auteurs
Richard N et Christophe Zemmour

> article suivant

Boksic, à en perdre Alen

> article précédent

La Gazette de la L1 : 30e journée

Nayim 1995, un but tombé du ciel

Un jour, un but – Le 10 mai 1995 au Parc des Princes, David Seaman, gardien d’Arsenal, encaisse un but tombé du ciel. Une gaffe de dernière minute qui fait perdre aux Gunners la finale de la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupes.

Partager

 

Sur un dégagement en six mètres d'Andoni Cedrún, gardien du Real Saragosse, le ballon arrive dans le camp d'Arsenal. Pressé par Gustavo Poyet, Tony Adams repousse de la tête. Le ballon rebondit sur la droite du terrain, vers Mohammed Ali Amar, dit Nayim. Nous sommes à la dernière seconde du match. Le milieu des Blanquillos contrôle de la poitrine et tente une frappe impossible.

 

Nayim Seaman 1995

 


De quarante mètres

Arsenal-Saragosse, ce 10 mai 1995, c'est la finale de la Coupe des vainqueurs de coupes disputée au Parc des Princes. Les Londoniens sont les tenants du trophée, mais celui-ci a la réputation de toujours échapper à son détenteur. Le Real Saragosse a ouvert le score à la 68e grâce à son attaquant argentin Juan Eduardo Esnáider, auteur d’une splendide frappe du pied gauche en pivot. Huit minutes plus tard, les Gunners égalisent par John Hartson, l’incorrigible Ian Wright profitant de la confusion pour… faire croire qu’il est l’auteur du but.

 

Alors que l'on dispute les dernières secondes de la prolongation, les quelques quarante mille spectateurs du Parc se résignent à vivre la séance des tirs aux buts. Un exercice qu'Arsenal ne craint guère: David Seaman s’y est forgé une petite réputation, auréolé des trois penalties stoppés en demi-finale contre la Sampdoria de Gènes. Mais le ballon rebondit vers Mohammed Nayim. Le joueur hispano-marocain, sur le coté droit du terrain, ne peut servir son attaquant Esnáider, en position de hors-jeu. Il voit en revanche que David Seaman est avancé. Alors, pourquoi pas? Le milieu des Blancs sent le coup et tente sa chance. De quarante mètres.

 

La frappe du numéro 8 est légèrement fouettée de l'extérieur du pied droit. Le ballon s’envole dans la nuit parisienne. David Seaman le suit des yeux, sans s’inquiéter outre mesure. Il recule de quelques pas, mais il est persuadé que ce ballon va partir au-dessus. À moins que... Imperceptiblement, le cuir perd de l’altitude et semble bien piquer vers la cage. Le portier anglais recule encore de quelques pas. Cette fois c’est sûr, la trajectoire va se terminer juste sous la barre transversale. Seaman tente alors de boxer le ballon, mais saute un poil trop vite. Il ne touche le cuir que bien après son impulsion, au moment où il redescend, et ne peut qu’accompagner le ballon dans ses filets.


 

 

Une réplique en 2002

 

C’est l’un des buts les plus étonnants de l’histoire du foot. Mohammed Nayim court les bras levés, mais ne semble même pas y croire vraiment. Le staff espagnol gesticule dans tous les sens, alors que le banc londonien est tétanisé. David Seaman, lui, reste quelques instants allongé au fond de ses filets à essayer de comprendre. L'arbitre siffle la fin du match quelques secondes plus tard, validant la victoire du Real Saragosse et perpétuant cette malédiction du tenant de la C2 qui échoue en finale.

 

Longtemps, ce but de Nayim hantera les nuits de David Seaman. Il aura cependant l’occasion de se rattraper par la suite, tant avec Arsenal qu’avec la sélection anglaise. Un penalty détourné durant le Angleterre-Écosse de l’Euro 1996 en fera même un héros, au même titre que les tirs au but face à l'Espagne quelques jours plus tard. Mais en 2002, lors d’un quart de finale de Coupe du monde, l’histoire se répète avec un coup franc de quarante mètres du Brésilien Ronaldinho. Quelques pas de recul, une tentative de déviation désespérée et un ballon qui meurt dans les filets. La légende affirme que les Brésiliens avaient été briefés par leur capitaine Cafu qui, bien qu'il n'ait pas joué la finale, a parfaitement capitalisé son bref passage au Real Saragosse en 1995.

 

Mohamed Nayim, lui, est d'autant plus heureux du tour qu'il a joué aux Gunners qu'il fut longtemps joueur de l'ennemi juré Tottenham Hotspur. Le héros d'un soir n'a pas souvent marqué de buts (35 au cours de sa carrière, dont 5 seulement lors de ses quatre saisons à Saragosse), mais son inspiration du Parc a gravé son nom dans l'histoire du foot.

 

Partager

> sur le même thème

La finale sans fin

> Dossier

Histoire FC

Un jour, un but


François Thomazeau
2020-04-28

M’Baye Niang, un trait dans la nuit

Un jour, un but. Tout au bout de la nuit de Séville, le Stade rennais s'offre ce qu'il ne croyait pas pouvoir s'offrir: plus qu'une qualification, une grande saison. 


Christophe Zemmour
2020-04-14

Kluivert 1995, une pointe d’extase

Un jour, un but – Le 24 mai 1995 face au Milan AC, Patrick Kluivert, dix-huit ans, inscrit du bout de son gros orteil le but le plus important de sa carrière. Celui qui consacre une équipe de légende. 


Richard N
2020-04-04

Djorkaeff 1995, coup franc avec sursis

Un jour, un but - Le 16 août 1995 au Parc des Princes, Youri Djorkaeff marque dans les dernières minutes d’un France-Pologne qualificatif pour l’Euro 1996. Son échec aurait changé l’histoire. 


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Le forum

Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 17h36 - maDoudou Makhosa-Cisse : ah non pas européen, pardon >>


Les CdF : cahiers de doléances

aujourd'hui à 17h35 - Le Pobga du Coman : @Balthazar: je ne suis pas certain que cette question nous aide.Il y a :- des marseillais et des... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 17h33 - M le Mendy : forezjohnaujourd'hui à 15h39L'orangeté a dit que le contraire et qu'on comptait les gens tombés... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 17h28 - Marius T : Manu,Je suis surpris, il ne m’avait pas laissé cette impression là.L’amicale des anciens... >>


Les stats, levant pire

aujourd'hui à 17h12 - Lionel Joserien : Je ne parie quasiment jamais, mais je pense que les fichiers avec cotes peuvent être... >>


Habitus baballe

aujourd'hui à 16h36 - John Six-Voeux-Berk : Merci Lapostat pour l'entretien (un plaisir), et à tous pour vos réflexions.Cela me sort de ma... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 16h23 - Dan Lédan : Et pour vous simplfier la vie , il y a des composants fabriqués en France et assemblés en... >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 16h19 - maDoudou Makhosa-Cisse : Ça existe sur tous les boitiers réflexes depuis un demi-siècle, c'est pour permettre de corriger... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 15h29 - Le génie se meurt ? Ah mais l'mage rit : Le même qui écrivait en parlant du rap :"Pour moi c'est pas de la musique, c'est des... >>


Le Ballon d'Or (ne pas le réveiller)

aujourd'hui à 13h16 - KL : Ah oui je me souviens de cette prolongation spécialement pour prendre en compte les barrages...... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)