiers. Avec sa mentalité de guerrier, il pourrait s’affirmer un peu plus pour transcender son équipe.

 

Mais un fait reste immuable: Blaise fait peur. Pas seulement à ses partenaires lorsqu’il tente, sans raison, un dribble maladroit, mais surtout à ses adversaires. Ratisseur, dynamiteur, fossoyeur, il est le milieu indispensable que toute équipe rêve de posséder. Ce genre de joueurs qui vous permet de garder le contrôle du jeu et de gagner des matches. Travailleur de l’ombre (et dans l’obscurité, il inspire d’autant plus de frayeur), Blaise n’aura jamais le doit à la lumière projetée sur un Messi ou un Ronaldo. Mais il continuera à faire briller son équipe avec sa classe si particulière.

 

Partager

> sur le même thème

La Gazette de la L1 : 38e journée

Le championnat de France


Jérôme Latta
2019-09-13

La Ligue 1 a-t-elle sa place dans le "Big 5" ?

Une Balle dans le pied – Que diable fait le championnat de France dans le "Big 5 européen? Examinons la légitimité de cette appellation contestée, qui a pourtant la faveur des économistes du sport.


Richard N
2019-05-31

Platini à Nantes, le rêve de Lagardère

En 1979, le nom de Michel Platini est discrètement évoqué dans les couloirs du Football Club de Nantes. Rien ne s'oppose à un transfert, sinon la frilosité des dirigeants. Le club nantais a-t-il raté un rendez-vous avec son histoire?


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-29

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Le forum

Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 14h16 - FPZ : Le buteur avec le moins de temps passé sur un terrain de L1 ? >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 14h15 - Milan de solitude : Heureusement que vous y croyez. Que ne faudrait-il pas ? Victoire sans but encaissé à l'aller, la... >>


O TéFéCé

aujourd'hui à 14h07 - Pascal Amateur : Un seul président envisageable : Christophe Boucher. >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 13h59 - El Mata Mord : 15 points de pénalité au championnat pour Racing Point suite à la recevabilité de la... >>


Tout en haut du Nou Camp

aujourd'hui à 13h58 - Christ en Gourcuff : Cette liste est quand même à prendre avec des pincettes...Sergi Roberto par exemple je ne vois... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 13h49 - casartelli : J'ai écouté ED face à PC, j'au surtout rien comprisElle veut de toute évidence ne se fâcher... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 13h47 - Danishos Dynamitos : « Très client, j'espère que les promesses tiennent sur la suite de la série »Oui c’est le... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 13h43 - leo : suppdebastilleaujourd'hui à 12h43Mais les 5 changements, ce n'est pas une décision du Board? Les... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 13h43 - 2Bal 2Nainggolan : Clairvoyant Touzé quand il parle de confiance en soi lors des sprints.Je souhaite à Jakobsen de... >>


Habitus baballe

aujourd'hui à 13h42 - Pascal Amateur : Ah bon dieu, triste nouvelle, parcours atypique, beaucoup d'intelligence. >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)