auteur
Rémi Belot

Du même auteur

> article suivant

Revue de stress #127

> article précédent

Des chiens avec les joueurs

> article précédent

Sirieix roi

Neymar, prophète du foot décroissant

L’arrivée de Neymar au PSG, qui semble se confirmer, révèle surtout l’incohérence des supporters de football. Et s’il nous invitait, en fait, à cesser d’être schizos? 

Partager

 

Difficile de lister l’ensemble des critiques entendues depuis quelques semaines et l’annonce de la possible signature de Neymar au PSG. En vrac, on peut citer l’atteinte au fair-play financier, la dérive du football business à des sommets encore jamais atteints ou encore le caractère inédit de l’intervention d’un État souverain dans l’économie du football…

 

Il n’est pas question ici de savoir qui a tort ou qui a raison: tous ces arguments se défendent plus ou moins, et chacun hiérarchise son courroux en fonction de son échelle de valeurs. Pour autant, dans ce concert d’indignations, on découvre avant tout une forme d’incohérence, pour ne pas dire d’hypocrisie, chez une grande partie des observateurs et supporters de football.

 

 

 

Indignation à géométrie variable

Soyons clairs: si Frank McCourt, Jean-Michel Aulas ou tout autre président de club avait mis les mêmes montants sur la table pour recruter le Brésilien ou l’un de ses semblables lors de ce mercato d’été, nul doute qu’une grande majorité des suiveurs de chacun des clubs concernés aurait applaudi des deux mains. Que ces formations ne puissent pas économiquement réaliser une telle transaction ne change rien à l’affaire: la question, au fond, n’est pas celle de l’équité économique et sportive. Car voilà bien longtemps que cette notion cède sous les coups de boutoir du football business sans émouvoir outre mesure les supporters des clubs à qui cela bénéficie.

 

Prenons deux exemples, parmi tant d’autres: on a peu vu les Lyonnais s’emporter contre les prises de position de Jean-Michel Aulas lorsqu’il militait pour une répartition moins égalitaire des droits TV. Quant aux supporters de l’OM, pour beaucoup, ils ne concevaient pas de souci éthique particulier à ce que Robert Louis-Dreyfus investisse à fonds perdus dans leur club, en dépit de toute rentabilité économique, à la fin des années 90.

 

Disons-le tout net: la signature de Neymar ne révolutionne pas le modèle économique du football actuel, et ne justifie en rien un changement de paradigme. Elle n’est que l'aboutissement logique des évolutions navrantes des vingt dernières années: inflation exponentielle des transactions, montages financiers et fiscaux douteux, jeux d’influences et manipulations médiatiques… À la limite, concédons qu’elle puisse en être la caricature. Il n’en reste pas moins que l’exaspération, aujourd’hui, est avant tout à géométrie variable, selon les intérêts de son propre camp.

 

 

Pour un football décroissant

Il y a donc là une forme de schizophrénie flagrante chez la plupart des amateurs de football. Elle se cristallise d’ailleurs souvent pendant cette période de marché aux bestiaux estival, où les supporters guettent la moindre rumeur de transfert avec un appétit de Biafrais. Ces mêmes supporters, qui, bien souvent, verront d’un très mauvais œil qu’un joueur quitte leur équipe fétiche au bout de quelques mois seulement. Comment réclamer la fidélité au maillot quand on demande, dans le même temps, un perpétuel renouvellement de chair fraîche dans son club favori?

 

Cette dérive consumériste, au final, nous touche tous, dans nos comportements de supporters comme dans nos choix de consommation du spectacle sportif: quand il s’agit d’accumuler les abonnements aux chaînes à péage pour profiter d’une offre de matches XXL; ou lorsque nous dépensons chaque saison une année de baisse des APL pour arborer le maillot flambant neuf de notre team favorite. Chacun de ces choix cautionne la dérive ultralibérale du monde du ballon rond. Rien ne nous empêche pourtant, à notre échelle, de cesser de nourrir la surenchère ("plus de transferts dans mon club", "plus de foot à la télé", "plus de maillots dans mon armoire")…

 

Et si, paradoxalement, l’arrivée de Neymar au PSG nous invitait à nous convertir en consommateurs raisonnés, apôtres d’un football décroissant? 

Partager

> Dossier

Le bizness

Le bizness


Jérôme Latta
2017-10-10

Euro 2016 : un grand coût derrière la tête

Des charges excessives pour les collectivités, un État en position de faiblesse face à l'UEFA, des stades trop grands et trop chers: la Cour des comptes vient de publier un rapport sévère pour l'organisation de l'Euro 2016. 


Plumitif
2017-10-01

L'UEFA et la FIFA, “facilitateurs d’un système corrompu”

Ainsi le Parlement européen a-t-il qualifié l'UEFA et la FIFA, que la crise financière de 2007 avait invités à mieux réguler l'économie du football. Dix ans plus tard, leur bilan est celui d'un sport encore plus inégalitaire, dérégulé et opaque. 


Jérôme Latta
2017-09-20

Transferts : derrière les records, un ordre clair

Une Balle dans le pied – Le mercato estival 2017 s'est achevé sur des chiffres spectaculaires. Et sur le constat que si l’inflation des transferts coûte cher aux clubs les plus riches, elle renforce aussi leur domination.

 


>> tous les épisodes du thème "Le bizness"

Sur le fil

"Le système n'étant pas infaillible, les arbitres ont décidé de se passer de la GLT pour la reprise de la rencontre… https://t.co/DS85DfgidH

RT @corcostegui: RT @lequipe Disneyland et les sportifs, histoire d’un conte de fées https://t.co/CkCmKc1BLY

Les Cahiers sur Twitter